Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- le Mystère Baphomet
#01- LE MYSTÈRE BAPHOMET
Scénariste(s) : Jean-Charles GAUDIN
Dessinateur(s) : Brice COSSU
Éditions : Soleil
Collection : X
Série : Enquêtes du Misterium
Année : 2014     Nb. pages : 54
Style(s) narratif(s) : Récits complets
Genre(s) : Aventure policière, Historique, Aventure mythique
Appréciation : 5 / 6
Pour débusquer le faux ésotérisme, Senelia est là!
Écrit le vendredi 05 juillet 2024 par PG Luneau

Tomes lus : #01- le Mystère Baphomet

            #02- les Quatre de l'Apocalypse (2015, 56 p.)

C'est quoi?

Le Misterium, c'est une troupe itinérante de baladins qui sillonne les campagnes françaises, à la fin du XIIIe siècle. Les six membres de la troupe sont des artistes polyvalents qui allient comédie, acrobatie, art du cirque et pyrotechnie... Sous la direction du vieux Baudoin et de son épouse, Clotaire, Emmeline, Thibaud et Senelia performent de village en village...

Mais lorsque la troupe croise un mystère ou un crime irrésolu, la belle Senelia ne peut s'empêcher d'y fourrer son mignon petit nez! Et une fois qu'elle est lâchée, rien n'est à son épreuve. C'est qu'elle a un don, la jolie! Perspicace, observatrice et fine connaisseuse de l'âme humaine, elle ne peut faire autrement que d'imbriquer les morceaux, de déjouer les entourloupes, de résoudre les énigmes et de faire un plus un là où les maréchaussées et autres enquêteurs de l'époque ne voient que du feu ou se laissent obnubiler par les allures surnaturelles de ces crimes!

Ainsi, dans le premier tome, Senelia tente d'éclaircir une série de meurtres apparemment perpétrés par une bête affreuse qu'on a surnommée Baphomet, du nom du démon lui-même! Puis, dans le tome #2, ce sont aux quatre Chevaliers de l'Apocalypse qu'elle est confrontée, alors que ceux-ci semblent bien décidés à déclencher un conflit entre deux seigneurs voisins.

Il va sans dire qu'avec son petit côté aventureux et sa manie de se mêler de tout, la jeune femme ne passe pas inaperçue et qu'elle ne se fait pas que des amis! Heureusement, son frère Thibaud, homme fort de la troupe, est souvent là pour la tirer du pétrin!

C'est comment?

Ma foi, Gaudin nous a concocté deux belles intrigues juteuses d'un niveau de complexité fort intéressant! Finement construits, ces récits alternent intelligemment les scènes d'actions grandement stimulantes aux scènes d'explications justificatives, indispensables au genre policier. Le contexte moyenâgeux ajoute un intérêt indéniable, qui fait que la série se démarque des innombrables autres polars qui pullulent sur le marché. Et le dessin de Cossu, précis et riche, enjolive le tout de façon fort satisfaisante.

Deux principaux désagréments : les trop nombreux problèmes de mise en pages (un point que je développe un peu plus bas)... et le fait que la série se soit arrêtée après seulement 2 tomes, peut-être à cause du très grand succès que connaît Cossu avec sa série jeunesse FRNCK, qui paraît chez Dupuis, une série qu'il a débuté presque en même temps que les Enquêtes du Misterium... mais qui en est déjà à 9 tomes en 7 ans! Ceci me laisse croire qu'on ne reverra pas Senelia et ses amis de sitôt... Et c'est bien dommage! :^(

Mes bémols

 

  • le nom de la série. Quand je lis les Enquêtes du Misterium, je m'attends à ce que le Misterium enquête! Ici, c'est exclusivement Senelia qui s'y colle, les autres membres de la troupe ne lui servant que de couverture pour exercer ses talents d'enquêtrice. J'aurais donc préféré un nom de série plus en lien avec la belle Sherlock en herbe.

 

  • le rôle trop effacé des autres personnages. Dans le même ordre d'idée que mon premier point, je déplore le fait que les autres membres de la troupe soient si inutilisés! En deux tomes, on ne connaît pas encore le nom de l'épouse de Baudoin (!?), et si l'on sait qu'elle et son époux sont les parents de Senelia et de Thibaud, on ne sait rien du lien de parenté qui les unit (ou pas!) à Clotaire et Emmeline, ni si ces deux-là sont en couple ou non! En fait, c'est comme si tout ce beau monde n'était là que pour justifier la présence de Senelia sur les différents lieux: ils ne sont à peu près pas exploités, ce qui est à mon sens du beau gaspillage!

 

  • de graves problèmes de découpage de scènes. À de trop nombreuses reprises, j'ai été agacé par le manque de clarté de Cossu. Il a la fâcheuse habitude de nous cacher certaines actions critiques, soit parce que le geste semble avoir lieu entre deux vignettes, soit parce que le cadrage utilisé nous cache des éléments essentiels à la compréhension! C'est un stratagème fort habile pour ne pas avoir à illustrer les subtiles manipulations dont sont capables les amuseurs publics! C'est notamment le cas dès les p.5 et 6 du premier tome, quand une fumée bleue sort d'on ne sait où ou quand Senela «sort » (on suppose!) du double fond du coffre. Mais c'est trop facile... Et c'est d'autant plus confondant que M. Cossu fait de même lors de situations où nous avons, en tant que lecteur, besoin d'explications! Hors, on doit tellement faire d'efforts pour interpréter ces ambiguïtés que ça altère grandement notre fluidité: on doit «déduire» ce qui s'est passé plutôt que de le voir! Si le but était de faire concept, en nous forçant à «enquêter» à chaque trois pages pour comprendre ce qui se passe, ce n'est pas très judicieux.

 

  • la manière d'écrire les dialogues. D'abord, la typographie choisie n'est pas conviviale. Les lettres sont rendues irrégulières par le fait que tous les P, les B, les G, les F, les Q et les Ç sont plus gros et plus hauts que les autres lettres (dans quel but?!?). Ajoutons à cela le fait que l'ordre de lecture des phylactères est parfois ambigu et que les appendices sont si minces qu'on ne voit plus vers quel personnage ils pointent et vous aurez une bonne idée des imprécisions auxquelles le lecteur est confrontées... encore !!

 

Les plus grandes forces de cette BD

 

  • la représentation de la femme. À de nombreuses reprises, le scénariste place sa principale héroïne face à des hommes hostiles à sa présence et, surtout, très fortement agacés par le rôle qu'elle s'octroie. Une femme brillante et émancipée, ça dérange, au Moyen-Âge, et Gaudin en a tenu compte. Bravo!

 

  • le dessin de Brice Cossu. Les traits nets et efficaces de ce dessinateur nous offrent des dessins d'un réalisme léger de grande qualité, tant pour les décors que pour les personnages (sauf peut-être pour les flammes d'un incendie du tome #2, qui sont moins bien réussies!).

 

  • l'objet-livre. Ce sont de beaux albums grand format, avec de belles couleurs (parfois un peu trop sombres, dans les scènes nocturnes!) et de très jolies pages de garde avec illustrations originales. Le fait qu'ils fassent plus de 50 pages chacun permet au scénariste de bien installer son intrigue, ce qui est un gros plus!

 

  • la complexité des intrigues. Nous sommes en présence d'enquêtes bien touffues, loin des récits à la Scooby doo où l'on connaît le coupable dès le départ! De plus, elles sont bien résolues, avec des explications relativement satisfaisantes. Senelia fait parfois preuve d'un peu trop d'instinct, mais ça reste assez cohérent pour satisfaire les pointilleux comme moi...

 

  • la gentillesse et l'humanisme des trouvères. Ces artistes itinérants sont vraiment avenants et bienveillants. Peut-être parce qu'ils ont eux-mêmes été ostracisés, ils font preuve d'une ouverture à la différence qui fait du bien, et ils ne se laissent pas impressionner par les idées préconçues. Ça les rend vraiment très sympathiques... et modernes!

 

  • une violence assez crue, frontale, sans édulcorant. J'ai bien aimé le fait que les quelques combats ne faisaient pas dans la dentelle. La série n'est pas particulièrement violente, mais quand une épée doit trancher, elle ne fait pas qu'égratigner, comme c'est souvent le cas. Je trouve ça plus représentatif de ce que devait être le Moyen-Âge, et ça me semble plus réaliste.

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Et je t'y encourage fortement! Bonne découverte!
Rédigé par pgluneau le dimanche 14 juillet 2024 à 11:24


Eh bien, malgré les bémols, si je le croise je le lis.
Rédigé par anne des ocreries le samedi 06 juillet 2024 à 0:44




Dernièrement, j'ai lu... Animorphs
#01- l'Invasion
14 juillet 2024

Enquêtes du Misterium
#01- le Mystère Baphomet
05 juillet 2024

Louca
#05- les Phoenix
06 juin 2024

Guide
#09- le Guide de la Retraite
04 juin 2024

Suicide de la Déesse
Suicide de la Déesse (le)
16 mai 2024

Ma dernière chronique 14e année : la pré-retraite, c'est chouette! (2e partie)
01 juillet 2023

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique médiéval Héros animalier Historique Hommage Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Augustus, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

Ronny, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

anne des ocreries, sur Quoi que vous en pensiez, l'invasion est commencée !?

Erna, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

anne des ocreries, sur Pour débusquer le faux ésotérisme, Senelia est là!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin