Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#06 - les Larmes de Tlaloc
#06 - LES LARMES DE TLALOC
Scénariste(s) : Patrice PELLERIN
Dessinateur(s) : Patrice PELLERIN
Éditions : Dupuis
Collection : Repérages
Série : Épervier
Année : 2004     Nb. pages : 54
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (6/6)
Genre(s) : Aventure de pirates / de cape et d'épée
Appréciation : 4.5 / 6
Un trésor bien enfoui... dans le passé
Écrit le mardi 02 février 2010 par PG Luneau

Voilà qu’enfin on nous révèle les derniers secrets du mystérieux trésor inca qui a tant suscité la convoitise des sieurs de Villeneuve et De la Motte, tout au long des cinq premiers albums de cette palpitante série! En effet, c’est la fin d’un premier cycle que Patrice Pellerin nous livre ici. Si quelques petits mystères sont encore nimbés d’un peu de brouillard, question de bien servir les albums à venir, la trame principale, elle, trouve son achèvement dans ce long tome de 54 pages.

 

Si Yann de Kermeur est parvenu, à la fin du tome précédent, à rendre la liberté à ses hommes et à leur redonner le contrôle de leur propre navire, le gentilhomme s’est toutefois retrouvé, tout comme la belle comtesse de Kermellec, prisonnier de ses vils ennemis. Enchaîné et entravé, l’ancien corsaire ne doit son salut qu’au fait qu’il est le seul à connaître la région et à pouvoir guider «sains et saufs» les deux criminels et les quelques hommes de main qu’il leur reste jusqu’à la civilisation.

 

«Saufs», peut-être, mais «sains»?… On repassera! La jungle guyanaise étant ce qu’elle est, les malfrats ne pourront pas empêcher gangrène et fièvre de s’emparer de leurs corps blessés : certains d’entre eux perdront quelques membres bien avant que l’Épervier ne les ait ramenés à bon port!!

 

D’ailleurs, profitant de la fatigue de leurs perfides cerbères, Yann et la belle Agnès parviennent à leur faire faux bond et à rejoindre le village missionnaire de Loyola, non loin de Cayenne. Grâce aux indications notées dans le journal de bord de l’ancêtre de la jolie femme, Yann tentera une dernière fois de repérer l’introuvable trésor… mais ne fera que retomber entre les mains de ses ennemis ! Cette fois, il ne sera secouru qu’in extremis, par celui dont on s’y attendrait le moins! Et ce n’est qu’en discutant avec un témoin des événements d’autrefois et en retraversant l’océan jusqu’en Bretagne que le ténébreux corsaire balafré pourra finalement savoir ce qui est advenu du trésor de Tlaloc.

 

Si vous croyez que je viens de trop vous en dévoiler dans ce résumé, sachez que le récit vous offrira quand même des tonnes de surprises! En effet, tout comme le reste de l’épopée, cette finale contient son lot de revirements de situations inespérés. L’action ne manque pas, même si la narration se fait plus verbeuse. Mais peut-on en vouloir à l’auteur : il a tant d’informations à nous transmettre! Ce n’est pas pour rien qu’il a défoncé le format standard de 48 pages!! Monsieur Pellerin se devait donc, à l’image des bons feuilletonistes du XVIIIe siècle, de boucler savamment ses boucles, tant sur le plan de l’aventure que sur le plan des amours troublées de Yann…

 

Heureusement pour nous, il s’est gardé quelques atouts pour alimenter les cycles futurs! En espérant qu’ils soient nombreux!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les retours en arrière, nous expliquant ce que le Marquis de Kermellec a vécu, trente ans plus tôt. Enfin, on apprend comment ce trésor inca est venu entre ses mains, ce qu’il devait en faire… et ce qu’il en a fait réellement !

 

  • les animaux de la jungle guyanaise qui se font (enfin!!) sentir! Autant le dernier tome semblait se dérouler dans une jungle morte, aucun animal n’osant se montrer le bout du nez, du bec ou de la trompe, autant les attaques se font nombreuses dans ce tome-ci. Ça ajoute au réalisme, il me semble…

 

  • quelques bons moments forts, comme le haut de la page 14 et le bas des pages 39 et 42 (Pardonnez-moi d’être si peu descriptif : déjà que mon résumé était assez exhaustif, il faut bien que je vous réserve quelques éléments de surprise!).

 

  • les mystères enfin éclaircis, avec des explications qui tiennent la route. C’était important : ça arrive si souvent, dans le monde de la BD, qu’une super série nous tienne en haleine sur le bout de notre chaise pendant des tomes et des tomes… pour faire chou blanc avec une finale tirée par les cheveux ! Ici, tout se tient, c’est cohérent et Pellerin n’a pas laissé échapper d’éléments en route. Chapeau!

 

  • les superbes vues en plongée des bourgs de Cayenne et de Loyola, comme ils étaient à l’époque. Quand on sait que Pellerin a déjà accompagné, à titre d’illustrateur, les archéologues qui ont travaillé là-bas, on est en droit de se croire face à des documents iconographiques d’une rigueur historique exemplaire, en plus de leur très grande beauté!

 

  • le scénario qui nous garde en haleine jusqu’à la toute fin. Même quand on croit que c’est terminé, on a droit à quelques habiles soubresauts qui alimentent le suspense! Encore à la page 52 (sur 54!), on a droit à une mort prématurée qui nous empêche de connaître la réponse à une des questions que notre héros se pose depuis le tome #1!! Damned!

 

  • l’envie de tout de suite sauter dans le prochain cycle… C’est une preuve irréfutable que l’auteur est parvenu à nous vendre son univers de papier!! Bravo, monsieur Pellerin!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la fadeur des couleurs de la couverture… et de celles de tout l’album, en fait! Quel dommage de nous présenter une jungle aussi beige! Les passages sombres peuvent au moins s’expliquer par le fait que ces scènes se passent la nuit… mais toutes celles de jour se déroulent sous un ciel grisâtre, jaune (encore!!) ou bleu poudre délavé… Assez déprimant merci! J’aurais tellement aimé qu’un soleil équatorial avive toutes les couleurs de la jungle!

 

  • la grande quantité de texte écrit en tout petits caractères. Je veux bien croire que le tout est en partie justifié par le fait que Yann et Agnès se parlent en chuchotant, mais j’ai aussi parfois l’impression que monsieur Pellerin avait mal jaugé la taille de certains de ses phylactères! D’ailleurs, de manière générale, l’album est très verbeux. Plusieurs pages semblent noyées par le texte, surtout dans les premières planches. D’ailleurs, cette lourdeur affecte le rythme du récit. C’est ce qui me retient de donner 5 / 6 à cet album.

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin