Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#02- Une rue en Amérique - Broadway
#02- UNE RUE EN AMÉRIQUE - BROADWAY
Scénariste(s) : Jean-François Bergeron dit DJIEF
Dessinateur(s) : Jean-François Bergeron dit DJIEF
Éditions : Soleil
Collection : Quadrants
Série : Une rue en Amérique - Broadway
Année : 2015     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (2/2)
Genre(s) : Historique, Aventure policière
Appréciation : 5.5 / 6
Encore un diamant qui disparaît avec l'eau du bain!
Écrit le dimanche 05 février 2017 par PG Luneau

Wow!!! Presque un an jour pour jour après ma lecture du tome #1, voilà que j'ai profité de mes vacances de Noël pour lire la suite (et fin) de la merveilleuse série Une rue en Amérique : Broadway, du si talentueux Djief. Wow de wow! Non seulement les dessins sont aussi splendides et flamboyants que ceux du tome #1, mais le récit en est joyeusement entraînant!

Nous y retrouvons les frères Chapman et leurs danseuses exactement là où on les avait laissés, à la fin du premier tome, soit... dans la dèche!! ;^) En effet, on se souviendra qu'un déplorable accident (fomenté par quelqu'un de l'intérieur! :^0) avait brutalement mis fin à leur soirée inaugurale... et à leurs aspirations de faire de leur boîte de nuit, le Chapman's Paradise, l'endroit le plus chaud de Broadway. Complètement découragé, le beau Georgy se laisse aller dans la déprime et l'alcool... C'est le grand Lenny, son frère, qui trouvera l'enthousiasme nécessaire pour repartir à neuf! Étonnant, de la part de cet homme terre à terre, qui avait été si réticent à reprendre les rênes de ce cabaret, au départ!? Il est maintenant si motivé qu'il est prêt à vendre la cordonnerie familiale pour réinvestir l'argent dans la résurrection du club! Une nouvelle équipe sera mise sur pieds... Bien évidemment, les belles Clara et Fanny (qu'on peut apercevoir en couverture, dans leurs plus beaux atours! ;^) seront  aussi de la partie... d'autant plus qu'une petite romance semble se pointer entre Fanny et... mais je n'en dirai pas plus! À vous de le lire pour le savoir!!

Espoir, magouilles, enquête informelle, manigances, innovations... humour, aussi, par petites touches, voilà ce que vous trouverez en lisant ce qui aurait pu être un fabuleux premier cycle... mais qui s'avère maintenant un simple diptyque sans lendemain!!! Car, croyez-le ou non, malgré que Djief nous ait fait miroiter le Nirvana, en nous racontant qu'il avait plusieurs idées pour de futures péripéties (le contexte étant si riche, avec la prohibition, la pègre, le début du cinéma...)... on apprend avec stupeur que ses #&$%&?# d'éditeurs ont décidé (ENCORE!!) de couper court et de ne plus donner suite à la série!! C'est la troisième fois que notre Djief adoré se fait couper les ailes : ce fut le cas pour Saint-Germain (qu'il dessinait pour Thierry Gloris), puis pour son  génialissime White Crows! GRRRRRRRRRRR! Non mais faut-il être assez aveugle pour ne pas voir tout le potentiel d'une série comme Une rue... dont le faste et le grandiose permettaient de si bien mettre en valeur le fabuleux talent d'illustrateur et de coloriste de ce petit gars de Québec??!! Sincèrement, je ne dirai jamais assez à quel point je suis outré par de si mauvaises décisions éditoriales!

Malheureusement, nous n'avons pas d'autre choix que de faire avec... Je nous souhaite d'y parvenir avec autant de zénitude que le principal intéressé, qui m'a avoué, lors du dernier festival de BD de Québec, en avril 2016, qu'il se remettait parfaitement bien de ces coups durs et qu'il était plutôt du genre à plonger vers l'avant, avec plusieurs nouvelles idées de projets toutes aussi stimulantes les unes que les autres! Gageons qu'on l'y suivra avec autant d'intérêt!! ;^)

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • ma dédicace. Djief a eu la gentillesse de me dessiner la charmante mère de Lenny et George, la vieille madame Chapman! C'est un personnage qui joue un rôle assez secondaire dans l'histoire mais qui m'est parue éminemment sympathique! À Djief aussi, d'ailleurs, comme il me l'expliquait lors de la dédicace. Vous pouvez la voir ici!

 

  • de très beaux paysages urbains. Pas évident de dessiner des plans généraux ou d'ensemble représentant une métropole, encore moins dans un contexte historique! Dans Une rue en Amérique..., Djief fait des merveilles, notamment dans le haut des p.28 et 33 (la première vignette de cette dernière page est si jolie qu'elle a été choisie comme illustration pour la page de titre!!)

 

  • les citations musicales. Encore cette fois-ci, on nous cite, au verso de la page de titre, les références des chansons qu'on entend dans l'album. Mais cette fois-ci, on y indique les numéros des bonnes pages, et non ceux des planches, comme je l'avais soulevé dans ma première critique... Comme quoi une critique constructive peut améliorer les choses!! ;^)

 

  • plein de petits éléments du scénario. Je n'en listerai que quelques-uns, en vrac : le fait qu'on écoute enfin les conseils de madame Chapman, la nationalité canadienne de Fanny (et la référence au Canal Rideau), l'attirance de Michèle pour Fanny, très habilement esquissée... et, bien sûr, la toujours aussi charmante présence de Pâlichon, le furet! ;^)

 

  • la subtile habileté de Djief à nous montrer le temps qui passe. Encore une fois (je l'avais déjà souligné, dans ma critique du tome #1), Djief nous présente une séquence de cases très similaires (p.10), sans texte, où la différence notoire se trouve à être l'accumulation successive de fumée de cigarette... Une manière toute simple de nous faire comprendre que les heures passent doucement...

 

  • le nombre important de personnalités publiques qu'on croise ou dont on parle. Gershwin, Mae West, Duke Ellington... Le paysage artistique de l'époque était solidement garni!! Même le grand Charlie Chaplin joue un rôle important dans le dénouement du récit!! (Un peu trop important, même, mais ça, j'en reparle plus bas!! :^S)

 

  • le très amusant clin d'œil au Crépuscule des dieux, LA grande série à succès de Djief. Cette allusion, amenée par Billy O'Neil, le nouveau metteur en scène du cabaret, est si finement intégrée au récit que seuls les connaisseurs de l'œuvre de Djief la détecteront... avec grand bonheur! ;^)

 

  • la fluidité narrative. C'est si fluide... que ça se lit trop vite!! On en voudrait encore et encore!! ;^)

 

  • le délirant numéro musical de la fin! J'ai littéralement été happé par ce dérapage totalement imprévu mais qui, à force de bévues et de maladresses, devient un numéro burlesque des plus tordants! Brillant! (Je l'ai d'autant plus adoré qu'on y retrouve ma vignette préférée de tout l'album : la 2e case de la p.47! ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • un vocabulaire qui frôle parfois le trop franchouillard. Quand les gambilleuses et les branquignols se mettent de la partie, j'avoue que c'est un peu déstabilisant. J'aime bien apprendre de nouveaux mots, mais là, on pousse peut-être le bouchon un peu loin, non?

 

  • une erreur qui, j'espère, est une coquille. Dans le bas de la p.9, on nous présente Jim Patterson comme étant un ancien héro (sic)... Cette graphie, calquée sur l'anglais hero (qui, lui, ne prend pas le S au singulier), me semble malheureusement de plus en plus courante, dans tous les textes que je lis. Est-ce à dire que nous sommes collectivement en train d'oublier que, dans notre langue, ce mot se termine par un S muet, même au singulier?? Un véritable héros ne l'est qu'avec son S!!! ;^)

 

  • une erreur visuelle. Aux p.21 et 22, on peut lire sur la marquise du Chapman's Paradise : Re-Opening soon. Puis, aux p. 24 et 26, on aperçoit clairement les mots  Opening soon. Je me suis dit qu'on avait peut-être changé le texte, à l'approche du dit opening... Mais quand on arrive aux p.31 et 32, où on lit à nouveau «Re-opening...», j'ai compris que j'étais véritablement en présence d'une coquille visuelle! Tu t'es bel et bien trompé, mon Djief!! ;^D

 

  • le trop grand hasard qui se trouve à résoudre tout le nœud du récit. Bon, je veux bien accepter que monsieur Chaplin soit si parfaitement au courant des magouilles de Masterson, même si ça ne me semble pas être un truc dont on discute avec un ami que l'on voit rarement... Mais que ce Chaplin divulgue ces informations sensibles à la première minette qu'il rencontre, je trouve ça un peu charrié... et que cette minette soit justement la belle Fanny, là, on tombe un peu trop dans le deus ex machina!! C'est si invraisemblable que j'ai décidé de baisser ma note générale d'un demi-point... Eh oui! Sans cela, cet album se serait mérité un 6/6!! Ça n'aurait été que la troisième fois que ça se serait produit dans ma Lucarne, après Paul au parc et la finale d'Alim le tanneur. C'est vraiment très dommage! :^(

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Tu a farpaitement tout compris!! ;^D
Rédigé par pgluneau le dimanche 05 février 2017 à 11:49


Bon, si je comprends bien, une série qui vaut le coup. Comme quoi, DJIEF n'est pas un branquignol ( on dit " branque", de nos jours, en France), mais ses éditeurs, par contre..... ;-)
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 05 février 2017 à 10:54




Dernièrement, j'ai lu... Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Démons d'Alexia
#07- Chair humaine
07 mai 2017

Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Arsenul 73, sur Duel de génies...

anne des ocreries, sur Duel de génies...

Arsenul, sur Pourquoi j'aime la BD???

Philippe lavigueur, sur Huis clos parmi les furets carnivores

anne des ocreries, sur Huis clos parmi les furets carnivores

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin