Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#1- Une rue en Amérique - Broadway
#1- UNE RUE EN AMÉRIQUE - BROADWAY
Scénariste(s) : Jean-François Bergeron dit DJIEF
Dessinateur(s) : Jean-François Bergeron dit DJIEF
Éditions : Soleil
Collection : Quadrants
Série : Une rue en Amérique - Broadway
Année : 2014     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (1/2)
Genre(s) : Historique, Aventure policière, Drame familial
Appréciation : 5 / 6
Djief à la poursuite du Rêve américain!
Écrit le dimanche 04 janvier 2015 par PG Luneau

 

Encore une fois, le bédéiste québécois Jean-François Bergeron, mieux connu sous son pseudo de Djief, nous a offert une splendeur avec le premier tome de sa nouvelle série en solo : Une rue en Amérique - Broadway. Après s'être fait remarquer avec son Tokyo Ghost (de Nicolas Jarry), ce charmant artiste a établi sa renommée avec l'une des séries-phares des éditions Soleil : le Crépuscule des dieux (toujours sur des scénarii de Jarry). Parallèlement aux 8 albums de cette passionnante série sur la mythologie scandinave, il s'est essayé à des séries de genres très différents : le steam punk fantastique du XVIIIe siècle (avec Saint-Germain, de Thierry Gloris) et la S.F. (en solo, avec les fabuleux White Crows). Deux séries léchées, sublimes, prometteuses... mais à qui on a coupé les ailes beaucoup trop rapidement, à notre grand malheur!

Cette fois-ci, l'artiste (qui ne s'est pas laissé déculotter pour si peu ;^) a voulu explorer une époque plus récente, une ambiance plus réaliste. C'est le New York de la prohibition, du night life et du showbiz qu'il a décidé d'étudier pour nous en donner sa vision... et quelle vision!! ;^)

Dès la couverture, déjà, on sait qu'on entre dans un monde chaud, clinquant, frivole et factice!! Broadway, la rue de tous les possibles pour les artistes de tout acabit, l'accès potentiel à la gloire tant recherchée, voilà le cadre dans lequel Djief a décidé de planter son nouveau récit, un diptyque qui, on l'espère, trouvera son public et bourgeonnera au rythme d'éventuels cycles à venir, si affinité!... Mais soyez assurés que de l'affinité, il ne pourra qu'y en avoir!! ;^)

Dans ce premier tome, qui en est un de mise en place, bien sûr, on fait la connaissance d'une bonne dizaine de protagonistes gravitant tous autour du Chapman's Paradise, un établissement de spectacle qui vient de tomber entre les mains de George et Lenny Chapman, suite au suicide de leur frère qui en était le propriétaire. On y suit donc ces deux hommes très différents (l'un aussi rêveur et enthousiaste que l'autre est grognon!), mais aussi les employés qu'ils embauchent pour remettre leur cabaret sur les rails : Fanny et Clara, deux talentueuses danseuses aux aspirations naïves; Anna Hunter, la diva de service; Milburn, le metteur en scène au brandy nose mais aux attributs apparemment riquiqui (??!?)... On aura aussi à faire aux rivaux des clubs avoisinants (dont monsieur Alexander Masterson et sa muse, la belle Michèle Clémenceau) et aux mafieux de service, qui s'occuperont de l'approvisionnement en alcool, en ces temps où nul Américain n'est censé pouvoir en trouver!!...

Magouilles, rivalités, jalousies, combines... rien n'est simple pour les frères Chapman!! Et puisque l'argent est maître au pays de l'Oncle Sam, il faudra démontrer beaucoup d'audace, de persévérance et d'ingéniosité pour éviter les écueils, dénicher les talents, attirer la clientèle... et la fidéliser!! The show must go on... mais le monde du show-business est très rapidement cruel et impitoyable envers ceux qui n'y sont pas préparés!!

Une rue en Amérique - Broadway, un récit somptueux et flamboyant, où le splendide travail visuel de notre Djief national semble magnifié et soutenu par son scénario dont il nous tarde de connaître la suite!! À lire, faire lire et mousser auprès de tous les amoureux de spectacles dansants et d'enquêtes bien ficelées... femmes et hommes de tous âges, donc, dès 15 ou 16 ans!

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la superbe couverture. Une telle splendeur s'est même mérité la chance d'être en lice pour le prix de la meilleure couverture de 2014 par le très réputé site BD Gest!!

 

  • les crédits musicaux! Quelle belle attention d'avoir pensé à nous donner les références des chansons dont on peut lire des extraits dans l'album!! Un clic sur You tube nous permet en effet d'entendre les dites chansons d'époque et de nous transporter au doux temps des music-hall!! Chouette!! ;^)

 

  • les superbes vues urbaines. Non seulement a-t-on droit à des panoramas du New York de l'époque, ce qui, j'imagine, demande une recherche d'archives d'enfer, mais Djief nous les situe souvent de nuit... Wow!!! Tous ces éclairages cuivrés sont d'une somptuosité fantastique! On peut même y voir de vieux panneaux publicitaires, vantant des produits ou des spectacles d'alors (Maxwell House, Buster Keaton, Showboat...) Merci, Djief!! ;^)

 

  • la présentation des personnages par un narrateur extérieur. Cette manière de faire rappelle les séries télé ou les films d'antan, et cadre tout à fait avec l'ambiance recherchée!! De plus, elle permet quelques touches d'humour judicieusement placées, comme lors de la présentation de Calvini (p.27)!! ;^)

 

  • de belles trouvailles de mise en pages. J'ai bien aimé la transition entre Amelia Schneider l'actrice et Amelia Schneider la mère, dans le haut de la p.5. Mais la planche la plus intéressante, du point de vue du montage, c'est bien la p.36, avec ses quatre strips, à l'apparence identique, qui nous laissent voir combien les clients désertent rapidement le club, au fil des jours!! Djief a trouvé une jolie façon de nous illustrer le pathétisme de la chose!

 

  • quelques découvertes historiques. M'interrogeant sur le vrai et le faux, j'ai fait quelques recherches sur le Net et j'y ai découvert que Jimmy Walker, présenté à la p.9, était bel et bien maire de New York à l'époque!! J'avais des doutes sur la jolie Michèle Clémenceau, mais je n'ai rien trouvé qui corrobore l'existence réelle de cette artiste de cabaret. ;^S (Parlant de cette Michèle, ne trouvez-vous pas que sa coiffe de la p.15 lui donne des airs de déesse scandinave?? On dirait presque des relents du Crépuscule des dieux!! ;^)

 

  • de très beaux personnages. D'abord, le charmant Pâlichon!! Quel plaisir de voir ce petit furet blanc fouiner partout! Il me rappelle les furets de mes amis Sylvain et Solange!! ;^) Puis, j'ai adoré le rôle assez ambigu de la belle Anna... Nonobstant son caractère de diva délicieusement imbuvable, son attitude m'est parue louche, dès la p.17 : aurait-elle eu une liaison avec le défunt frère Chapman?? J'ai aussi beaucoup aimé le personnage de Clara qui, avec sa détermination plus affirmée, contraste bien avec le folichonne Fanny!

 

  • le faste de l'art déco!! C'est vraiment un style artistique que j'aime beaucoup, et il est omniprésent dans cet album!! Quand on y ajoute toutes les plumes, les paillettes, le strass et la magnificence des revues musicales de l'époque, ça donne une festive opulence du plus bel effet! J'adore! ;^)

 

  • toute la palette de couleurs dominantes! Les jaunes mordorés, les chauds orangés, les citrouille brulée, les ocre et les corail flamboyants jaillissent de chaque planche, créant une ambiance capiteuse et vieillotte, rappelant les photos anciennes et l'éclairage à l'huile (même si l'électricité était bien présente... depuis quelques années!! ;^).

 

  • la richesse du milieu exploité. On a droit à la rivalité entre les propriétaires de club, mais aussi à celle des danseuses qui veulent se démarquer, aux magouilles avec la mafia, à la prohibition, à la recherche du moindre profit en cette période où le marché s'apprête à s'écrouler... C'est très inspirant, et ça offre une foule d'opportunités scénaristiques à un auteur!! Chouette, vivement la suite! D'ailleurs, j'ai très hâte de voir ce qu'il adviendra de la petite vie de famille de George, qui semble de plus en plus battre de l'aile (j'ai l'impression que la belle Fanny prendra soin de lui!?). Et la gentille Michèle, comment se fait-il qu'elle soit si charmante avec Fanny et Clara alors que son patron (et amant?), monsieur Masterson, se veut si hargneusement compétitif? C'est un mystère qui, j'espère, sera éclairci dans le tome #2!! ;^)

 

  • quelques scènes encore plus agréables que les autres. J'ai particulièrement apprécié celle où la mère des Chapman vient faire son tour, à la p.32,  et se permet de critiquer vertement la répétition qui se déroule devant elle... Le malaise qui s'en suit est palpable (quel dommage que Lenny et George n'aient pas plus confiance à l'instinct artistique de leur mère!!). J'adore, aussi, la face obséquieuse que George fait en tendant la main à Calvini, venu lui offrir sa booze, dans le bas de la p.27 : tordant d'hypocrisie!! ;^)

 

  • un punch final hyper efficace, que je n'ai pas senti venir une seconde (quoi que j'aurais dû!! ;^) Ça augure très bien pour la suite : de la magouille bien juteuse, quoi de mieux pour pimenter un tel récit??! Go, Djief, continue de nous manipuler de la sorte!! ;^)

 

  • le fait d'être en présence d'un diptyque!! Ainsi, si les vilains éditeurs ont la mauvaise idée d'encore une fois «tirer la plogue» après deux tomes (que je les y prenne : grrrrr!!! ;^), et bien, au moins, au aura un récit complet!!

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • le nom de la série, trop long et un peu bancal. Je trouve que simplement Broadway aurait été bien plus punché... mais je présume que ce titre faisait déjà référence à une série ou une œuvre artistique bien établie... d'où l'espèce de sous-titre qui a été ajouté... mais que je trouve très ordinaire : c'est qu'il y en a une tonne, de rues, en Amérique!! Sunset boulevard, Wall street, Hollywood boulevard... La rue de tous les possibles, déjà, aurait été plus mordant, non?? ;^)

 

  • une petite confusion dans les crédits musicaux, au verso de la page de titre. C'est chouette qu'on nous indique les titres et les coordonnées des chansons se trouvant dans l'album. Seulement, on y fait référence en parlant des pages 19, 29, 30, 34 et 41... alors qu'on doit aller voir les planches portant ces numéros, deux pages plus loin, pour retrouver les dites paroles!! En effet, personne ne chante à la p.19, ni à la p.29, etc. À corriger avant l'éventuelle réimpression!! ;^)

 

  • deux coquilles! En effet, on peut lire, à la p.8 : «T'as droit aux bonnes choses, toi toi aussi!», et «Je ne n'arrêterai pas de vivre...» à la p.34. Autres petits détails faciles à corriger!!

 

  • deux scènes moins fortes, car moins crédibles. Primo, la chute en cascade de la p.25. Bien que cet effet domino soit très cocasse et qu'il se conclut sur un punch amusant, je le trouve un peu trop burlesque pour être vraisemblable! Il aurait eu sa place dans un numéro orchestré tel quel, pour le spectacle, mais dans la vraie vie, sur une scène aussi large, avec quatre filles impliquées, ça fait trop placé, trop arrangé avec le gars des vues pour être crédible. Après tout, tout le reste du récit se veut réaliste! Secundo, la scène de panique, suite à l'affaissement du podium, à la p.44. Mais qu'est-ce que c'est que cette ruée de spectateurs vers la sortie?? Le mal était fait, il n'y avait plus aucun danger pour eux!!? Pourquoi cette course folle vers l'extérieur, et pourquoi, surtout, une telle horreur dans leurs yeux, sur la 3e vignette?!? Je trouve que cette case présente une over reaction, et c'est dommage.

 

  • une petite déception graphique... mais qui est peut-être subjective et très personnelle. Face à ce malheur annoncé qu'est la chute du podium, je me suis créé des attentes... et l'illustration du haut de la p.44 ne les a malheureusement pas comblées!! Peut-être n'est-ce que dans ma tête, mais je me serais attendu à ce qu'un tel proscenium qui s'écrase le fasse avec plus de dégâts!? Il me semble que les planches cèdent gentiment, sans heurt! On dirait qu'aucune ne casse!??? Je m'attendais à des éclisses de bois partout, à des blessures dignes de ce nom, à des jambes grafignées, à des échardes... Je suis un tantinet déçu... mais juste un tantinet, on s'entend!! ;^)

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Venise : J'avoue que là, tu m'intrigues!! Je cherche à qui tu désires l'offrir... J'ai quelques petites idées, mais rien qui me semble évident... CB?... MAM?... Enfin, il vaudrait peut-être mieux que tu m'en parles, pour ne pas qu'on ait la même idée!! ;^)
Pour ce qui est de mon oeil-de-lynx intransigeant, je pourrais peut-être, en effet, être d'une quelconque utilité auprès de certains bédéistes ou dans les bureaux de certaines maisons d'éditions.
Dans ce dernier cas, je pourrais même offrir des accompagnements à ceux que ça aiderait, m'assurer d'un suivi minimum ou faire de la promotion pour la peine (tsé veux dire!! ;^)
Rédigé par pgluneau le samedi 10 janvier 2015 à 10:59


Très attirante cette bande dessinée, même pour moi dont ce n'est pas du tout le genre. Par contre, et c'est là que je m'amuse, je la donnerais bien en cadeau d'anniversaire à un membre de notre cercle d'ami-es, ce que je vais mettre à exécution le moment venu.

Je ne pense pas que tu vas deviner à qui.

Et si je lis attentivement ce que tu n'as pas aimé, je réalise que lorsque tu aimes une oeuvre et lui portes une attention particulière, tu zoomes sur des détails vraiment petits. Comme de s'attendre à ce que la scène se casse un peu plus, s'attendre à voir des planches en morceaux. À mon avis, tu devrais être le premier lecture d'une tonne de bédéiste, un genre de "big editor", j'espère que tu comprends ce que je veux dire, tsé.
Rédigé par Venise le jeudi 08 janvier 2015 à 18:04


Anne des Ocreries : Les forces de cet album sont indéniablement beaucoup plus importantes que les petits bémols que j'ai pu y déceler!! ;^) Vas-y en pleine confiance!!

Et, par le fait même, bonne année à toi aussi, avec santé, amour. paix, bonheur... et toutes ces sortes de choses!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 05 janvier 2015 à 17:47


Constat : ta liste de " force " est plus longue que ta liste de "faiblesses".
Conclusion : j'irais bien y voir de plus près.

Meilleurs voeux PG ! ( sais plus si c'est déjà dit ou pas, donc...voilà.)
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 04 janvier 2015 à 17:34




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin