Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Anges et pigeons
#01- ANGES ET PIGEONS
Scénariste(s) : Bruno Chevrier dit NOB
Dessinateur(s) : Bruno Chevrier dit NOB
Éditions : Glénat
Collection : Tchô! la collec...
Série : Mamette
Année : 2006     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Gags en une ou quelques planches
Genre(s) : Humour tendre, Quotidien
Appréciation : 4 / 6
Une mamie gâteau à la dent sucrée
Écrit le dimanche 11 octobre 2009 par PG Luneau

Quelle charmante petite mamie que cette Mamette! Et quelle belle idée que d’explorer l’univers du Bel Âge dans une série BD, en utilisant la lorgnette de l’humour et de la tendresse.

 

En suivant cette vieille dame, toute petite et toute ronde, et ses amis, on se familiarise avec le quotidien de nos aînés. Leurs relations avec les ados et les jeunes, leurs problèmes de santé, réels ou fictifs, leurs passe-temps (Mamette fait partie de la chorale de l’église et suit des cours de peinture, rien de moins!), leurs espoirs secrets, leurs souvenirs, leurs regrets… Toujours avec le plus grand respect pour ses personnages, Nob parvient à trouver l’angle qu’il faut pour nous faire sourire ou nous attendrir. Certains gags sont même franchement drôles, comme celui où tous ces vieillards doivent dessiner un modèle vivant nu!

 

Certains gags récurrents nous dépeignent quelques petits scénarii touchants : le bel  amour inavoué de M. Bruneau pour l’acariâtre Mlle Pinsec, et le lent apprivoisement  mutuel entre Mamette et Maxou, le fils de son aide ménagère, un jeune désabusé de six ans qui cache déjà un certain mal de vivre en réaction à la séparation de ses parents. Pour les notes plus légères, on peut compter sur les répliques de Ginette, qui est dure de la feuille, et pour l’humour plus grinçant, il y a toujours les commentaires de Mme Vidal, dont les maux (qui ont tout l’air d’être purement fictifs!) sont toujours «plus terribles» que ceux de ses consœurs.

 

Tout ce petit monde surfe sur la modernité sans trop s’en imprégner, mais en trouvant tout de même leur petit bonheur. Pour eux, les I-Pod et les ordinateurs font partie des grands mystères de la vie et les cellulaires sont des appareils vibratoires probablement conçus par des terroristes : tant qu’ils s’en tiennent loin, ils sont tranquilles. Et la grande amitié qui les unit agit comme un baume, les soulageant un peu de l’absence de leur famille respective et de l’oubli.

 

En fait, après avoir lu un album de Mamette, nous n’avons qu’une seule envie : aller visiter notre propre grand-mère, et la serrer très très fort dans nos bras pour lui dire combien on l’aime. N’est-ce pas un excellent signe de qualité?

 


Plus grandes forces de cette BD :

 

 

  • le titre, qui est, je présume, un petit clin d’œil au best-seller international de l’heure: Anges et démons de Dan Brown. L’idée que les pigeons soient des anges protecteurs me plait bien et cadre bien avec l’image qu’on se fait des personnes âgées, très religieuses, qui s’entêtent à nourrir ces rats volants.

 

  • l’audace d’utiliser le quotidien très banal et déprimant d’une petite vieille pour en faire une série d’humour. C’est un thème très peu exploité, en BD, ce me semble.

 

  • certains personnages, dont Mlle Pinsec, la vieille grébiche, ou Mme Vidal, l’hypocondriaque maladivement égocentrique. De même, le procédé de faire lancer des répliques disjonctées par celle qui est sourde comme un pot, un peu à la manière de Tournesol (mais en beaucoup plus drôle!) est toujours efficace. Monsieur Bruneau, l’éternel timide amoureux, est aussi savoureux, surtout lors du cours de peinture!

 

  • le dessin tout en rondeurs et les couleurs estompées, aux allures d’aquarelles. Ils exposent très adroitement la douceur tranquille qui transpire du quotidien de cette petite bonne femme et lui donnent un petit côté suranné.

 

  • le côté imparfait de Mamette, qui garde sa dent sucrée malgré les recommandations de son médecin. Son petit penchant pour les croissants et les pâtisseries est sympathique, et les tronches qu’elle fait lorsqu’elle se fait surprendre à tricher sont absolument trognonnes!!

 

  • quelques gags, qui nous jettent carrément certaines injustices ou certains travers de notre société en pleine face, en misant sur la pitié. Plusieurs planches m’ont même fait monter les larmes aux yeux de par leur douloureuse réalité (solitude des aînés, ingratitude des enfants, maladies…).

 

  • la relation naissante entre Mamette et Maxou, le fils de son aide ménagère, qu’elle accepte de garder à l’occasion. Parce qu’elle est toute en non dit, car le jeune enfant est fermé comme une huître, cette relation n’en est que plus forte et attendrissante.

 

  • les quelques planches qui nous transportent dans le passé, alors que Mamette était toute jeune et qu’elle faisait la rencontre de son futur mari. Ces souvenirs d’enfance sont tellement sympathiques (Mamette nous y apparaît comme une petite fille de la campagne, qui rappelle la petite Heidi de notre enfance!) qu’ils ont même débouché sur une série dérivée, les Souvenirs de Mamette, dont le premier tome est sorti la semaine dernière (7 oct. 2009)!

 

  • les noms des nombreux médicaments de Mme Vidal, qui sont parfois des clins d’yeux à d’autres créateurs de BD, de la gang de Tchô! ou non : Teboxyl, Keraminaze…

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • l’encrage parfois un peu trop hachuré à mon goût, surtout dans les premières planches.

 

  • le manque de corrélation entre le thème et le public visé par cette collection : ça me semble plus ou moins bien adapté. La Tchô collec, c’est la bande à Titeuf et cie, pour les jeunes qui osent briser les tabous, qui se moquent des bien penseurs et qui font fi de la morale encroûtée. Ces jeunes apprécient-ils les gags de Nob à leur juste valeur? Perçoivent-ils la critique sociale sous-jacente à ces gags, ou n’y voient-ils que le prétexte de se moquer de leurs aînés ? Évidemment, ils pourront toujours les redécouvrir avec d’autres yeux dans quelques années… mais seront-ils tentés d’y revenir? Je leur souhaite!

 

  • quelques gags dont je ne comprends pas la chute (p. 33, 44 et 48, par exemple)… Je manque d’humour ou de référence culturelle?… Même si ma deuxième hypothèse me semble plus plausible, je suis sceptique car il me semble que, dans la majorité de ces cas, je ne trouve pas d’éléments culturels qui me chipotent… c’est souvent simplement que je ne vois rien de touchant, d’incongru ou de cocasse dans la dernière case de ces planches. Éclairez-moi si vous le pouvez!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Yaneck : C'est donc que j'avais tout dit ce qu'il y avait à dire! Chapeau pour moi!! ;-)
Rédigé par PG Luneau le mardi 10 juillet 2012 à 18:08


Bon, fondamentalement, après lecture de ta chronique, je suis à 100% d'accord avec toi. Rien à rajouter ^^
Rédigé par Yaneck le mardi 10 juillet 2012 à 17:24


Je suis plus qu'heureux que tu te soies approprié Mamette avec autant de ferveur, ma très chère Venise. Il fallait bien que j'insulte un peu l'emblème aviaire de ce site pour que tu daignes te plonger dans une lecture de BD!
Pour ce qui est de mes interrogations, tu m'obliges à préciser mes incompréhensions.
Dans le gag de la page 33, ce qui me tarabusque, c'est le revirement inexpliqué de Mlle Pinsec: il me semble que ça ne cadre pas du tout avec sa personnalité de «devenir» gentille, le temps de faire vivre à l'assistante-ménagère un après-midi de diva!
Pour ce qui est du gag 44, j'en conclus que Mamette court pour aller voter une deuxième fois, probablement en empruntant l'identité de Mlle Pinsec (?) et qu'elle a voté pour elle, même si elle ne se présentait pas, pour lui démontrer son appui inconditionnel dans le malheur. Mais si on en est rendu à supposer autant, je reste convaincu que c'est parce qu'il y a un problème de narration!
Pour ce qui est du dernier gag, tes remarques m'ont poussé à y regarder d'encore plus près, et j'en conclus que le gag tient surtout au fait que le gamin est plus que honteux de l'attitude juvénile de sa vieille gardienne, d'où son besoin de se cacher dans le panier à roulettes pour le retour.

J'espère que tu prendras autant de plaisir à lire le tome #2... et que je pourrai le lire aussi, un jour, quand vous me le remettrez, Danielle et toi?!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 03 janvier 2010 à 13:34


Pour répondre à ta question, le gag 33 me semble assez simple, pour ne pas dire simpliste, la femme de ménage a un rêve, celui de devenir les mémères acariâtres pour qui elle travaille (elle les sert), donc Mamette lui réalise son rêve d'un coup de baguette en inversant les rôles, son amie Madame Pinsec devient la bonne, et la bonne se fait servir avec des lunettes de soleil comme une vedette au soleil.

Le gag 44 est un petit sourire en coin. Mamette pense énormément à son amie madame Pinsec qu'elle a négligée et bien sûr, elle se sent atrocement coupable. Ce qui fait qu'elle a voté pour Madame Pinsec. On propose même qu'elle ne s'est même pas présenté, c'est juste qu'elle pensait à elle, L'ÉLUE de son coeur amical. Bah ... juste cute !

Page 48, tu veux dire la toute dernière page ? Celle qui ressemble à une page de garde ? Ben, je trouve ça comique. Les rôles sont complètement inversés. Je trouve même que ça conclus très bien l'album. Elle garde le garçonnet et en bonne mamy, elle l'amène au parc et finalement, c'est elle qui joue comme une déchaînée dans chaque jeu, presque violemment. Lui, tellement impressionné, qui ne fait que la regarder. Elle est plus enfant que l'enfant, et on peut conclure que de le garder, c'est un prétexte pour laisser jouer son coeur d'enfant.
Rédigé par Venise le mercredi 30 décembre 2009 à 23:01


J'y pense, à mon précédent commentaire, je ne voulais pas mêler les oignons avec les cornichons, mais tu dois des excuses au Pigeonographe ... oui, des excuses ! "Des pigeons, des rats volants" mais ma foi, on se croit tout permis quand on est un explorateur BD !!!
Rédigé par Venise le mercredi 30 décembre 2009 à 22:41


Ah, ma Mamette ...

C'est tout dire. Marc m'a entendu plusieurs fois dire "Où est MA Mamette ?" (elle me suivait dans chaque pièce de la maison) ou "Allez, j'ai le temps pour 2-3 pages de Mamette.

Cette petite femme rebondie au coeur tendre et au caractère conciliant, sans compter son amour pour les petits gâteaux avait absolument tout pour me plaire. Ça donne quasiment le goût d'être rond quand on est vieux, parce que disons que sa compagne assez anguleuse a le caractère qui ne tourne pas les coins ronds. Les personnages sont tous amusants, le petit jeune qui manipule Mamette (qui, bien sûr, se laisse manipuler avec plaisir), on se demande pas trop longtemps où il a pris ses leçons de manipulation.

Et puis, cette Mamette, c'est de la voir jaser avec son homme, pique-niquant avec lui sur sa pierre tombale.

J'avais trois Mamettes à remettre à DM et pis, coudonc j'ai oublié ! Pour vrai. Mais ne fait pas un interrogatoire trop serré à mon subconscient, je pense qu'il va flancher et lâcher le morceau ! Je vais remettre ces Mamettes à dame M le 16 janvier journée où je la vois.

Qu'on se le tienne pour dit, c'est MA Mamette !
Rédigé par Venise le mercredi 30 décembre 2009 à 22:38




Dernièrement, j'ai lu... Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Petite Patrie
la Petite Patrie
23 septembre 2017

Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!
12 octobre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Explorations gustatives par personne interposée!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!

Danielle, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

jean Milette, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin