Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#02- Sale temps pour les moches
#02- SALE TEMPS POUR LES MOCHES
Scénariste(s) : Maryse DUBUC
Dessinateur(s) : Marc Delafontaine dit DELAF
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Nombrils
Année : 2007     Nb. pages : 46
Style(s) narratif(s) : Gags en une ou quelques planches
Genre(s) : Humour mordant, Quotidien, Drame familial
Appréciation : 5 / 6
On naît bitch ou on le devient?
Écrit le mercredi 14 juillet 2010 par PG Luneau

Quel délice que ces Nombrils!! Plus les gags se rajoutent, plus on en apprend sur la personnalité des trois héroïnes, Karine, Vicky et Jenny. Si la première, toujours aussi bonne poire, fait de plus en plus preuve de dévouement, de grandeur d’âme et d’abnégation, tant à l’égard de Murphy-le-Boutonneux-suicidaire que de ses deux grandes «amies», ces dernières nous révèlent des secrets bien cachés à propos de leur personnalité, de leur famille et de leur passé!

 

Ainsi, Vicky n’est pas que riche, chiante et manipulatrice. Elle est aussi jalouse, obsédée par son poids et totalement effrayée à l’idée de rester seule. Mais quand on fait la rencontre de ses parents et de sa grande sœur Rebecca, on réalise bien que la pomme n’est pas tombée loin de l’arbre! La jeune mulâtre a de grandes pointures à chausser pour parvenir à être à la hauteur de l’intransigeance de sa mère, du souci de la perfection de son père et de la rancœur de sa sœur, dont elle est le sosie, en plus jeune! Cette Rebecca réussira d’ailleurs à miner bien sournoisement la belle relation entre Vicky et Jenny, ce qui créera moult remous!

 

Pour ce qui est de Jenny, on nous la présente de plus en plus nouille et innocente. Dubuc exploite de plus en plus ses petites tendances kleptomanes… mais quand on voit la pauvreté et la misère humaine du milieu d’où elle est issue, on comprend un peu mieux ces traits de caractère! Elle aussi a une sœur-sosie, mais plus jeune qu’elle… et elle s’appelle Jenna. Jenny et Jenna, ça ne vous paraît pas pathétique, vous?

 

On croise même la mère de ce manipulateur de Murphy le laideron… et encore là, on comprend que ses tendances dépressives ne sont pas dues exclusivement à son horrible faciès boutonneux : lui aussi, il a de qui tenir! Mais il surprendra tout le monde en se dénichant une petite amie… encore plus laide que lui!!!

 

Bref, d’unidimensionnels et très légers qu’ils étaient à leur création, les personnages glissent doucement vers une psychologie plus fouillée qui nous éclaire sur leurs buts et motivations. De plus, quelques épisodes se développent sur plusieurs gags, donnant un petit côté feuilleton à certains passages. Celui concernant le petit chien que Jenny vole (et qu’elle baptise Accessoire!!) est cruel mais démontre dans le délire toute la stupidité et la superficialité de la pauvre fille. Celui, majeur, de l’anniversaire de Karine, réparti sur les 10 dernières planches, pousse certains personnages dans leurs derniers retranchements… et l’album finira dans le drame! Wow!

 

Un excellent tome, encore une fois, pour le duo québécois Delaf et Dubuc, qui étoffe de très belle façon le petit univers qu’ils ont su créer, montrant par le fait même qu’on peut faire du gag en une page tout en restant intelligent et cohérent! Vivement que je lise le tome #3!!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • plusieurs petits détails dans les dessins. Par exemple, les piercings que Jenny et Vicky ont sur la langue!! Bien que présents dans le tome #1, je ne les avais jamais remarqués (Quelle idée d’avoir un tel piercing, si jeune!!)!! Même chose pour le petit Caliméro qui est attaché au sac à dos de Karine (merci à Kikine de me l’avoir fait remarquer!) : quelle belle symbolique pour cette souffre-douleur chronique d’avoir le petit poussin noir si malchanceux comme fétiche!! Freud serait content! Il y a aussi le graffiti «Loi 101» sur le mur de la cour du lycée (p.9). En faisant ce petit clin d’œil subtil à leurs origines québécoises, Dubuc et Delaf tentent peut-être de rapprocher l’univers des Nombrils de leurs racines… même s’ils continuent de parler de «lycée» (p.14)!

 

  • la psychologie plus fouillée des héroïnes. Non seulement leur contexte familial nous éclaire sur les personnalités de Vicky et Jenny, mais on commence à comprendre un peu ce qui pousse ces deux donzelles à côtoyer Karine, pourquoi elles ont tant besoin d’elle alors qu’elles sont, en apparence, comblées par la vie.

 

  • l’évolution narrative à travers les gags en une planche. Loin des suites de gags sans réelle chronologie ou même, parfois, sans réelle logique (ex. : un personnage nage dans la mer dans un gag, puis on apprend qu’il ne sait pas nager trois tomes plus tard), les gags des Nombrils suivent une évolution certaine. Ce qui se passe dans un gag à souvent des répercussions dans les gags suivants. On sent que c’est construit, et que les auteurs vont quelque part et ce, malgré le fait que la numérotation des gags nous démontre qu’il y a, comme c’est très souvent le cas dans les recueils de gags, un reclassement des gags par rapport à leur parution. Dans ce cas-ci, elle est très judicieuse puisqu’elle nous donne l’impression de suivre une télésérie!! Personnellement, j’apprécie beaucoup cela… mais il peut y avoir une contrepartie négative…

 

  • les émotions qu’on ressent pour les perso, maintenant qu’on connaît leur contexte familial. C’est excessivement rare, dans une série basée sur des gags! Par exemple, quel bonheur de réaliser que Dan voit clair dans le petit jeu des deux bitches et qu’il persévère avec Karine! Dubuc parvient même à nous faire ressentir de la compassion, à la fin de l’album, pour cette parfaite petite pétasse de Vicky!!  Et que dire du dégoût suscité par les horribles manipulations du non moins horrible Murphy, qui surprend tout le monde avec Lizon, sa «délicieuse» nouvelle petite amie. Qu’on le veuille ou non, on s’attache à ces petites bêtes… tout comme Jenny s’attache à son Accessoire! ;-)

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • un tout petit doute sur l’indépendance narrative des planches finales. En effet, les dix dernières planches forment tellement un récit complet (d’ailleurs, la numérotation des gags nous confirme qu’elles sont parues exactement dans cet ordre) que je me demande si chaque planche, prise individuellement, est drôle et compréhensible quand on la lit sans avoir lu les autres, qui donnent le contexte? J’ai l’impression, par exemple, qu’un lecteur très occasionnel du magazine Spirou (où elles étaient pré-publiées) ne devait pas parvenir à s’y retrouver s’il n’en lisait qu’une sur trois ou quatre. Heureusement que moi, j’ai l’album complet!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Kikine: Oui, du pur bonheur... qui se poursuit dans le tome #3! Je l'achève... et j'ai tellement hâte de résoudre le «mystère John-John»!!... En fait, j'ai hâte de savoir, mais je voudrais en même temps garder ce sentiment d'excitation que la hâte me donne! Bref, je voudrais le beurre et l'argent du beurre! Je t'en reparle sous peu!
Rédigé par PG Luneau le vendredi 30 juillet 2010 à 9:28


Jenny et Jenna : Pathétique à souhait, en effet !
Accessoire : un "beau résumé" du matérialisme de Jenny et de sa grande superficialité.
Ahhh tous ces foisonnement de détails : du pur bonheur !
Rédigé par kikine le vendredi 30 juillet 2010 à 7:50


@ Venise: Comment peux-tu avoir oublié le vol du petit chien, Accessoire, choisi par Jenny simplement parce que son pelage était de la même couleur que la fourrure de ses bottes!! Dans sa hâte de fuir le lieu du vol, la belle dinde l'attache... à la roue arrière de la moto de John John, sur laquelle elle file à toute vitesse... transformant le pauvre Accessoire en hachis!!! C'est assez mémorable, quand même!!
Je suis très heureux que Rémi apprécie cette excellente série. Salue-le de ma part!
Rédigé par PG Luneau le lundi 19 juillet 2010 à 23:44


J'avais oublié que le deuxième faisait la place aux racines qui font le fruit et la fleur. Quant à les pousser encore plus, aussi bien leur donner des "raisons", c'est assez habile de la part du duo.

En plus, il y a des événements que j'avais complètement oubliés, comme le vol du chien. Malheureusement, je ne m'en souviens pas plus !!

Rémi, mon fils, vient de terminer les quatre tomes lus en deux jours. Premièrement, je le dis tout de suite, il a vraiment beaucoup, beaucoup aimé, et il m'a passé cette remarque : il y a peu de personnages principaux mais ils sont poussés, ce qu'il a particulièrement apprécié. Et les gags indépendants dans une même histoire.

C'est rare que je l'ai entendu dire ça mais il a hâte au cinquième. Très, très hâte.
Rédigé par Venise le dimanche 18 juillet 2010 à 22:40


@ Allie: Je suis tout à fait d'accord avec vous. En somme, c'est comme dans les relations qu'on développe dans la vraie vie: plus on connaît quelqu'un, son passé, son vécu, ses passions, ses rêves, plus on la comprend et on s'y attache. L'expression «Nos amis les livres» n'existe pas pour rien!! Il y a vraiment de grandes similitudes dans notre façon d'entrer en relation avec les personnages de papier et celles qu'on utilise pour connaître les gens de notre entourage.
Rédigé par PG Luneau le jeudi 15 juillet 2010 à 9:15


Au fur et à mesure que les tomes avancent, on remarque toutes sortes de détails. De connaître la vie personnelle des personnages change aussi le regard que l'on pose sur eux!
Rédigé par Allie le jeudi 15 juillet 2010 à 7:38




Dernièrement, j'ai lu... Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Démons d'Alexia
#07- Chair humaine
07 mai 2017

Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Duel de génies...

Arsenul, sur Pourquoi j'aime la BD???

Philippe lavigueur, sur Huis clos parmi les furets carnivores

anne des ocreries, sur Huis clos parmi les furets carnivores

Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin