Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#05- ...À la folie!
#05- ...À LA FOLIE!
Scénariste(s) : Benoît Drousie dit ZIDROU
Dessinateur(s) : Christian DARASSE, Serge Bosmans dit BOSSE
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Tamara
Année : 2007     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Gags en une ou quelques planches
Genre(s) : Humour, Humour tendre, Humour grivois, Quotidien, Récit psychologique
Appréciation : 4.5 / 6
la Série qui ose en gros... euh!?... en grand!
Écrit le samedi 02 mars 2019 par PG Luneau

Tomes lus : #05 - ...À la folie! (Dess. : Christian DARASSE)

            #06 - Tu dépasses! (Dess. : Christian DARASSE, 2008)

            #07 - Ma première fois! (2009, 56 p., 5 / 6)

            #08 - Oh, le salaud! (2010)

 

Ah! Tamara! Quel plaisir de retrouver cette jeune adolescente un peu ronde au caractère si affirmé! Quel beau modèle pour nos jeunes, si prompts à user de cruauté en ne se basant que sur l'apparence!! Et puis, il faut bien le dire : ça reste écrit par Zidrou!! Vous savez, ce Zidrou que j'ai monté aux nues dans ma dernière critique de Boule à zéro, il y a quelques mois à peine? Un scénariste qui est génial sur une série peut difficilement être mauvais sur une autre, non?!

Donc, oui, voilà, je me suis replongé dans les mésaventures sentimentales de Tamara. Après quatre premiers tomes de mise en place, voilà que le petit monde de la charmante adolescente rondouillette prend... de l'expansion (excusez le jeu de mots! ;^). Si on connaissait déjà sa famille et 2 ou 3 de ses copains de classe, les quatre tomes suivants nous présentent plus d'une dizaine de ses confrères et consœurs  du lycée... dont le beau Diego, qui fera craquer le cœur de toutes les jeunes filles (et celui d'un certain garçon!?)! Le bel adonis, à demi-chilien, arrive à l'école dans le tome #7... pour y bouleverser la vie de Tamara à tout jamais!!

Car, comme son titre l'indique, Tamara y vivra sa «première fois», de façon tout aussi attendrissante qu'inattendue! C'est qu'ils sont plusieurs à voir d'un mauvais œil les rapprochements entre la jeune souffre-douleur du groupe et le nouvel arrivant! Toutes ces jalouses (et quelques jaloux!! :^0) mettront donc tout en œuvre pour séparer le jeune couple... Y arriveront-ils? Il semblerait que oui, si l'on se fie à la couverture du tome #8, intitulé : Oh le salaud!

Encore une fois, messieurs Zidrou (au scénario) et Darasse au dessin (qui se fait assister de Bosse à partir du 7e tome), nous offrent des tomes de qualité, que tout adolescent de 13 à 17 ans devrait lire. Avec ses gags mieux ciblés, son univers de plus en plus étoffé et cohérent et ses dessins toujours aussi simples mais débordants de tendresse, cette série murit bien, tel un bon vin. Vivement que je me tape la suite!

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • le blogue de Tamara... qui est fermé!:^( En effet, à la fin du tome #5, on nous annonce en grande pompe que Tamara tiendra un véritable blogue, sur lequel on pourra suivre ses états d'âme et, accessoirement, l'actualité en lien avec sa série: parutions, dédicaces, concours, projets spéciaux (comme le film!), scoops, etc. Quelle bonne idée!! Évidemment, le tout date de 2007... Malheureusement, la dernière mise en ligne sur le blogue remonte au 25 avril 2015! Bon, plusieurs me considéreront comme un vieil attardé, mais je m'en fous et je m'insurge quand même: J'ABHORRE le ridicule de cette mentalité contemporaine qui veut que «tout doit changer, tout le temps, toujours de plus en plus rapidement»!Je veux bien croire que la technologie évolue, mais ce n'est pas une raison pour décréter que tout ce qui a plus de 5 ans devrait être ou détruit, ou up-gradé! Ça me met littéralement hors de moi qu'un site ne puisse pas perdurer tel qu'il a été conçu, au risque de «ne plus pouvoir être supporté par les évolutions de la technologie», ou qu'il faille tout changer parce que «les lecteurs veulent du changement, sans changement, point de salut»! Plus rien de dure, on est dans le jetable et ça M'ENRAGE!!! (Vous aurez compris que mon webmestre vient de m'annoncer que je devrais ABSOLUMENT tout modifier, transférer, refaire ma Lucarne sur une autre plate-forme le plus vite possible, sans quoi elle explosera de décrépitude tant elle est obsolète!!! GRRRRRRRRRRRRRRRRR!!!!!!) Bon, voilà, ma glande à fiel est vide, je peux poursuivre plus sereinement...:^S Pour en revenir à nos moutons, j'aurais aimé qu'un site internet annoncé dans un album dure plus longtemps que 8 ans. Après tout, l'album, lui, existe encore, non??! À moins qu'il faille le détruire, lui aussi??!!>:^(

 

  • une étrange tournure de phrase... Dans le très rassurant Guide de la première fois qui complète le tome #7 de la série, on suggère aux jeunes adolescents d'être le plus ouvert possible et de communiquer entre eux lorsque vient le temps de leurs premières expériences sexuelles. C'est dans ce passage qu'on fait la recommandation suivante: «Et si tu as peur d'avoir de nouveau mal, parles-en lui...» !? C'est vraiment la première fois que je croise cette formulation!:^O Les grammairiens d'Internet me rassurent en me confirmant qu'on doit dire «parle-lui en»... mais que la formulation de l'album est parfois utilisée, à l'oral!!? Bizarre! Cette tournure ne me semble pas avoir traversé l'Atlantique à ce jour... et j'espère bien qu'elle ne le fera jamais, tant ça m'écorche l'oreille!! ;^)

 

  • la trop grande ressemblance entre Anaïs et sa grande sœur. À cause d'elle, et de l'étrange construction du gag final du tome #8, j'ai été confus, au milieu de la p.43: Qui s'est vraiment glissée dans le lit de Diego? Anaïs ou sa grande sœur qui se serait peignée comme elle? L'ambiguïté de la situation, due en grande partie au dialogue du strip précédent, m'a complètement mélangé! J'ai dû relire cette planche 2 ou 3 fois avant de conclure qu'il s'agissait probablement de la vraie Anaïs, quoi que le texte du premier strip puisse nous laisser croire. Très confondant, tout ça!:^(

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • mes dédicaces! Vous vous souviendrez peut-être que, quand monsieur Darasse est venu au Québec, il y a quelques années, j'ai profité à fond du fait que peu de gens le connaissaient pour passer littéralement des heures en sa compagnie et me faire dédicacer... une dizaine d'albums (!!??), ce qu'il a fait avec une générosité incroyable: il m'a comblé! Mon tome #5 est donc décoré d'un Wagner boutonneux à souhait, et mon tome #6, d'un Zak qui pitonne joyeusement sur son cellulaire. Dire que je ne connaissais pas ces deux fafouins, à l'époque, puisque je n'avais lu aucun des albums encore... Maintenant, grâce aux tomes 5 à 8, je connais leur secret intime à chacun!!... Et je les garderai pour moi, lalalère!! ;^P

 

  • la pertinence des thèmes abordés. S'ils sont parfois délicats, ils sont toujours abordés de front, sans faux-semblant. Fidèle à lui-même, Zidrou n'a pas peur de parler des vraies choses! Ce n'est pas parce qu'on est en BD pour ados qu'on va occulter les sujets un peu chauds! J'ai déjà pu le constater dans les Boule à zéro, mais c'est encore le cas ici! D'abord, la thématique principale: Tamara est ronde et un peu complexée, mais ça ne l'empêche absolument pas de reluquer les popotins des garçons qui passent ni d'oser les aborder (les garçons, pas les popotins! ;^)... très souvent avec succès, à part ça! Au passage, on écorche les bimbos et le ridicule de la mode... pour mon plus grand plaisir! ;^) Le thème des relations père-fille est aussi pris à bras le corps, tant via la relation tordue que Tamara entretient avec son égoïste de père absent que via celle, plus classique, que la charmante Jelilah développe avec son père, trop rigoureusement attaché aux traditions islamiques. La sexualité des adolescents est présentée avec naturel et respect... avec ses excès aussi, parfois (le concours de t-shirt mouillé du tome #5 (p.40) et la présence de films XXX - dont celui intitulé Lola Canada et les 11 bûcherons!! ;^D (tome #6 p.39) - en sont de bons exemples!). L'homosexualité latente de l'un des personnages (je n'en dis pas plus) surprend et ajoute un vent de fraîcheur... jusqu'à l'apothéose qu'on attendait tous: la première fois de Tamara! Ce n'est pas un scoop de le révéler: le tome #7 nous l'annonce dès la couverture! Mais le tout est présenté avec un fabuleux doigté, sans détour ni mièvrerie. Franchement, malgré ses allures de petite série légère avec personnages à gros nez, Tamara s'avère une œuvre riche et importante. Elle outille subtilement les ados, tant sur le plan développemental que relationnel... et le tout avec délicatesse et humour! Du grand art, malheureusement pas reconnu à sa juste valeur, à mon sens, occulté qu'il est par les Nombrils (au Québec, du moins!).:^(

 

  • plusieurs petits caméos visuels, et de chouettes références dans les textes. Sur les affiches ou les couvertures des albums qui traînent à gauche et à droite, on peut reconnaître plusieurs séries BD: Zowie, les P'tits Diables, Jojo, Broussaille, le Retour à la terre... La Castafiore se paye un air d'opéra en compagnie du père de Tamara (#5, p.22), alors que toute la famille joue régulièrement à mon jeu favori: les Loups-Garous de Thiercelieux (#6, p.43). On apprend que Zak lit les Nombrils et qu'il y aurait un parc d'attractions Kid Paddle! Finalement, j'ai bien aimé découvrir que l'auteur du livre la Télépathie pour les nuls est nul autre qu'un certain Dr Drousie (qui, une fois inversé, devient Zidrou, c'est bien connu! ;^).

 

  • toute une faune de personnages intéressants. D'abord, il y a la toujours aussi adorable Youli, qu'on voudrait tous avoir comme sœur ou amie: elle est tellement «Miam-mioum tout plein!» ;^) Puis, le beau Diego nous chavire tous le cœur, dès son arrivée, au tome #7! Il est tellement charmant, prévenant, attentionné et respectueux qu'il n'y a pas que toutes les filles du lycée qui craquent pour lui: certains garçons aussi... de même que nous, lecteurs!! ;^) Au fil des tomes, on apprend à connaître de plus en plus les personnalités (et les noms!!) d'autres adolescents de la classe, dont j'adore la multiethnicité: Anaïs, Jay, Brian, le gros Babacar, Fatou, Graziella... et ma préférée: Luan, la petite Asiatique bête à brouter du foin!! ;^D Wagner se révèle de plus en plus cruel de méchanceté... mais on en découvre aussi la raison, ce qui donne une belle profondeur psychologique à ce bête «méchant de service». De son côté, Jelilah s'ingénie à trouver des moyens de contourner les contraintes que lui impose son père! Parlant de père, l'imbuvable Philippe-André continue de faire rager Tamara (et nous avec, par la même occasion) de par son insensibilité et son éternel égocentrisme. Mais ce qui est vraiment chouette, c'est que même les personnages récurrents de troisième ordre sont amusants! Je pense notamment à la marchande de bonbons, au médecin de Tamara (qui tient à ce qu'elle mange beaucoup!?!) ou aux deux vieilles bigotes du quartier, toujours en train de se plaindre ou de juger les ados! Tout ce petit monde forme réellement une communauté très cohérente et tout à fait crédible. Bravo aux auteurs!

 

  • quelques très bons gags qui se sont démarqués. Le logiciel Virginal 9.2 (tome #5, p.31) m'a beaucoup fait rire, de même que les services offerts par Madame M'Ado (au tout début du tome #6). Le subtil «Bon voyage, sœurette! Tu maigriras?» (#6, p.42) m'a littéralement fait crouler de rire, de même que les délicieuses tentations qui torturent le sens moral de Tamara, personnifiées par son petit ange et son diablotin! ;^) J'ai bien aimé la première page du magazine l'Opéragot (#8, p.35), qui titre « «Le castrat ne l'était pas!», mais c'est la première case de la p.20 du tome #8 qui gagne la palme du gag le plus tordant... tout en étant d'une subtilité incroyable! Quand on connaît la nature des relations entre tous les personnages impliqués, la phrase lancée par Wagner est tout simplement délirante de sous-entendus! J'ai ADORÉ! ;^D

 

  • quelques belles idées sympathiques! La famille de Tamara m'a presque donné envie de mettre en place, moi aussi, un Plitch-Ploutch day, qui vise à célébrer les trop longues séquences de jours de pluie consécutifs (tome #6, p.8). J'ai bien aimé l'idée de Grosse Girl, cette série télé qui raconte les aventures d'une superhéroïne qui fait de l'embonpoint (#6, p.30 et suivantes), et le romantisme sous-jacent à la légende maorie... inventée par Tamara (#8, p.34). Mais les plus belles idées sont, bien sûr, celles qui encadrent les lourds secrets de Wagner et de Zak, ainsi que celles des pièges que Wagner (#7, p.41) ou Anaïs et ses complices (#8, p.42 et suivantes) mettent en place pour séparer Tamara et Diego! Ce sont ces passages qui font le plus évoluer l'histoire, après tout! ;^)

 

  • le Guide de la première fois, offert en complément de l'album #7. Quelle belle idée que d'adjoindre à cet album un guide sérieux, complet, détaillé, non complaisant ni moralisateur, qui explique aux ados tout ce qu'il y a à savoir sur cette mythique première relation sexuelle! Comment savoir quand on est prêts? On fait ça où et quand? Jusqu'où doit-on aller, qu'est-ce que je dois accepter? Doit-on se protéger? (OUI!!!!) Est-ce que ça fait mal? Est-ce que c'est censé être fabuleux du premier coup? Dans un langage simple et efficace, ce guide aborde franchement toutes ces questions que se posent le plus souvent les jeunes, sans fausse pudeur ni compromis. En cette époque où le Net nous expose à tout et son contraire, et où les jeunes se laissent jouer dans la tête par la pression sociale, ce guide ne peut faire autrement que de faire œuvre utile!! Avec toujours beaucoup de respect et d'intelligence, mais non sans quelques touches d'humour, ce guide agréablement illustré démontre clairement qu'il n'y a pas de recette, et que chacun a le droit de vivre sa première fois à sa façon, à son rythme. Un must à faire lire à tous les pré-adolescents, idéalement AVANT qu'ils ne soient tentés de vivre cet important rite de passage.

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


Merci, Pierre-Greg, je m'essaie.
Rédigé par Marsi le lundi 04 mars 2019 à 12:40


@ Marsi : Pour ce qui est de surfer, je ne sais pas : cette série-ci a quand même débuté quelques deux ou trois ans avant les Nombrils... Mais elle pourrait quand même avoir profité du succès des héroïnes de Delaf et Dubuc...

Pour ce qui est du caractère plus pratique, je suis un peu d'accord : en abordant le thème des corps atypiques de manière franche, directe mais si positive, cette série est automatiquement bénéfique... Ce qui n'enlève rien aux Nombrils, qui sont tout aussi utiles en mettant le projecteur sur des phénomènes comme l'hypersexualisation et la violence psychologique inhérente aux bitcheries entre bimbos!

Deux belles séries pour aider nos adolescentes et leurs amis à mieux se comprendre, se respecter et s'apprécier! À mettre entre toutes les mains!

P.S. : J'ai retrouvé le fameux bouton RSS!!!! Il est en haut de cette page, juste entre la bannière et le rectangle blanc où sont inscrites les données techniques des albums, dans le coin droit! Il n'apparaît que sur la page d'accueil, pas dans les pages archivées! (Il a fallu que je demande à Maxime de venir me le montrer pour que je le vois par moi-même, deux secondes avant qu'il ne me rejoigne à l'ordi!! ;^) Tu n'as qu'à cliquer dessus et tu seras prévenu. Sinon, tu peux en plus t'abonner à ma page Facebook, sur laquelle j'annonce chacune de mes publications!! ;^)

À très bientôt, j'espère!!
Rédigé par pgluneau le lundi 04 mars 2019 à 0:48


@ Anne des Ocreries : Je te comprends, Anne, et suis tout à fait d'accord avec toi! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 04 mars 2019 à 0:33


Ah bien, là, Pierre-Greg, je me suis fais prendre ! Je comptais te dire oh combien je trouve les rondeurs de Tamara surfaites car, en regardant la lointaine couverture de "Tu dépasses", je croyais le corps de cette ado modelé au gabarit du top-modèle. Par chance que je me suis repris à quatre fois pour bien comprendre. Bien, oui, elle sera peut-être, un jour, une Vénus de Willendorf qui sera vénérée à titre de femme créatrice du monde. Je m'égare encore mais au moins, on se rappelle cette déesse parce qu'une fois enterrée par le temps, elle aura survécu jusqu'à nos jours car faite de pierre et non d'ondes périssables ou de support à la mémoire temporaire.
Belle série qui surfe certainement sur le succès des Nombrils quoique que beaucoup plus pratique en bout de ligne.
Rédigé par Marsi le samedi 02 mars 2019 à 16:05


Je suis une fan inconditionnelle. J'adore, j'adore, j'adore.
Rédigé par anne des ocreries le samedi 02 mars 2019 à 10:35




Dernièrement, j'ai lu... Boumeries
#04- Boumeries, volume 4
26 octobre 2019

Violette autour du monde
#01- Ma tête dans les nuages
15 septembre 2019

Ananas de la colère
les Ananas de la colère
08 septembre 2019

French kiss 1986
French kiss 1986
31 août 2019

Enquêtes d'Enola Holmes
#01- la Double disparition
18 août 2019

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Vigneault au ComicCon (mais pas LE Gilles, là!)
24 août 2019

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique médiéval Héros animalier Historique Hommage Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Marsi, sur Bienvenue chez Boum!

anne des ocreries, sur Bienvenue chez Boum!

Elkeurti Mohamed, sur Capsule-Pif #023- le Petit mousse à la grande aventure!

Teresa et Stefano, sur Quand les sagesses de la vie se font beautés...

Venise, sur Quand les sagesses de la vie se font beautés...

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin