Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- le Livre des Derniers Jours
#01- LE LIVRE DES DERNIERS JOURS
Scénariste(s) : Thierry LAMY
Dessinateur(s) : MIKAËL
Éditions : Glénat
Collection : Glénat - Québec
Série : Promise
Année : 2013     Nb. pages : 49
Style(s) narratif(s) : Triptyque
Genre(s) : Récit psychologique, Thriller ésotérique, Western/Amérindiens, Horreur, Fantastique mythique, Drame familial
Appréciation : 5 / 6
le Malin peut prendre bien des formes... même celle d'un prêcheur dans un petit village western!?
Écrit le vendredi 28 juillet 2017 par PG Luneau

Tomes lus : ##01- le Livre des Derniers Jours

            #02- l'Homme-Souffrance (2014, 57 p., 5,5/6)

            #03- Incubus (2015, 48 p., 5/6)

 

Promise. Petit patelin de l'Idaho, isolé tant géographiquement que moralement. Une douzaine de maisons, éparpillées sur les flancs des Rocheuses, très très loin des batailles qui font rage entre ceux du Nord et ceux du Sud. Une douzaine de familles éparses, très très loin des nouvelles, en quête d'un leader spirituel depuis la mort de leur pasteur... La jeune Rachel, une dizaine d'années, en est rendue à lire les livres que le bon docteur lui prête... dont l'étrange Livre des Derniers Jours, d'un certain Edgar A. Perry...

Mais voilà qu'arrive Amos Laughton, pasteur de profession, en compagnie de son gros molosse noir aux yeux de sang! C'est le Bon Dieu qui l'envoie... ou, du moins, le Destin... Qui pourrait croire que c'est le Diable?!?

D'un seul coup d'œil aux couvertures, on comprend que cet homme sombre et machiavélique cache un double jeu, qu'il ne veut probablement pas le salut de ses nouvelles ouailles autant qu'il le prétend. On se doute bien qu'il veut surtout établir son emprise sur la bourgade de Promise, en faire sa chasse gardée, y trouver SA promise... Mais jamais je n'avais imaginé qu'il était aussi maléfique, et que le fantastique horrifique jouerait une telle part dans toute cette histoire!! :^0

Avec ce triptyque aux parfums de western et de thriller ésotérique angoissant, Thierry Lamy nous convie à une démonstration de manipulation de la foi! Avec finesse et malice, il met dans la bouche de son détestable héros une rhétorique irréfutablement efficace qui lui permet, en un tournemain, de prendre le contrôle de tout le village et d'en faire ce qui lui plait, que ce soit maléfique ou non!? Tout au long des trois albums, on assiste, impuissants, à la lente descente aux enfers de toute une petite communauté, trop démunie pour réaliser l'incroyable toile que cette Araignée démoniaque et sa Bête sont en train de tisser autour d'eux! C'est à une passionnante démonstration d'un endoctrinement crapuleux que monsieur Lamy nous fait assister, et j'ai rarement vu un personnage capable de tirer avantage de tant de situations, en les ramenant toutes à des manifestations divines ou démoniaques, selon qu'elles lui profitent ou non! Il est si facile, pour le Mal, de se cacher sous les traits du Bien, finalement!!

Ce lent récit d'ambiance, il est merveilleusement servi par le style semi-réaliste de Mikaël, qui délaisse ici les vives couleurs de ses albums jeunesse précédents (les Nuages, la Neige ou Circus, hyper-colorés) pour des traits beaucoup plus anguleux et une palette beaucoup plus sombre, toute en gris, beige, brun ou sépia... Avec des faciès qui ne sont pas sans rappeler ceux des albums de Cyril Pedrosa (dans Ring Circus) ou de Thierry Robin (dans Koblenz), il met très habilement en scène tous les habitants de cette petite bourgade, les plaçant dans de sublimes décors pittoresques qui seraient véritablement paradisiaques... si ce n'était de la lourdeur des atmosphères et de l'angoisse du drame qui se prépare inéluctablement...

Alors, si vous vous sentez l'âme assez solide pour affronter le bon père Laughton, si la vue de son effroyable chien ne vous empêche pas de dormir, si une incursion aux contreforts des Rocheuses vous tente et que vos envies de colonisation sont plus fortes que votre peur du paranormal, n'hésitez pas une seconde et plongez dans les trois tomes constituant la série Promise. Mais si vous êtes plutôt du genre à ne pas vous intéresser au fantastique et à l'horreur (soft, quand même!), et bien... plongez-y quand même!!? Faisant moi-même partie de cette catégorie, j'ai quand même adoré, et ce fut le cas pour plusieurs des membres du cercle de lecture où j'ai proposé ce triptyque! Dans tous les cas, vous ne serez pas déçu!

Dès 14 ou 15 ans.

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

 

  • la splendeur des paysages. Dès la première case du premier tome, je revoyais les vastes étendues perdues de mon voyage dans l'Ouest américain!! La suite nous entraîne jusqu'aux contreforts des Rocheuses, où Mikaël continue de nous charmer en nous croquant le petit patelin de Promise sous différents angles, toujours en contreplongée, comme si on était à flanc des montagnes qui l'environnent. Toutes ces prises de vue sont magnifiques!:^0

 

  • d'avoir fait de l'atroce pasteur démoniaque le personnage central du récit!! Bien que le rôle de la jeune Rachel, fraîche et mignonne, soit de contrer (assistée de son shaman amérindien!) toute cette noirceur sans nom, sa présence reste plus discrète que celle du révérend Laughton! On le suit partout, lui! Nous seuls connaissons l'ampleur de la cruauté de cet horrible illuminé... cruauté qui va jusqu'à s'inscrire dans sa chair, puisqu'il devient de plus en plus difforme face à la peur, la douleur et la souffrance d'autrui! C'est étrangement déroutant de s'attarder de la sorte au «méchant» de service!

 

  • l'arrivée impromptue du fantastique... puis de l'horreur!! ATTENTION, DIVULGÄCHEUR!! Je ne m'attendais tellement pas à ça! Je croyais être en présence d'un illuminé psychopathe qui s'immisçait dans un village... mais pas d'un possédé aux pouvoirs surnaturels aussi puissants!! J'ai dû relire la p.16 du premier tome à trois reprises pour m'assurer que j'avais compris la bonne chose, tant je ne m'attendais pas à ce que ce récit fasse appel à de la «magie»!! Mais quelle magie! Tant la noire, de Laughton, que la magie amérindienne, via les croyances shoshones, sont impressionnantes ! Avouez que les limbes de la torture, dans le tome #3 (p.13), sont d'une effroyable efficacité!? Et quelle horreur: la déformation du visage de Rachel semble avoir des répercussions jusque dans l'obscurcissement de son cœur!? Et quelle violence!! L'apothéose finale est tellement démentielle que le lecteur risque d'en devenir catatonique! Bouche bée, j'ai été!!:^O

 

  • des effets de mises en pages ingénieux et forts. J'en ai relevé plein: la superbe planche de la p.31 du premier tome, muette, mais si parlante. Puis le passage de la p.12 à la p.13, dans le tome #2: sublime!! La prise de vue de l'intérieur de la bouche, à la p.18 du tome #2 est, bien que morbide, d'une audace réjouissante! Et que dire de la splendide double page entièrement silencieuse (p.28-29 du #2), que j'ai affectueusement intitulée Chronique d'une mort annoncée??! Elle est tout à fait digne de se conclure avec le subtil reflet de la réalité, dans l'œil du cheval, à la page suivante!! Wow!!Chapeau, Mikaël! :^O

 

  • l'efficacité de la lente mise en place du pasteur, qui place ses pions et tisse très habilement sa toile autour de tous les membres influents du village! J'ai beaucoup aimé la rivalité entre la foi et la science (par l'intermédiaire du duel pasteur vs docteur), et j'ai été littéralement fasciné par cette démonstration de l'implantation de l'obscurantisme, par la montée intangible de l'endoctrinement... Pas étonnant que des gens se soient fait avoir... C'est bluffant!

 

  • les horreurs suggérées plutôt que montrées. C'est très long avant qu'on en vienne à être confrontés directement aux horreurs dont on nous parle! Jamais on ne verra l'aberration qui est sortie du ventre de la pauvre villageoise enceinte, ni ce qui se passe réellement entre le dos du pasteur et son chien!!?? Et pourtant, on en est horrifiés! C'est apparemment classique, dans les films d'horreur, et l'adage le dit: il est toujours mieux de laisser, quand c'est possible, l'imagination humaine faire le travail, elle sera 100 fois plus efficace que le meilleur dessin du monde!!:^P

 

  • l'ambiance lourde, pesante et angoissante, qui sert très bien le propos. Déjà que le village est encabané dans les montagnes et retiré du monde, la sensation d'étouffement est d'autant plus marquée du fait qu'on sache, nous, lecteurs, que quiconque tente de fuir le village sera rattrapé par la Bête, cette espèce de chien maléfique aux yeux démoniaques! Quelques membres de mon cercle littéraire ont reconnu une certaine parenté stylistique avec les écrits sombres d'Edgar Allan Poe... et, de fait, le nom d'Edgar A. Perry, auteur du présumé Livre des Derniers Jours est justement un des alias que Poe utilisait de son vivant, quelques années avant le début de ce récit!! Charmant clin d'œil, non?! ;^)

 

  • les choix de couleurs, sombres et ternes. Le noir n'est accompagné que de brun, de beige, de bleu-gris ou de sépia, un parfait amalgame pour refléter la lourdeur de l'ambiance dont je parlais au point précédent, l'opacité des âmes et des problèmes en devenir... C'est déprimant à souhait, même que certains membres de mon cercle en ont été affectés (confirmant, ce faisant, de l'efficacité du procédé!! ;^)

 

  • la «photo» qui orne la dernière page du tome #2. Elle a beaucoup mystifié les membres de mon cercle littéraire!! ;^) Est-elle vraie? A-t-elle servi de base à la conception graphique du personnage de Laughton? Ou est-ce un montage photoshopé? Mystère... De même, plusieurs (et moi le premier!!) se sont demandés si le Livre des Derniers Jours existait vraiment: ce titre évoque tellement les Mormons ou autres groupuscules religieux américains plus ou moins officiels qu'on a tendance à y croire!! Un gros plus pour la véracité de l'ensemble!:^0

 

  • l'enchaînement coulant des phylactères. Même lorsqu'il ne respecte pas le code standard de gauche à droite, ce qui arrive quand même à plusieurs reprises, l'ordre de lecture des bulles est facile à suivre: c'est comme si ça coulait de source!! ;^)

 

  • la belle Rachel, qui chemine et change tellement tout au long de l'album! Fougueuse et déterminée, puis contrainte et soumise, elle est tantôt héroïne, tantôt victime, au gré des découvertes qu'elle fait sur elle-même, son passé, sa famille... et au gré des événements qu'elle provoque ou subit!! Son évolution finale est presque douloureuse à accepter tant on s'est attachés à elle!!

 

  • la fin ouverte, étrange, qui laisse place à plein d'interprétations! ATTENTION, DIVULGÂCHEUR: Doit-on en comprendre que le cercle de violence se perpétuera, que les traitements que Rachel promet à son nouveau «demi-frère» créeront un nouveau Laughton? C'est, pour ma part, ce que j'en ai compris... mais j'imagine que bien d'autres hypothèses peuvent être envisagées! D'ailleurs, plusieurs lecteurs du cercle croient qu'il y aura une suite! C'est dire à quel point c'est ouvert et matière à interprétation! ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • le manque d'idées originales. De l'avis des plus connaisseurs, il n'y avait là rien de bien nouveau sous le soleil, que des éléments repiqués dans d'autres œuvres du genre... mais très bien agencés!! En fait, je ne répète ici que ce qu'en ont dit les amateurs d'horreur de mon cercle littéraire, n'étant personnellement pas suffisamment féru en la matière!:^S

 

  • le texte du narrateur, dans les premières pages de l'œuvre. J'ai dû le relire plusieurs fois avant d'en comprendre le sens. J'avais du mal à distinguer les propos personnels du narrateur des extraits du livre que Rachel lisait... D'autant plus que, plus on avance, plus on découvre que ces extraits de livre sont moins allégoriques qu'ils le laissent paraître! Ça m'a déboussolé, dès le départ!

 

  • le revirement soudain de Corey. Ce dernier était l'un des plus fervents disciples du pasteur. J'ai trouvé son changement d'allégeance un peu trop rapide pour être crédible. Sa fuite, par contre, est très intéressante et prouve sa grande intelligence! ;^)

 

  • quelques éléments plus difficiles à expliquer. ATTENTION, DIVULGÂCHEUR: Comment Rachel parvient-elle à accéder au village, à la toute fin (p.44 du dernier tome), alors que même Corey et tous les soldats sont sous le joug de la Bête?? Et est-ce bien la tête de Marybelle, la poupée de chiffon, qui traîne étrangement par terre, dans la vignette finale? Pourquoi est-elle séparée du corps? Quel est le sens de cette symbolique??:^S

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Mais moi non plus, c'est ça qui est fascinant!! Tu devrais prendre le beau risque de l'essayer!!! Je te le jure : plusieurs membres de mon cercle, pas du tout fan d'horreur ou de fantastique, ont beaucoup aimé!! ;^)
Rédigé par pgluneau le samedi 29 juillet 2017 à 22:26


Heuuuu....Franchement pas mon truc, ça.
Rédigé par anne des ocreries le samedi 29 juillet 2017 à 18:36




Dernièrement, j'ai lu... Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Orbital
#03- Nomades
21 août 2017

Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #023- le Petit mousse à la grande aventure!
02 septembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Facteur bien mignon cherche lecteurs...

Danielle, sur Désillusions in situ

anne des ocreries, sur Désillusions in situ

yaneck, sur Désillusions in situ

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #023- le Petit mousse à la grande aventure!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin