Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#02- le Schtroumpfissime
#02- LE SCHTROUMPFISSIME
Scénariste(s) : Pierre Culliford dit PEYO, Yvan DELPORTE
Dessinateur(s) : Pierre Culliford dit PEYO
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Schtroumpfs
Année : 1962     Nb. pages : 62
Style(s) narratif(s) : Récits complets
Genre(s) : Humour fantaisiste, Fantastique médiéval
Appréciation : 3.5 / 6
Pour cette trois centième critique, schtroumpfons-en choeur!
Écrit le jeudi 16 août 2012 par PG Luneau

Aaaaah les Schtroumpfs!! Je pouvais difficilement trouver mieux que cette bande de joyeux lutins bleus pour célébrer avec vous la parution de ma trois centième critique!! En fait, je n’ai évidemment pas à vous les présenter : toute la planète connaît maintenant ces petits bonshommes et leurs charmantes maisons, creusées à même des champignons! Qui n’a pas rêvé, un jour, de tomber sur cet invitant village forestier, au détour d’une balade dans un petit bois??! Et vous connaissez aussi certainement leurs ennemis séculaires, le hargneux Gargamel, ainsi qu’Azraël, son chat au regard machiavélique!

 

Moi, j’ai découvert l’univers fantaisiste du grand Peyo quand ses albums ont commencé à être diffusés plus sérieusement au Québec, au milieu des années 70. En même temps que les dix premiers albums, nos marchands lançaient la fameuse collection de petites figurines qui a tant égayé, enfant, mes jours de pluie! Mon père m’avait même bricolé de jolis présentoirs muraux en forme de champignons pour exposer ma collection grandissante! Et je me rappelle m’être lancé, avec une de mes cousines, dans la rédaction d’un roman policier à saveur humoristique qui se déroulait dans leur village!! Ça débutait alors que le Schtroumpf coquet réalisait qu’on venait de lui voler son précieux miroir!! Que de souvenirs!!…

 

J’avoue avoir eu une grosse «période Schtroumpfs». Même si je n’avais eu que quatre ou cinq albums en cadeau, j’avais emprunté tous les autres à la bibliothèque, et j’avais tout lu, avec une préférence marquée pour le Cosmoschtroumpf, l’Apprenti-Schtroumpf et, surtout, Schtroumpf vert et vert schtroumpf! L’humour soulevé par les confrontations langagières qui opposent les Schtroumpfs du Nord et ceux du Sud, dans ce tome, m’avait particulièrement marqué, à une époque où je commençais justement à m’intéresser aux subtilités de notre belle langue et aux expressions idiomatiques qui la fleurissent! C’était magique!

 

Puis, entre les tomes #10 et 11 (la Soupe aux Schtroumpfs et les Schtroumpfs olympiques), il y a eu un (grand!) écart de six ans!!!! Je passais de neuf à quinze ans!! Avouez que tout un monde sépare ces deux âges!! Même si j’étais resté très BD, les mignonnes aventures gnagna des petits bonshommes bleus m’intéressaient beaucoup moins, à 15 ans! Et les titres me semblaient pas mal moins accrocheurs : le Bébé schtroumpf («What the fuck?!?»), suivi par les P’tits Schtroumpfs («Dekossé??!»), ça n’avait rien pour appâter le grand dadais d’ado que j’étais devenu! J’ai donc délaissé le doux monde de Peyo… et de son fils, Thierry, qui a bravement pris la relève, au départ de son père.

 

C’en est suivi des parutions d’albums que je suivais de loin. La plupart des critiques que j’en lisais me semblaient assez négatives : j’avais l’impression que le fils et ses collaborateurs ne faisaient plus qu’allonger la sauce, question de profiter de la manne pendant qu’elle passait encore!! J’ai longtemps boudé la série, sans même relire mes vieux albums : j’avais tant d’autres titres à lire…

 

Puis est arrivée la sortie d’un tome spécial, en 2008, un album hors-série qui, lui, a su attirer mon attention : les Schtroumpfeurs de flûte! Cet album complète celui où l’on a pu voir les Schtroumpfs pour la toute première fois, soit la Flûte à six schtroumpfs, dans la série Johan et Pirlouit… écrit et dessiné par Peyo presque cinquante ans plus tôt, en 1960!!! Dans ce nouvel album, on a droit au prequel de l’aventure avec Johann et Pirlouit, et sous l’angle des Schtroumpfs : Comment la fameuse flûte a-t-elle été fabriquée? Comment est-elle tombée entre les mains du marchand d’instruments de musique qui l’a emmenée à Pirlouit? Et comment se fait-il que ce torve de Mathieu Torchesac en connaisse l’utilité? Toutes ces sous-questions, qu’on n’avait pas abordées dans la Flute… trouvent maintenant leur réponse dans les Schtroumpfeurs de flûte! De plus, élément non négligeable, ce dernier titre comportait aussi un amusant supplément de 16 pages, paru initialement dans le magazine Spirou en 1971, visant à expliquer de manière humoristique le langage et la culture schtroumpfs… une pièce d’anthologie!

 

Fier d’avoir renoué avec les charmants lutins, je me suis donc mis à me réintéresser à eux… À peu près à la même époque, mes explorations de la blogosphère m’ont entraîné jusqu’au site de mon ami Jérôme qui, lui, est toujours resté un grand fan. À force de lire ses critiques éclairées, j’ai eu envie de replonger, et me voici à vous offrir ma relecture du deuxième tome de la série régulière des Schtroumpfs : le Schtroumpfissime! Sans être un coup de cœur ultime, on peut en dire qu’il s’agit d’un des bons albums, bien représentatif de la série.

 

Le résumé en est tout simple : alors que le Grand Schtroumpf doit s’absenter pour quelques jours, les autres Schtroumpfs réalisent qu’il lui faut un remplaçant! S’ensuit une belle bagarre (digne de celles du village d’Astérix) qui force tout le monde à opter pour une approche plus démocratique! C’est donc à une campagne électorale en bonne et due forme qu’on a droit, avec tout le pataclan : pancartes, discours, promesses ridicules… Puis élection, perversion, corruption et abus de pouvoir!! En effet, l’heureux élu passe très rapidement «du côté sombre de la Force», pour parler comme les fans de la saga Star Wars!! ;-) Exigeant maintenant de se faire appeler le Schtroumpfissime, l’imbu personnage se créera une petite armée qui l’aidera à imposer ses décisions aux récalcitrants… qui se rebellent et quittent de plus en plus nombreux le village pour aller joindre un camp de Résistants, bien caché dans la forêt environnante. Comment cette malheureuse guerre civile se conclura-t-elle?

 

Vous trouverez ici-bas mes commentaires plus pointus sur l’album comme tel. Toutefois, je peux vous rassurer tout de suite : le succès interplanétaire qu’a connu Peyo n’est pas dû au hasard! Avec l’aide (bien souvent, et c’est le cas ici!) d’Yvan Delporte pour ses scénarii, il sait construire des récits au ton tout à fait juste, d’une intelligence indéniable, d’un humour qui fait mouche et d’une touche fantaisiste qui avait tout pour nous faire rêver!! Puis, il rajoute à cela un dessin qui a rapidement frôlé la perfection (et qui a fait école… littéralement : je vous rappelle que la moitié des grands dessinateurs de l’époque sont passés par le studio de Peyo!!! J’en ai parlé, il y a longtemps, ici!)! Au final, on se retrouve avec une œuvre incontournable, un classique des classiques du neuvième art… D’où la dure cruauté de la critique à l’égard du travail du fils Culliford, quand il en est venu à s’approprier les chaussures de son père : la pointure était très grande!!

 

Je reste quand même un adorateur de la première vague, toujours un peu mitigé à l’idée de lire les titres parus après 1985… Peut-être est-ce simplement pour conserver ma douce bulle de féérie que je me suis forgée, enfant?? Elle est si facile à crever!! (Croyez-moi : j’ai souvent voulu réécouter des séries de dessins animés ou des films qui m’avaient tant chaviré, étant jeune… L’HORREUR!! Un bon conseil : ne réécoutez jamais les films de Tintin avec Jean-Pierre Talbot dans le rôle-titre, ni les épisodes de Vicky le Viking ou ceux du Capitaine Flam!!! La désillusion fait trop mal : ça a tellement mal vieilli que c’en est totalement mauvais!! Gardez plutôt vos impressions d’enfance!!)

 

À noter : cet album, le Schtroumpfissime, vient d’être republié, il y a quelques mois, dans une édition spéciale où l’on en a analysé toute la portée politique. C’est d’ailleurs cette édition que mon ami Jérôme a choisi de critiquer, pas plus loin qu’ici!

 

À noter aussi : Les Schtroumpfs, c’est une série pour toute la famille… mais pas avant huit ans! En effet, plusieurs pensent (à cause du charme graphique de ces créatures, sans doute) que c’est pour les tout jeunes enfants, de cinq ou six ans. C’est oublier que le langage schtroumpf demande quand même un certain niveau d’abstraction et une connaissance assez poussée de la langue française! Ne commettez pas l’erreur!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le Schtroumpf grognon! Autant je n’aime pas trop l’image négative que projette ce personnage (un peu pour les mêmes raisons que celles que j’exposais il y a peu dans ma critique du troisième tome du Crépuscule des dieux), autant ses nombreuses répliques «Moi, je n’aime pas…» me font tordre de rire! Surtout quand il trouve à déformer le sens du mot qu’il entend (ex. : quelqu’un dit : «Chut!» et il réplique : «Je n’aime pas les chutes!», ou il entend : «Je vote pour moi!»… et lui de répondre : «Je n’aime pas les mois!». Delporte et Peyo se payent de bons jeux de mots, en somme!

 

  • le thème, très habilement exploité. Grâce à cet album, les jeunes peuvent clairement comprendre ce qu’est une campagne électorale, pleine de promesses (pas toujours tenues!!) puis l’illustration du vieil adage : le pouvoir corrompt! En plaçant une partie des Schtroumpfs en situation de désobéissance civile et de résistance active, les scénaristes y vont d’un message quand même assez subversif, mais dans un contexte bien cadré, bien démontré. Bravo!

 

  • la qualité des dessins! Déjà, et ce n’est qu’un des tout premiers tomes de la série, les traits de Peyo sont bien ronds, bien proportionnés! On voit que ce grand dessinateur avait un talent fou!

 

  • un humour sympathique, qui s’exprime sous diverses formes! Outre le désopilant Schtroumpf grognon, dont j’ai déjà parlé, il y a le Schtroumpf musicien qui parvient à commettre des couacs complètement incongrus avec tous les instruments qu’il touche (en entendant «Rblam rataclic bam toc pouêt!», vous auriez su que ça provenait d’un tambour, vous??!). On fait donc dans le burlesque. Puis, quand le Schtroumpf à lunettes est fait prisonnier et qu’il se voit libérer en grand héros, on tombe dans un humour beaucoup plus subtil, où un léger sarcasme se mêle à du contre-emploi. Avec le Schtroumpf conspirateur qui n’arrive pas à savoir quand on parle de l’oppresseur ou quand on parle de l’opprimé, à la p.21, on est dans un comique de situation bon enfant mais génialement efficace!! Les auteurs se risquent même à des jurons qu’on peut imaginer, nous, adultes, salaces… mais que le vocabulaire schtroumpf vient rendre tout à fait anodin! Oui, vraiment, bravo à Delporte et Peyo!

 

  • (sur un plan tout à fait personnel) illustrer un grand nombre des figurines que j’avais, enfant! Comme je ne possédais pas cet album, j’ai dû ne le lire qu’une fois, vers l’âge de dix ou onze ans, contrairement à ceux qui m’appartenaient (que j’ai dû relire, eux, des dizaines de fois!). Aussi, je ne me souvenais pas que ce récit mettait en scène tant de personnages que j’avais dans ma collection de figurines : le Schtroumpfissime, bien sûr, mais aussi le conspirateur et le prisonnier! Ces costumes bien spécifiques ne figurent dans aucun autre opus, aussi les avais-je à peu près oubliés!

 

  • l’amusante expédition punitive en forêt contre la Résistance!  Les bévues et idioties commises par les Schtroumpfs de main du Schtroumpfissime sont vraiment amusantes, alors que le mouvement contestataire semble tout à fait festif!

 

  • l’abondance de planches! Ah le bon vieux temps où les albums avaient 62 pages!! Sans compter que Peyo y va en plus de cinq strips par planche!! Ça en fait, du dessin!! Et avec un récit de 40 pages suivi d’un second de 20, on peut presque parler de deux récits complets!! Et tout ça pour le même prix!! Miam miam!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • l’inversion des récits. En effet, le second récit (Schtroumpfonie en ut), plus court, présente, en quelque sorte, le malheureux Schtroumpfs musicien. Or, le Schtroumpfissime fait appel à ce même musicien dans le premier récit. Logiquement, Schtroumpfonie en ut devrait être lu en premier… et c’est d’ailleurs ce que confirme les années de parution originales, dans le magazine Spirou (Schtroumpfonie en ut  en 1962, le Schtroumpfissime en 1963)!

 

  • les couleurs. Elles sont bien, surtout pour l’époque, mais quand même pas aussi vibrantes qu’elles ne le sont maintenant. Je ne sais toutefois pas si c’était déjà Nine Culliford, l’épouse de Peyo, qui colorisait à l’époque… car elle a presque tout colorisé, vous savez!? Encore même pour le dernier tome en date, les Schtroumpfs de l’ordre, paru un peu plus tôt cette année (et reprenant un peu le même thème, celui de l’abus de pouvoir, si je ne m’abuse?!)!! La rumeur veut même que ce soit elle, madame Peyo en personne, qui aurait proposé à son mari d’opter pour le bleu, quand est venu le choix de la couleur de peau de ces gentilles créatures, à leur création, en 60!

 

  • certains membres moins charismatiques. Je n’ai jamais aimé le caractère trop verbeux du Schtroumpf à lunettes! Ses textes sont longs à lire… d’autant plus qu’ils ne sont jamais intéressants : il y a des limites à lire des séries de proverbes sentencieux à la sauce schtroumpfe. C’est d’aucun intérêt, et jamais drôle. Évidemment, s’il me tape royalement sur les nerfs, c’est qu’il joue bien son rôle (et j’avoue que j’ai bien aimé le voir jouer le Schtroumpf ordinaire, incognito, sans ses lunettes, à la p.11, pour tenter d’aller voter une deuxième fois!!)! De plus, je dois avouer que le Schtroumpf farceur, avec son sempiternel gag du cadeau explosif, m’horripile assez : comment se fait-il que les autres tombent encore irrésistiblement dans le panneau?!?!

 

  • la finale, boboche à souhait! Elle est si décevante que je n’hésite même pas à la révéler ici (avis à ceux qui veulent se garder la «surprise»!) : le Grand Schtroumpf revient, le Schtroumpfissime fait amende honorable… et tous lui pardonnent dans la seconde qui suit!! Voilà!! C’est bouclé, en cinq cases!! Beaucoup trop simpliste à mon goût, surtout après trente-huit pages de récit!! Je sais que le public-cible exige une fin heureuse, mais il me semble qu’elle aurait pu faire un peu moins dans le bon sentiment et la guimauve…

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


merci!!

mikael
Rédigé par mikael le vendredi 20 décembre 2013 à 17:39


@ Mikael : Heureux que ça t'ait plu!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 15 décembre 2013 à 0:01


lol
Rédigé par mikael le samedi 14 décembre 2013 à 14:18


@ Yaneck : C'est drôle que tu me dises ça au lendemain d'élections teintées de tant d'amertume!! ;-0
Rédigé par PG Luneau le mercredi 05 septembre 2012 à 22:42


Je crois que c'est mon Schtroumpf préféré. Celui dont les valeurs et message resteront universels. Un petit quelque chose comme un exemple de la bêtise humaine. D'accord avec toi pour grognon qui est mon personnage préféré.
Rédigé par Arsenul le mercredi 05 septembre 2012 à 21:47


@ Yaneck : C'est vrai qu'il est pas mal! Le scénario est agréablement tiré par les cheveux... mais qu'est-ce qu'il m'a fait rêvé, ce Cosmoschtroumpf!! Et quel bel exemple de collaboration et d'altruisme pour permettre à un de nos pairs de réaliser son rêve le plus fou!!
Rédigé par PG Luneau le vendredi 24 août 2012 à 22:32


Quel plaisir de relire de temps en temps un album de cette série.
J'aimais bien celle du Schtroumpf cosmonaute moi.
Rédigé par Yaneck le vendredi 24 août 2012 à 20:15


@ Jérôme : Je me doutais bien que tu apprécierais pas mal cette critique! Content de constater qu'on se rejoint aussi pour ce qui est de «Schtroumpf vert et vert schtroumpf»!!
Rédigé par PG Luneau le lundi 20 août 2012 à 22:48


Je concède la fin trop expéditive mais elle est liée aux impératifs éditoriaux de l'époque et au rythme de publication du journal de spirou. Sinon, cet album est pour moi un petit chef d'oeuvre, le meilleur de la série avec Shtroumpf vert et vert schtroumpf.
A part ça, je suis entièrement d'accord avec toi, il ne faut pas mettre les schtroumpfs entre des mains trop jeunes, il y bien plus de niveaux de lecture que l'on croit et les trop jeunes passeront à l'évidence à coté de nombreuses intrigues.
Rédigé par jérome le lundi 20 août 2012 à 14:20




Dernièrement, j'ai lu... Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Petite Patrie
la Petite Patrie
23 septembre 2017

Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!
12 octobre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Explorations gustatives par personne interposée!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!

Danielle, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

jean Milette, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin