Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- le Mystère du jeteur de sorts
#01- LE MYSTÈRE DU JETEUR DE SORTS
Scénariste(s) : Joris CHAMBLAIN
Dessinateur(s) : Lucile THIBAUDIER
Éditions : les Malins
Collection : X
Série : Sorcières sorcières
Année : 2015     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit complet, Court récit
Genre(s) : Fantastique humoristique, Aventure policière, Humour naïf, Steam-punk
Appréciation : 4 / 6
De charmantes petites sorcières mignonnettes tout plein... et pas méchantes pour deux sous!
Écrit le dimanche 30 octobre 2016 par PG Luneau

Tomes lus : #01 - le Mystère du jeteur de sorts

            #02 - le Mystère des mangeurs d'histoires (Récit complet)

 

Ah l'Halloween!! Ils sont toujours chouettes, les jours entourant cette fête : on y croise toutes sortes de monde, dans les rues : des momies, des vampires, des clowns et des superhéros... Vous voulez prolonger ce doux temps auprès de vos petites frimousses gorgées de sucre et mal démaquillées???! Voici une série tout à fait adaptée aux 7 à 9 ans : Sorcières sorcières, de Joris Chamblain (auteur des doucereux Carnets de Cerise et Lucile Thibaudier!!

C'est qu'elles se sont beaucoup adoucies, les méchantes sorcières de mon enfance (celles, terrifiantes, jouées par Hélène Loiselle dans Franfreluche, par exemple - qu'est-ce que j'en avais peur!! ;^). Depuis la Pottermania, on sait, maintenant, que les sorciers de tout acabit peuvent être très gentils et vivre sans chercher à causer de mal autour d'eux! Dans Sorcières sorcières, soyez assurés que c'est aussi le cas!

En effet, le petit village de Pamprelune, aux airs de Nouvelle-Angleterre, est idyllique à souhait, tout entouré de beaux feuillus aux teintes mordorées qu'il est!! Les familles qui l'habitent sont toutes composées de mages et de sorcières, et tous y vaquent à leurs occupations dans un esprit de bonne entente et de collaboration. Ô! Il y a bien Rowena, Mirabelle et Cassandre, les trois jeunes chipies qui mènent la vie dure à Harmonie et sa petite sœur, Miette, mais ce ne sont là que des querelles de pré-ados comme on en connaît trop, de l'intimidation qui se résume à se moquer méchamment les unes des autres ou à se lancer par la tête des sortilèges de maquillages ridicules ou de vêtements burlesques. Non pas que je veuille minimiser l'impact de tels comportements, fléaux de nos cours d'école... mais avec tout le potentiel qu'offre un monde de magie, avouez qu'on est loin des Mangemorts, des Avada Kadevra de Voldemor ou des autres noirs sortilèges mortels dont le maléfique Saruman est capable!! Même le burlesque Gargamel paraîtra plus cruel que les «méchants» de Pamprelune, c'est tout dire!!

Mais malgré le ton tout à fait gentillet de la série, les aventures que vivent Harmonie et Miette n'en demeurent pas moins intéressantes!! En fait, elles consistent en diverses enquêtes, Harmonie cherchant toujours à éclaircir les petits mystères qui surgissent parfois dans son milieu. Le tout commence avec le Mystère du jeteur de sorts : quelqu'un semble soudainement profiter de la nuit pour aller punir les trois agaçantes pipelettes qui harcèlent constamment Miette! Mirabelle se retrouve avec une tête de citrouille, Cassandre se réveille en flottant au plafond et Rowena, toute emberlificotée dans un lierre!! La douce Harmonie cherchera avec d'autant plus d'intérêt qui est responsable de ces attaques vengeresses... qu'elle est la principale suspecte!! :^0

Après avoir résolu cette première affaire, la jeune sorcière semble y prendre goût et se donne le mandat de devenir une espèce de détective privée. Sa jeune sœur lui servira d'apprentie et, ensemble, elles s'attaqueront à la traque aux Kors, ces charmantes petites créatures poilues à l'allure inoffensive qui causent néanmoins de petits ravages dans la communauté. À quel nouveau phénomène le sympathique duo s'attaquera-t-il par la suite? Il faudra attendre le tome #3 pour le savoir!

Des intrigues sérieuses, très bien construites, des personnages au charme indéniable, un monde qui fait rêver... et des dessins dans un style très personnel, empreints de douceur, qui fleurent bon la bonne entente et le bonheur... à mille lieues du look un peu trash des Kids Halloween ou de celui, disneyien, de Guardino, dans Sorcelleries! Que demander de plus pour vos petites têtes blondes? Non, vraiment : malgré le fait que la série semble avoir eu un accouchement difficile (si j'en crois les dédicaces - trois ans de délai entre les deux tomes? problèmes d'éditeurs??), Sorcières sorcières, c'est vraiment à mettre entre les mains de tous les jeunes lecteurs!

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la maquette de couverture, avec sa reliure, son hublot arrière (!!??) et ses coins qui semblent renforcés par des embouts en cuivre luisant! En fait, de manière générale, madame Thibaudier y est allée d'un esthétisme soft steam-punk bien agréable, qui teinte pas mal tout l'univers qu'elle a illustré de si belle façon! ;^)

 

  • le dessin de madame Thibaudier! J'ai d'abord apprécié son originalité : il ne correspond pas à aucun des styles à la mode actuellement, en BD jeunesse. En fait, c'est surtout dans les albums pour la jeunesse qu'on retrouve habituellement ce caractère distingué et joliment propret... Doit-on s'étonner d'apprendre que Mme Thibaudier a beaucoup illustré (et illustre encore!) ce type de petits bouquins!! Puis, j'ai aimé que, malgré un petit quelque chose de girly dans le trait, la talentueuse illustratrice a évité le rose à outrance (contrairement au Studio danse, à Cath et son chat, aux Elfées ou même à la Rose écarlate). Elle a préféré opter pour une douce coloration apaisante, tout à fait en lien avec l'ambiance de ce petit village tranquille. Ce faisant, ses albums risquent beaucoup plus d'attirer le lectorat masculin... même si les garçons sont des denrées rares dans la série (voir plus bas!) !

 

  • la typographie des formules magiques! Calligraphiées en lettres cursives roses, avec une multitude de jambages et de volutes, ces formules ont tout ce qu'il faut pour nous paraître magiques!! J'ai pris grand plaisir à tenter de lire les mots qui les composaient (car ils sont minimalement signifiants!)... mais quel dommage qu'ils soient si petits et coincés dans les phylactères!! Systématiquement, j'ai dû avoir recours à ma loupe... ce qui n'est tout à fait normal, non?? :^(

 

  • de belles idées pour établir le caractère fantastique de l'univers créé. Il n'est pas évident, depuis que madame Rowling a déclenché le tsunami Potter, de trouver des idées originales pour démontrer la présence de la magie sans tomber dans le déjà-vu! Chamblain et Thibaudier ont fait quelques belles trouvailles : la présence d'une citrouille-portière-boîte aux lettres-caméra de sécurité-parlante (ici baptisée Arthur! ;^), le mur du hall d'entrée décoré comme une planche de Ouija ou les tubapapottes sont sympathiques, de même que l'arbre-sorcière qu'on nous montre, dans le cahier de croquis du tome #1! ;^)

 

  • tout le visuel des décors! La demeure des deux sœurs et de leurs parents, avec sa tour d'observation qui lui donne des airs de petit château, a tout pour nous faire rêver. Il en va de même pour le village en entier, qui se veut si bucolique et invitant!! On souhaiterait vraiment visiter Pamprelune, faute de pouvoir y vivre!! ;^)

 

  • la belle relation positive entre les deux sœurs. En fait, la grande Harmonie tolère les élans de joie de sa petite sœur Miette avec tant de calme et de maturité que s'en est peut-être un tantinet exagéré! Heureusement que les auteurs nous font assister, à quelques occasions, à des querelles ou des mésententes entre elles, parce que sinon, on frôlerait l'utopie!! Ça reste des sœurs, après tout!! ;^D

 

  • l'intelligence des intrigues. Aussi simplistes qu'elles puissent paraître, elles sont ficelées au quart de tour, et les explications de «Sherlock» Harmonie, en fin d'albums, sont toujours d'une logique infaillible... Logique toute empreinte de  magie et de fantastique, bien évidemment, mais qui respecte les bases établies dans le cadre de cet univers (comme l'origine de l'énergie magique, très bien expliquée dans le 2e tome, aux p.18 et 19)! Bravo à Chamblain pour son sens de l'intrigue et de la narration!

 

  • le deuxième petit récit du premier tome!! En effet, une fois le Mystère du jeteur de sorts résolu, au bout de 32 pages, les auteurs nous font la surprise de nous raconter une deuxième historiette, toute courte (7 planches), intitulée le Mystère du chasseur de poussière. On y raconte les déboires du balai familial, alors qu'il veut venir en aide à «une» balai femelle qui se voit maltraiter, dans la maison d'en face! Le charme de cette espèce de petit conte de fée simpliste est renforcé par le fait que ces événements se déroulent parallèlement à ceux de la première histoire, les deux récits se croisant donc parfois. Ça nous permet de revivre les moments-clés du premier récit, mais sous un autre angle! Chouette idée que ce supplément! ;^)

 

  • un deuxième supplément, en fin de premier album! Les éditeurs (et l'illustratrice!!) ont eu la gentille attention d'incorporer un semblant d'album-photos, où l'on nous présente une quinzaine d'illustrations où l'on voit Harmonie et Miette, ainsi que leurs parents, Tibor et Artémissia (qui s'avère aussi être la directrice de l'école de sorcellerie!), dans leur quotidien. L'ensemble nous permet de «faire plus ample connaissance» avec cette gentille famille!

 

  • la thématique du 2e tome. J'ai bien aimé la façon très imagée avec laquelle l'auteur aborde le thème de la dépendance! La maladie qui s'abat sur tous les jeunes du village est due, on le découvre bien vite, à une certaine forme de dépendance à leur bonbon favori. De là, il est bien facile de faire le parallèle avec l'abus d'ordinateur, de nourriture, de cigarette, de drogue ou d'adrénaline!

 

  • l'existence des mêmes récits, mais sous forme de romans!! :^0 En effet, pour ceux que ça intéresse, les éditions les Malins (qui travaillent en étroite collaboration avec les éditions belges Kennes) publient, simultanément, la version roman de ces BD!! À noter qu'ils font la même chose avec les séries la Vie compliquée de Léa Olivier et Bine : chaque roman se retrouvera sous peu en format BD, ou vice-versa!! ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • un incipit un peu complexe, surtout pour les jeunes Québécois. D'abord, je trouve que la transition entre les vignettes 4 et 5 de la première planche du tome #1 manque de fluidité. Je me demande vraiment si les jeunes lecteurs vont comprendre que l'on assiste là à une transformation magique entre les chattes et les jeunes filles. Personnellement, j'ai dû m'y attarder quelques secondes avant de comprendre... De plus, le jeu de Chat ne réfère à rien, chez-nous, car il porte ici un tout autre nom : c'est la Tag!! Est-ce que nos jeunes Québécoises vont faire le lien entre les deux? Ça fait deux petites difficultés qui, puisqu'elles figurent en tête d'album, risquent potentiellement d'en décourager quelques-unes... ce qui serait bien dommage!! :^(

 

  • le choix graphique d'illustrer Youki le dragon de manière aussi simpliste. En fait, il ressemble plus à un Dragouille (de Maxim Cyr et Karine Gottot!) qu'à un dragon!! Sa forme patatoïde, ses minuscules ailes et son absence de museau me l'ont rendu plus qu'ordinaire... et c'est triste, parce qu'il se veut bien sympathique! :^S

 

  • le caractère un peu gnagna de certaines situations. Les motifs des querelles entre les filles, ou les activités qu'elles choisissent de faire sont vraiment de l'ordre de l'enfance... mais voilà que les intrigues sont d'une complexité plus poussée!!? Je m'interroge sur la dichotomie qui pourrait en découler... Les plus jeunes parviendront-ils à comprendre convenablement les explications finales? Les un peu plus vieilles ne trouveront-elles pas certains aspects trop bébés à leur goût? Je crains un petit problème de décalage au sein du public-cible!! :^S

 

  • le peu de protagonistes masculins auxquels les garçons pourraient s'identifier. Le premier tome n'en comporte tout simplement aucun! Le jeune Pluton ne fait son apparition que dans le tome #2, de même qu'Alcide, l'empoté... Pour attirer un plus vaste lectorat, il serait peut-être bien de continuer à développer ces deux jeunes personnages masculins, ou d'en créer d'autres!

 

  • deux petits flous scénaristiques. Au bout du compte, à la fin du premier récit, est-ce que je me trompe ou si on ne sait toujours pas pourquoi Harmonie s'endormait en classe?? Et pourquoi nomme-t-on Rowena, au haut de la p.40 du premier tome, alors qu'Harmonie discute avec son balai??

 

  • une inversion de phylactère. Ni les auteurs, ni les correcteurs du tome #1 n'ont remarqué qu'à la 3e vignettes de la p.28, les bulles de Rowena la rousse et Cassandra la foncée ont été inversées??!

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : C'est drôle, parce qu'avant même que tu me poses la question, je me la suis posée... et je ne connais pas la réponse!! Mais quand on sait que «to tag», en anglais, veut dire attraper quelqu'un, il est évident que notre appellation québécoise nous vient fort probablement de nos conquérants ancestraux!! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 06 novembre 2016 à 22:21


M'a l'air tout mignon ça, à lire avec des petits-petits....:)
Nous, dans ma région, on jouait aussi " à chat" ; sauf que la dénomination du jeu changeait selon les classes sociales. Chez les " riches", dont les parents étaient du secteur tertiaire ou de professions indépendantes, c'était " jouer à chat". Chez nous-z-aut' les gamins de " pauvres" ( ouvriers/paysans), on jouait " à la tape". Et quand celui " qui y était" touchait quelqu'un, au lieu de crier " chat ! ", il criait " tu y es ! ". Chez vous alors, c'est "la tag " ? et comment appelle-t-on ce jeu dans la communauté anglophone ? On devait y jouer aussi non ?
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 30 octobre 2016 à 12:45




Dernièrement, j'ai lu... Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Démons d'Alexia
#07- Chair humaine
07 mai 2017

Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Duel de génies...

Arsenul, sur Pourquoi j'aime la BD???

Philippe lavigueur, sur Huis clos parmi les furets carnivores

anne des ocreries, sur Huis clos parmi les furets carnivores

Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin