Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- le Grimoire des souhaits
#01- LE GRIMOIRE DES SOUHAITS
Scénariste(s) : François DEBOIS
Dessinateur(s) : Montse MARTIN
Éditions : Glénat
Collection : Grafica
Série : Talisman
Année : 2009     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre
Genre(s) : Fantastique
Appréciation : 5 / 6
N'est-il pas risqué d'abuser de la magie?
Écrit le vendredi 06 novembre 2009 par PG Luneau

Pour ses quarante ans, le groupe des éditions Glénat a décidé de publier quarante nouvelles séries! Initiative fort louable, puisque quarante nouveaux scénaristes et quarante illustrateurs verront ainsi leur première œuvre publiée! Talisman est l’une de ces œuvres… et la qualité est au rendez-vous! Quelle excellente surprise que cet album!

 

Tara est une jeune fille comme les autres, si ce n’est que son père est un écrivain reconnu qui bûche avec peine sur son prochain roman, ce qui le force à s’enfermer des mois durant dans son bureau sans plus s’intéresser à elle. Quand, enfin, il finit son manuscrit et sort de sa torpeur, la joie de la jeune fille est de courte durée. En effet, le jour même du lancement officiel, son père tombe dans un étrange coma que les médecins n’arrivent pas à expliquer!

 

Cette situation pousse Tara et sa mère à des extrêmes fort déplaisants : elles doivent vendre leur belle demeure, et Mme MacGill doit se mettre à travailler en double à son petit restaurant afin de trouver l’argent nécessaire à l’hospitalisation de son mari. Tara doit elle aussi se donner à fond afin d’aider sa mère, même si ça soulève la risée de ses confrères de classe. La riche et prétentieuse Mathilde Delombe n’hésite pas une seconde à la ridiculiser en la traitant de tous les noms… Sans compter qu’elle souhaiterait bien mettre le grappin sur le beau Tom, l’ami d’enfance de Tara. La tension est telle que Tara ne sait plus où donner de la tête.

 

Jusqu’au jour où, par hasard, elle découvre un petit coffre en bois appartenant à son père et contenant de bien étranges artefacts. D’abord, une photo prouvant que son père était très copain avec les pères de Mathilde et de Tom. Puis, une cape qui, apparemment, permettrait d’exaucer tous les vœux! Il n’en faut pas plus pour redonner espoir à la jeune fille… mais se peut-il que ça soit si simple? Que Tara n’ait qu’à souhaiter la guérison de son père pour que tout revienne comme avant? La cape semble avoir ses propres règles, son propre modus operandi… et si son utilisation  entraînait des effets secondaires? Se pourrait-il qu’elle soit la cause du coma de M. MacGill?! Chose certaine, Nola, la folle du village, semble reconnaître cette cape, et aimerait bien que Tara la lui laisse observer plus en détail…

 

Beaucoup de mystères, des personnages aux interactions riches, des secrets de jeunesse, des touches de fantastique qui s’introduisent tout doucement dans le quotidien des habitants d’une petite ville de bord de mer… Finalement, cette histoire a tout ce qu’il faut pour gagner mes faveurs. Un récit tout public fort attachant, qui débute lentement, mais qui s’annonce diablement intéressant. Vivement la suite!

 

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le dessin est d’un superbe classicisme. Le visage de Tom ressemble beaucoup à celui de Julien Boisvert, le héros de Plessix, et plusieurs personnages rappellent les films de Disney. Doit-on se surprendre que la talentueuse dessinatrice ait été formée dans les studios espagnols de ce géant américain ?

 

  • les chats sont joyeusement dessinés. On les croirait tous directement sortis du film les Aristochats, encore de Disney. D’ailleurs, on en a la preuve à la page 47 (troisième vignette), alors qu’on y voit un évident clin d’œil à Berlioz, Toulouse et Marie, les trois chatons de Duchesse.

 

  • un récit qui laisse planer d’intéressants mystères et entrevoir de palpitantes possibilités. Qu’en est-il de la relation entre les trois pères? La mère de Tara n’était-elle pas une source de conflit pour ces trois vieux amis, du temps où ils étaient collégiens? Pourquoi le père de Mathilde en veut-il tant à celui de Tara? Quel rôle la cape aux souhaits a-t-elle eu dans la vie de ces trois hommes? Et à quel prix? Oui vraiment, vivement la suite!

 

  • les personnages sont suffisamment nombreux pour assurer un réel tissu social. Le fait que trois familles soient impliquées permet de monter le nombre de personnages actifs à huit!! C’est certain qu’on ne sait pas encore tout d’eux, bien loin s’en faut, mais le fait que le récit est relativement lent nous permet de nous attarder aux réactions, attitudes et regards de chacun, de nous forger nos propres hypothèses pour les expliquer et de découvrir ainsi la complexité de leur personnalité. On pourrait presque dire que le sous-texte est riche!

 

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • le titre de la série et celui du tome, qui n’ont rien à voir, pour le moment, avec le récit. Le seul item magique que l’on retrouve dans cet album, c’est la cape, que je ne qualifierais pas de talisman… Et s’il y a bien un livre mystérieux, après lequel quelques personnes courent avec avidité, rien ne nous laisse présager qu’il s’agisse d’un grimoire des souhaits… En fait, comme l’album se termine au moment même où Tara s’apprête à l’ouvrir, j’ai l’impression que le titre a été donné un tome trop tôt!!

 

  • la lenteur du récit. Il s’agit d’un premier tome qui doit, bien évidemment, mettre les choses en place, mais c’est ici un peu exagéré. Il y a trop d’emphase mise sur les ambiances au détriment de l’action. Oui, on a compris que la pauvre petite Tara fait pitié, qu’elle est ridiculisée par ses pairs parce que sa mère trime dur pour la faire vivre et parce que son père est comateux… Toute la section contenue entre les pages 12 et 24 aurait, à mon avis, mérité d’être resserrée ou, du moins, redynamisée.

 

  • la représentation un peu surfaite de la proverbiale méchanceté des jeunes. Personnellement, en plus de vingt ans de carrière auprès de cette clientèle, j’ai vu des jeunes rire méchamment de leurs pairs à cause de caractéristiques physiques ou de situations épisodiques difficiles («Aaah! Juliette a des poux!»). Mais je n’ai jamais eu connaissance que des jeunes aient été insensibles au point de se moquer de la maladie ou du décès d’un parent d’un autre élève…

 

  • les chats aux muscles surhumains. C’est un peu fort, une dizaine de chats qui soulève et transporte une personne! Pas à bout de bras, comme dans les dessins animés genre Yogi l’ours, non non! Une dizaine de vrais chats, qui marchent à quatre pattes, mais qui se collent côte à côte pour former un genre de plate-forme mouvante, de tapis roulant félin !?!? Même si la personne en question est une jeune fille d’une dizaine d’années assez menue, je n’y crois pas une minute, et ce n’était pas nécessaire: le côté fantastique de l’invasion des chats, lors du party final, se suffisait à lui-même pour nous faire comprendre qu’une certaine magie était en opération!


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Mr Zombie: Merci de votre visite! C'est en effet enrichissant de pouvoir comparer nos points de vue sur une même lecture. Chose certaine, cet échange me permet de me replonger dans ces bons souvenirs (il y a quand même plus d'un an que j'ai lu ce tome!) et me donne le goût de poursuivre, surtout que j'ai le tome #2 dans ma pile à lire depuis plusieurs semaines, déjà!
Pour ce qui est de la «méchanceté infantile», je me trompe peut-être aussi!! Je ne crois pas avoir la science infuse, et mes élèves m'en passent sans doute des tonnes derrière mon dos!! Chose certaine, si un jour j'assiste à de tels comportements, il est clair que je vais intervenir, et rapidement!!
Et tant mieux si j'ai pu vous renseigner! Toutefois, je suppose que les lancements de ces quarantes séries sont sûrement terminés puisqu'il s'agissait d'un événement soulignant le quarantième anniversaire de fondation de la maison d'éditions Glénat... J'imagine que depuis 2009, leur quarantième doit s'être terminé, si je m'en fie à ma logique mathématique! ;-)
Revenez me voir quand vous voudrez: je publierai des billets sur plusieurs excellentes séries dans les prochains jours: je suis dans une bonne talle, ces jours-ci!!
Rédigé par PG Luneau le jeudi 13 janvier 2011 à 15:40


Je suis bien content d'être passé par ici, car j'y ai appris des choses. En effet, je ne savais pas que Glénat avait décidé de publier 40 nouvelles séries de nouveaux auteurs (en l'occurrence c'est peut être juste Montse Martin qui fait office d'auteur non publiée puisse que c'est sa première participation au monde de la BD) pour ses 40 ans.

En tout cas c'est un excellent article qui donne envie de se procurer la BD, une série qui gagne à être connue d'ailleurs. Par contre lors de ma lecture des deux tomes je n'ai trouvé aucun défaut à l'ensemble tellement j'ai été happé par l'histoire, même si c'est vrai que ce que vous avez mentionné se tient.

Par contre je pense (après je peux tout à fait me tromper ^^) que lorsque certaines conditions sont réunies, les enfants peuvent se montrer méchants à ce point là vis à vis d'un proche malade.
Rédigé par Mr. Zombi le jeudi 13 janvier 2011 à 2:06


Après vérifications, force m'est de constater que je vous ai menti! En effet, cet album n'est pas la première oeuvre publiée par son scénariste, François Debois. C'est effectivement lui qui a écrit Totem, dont je vous ai déjà parlé (voir dans les archives!). C'est donc dire que les éditions Glénat (et Vents d'Ouest) publieront quarante nouvelles séries de jeunes auteurs, mais peut-être pas nécessairement des auteurs non-publiés. Désolé pour cette méprise!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 20 décembre 2009 à 13:19




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin