Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Sidéral killer
#01- SIDÉRAL KILLER
Scénariste(s) : Nicolas MITRIC
Dessinateur(s) : Stéphane Louis dit LOUIS
Éditions : Soleil
Collection : X
Série : Tessa, agent intergalactique
Année : 2004     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit complet (Inspiration comics)
Genre(s) : S.F. humoristique, Superhéros /Justicier masqué, Steam-punk
Appréciation : 5 / 6
D'ado à héro...ïne : un beau space opera bigrement bien ficelé!
Écrit le samedi 12 novembre 2016 par PG Luneau

Tomes lus : #01 - Sidéral killer (S.F. humoristique, Superhéros / Justicier masqué)

            #02 - les Dix dalles du labyrinthe (S.F. humoristique, Superhéros / Justicier masqué, 5 /6)

            #03 - Beau comme un Diyo (S.F. humoristique, Superhéros / Justicier masqué, Steam-punk, 2005, 5 /6)

            #04 - Cosmolympiades (Récit à suivre, S.F. humoristique, Superhéros / Justicier masqué, 2007, 5,5 /6)

 

Oui, vraiment, Tessa Madpoulpa est un brin de fille bien particulier! Laissez-moi vous la présenter. Dynamique et enjouée, cette jolie jeune femme au caractère bien trempé n'a pas la langue dans sa poche! C'est le genre d'adolescente désinvolte et énergique, qui sait ce qu'elle veut... et s'organise généralement pour l'obtenir! Athlète exceptionnellement douée en gymnastique, elle partage son temps entre les compétitions, les exigences scolaires, la famille et les amis. Une ado de presque 16 ans tout ce qu'il y a de plus normale, quoi... La nuit, elle rêve qu'elle se retrouve dans un jeu vidéo futuriste, où elle affronte avec succès toutes sortes de créatures venues de planètes lointaines...

Sauf qu'une nuit, c'est avant même qu'elle ne s'endorme qu'une gigantesque tête d'extraterrestre apparaît dans sa chambre et lui annonce la nouvelle qui chamboulera sa vie : ses «rêves» de «jeux vidéo» n'étaient ni des «rêves», ni des «jeux vidéo»!! Ils n'étaient qu'une série de tests préliminaires chargés de déterminer si la Terrienne était en mesure d'assumer le rôle d'agent secret de l'espace qu'on voulait lui confier!! :^O

Ça y est, le destin de la belle Tessa est fixé! Elle sera la 42e (et dernière!) agente intergalactique!! Sous la tutelle d'un petit (mais très vieux!) Laminoxien du nom (impressionnant!) de Swidzernaïvkoutholélvètlaminox (ouf! ;^), un précepteur expérimenté qui lui montre ce qu'il faut faire ou ne pas faire dans telle ou telle circonstance (on n'est pas tous habitués de côtoyer des Vazdouks ou des Odakwas!! ;^), la jeune femme sera amenée à résoudre des enquêtes, à rechercher des assassins, à retrouver des E.T. kidnappés... et à se dépêtrer des embrouilles où sa témérité l'aura plongée!! ;^)

Depuis 2004, MM. Mitric et Louis (assistés de M. Lamirand pour la couleur) nous racontent les fantastiques aventures de cette jeune héroïne fantasque et frondeuse, toujours avec verve et humour. D'album en album, le dessin de Louis se peaufine et on s'immisce de plus en plus dans cet univers de space opera qui s'inspire un peu, dirait-on, de la saga de Green Lantern, avec ce concept de gardiens de l'univers issus de diverses races.

Le premier tome nous présente, lentement mais sûrement, Tessa, sa famille, ses amis, à l'école... puis nous la bascule dans ce monde d'extraterrestres de toutes sortes : humanoïdes, reptiliens, insectoïdes, mécaniques, plasmiques... ou même gazeux!! Tessa y rencontre Swidzernaïv, son mentor, et y effectue son baptême du feu, question de bien terminer sa formation.

Dans le tome suivant, Swidz et elle aboutissent sur une planète-labyrinthe et tentent de s'en échapper, entraînant avec eux toutes les créatures qui s'y sont retrouvées coincées depuis sa construction!

Le 3e tome est différent en ce sens que notre belle amie n'accède pas à ce monde hyper-techno par l'entremise de son sommeil, comme à l'accoutumé : c'est via une étrange machine, découverte dans le sous-sol de son grincheux de voisin, qu'elle arrive dans une autre section de cet univers, mais plutôt steam-punk, celle-là... et apparemment à une autre époque!!?? :^O  Dès lors, une méga-méta-structure narrative commence à prendre forme!!

Quant au 4e, il nous raconte les différentes épreuves des Jeux intersidéraux organisés par les dieux olympiens, où s'affrontent certains des 42 agents intergalactiques... dont Tessa! Il est palpitant en ce sens qu'on y apprend enfin certains détails que nous brûlions de connaître depuis le premier tome...

En effet, en filigrane des albums 1 à 4, Mitric a intégré une intrigue palpitante, question de garder notre flamme bien allumée : Qui a tenté d'assassiner Tessa, au tome #1?? La finale en climax du tome #4 fait grandement avancer l'enquête... mais j'ai été un peu déçu de constater que, contrairement aux autres tomes qui peuvent se lire individuellement, le 4e nous laisse en plan... Il nous faudra lire le tome #5 si on veut savoir ce qu'il advient de la pauvre Tessa, malencontreusement aspirée par sa gemme à la toute dernière planche! Horreur et stupéfaction : on reste sur notre faim... le suspense est TERRIBLE!... Vivement la suite!! ;^)

Bref, vous l'aurez compris, cette série de S.F. mêle aventure, mystère et humour avec brio, et je la recommande chaudement à tous les lecteurs, dès 12 ans!

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la finesse et la précision des dessins, riches en décors. D'ailleurs, heureusement que les tomes sont d'un grand format (32,5 cm x 23,5 cm) sinon, les remarquables designs technologiques et architecturaux ainsi que l'abondance de détails et de couleurs ne seraient pas autant mis en évidence! Bravo, monsieur Louis! ;^)

 

  • les jeux de mots humoristiques, omniprésents. Déjà, les titres des trois premiers albums donnaient le ton!! Ensuite, l'impressionnante longueur du nom complet de Swidzernaïv et sa connotation de couteau suisse visent évidemment à nous faire sourire... mais les noms de presque tous les aliens sont des jeux de mots!! Mitric a fait un véritable petit Goscinny de lui-même et s'est amusé à concevoir tout un spicilège de noms de races, de titres ou de prénoms aux consonances familières malgré leur graphie déboussolante! Voyez vous-mêmes: quoi de mieux, pour des consuls, que de s'appeler Taah-çion, Ting ou Heudiz ;^) ; ou tant qu'à avoir des clones, autant qu'ils soient tristes! ;^)... L'entité suprême de l'Univers sidéral se nomme l'Av-ëugg' (ses desseins sont impossible à concevoir!? ;^) et on pratique le sport de la paa'tat'shodd (où l'on se lance une petite pierre en fusion!! ;^). On fait la connaissance du Kantamorphis 2-Shakal, de l'agent Toh-Ranj, de l'Anta Rtée et du Vénérable 2-Lap-1!! Bref, quand on se décide à faire la lecture de ces albums à voix haute, on découvre toute une autre dimension humoristique, qui pourrait passer inaperçue si on ne le faisait pas! ;^)

 

  • la belle diversité des extraterrestres. J'ai été véritablement impressionné de voir la grande variété de formes, de couleurs, de mandibules, tentacules et autres excroissances diverses auxquels Louis nous expose. Les auteurs n'ont pas eu peur de mettre en scène des créatures monolithiques ou plasmiques, sans forme réelle, même si ce genre de personnages engendre beaucoup moins d'empathie de notre part, tant on ne peut réellement parvenir à s'y identifier! Je félicite leur audace... Mais il y a un bémol (voir plus loin!)

 

  • les très nombreuses références geeks, certaines cachées subtilement, d'autres bien évidentes. Dès le premier tome, on rend un hommage discret à MM. Claremont et Byrne, créateurs des X-Men des années 80. De même: pourquoi y a-t-il 42 agents intergalactiques? Parce que c'est la réponse à la question de la Vie, l'Univers et le reste, tous les lecteurs du Guide du Routard Galactique vous le diront! On nous apprend que Goldorak existe vraiment (!!?), de même que la machine à voyager dans le temps de H.G. Wells! Certains noms de personnage, une fois lus à rebours, livrent leur secret! Essayez avec Suehp-Rom ou Sutt-Kalag: bonjour la Matrix et le Surfer d'argent!!... J'ai décelé quelques références littéraires plus classiques, comme les Racines de Korneil ou la fleur «duumhal»... Mais la plus brillante de ces références, dont la découverte m'a rendu tout fier (juste avant que les auteurs la soulignent à gros traits, via une note de bas de page - tome #1, p.22), c'est la présence du «Kouï-zzath, ça dérape», et deux fois plutôt que... Dune (;^D)!!

 

  • des caméos amusants... généralement à connotation geek, eux aussi! J'ai reconnu Chewbacca (tome #1, p.33), Anatole et compagnie (#2, p.3), R2-D2 (#2, p.13), Wolverine et Colossus (#2, p.19), Batman, Superman et... Titeuf (#2, p.24), Shrek et son âne (#2, p.40), Kermit, Miss Piggy et le Chef suédois (#2, p.43)... ou même les Beatles (#3, p.16)!! J'ai même cru reconnaître les trois créateurs de la série (Mitric, Louis & Lamirand), que le dessinateur a intégrés à une espèce de gros serpent à trois têtes (#1, p.46)!! ;^) Mais combien en ai-je manqué??!! ;^)

 

  • les assez fréquentes notes de bas de page, certaines faisant référence à des événements des tomes précédents (ou à venir!!?), ou même à des tomes de la série dérivée 42 agents intergalactiques. Elles sont toujours formulées de façon très humoristique! D'ailleurs, dans le 4e tome, ce sont carrément via les encadrés narratifs (assez nombreux dans ce tome) que les auteurs «brisent le 4e mur» et s'adressent directement au lecteur, dans une formule très rafraîchissante (voir p.4 et 10, par exemple)!

 

  • plusieurs idées très intéressantes. L'ascade du tome #2 (cette cascade ascendante! p.27) est impressionnante, de même que la technique de demi-démoléculisation (p.36) ou la créature-interphone (p.40), qui permet de «parler» directement dans la tête des gens!! J'ai aussi bien aimé le fait que Swidzernaïv ait non seulement des membres extensibles... mais aussi une tête amovible!?? ;^) La tradition du mariage forcé et, surtout, du lasso conjugal qui le concrétise me semble des plus originales (tome #3, p.20), de même que l'introduction des divinités grecques, dans le tome #4. Je terminerais avec toute la finale haletante de ce tome: les 14 dernières pages et leurs nombreux punchs sont réellement palpitants, et je me garderai bien d'en dire plus, question de ne pas sombrer dans le divulgâchage!! ;^)

 

  • la belle relation positive entre Tessa et sa mère... qui s'adonne aussi à être son prof d'anglais!! Pas évident de côtoyer un de ses parents autant à la maison qu'à l'école!! Ça ne joue qu'un rôle très secondaire dans l'histoire (on le constate surtout au début du tome #3), mais je trouvais ça important de le souligner!

 

  • le résumé, en BD, qui entame le tome #4. En effet, au verso de la seconde page de garde, on peut retrouver Maar-sèl, le «célèbre» maître de cérémonie qu'on avait connu dans le tome #2, qui nous raconte les grandes lignes des premiers tomes, question qu'un nouveau lecteur qui débute par le tome #4 ne soit pas trop dépaysé... C'est très gentil... mais pourquoi ne commence-t-il par le premier, l'abruti?!! ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • la masculinisation du titre du personnage: l'agenT Tessa!! Une femme, c'est féminin, messieurs les Français, donc elle n'est pas agent, elle est agenTE!!! Grrrr!

 

  • l'absence de prédominance raciale!! J'ai louangé, plus haut, la grande variété de races extraterrestres... Mais en fait, chacune des créatures représentées semble être la seule de son espèce!?! Non seulement aucune espèce ne semble se démarquer par son nombre, mais on voit très rarement des familles ou des groupes d'extraterrestres homogènes: les scènes de foule (et elles sont nombreuses, pauvre Louis!!) nous montrent presque toujours des centaines d'E.T. différents, tous uniques!!... C'est très bien de promouvoir, à la Star Trek, le multiculturalisme et l'interracialité, mais il aurait été plus naturel, il me semble, de montrer plus régulièrement des couples, des familles ou des groupes d'amis de même espèce!

 

  • quelques petites facilités scénaristiques... comme souvent! Primo, à la p.21 du premier tome, je trouve curieux que la seconde extrémité du long drapé tenu par Tessa, en chute libre... la rattrape!! Ça me semble physiquement impossible! C'est malheureusement le genre d'entourloupe que les scénaristes rendent possible, mais qui me font décrocher!! Même chose pour l'épisode du rinouzze (tome #2), qui fermente dans l'estomac de Tessa, transformant celle-ci en une grosse baudruche grotesque et caricaturale, qui ne cadre pas du tout avec le ton de la série!... Tout ça pour permettre au scénariste de «libérer» ses personnages du pétrin dans lequel il les avait fourrés!!:^P Parlant de rinouzze, c'est déjà la deuxième fois que l'on nous fait le coup, facile, du produit «toxique» extraterrestre... qui se révèle n'avoir aucun impact sur le métabolisme humain: il y avait déjà eu le coup de l'acide, dans le premier tome (p.20)!! Autre faiblesse: pourquoi le plan pour désactiver le labyrinthe (#2, p.43 et 44) est-il si ridiculement complexe, alors que les héros auraient tout simplement pu prendre l'avion à leur disposition pour enclencher chacune des stations? Finalement, j'ajouterais peut-être que la finale du tome #2 souffre un peu de manque d'espace: elle aurait été nettement plus satisfaisante si les auteurs avaient eu deux ou trois planches de plus.

 

  • quelques coquilles (dont plusieurs NE omis)... et toutes dans le tome #2!! «On a plus qu'à trouver...» (p.22), «... on est pas Alien!» (p.30), «Allez, cher dilpomate...» (p.44)... C'est à croire que le correcteur avait débuté ses vacances avant le temps?!?

 

  • une coquille visuelle, cette fois!!? Dans le tome #4, lors de l'affichage des premiers pointages, à la p.23, le «visage» des concurrents en 2e et 3e place a été interverti! La preuve se trouvant 5 vignettes plus haut, sur le podium des vainqueurs: on a attribué 6 points à l'agent intergalactique arrivé en 3e position, mais que 5 à celui qui est sur la 2e marche du podium!Petite bourde du dessinateur, j'imagine! :^S

 

  • l'absence du site internet annoncé!?? On annonce un site internet, on le plogue même dans une note de bas de page, nous invitant à aller y chercher des suppléments d'informations... et le site n'existe plus!!!??? Moi qui me suis toujours insurgé de l'éphémérité relative des sites, qui souvent disparaissent après un an ou deux... Il me semble que si une œuvre écrite fait référence à un tel site, la moindre des choses serait de faire en sorte que le site perdure... surtout que le dernier tome de la série n'est sorti que l'an dernier!!! (Après vérification, il semblerait qu'il s'agissait du site-portfolio de Louis, déplacé depuis à l'adresse suivante: http://tessa-42.blogspot.ca/ )

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Louis : Je connaissais déjà cette priorité commerciale, et je me suis demandé si je voulais l'intégrer dans ma réponse précédente. En fait, je me demandais si j'allais pouvoir l'expliquer clairement... mais vous venez de le faire!! Merci! ;^)

Ceci étant dit, il n'en demeure pas moins que c'est une pratique un peu dégueulasse! Si l'éditeur s'engage à publier une série, qu'il le fasse jusqu'au bout!! Elle ne se vend pas trop? Qu'elle publie les derniers tomes en moins d'exemplaires!! Au moins, les fidèles qui s'y sont attachés pourront avoir accès à la conclusion et ne se sentiront pas trahis et laissés en plan!

D'ailleurs, en ce qui me concerne, je compte quand même dans les chiffres de vente puisque j'achète les tomes en question lors de leur parution : ce n'est que ma lecture que je fais postérieurement, après la parution des derniers tomes!! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 20 novembre 2016 à 10:29


Concernant le fait d'attendre qu'il y ai plusieurs tomes, je comprends, je suis aussi lecteur. Mais une réalité en place chez les éditeurs, c'est que si le tome un ne vends pas assez, ils ne se diront pas que des gens attendent la suite, ils se diront que ca n'a pas plut, et donc, ca n'aide pas une série à se lancer. C'est très compliqué, dans les faits, la vie d'un album, et un très gros casse tête pour tout le monde, des auteurs aux lecteurs. ;)
Rédigé par Louis le dimanche 13 novembre 2016 à 12:05


@ Belzaran : Merci de me prévenir... même si ce que tu m'annonces n'est pas très encourageant!! Je vais miser sur le fait que je suis une bonne pâte, et qu'il m'en faut beaucoup pour gâter mon plaisir. Au pire, je tenterai de m'accrocher au fait que le tome #6 se déroule à Montréal??!! ;^)

Pour ce qui est du phénomène des rythmes de parution, j'avoue que je suis un peu ambivalent. C'est vrai que, lorsqu'on suit une série qu'on adore, on a SUPER hâte de lire la suite... et que les éditeurs, en bons commerçants qu'ils sont, souhaitent un rythme soutenu, pour faire mousser leurs ventes (et leurs chiffres d'affaires!).

Mais ne s'agit-il pas là d'un problème issu de notre culture de (sur)consommation?? Les livres sont des produits durables (minimalement!! ;^). Moi qui lis cette série en 2016, j'ai accès à tous les tomes, et je les apprécie sans me soucier du «délai d'attente qui émousse l'intérêt»!

En fait, ta remarque me convainc encore plus que je fais la bonne chose en attendant d'avoir plusieurs tomes avant de me lancer dans une série. Je manque la frénésie événementielle, le momentum, mais j'apprécie à fond, sans frustration! ;^)

À bientôt, Belzaran, c'est toujours un plaisir de te lire!
Rédigé par pgluneau le dimanche 13 novembre 2016 à 9:37


@ Louis : Ce fut un réel plaisir!... Plaisir qui devrait d'ailleurs se poursuivre d'ici quelques mois, puisque j'ai bien l'intention de ne pas attendre trop longtemps avant de lire les trois derniers tomes, question de profiter du fait que j'aie le récit bien en tête!!

Merci d'avoir pris le temps de m'écrire, et de nous avoir donné ces petites précisions.

Au plaisir de vous croiser un jour, si vous venez faire un petit tour au Québec! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 13 novembre 2016 à 9:21


@ Danielle : Pas de problème : je te les mets dans ta prochaine fournée, Danielle!
Rédigé par pgluneau le dimanche 13 novembre 2016 à 9:12


@ Anne des Ocreries : Ça devrait être assez facile à dénicher en bibliothèque municipale : gâte-toi, ma belle! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 13 novembre 2016 à 9:11


Concernant le rythme, j'ai oublié de précisé que cela fait une moyenne d'un tome et demi par an. 14 tomes, avec le spin off, en 11 ans. Il y avait de quoi faire;) amitiés.
Louis
Rédigé par Louis le dimanche 13 novembre 2016 à 6:17


C'est vrai qu'on a mis du temps à finir, mais c'est le cas, au tome 7. Avec toutes les portes fermées, idem pour la série dérivée.

Louis
Rédigé par Louis le dimanche 13 novembre 2016 à 6:13


J'avais adoré cette série avec toutes ses références SF/fantasy et son humour. Les persos étaient vraiment réussies et, pour une fois dans ce genre de série, il y avait une véritable densité de lecture. Le premier tome est particulièrement fourni en événements/blagues/actions/références.

Désolé de te l'annoncer, mais le tome 5 a complètement refroidi mes ardeurs. Les références se tournent vers la BD et on a l'impression que l'histoire patine. Le fait d'avoir développé une série annexe sur les agents n'a rien arrangé : les parutions se sont beaucoup trop espacées pour maintenir un intérêt chez le lecteur.
Rédigé par Belzaran le dimanche 13 novembre 2016 à 5:20


Merci beaucoup pour cette critique objective et très détaillée.

Louis, l'un des papa de l'agentE Tessa;)
Rédigé par Louis le samedi 12 novembre 2016 à 13:50


OUI! OUI! OUI!
Rédigé par Danielle le samedi 12 novembre 2016 à 11:33


Ah, ça me donne envie tiens ! Je lirais volontiers !
Rédigé par anne des ocreries le samedi 12 novembre 2016 à 10:32




Dernièrement, j'ai lu... Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Démons d'Alexia
#07- Chair humaine
07 mai 2017

Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Duel de génies...

Arsenul, sur Pourquoi j'aime la BD???

Philippe lavigueur, sur Huis clos parmi les furets carnivores

anne des ocreries, sur Huis clos parmi les furets carnivores

Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin