Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#19 - la Grande évasion
#19 - LA GRANDE ÉVASION
Scénariste(s) : Katja CENTOMO, Giovanni DI GREGORIO
Dessinateur(s) : Federico NARDO
Éditions : Soleil
Collection : Start
Série : Monster allergy
Année : 2008     Nb. pages : 46
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Fantastique humoristique
Appréciation : 4 / 6
Virée impromptue sur île mystérieuse
Écrit le samedi 06 février 2010 par PG Luneau

C’est une rareté que ce tome #19 de la série Monster allergy! En effet, c’est la première fois qu’un album de cette série est composé d’une histoire complète, sans poursuivre une intrigue débutée dans le tome précédent ou sans lancer quelques pistes pour des albums à venir! Bien évidemment, il vaudra toujours mieux avoir lu les dix-huit premiers, question de connaître les protagonistes et de comprendre certains aspects de l’univers bien particulier et un brin déjanté dans lequel on s’embarque! Mais en soi, on pourrait sauter cet épisode, en passant du #18 au #20, sans que notre compréhension de la trame générale du récit n’en soit réellement affectée.

 

Ainsi, nos amis Elena, Zick et Timothy Moth retournent au phare de Port Reef afin de visiter quelques uns de leurs vieux amis qu’on n’avait pas revus depuis le tome #8 : Roy Reboolaz, l’abriteur de l’endroit, et Lardine, une tutrice étoilée cachée sous des allures de grosse chatte siamoise très affectueuse. Ces deux-là ont toujours la garde d’une bande de monstres turbulents et dysfonctionnels qui, sous la mauvaise influence de Chumba Bagingi (un être plus qu’extravagant, à la chevelure tentaculaire et aux allures de travelo!), tente par tous les moyens de s’évader de son oasis de détention!

 

Ce petit groupe d’indisciplinés réussira malheureusement cet exploit lors de la visite de nos amis : les six «protégés» s’envoleront à bord d’un ballon qu’ils ont fabriqué à l’aide de vieilles voiles de navire! Ils fileront jusqu’à Foggy Island, une île qui attire les touristes grâce à son réputé brouillard et aux étranges fantômes qui hantent le gros hôtel qui s’y trouve. Sans faire ni une ni deux, Elena, Zick et Timothy se porteront volontaires pour récupérer les fugitifs. Rapidement, ils comprendront l’origine des mystères qui sévissent sur cette île… Si, effectivement, une légende raconte qu’une belle harpiste arpente l’endroit depuis des décennies à la recherche de sa harpe perdue, il est clair que le brouillard ne cache pas que des fantômes, sur cette île!

 

Un bon tome, malgré que la lecture de certains passages manque un peu de fluidité. Il est intéressant de retrouver nos trois amis dans un environnement différent (la forêt de Foggy Island), loin de tous leurs repères habituels : ils n’ont vraiment que leurs propres ressources, et on peut les voir à l’état pur.

 

Amusant pour toute la famille.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le personnage de Timothy Moth.  Dans ce tome, il est particulièrement bien écorché au passage, ce qui est très jouissif car ce majestueux tuteur étoilé à l’apparence de chat abyssin hautain et prétentieux essaie toujours de paraître au-dessus de ses affaires. Il a l’air moins brillant quand il reçoit une poche de lest sur la tête, à la page 6, ou quand, à la page 27, des Bombos trop affectueux le prennent en affection et l’enduisent par le fait même de leur morve gluante! Et que dire de sa tronche, à la page 15, quand il se surprend lui-même à hurler en public (alors qu’il est censé n’être qu’un chat normal aux yeux des autres humains) !

 

  • la belle légende de la harpiste. Toute simple, racontée en une planche, cette histoire romantique de jeune musicienne, qui perd son instrument et qui passe le reste de sa vie… et de sa mort… à le rechercher, m’a plu. C’est sobre et ça sonne assez juste. On dirait vraiment une légende locale, de celle qui, effectivement, attirerait des touristes.

 

  • la bande de monstres comédiens qui sévit sur l’île. Si on trouvait Chumba Bagingi exubérant et excessif, on n’avait rien vu!! Ce regroupement de monstres qui se prennent pour des «AAAAArtistes» forme une colonie secrète qui profite des abords un peu maussade de l’île pour s’y cacher et y vivre en toute liberté selon leurs élans créateurs. Mais comme tous les artistes, ils ont des egos surdimensionnés, ce qui entraîne bien des confrontations entre eux. Qu’en sera-t-il quand Chumba se liera à eux?!?! On aime mieux ne pas y penser! Mais le plus drôle, c’est qu’ils n’ont littéralement aucun talent, malgré ce qu’ils en pensent!!

 

  • les Gyrtes (p.20 et 21). Ces petites créatures, de la taille d’une pomme, ne sont en fait que des petites têtes aux oreilles pointues si énormes qu’elles leur permettent de voler comme des petits moineaux. Ils sont trognons tout plein! Dommage qu’ils n’aient qu’un tout petit rôle accessoire!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la très belle couverture... qui n’est aucunement en lien avec le récit! Oui, on y voit une montgolfière et nos trois héros en train de pourchasser Chumba Bagingi, mais dans l’histoire, c’est Chumba qui utilise un gros ballon… et c’est d’ailleurs un modèle complètement différent que celui montré sur la couverture! Il s’agit donc d’une interprétation très libre de «l’esprit» de l’histoire… tellement libre qu’elle n’a presque plus rien à voir avec celle-ci!!

 

  • certains dessins trop chargés. Les vignettes foisonnent tellement de monstres rigolos que ça devient difficile de comprendre qui fait quoi. Ainsi, quand ces monstres ne font que poser, écoutant attentivement un orateur, par exemple, il n’y a pas de problème! Mais quand ils tentent de capturer des intrus, par exemple, et que tous s’activent, alors les cases débordent de bras, de langues, de tentacules ou de pieds dont on arrive difficilement à identifier le (ou les!?!) propriétaires! Ne sachant plus qui aide qui, la lecture devient ardue... et l’intérêt s’effrite…

 

  • certains enchaînements de vignettes qui manquent de fluidité. Les concepteurs commencent à miser un peu trop sur notre capacité à remplir les intercases avec l’action adéquate. Les transitions d’une case à l’autre en deviennent difficiles : parfois, on se demande «d’où sort tel personnage?» ou «comment un tel est arrivé là où il est?» Jumelé à la surcharge des dessins, c’est, par moment, encore moins évident!

Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Carine: Je t'y encourage fort: c'est léger mais très divertissant!

@ Venise: Le phénomène de la couverture non-appropriée se retrouve parfois en BD: c'est comme si on veut nous donner une idée de l'esprit de la BD, sans nous en vendre les punchs! Ça me rappelle les années cinquante et soixante, où il était fréquent, en BD réaliste, que ce soit tout à fait un autre artiste, plus habile, qui fasse les couvertures de divers dessinateurs moins doués. Ceux qui achetaient leurs albums sans jeter un coup d'oeil à l'intérieur en avaient pour leur rhume quand ils réalisaient les divergeances de qualité entre le dessin de la couverture et ceux de l'intérieur!

Pour ce qui est du nombre impressionnant de tomes dans cette série, sache que:
a) Oui, je les ai tous.
b) Oui, je les ai tous lus (enfin presque: je suis en train de lire le tome #20).
c) Sur ce tome 20, on apprend qu'il y en aura 30!!
d) Finalement, sache qu'il n'y a rien là! Tibet, qui est mort il y a un mois (3 janvier 2010), menait deux séries de front: Chick Bill et Ric Hochet (voir ma critique, dans les archives, à la lettre R). Et bien si la première était rendue au tome #46, la seconde en était au tome #76!! Ce dessinateur solitaire a donc fait plus de 122 tomes durant sa carrière... qui a duré une soixantaine d'années!!! Ça, c'est prolifique rare. Pour ce qui est de Monster allergy, rappelle-toi que c'est une équipe de plus de vingt personne qui y travaille!
Rédigé par PG Luneau le mardi 09 février 2010 à 16:19


C'est rare, il me semble, une couverture qui n'annonce pas l'histoire avec justesse. Un peu bizarre quand même. Comme s'il n'y avait pas la bonne étiquette d'apposer sur le produit.

Mais n'empêche que ce qui me jette en bas de ma chaise, c'est les 18 tomes avant. DIX-HUIT tomes !!! Ma foi du bon dieu, on appelle ça, poursuivre le filon jusqu'à plus un filet de jus.

As-tu lu les 18 autres précédentes ? (Tu parles du tome 8 comme un fin connaisseur, ce qui le laisse présager). Les as-tu ? Les auras-tu ? Où les mettras-tu (HI HI ... je le sais où, et je sais quand surtout !).

En passant Le Pigeonographe va bien pour moi ...
Rédigé par Venise le dimanche 07 février 2010 à 16:25


Cette critique me donne envie de commencer à lire cette série !
Rédigé par Carine le samedi 06 février 2010 à 13:59




Dernièrement, j'ai lu... Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Testament du capitaine Crown
#01- Cinq enfants de putain
02 avril 2017

Boule à zéro
#01- Petit coeur chômeur
26 mars 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Dure, dure, la vie de jeune adolescente?? Pas que!!...

anne des ocreries, sur Candy chez Oliver Twist!

anne des ocreries, sur Rapaces, violents et roublards au cube... des vrais pirates, comme on les aime!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin