Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#46- les Témoins de Satan
#46- LES TÉMOINS DE SATAN
Scénariste(s) : André-Paul DUCHÂTEAU
Dessinateur(s) : Gilbert Gascard dit TIBET
Éditions : le Lombard
Collection : X
Série : Ric Hochet
Année : 1987     Nb. pages : 46
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Aventure policière
Appréciation : 3.5 / 6
Jusqu'où peut-on aller pour discréditer des témoins?
Écrit le lundi 12 octobre 2009 par PG Luneau

Une femme est accusée du meurtre de son petit ami, avec qui elle venait tout juste de rompre. Trois témoins sérieux prétendent avoir entendu les coups de feu, juste avant que la femme en question quitte les lieux dans sa voiture rouge.

 

Maître Ivan Brunet, un avocat aux méthodes peu orthodoxes, spécialisé dans les cas désespérés, est appelé en renfort. Il est bien déterminé à prouver que, malgré les trois témoignages solides qui l’incriminent, sa cliente est innocente : selon lui, rien n’est plus faillible qu’un témoignage! Pour prouver ses dires, il lance un défi à notre bon vieux Ric Hochet, venu enquêter sur ce procès qui s’annonce fascinant. L’avocat prétentieux s’engage à attenter à la vie de notre reporter judiciaire préféré, devant témoins, sans qu’on ne puisse l’incriminer.

 

Comme de fait, Ric est agressé, alors que Me Brunet était en bonne compagnie à l’autre bout de la ville. Qui a bien pu tirer sur Ric?… Quelqu’un engagé par l’avocat?... ou quelqu’un qui désire incriminer l’avocat, pour l’empêcher de défendre la pauvre accusée?

 

C’est tout un imbroglio de faux semblants qui attend Ric lors de cette escapade à Bruxelles. Rendez-vous bidon, traquenards, assauts, comédiens masqués, fausses divulgations… Les masques tombent sans arrêts, tout au long de l’enquête et du procès… mais ce n’est que pour mieux nous entraîner sur de fausses pistes! En somme, tous les ingrédients spécifiques à la «sauce Ric Hochet» sont présents dans ce tome… même ceux qui rendent ces enquêtes bien difficiles à croire!

 

En effet, comme trop souvent dans les récits de monsieur Duchâteau, certaines mises en scène sont assez peu réalistes, parce que trop abracadabrantes ou «barnumesques», pour utiliser un adjectif employé par l’auteur!! Le passage se déroulant au théâtre de marionnettes, où un «méchant», costumé en mousquetaire, manipule des poupées et assomme le héros, en plein après-midi, alors que le théâtre est supposé être fermé, est assez représentatif de ce genre de procédés grand-guignolesques, si fréquents dans la série. Qu’un criminel s’introduise par effraction et donne rendez-vous à quelqu’un à un tel endroit, c’est peut-être possible, mais qu’il prenne le temps de monter toute une mascarade, sans attirer l’attention ou déclencher une alarme quelconque, c’est un peu trop fort pour moi!

 

Qu’à cela ne tienne, l’intrigue est ici axée sur la personnalité très colorée de l’avocat vedette, et sur le procès de sa protégée, pour lequel il doit trouver un moyen de discréditer les témoins à charge. Comme j’aime les histoires juridiques, j’ai facilement pu pardonner aux auteurs leurs petits excès d’invraisemblances. En fait, lire une aventure de Ric Hochet, c’est pour moi un passe-temps sympathique et léger, qui délasse et me permet de me changer les idées sans trop me prendre la tête. Moi, je n’en demande pas plus à ce héros qui a, comme nous tous, ses hauts et ses bas.

 

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • des dessins classiques, clairs, aux personnages assez typés pour être facilement identifiables.

 

  • l’importance accordée au personnage de Bob Drumont, un sympathique collègue de Ric qu’on aperçoit souvent mais qui a généralement un rôle très secondaire, pour ne pas dire purement figuratif.

 

  • le fait de réutiliser un personnage rencontré dans un tome antérieur, ce qui accentue, à mon sens, l’effet de réalisme et de cohérence de l’univers présenté. Ici, on retrouve le commissaire Brébant, œuvrant à Bruxelles. On l’avait déjà croisé dans le tome #43, les Messagers du trépas. Toutefois, ce commissaire est un personnage des plus neutres, bien moins intéressant que le bouillant commissaire Bourbon! Il est donc étrange que ce soit lui que les auteurs aient tenu à faire revivre…

 

  • maître Brunet, l’avocat vedette de causes spectaculaires. Un homme aussi flamboyant, voilà un personnage qu’il serait intéressant de revoir dans d’autres aventures!

 

  • les très beaux décors de Bruxelles la magnifique. Ric est de passage dans la capitale belge et on en profite pour nous montrer de très beaux édifices de la ville : une cathédrale à la p.9, une prison à la p.18, les jardins botaniques à la page 19, une place publique aux pages 26 et 27, les Galeries de la Reine à la page 28 et la Cour d’assise à la p.39. On voit que Tibet s’est forcé… à moins qu’il n’ait passé le pinceau à Didier Desmit, un décoriste dont la collaboration est mentionnée à la dernière case?!

 

  • le grand nombre de témoins, tous suspects. Cela soutient l’intrigue et évite qu’on ne sache, dès le départ, qui est le coupable (comme c’est parfois le cas dans les récits policiers bas de gamme, comme dans les dessins animés Scooby-doo!)

 

  • la bonne lisibilité du récit. Malgré les nombreux rebondissements et le grand nombre de personnages, Duchâteau a réussi à étaler son histoire de manière à ce qu’on puisse la suivre assez aisément. Bravo!

 

  • le revirement final. Bien qu’il puisse nous passer par la tête, ce punch est amené de manière plus subtile que d’habitude. Il en est d’autant plus efficace.

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • le nom de l’inculpée : Linda Dumal. Quel nom de famille ridicule pour un personnage faussement accusé de meurtre! Mais il est vrai qu’avec un héros qui s’appelle Ric Hochet, il ne faut pas trop en demander!

 

  • certains personnages ont une tronche un peu décevante, surtout les visages de femmes! Ce n’est qu’à sa troisième apparition que j’ai su que la gardienne de prison était une femme! Et pour ce qui est de Sabine, elle a simplement l’air d’un travelo!! Je n’ai pas particulièrement apprécié la tonsure du commissaire Brébant, non plus : elle lui donne l’air un peu ridicule d’un moinillon.

 

  • certains passages abracadabrants, comme je l’ai expliqué plus haut. C’est malheureusement le cas dans de trop nombreux albums de Ric Hochet!

 

  • l’absence de Nadine, la petite amie de cœur de Ric, et la trop fugace apparition du commissaire Boudon. J’aime bien ces deux personnages qui amènent un certain humanisme à la série : la première avec son intérêt sentimental pour le héros, le deuxième de par ses nombreuses colères et son caractère bougon.

 

  • un phylactère de la page 31, qui contient à la fois les pensées et les paroles du héros. La distinction n’est pas vraiment claire : on ne s’en rend compte que cinq vignettes plus loin! On s’attendrait à mieux de la part d’un illustrateur qui produit  deux albums et demi par années, depuis plus de cinquante ans (tous les Ric Hochet et les Chick Bill confondus) !!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@Venise: tu as tout à fait compris: ce tome est le 46e de la série... Mais ce n'est rien: le dernier en date, paru l'an passé, est le #76!!! Comme je le disais, ce dessinateur produit plus de deux albums complets par année, depuis plus de 50 ans: c'est une machine!! Marsi en viendra peut-être à ce rendement, un jour?!?! Pour ce qui est de ta deuxième question, voici ma réponse: j'ai lu environ une trentaine de Ric Hochet depuis mon adolescence. Ce qui est bien avec cette série, c'est que puisque chaque tome est une enquête indépendante, on peut les lire dans l'ordre ou dans le désordre (...ou même en sauter cinq ou six!) sans que notre compréhension n'en souffre. Ce n'est pas toujours le cas!! Ce qui est étrange, en contrepartie, c'est que bien que la technologie évolue (style de voitures; téléphones à cadran, puis à boutons, puis cellulaires; apparition des ordis...), le héros et ses amis ont toujours le même âge. Mais ce phénomène est aussi vrai pour plein de séries (Cédric, Boule et Bill, etc.) Auraient-ils tous trouvé le secret de la fontaine de Jouvence??
Rédigé par PG Luneau le jeudi 15 octobre 2009 à 17:40


#46 ... Dois-je comprendre que c'est le quarante-sixième album de la même série ?!? Il aime beaucoup les jeux de mots en tout cas. Il y a une chose que je me demande quand j'apprends que tu as lu des albums antérieurs, c'est combien tu en as lu ? Bonne critique, toujours aussi amusante, j'espère autant que l'album !
Rédigé par Venise le mardi 13 octobre 2009 à 18:14




Dernièrement, j'ai lu... Zviane au Japon
Zviane au Japon
10 novembre 2018

Batman - Knightfall
#01- la Chute
30 octobre 2018

Zoé Super
#01- Même pas peur!
07 octobre 2018

Boule à zéro
#05- le Nerf de la guerre
22 septembre 2018

École Crinoline
#01- Une rentrée de princesse
16 septembre 2018

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - En vrac, à Prévost!
03 novembre 2018

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Arsenul 73, sur Fascinant Japon!

Danielle, sur Fascinant Japon!

anne des ocreries, sur Fascinant Japon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - En vrac, à Prévost!

anne des ocreries, sur Quand je constate que mon héros n'est pas Batman : c'est Bruce Wayne!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin