Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill
MA MAMAN EST EN AMÉRIQUE, ELLE A RENCONTRÉ BUFFALO BILL
Scénariste(s) : Jean REGNAUD
Dessinateur(s) : Émile BRAVO
Éditions : Gallimard
Collection : X
Série : Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill
Année : 2007     Nb. pages : 122
Style(s) narratif(s) : Roman graphique
Genre(s) : Quotidien, Récit psychologique, Humour tendre, Drame familial
Appréciation : 5 / 6
Je cherche ma maman, zan-zan-zan...
Écrit le samedi 09 mars 2013 par PG Luneau

En cette semaine de relâche, je me suis fait le cadeau de ramener à la maison certains des albums que j’ai achetés pour la bibliothèque de l’école, question de les lire avant qu’ils ne prennent le chemin des rayons. Mes prochaines critiques seront donc ostensiblement orientées jeunesse!

Et à tout seigneur, tout honneur! Je me dois de vous l’avouer, je suis littéralement en amour avec Émile Bravo! Enfin, pas avec lui personnellement, mais plutôt avec ses dessins! J’ai découvert ce bédéiste avec ses Épatantes aventures de Jules (dont je n’ai lu que le premier tome, que j’ai trouvé tellement intelligent que je me suis juré que j’allais me réserver un temps de grâce pour lire les autres… temps de grâce que je ne me suis toujours pas accordé!), puis avec son excellent remake de Spirou, le Journal d’un ingénu. Mais c’est surtout grâce à son fabuleux roman allégorique C’était la guerre mondiale, qui rapporte tous les moments forts du conflit de 39-45 dans le contexte d’une chicane de cour d’école qui prend des proportions démesurées, que mon amour pour ses dessins, et ses livres en général, a explosé! Il s’agit d’un bouquin édifiant et génial, que je recommande à tous! Tenez-vous le pour dit : mon regain d’intérêt pour monsieur Bravo est tel qu’une autre de ses séries, celle parodiant les contes de fée classiques de notre enfance, sera bientôt en vedette dans cette Lucarne. Ce n’est qu’une question de semaines!

Mais pour le moment, je me suis enfin plongé dans le petit one shot dont on a tant parlé sur le Net, et qui a remporté une kyrielle de prix dans plusieurs festivals, et j’ai nommé : Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill, livre qu’il a illustré pour le compte de Jean Regnaud, un scénariste avec qui il avait déjà travaillé (sur la série Aleksis Strogonov, série que je cherche désespérément à compléter, d’ailleurs, avis aux vendeurs intéressés!! ;^)

Déjà, avouez qu’avec un titre aussi long, cette petite plaquette de 122 pages s’enrobe d’un intrigant mystère, non?! On y fait la connaissance du charmant petit Jean, un gamin qui entre en première année (en CP1, en fait, puisqu’il vit en France!), et qui réalise soudain qu’il est le seul de ses camarades de classe à ne pas connaître le métier de sa mère!! Et pour cause : celle-ci est partie depuis si longtemps que c’est à peine s’il se souvient de son visage!… Et encore, c’est surtout grâce au tableau d’elle qui trône au-dessus du manteau de la cheminée, chez ses grands-parents maternels!!

De fil en aiguille, Jean nous présentera son petit univers par le biais des gens qui gravitent autour de lui : son père, hermétique et distant, son petit frère, Paul, et Yvette, la jeune gouvernante qui s’occupe d’eux depuis quelques années. On rencontrera aussi quelques copains de classe mais, surtout, la jeune Michèle, la voisine, celle qui, étrangement, reçoit des cartes postales de la mère de Jean, et qui daigne les lui lire… Encore  heureux, car le pauvre Jean, lui, n’en est pas encore là dans ses apprentissages!!

Au fil des courts chapitres, chacun axé sur un personnage en particulier, et coloré d’une couleur bien spécifique, on découvrira différents indices qui nous mettront peu à peu la puce à l’oreille. Qu’en est-il exactement? Pourquoi tant de gens regardent-ils Jean avec un air éploré? Pourquoi le force-t-on à rencontrer le psychologue de l’école? Qu’est-ce qui se passe réellement avec la mère de Jean?

Vous l’aurez deviné, Ma mère est en Amérique… est un mini-roman graphique des plus riches, jouant sur le décalage entre la vision très enfantine que le jeune Jean porte sur son petit monde, et certains aspects de sa cruelle situation. Tout en subtilité, et sans jamais verser dans le pathos (loin de là!), Jean Regnaud nous montre un touchant portrait de ce à quoi devait ressembler la vie de deux jeunes garçons sans leur maman, dans les années 70 (car c’est là l’époque où les auteurs ont choisi de situer leur récit). La fraîcheur des dessins de Bravo, faussement naïfs, et la candeur du jeune héros, magnifiquement rendu par la plume de monsieur Regnaud, font de cette petite perle un bijou de tendresse qu’il fait bon mettre entre toutes les mains, dès 8 ans. Certainement que les plus jeunes ne saisiront pas tout, mais qu’importe… D’ailleurs, n’est-ce pas là le propre de chacun de nous?? Ne comprenons-nous pas ce qui nous arrive que dans les limites de nos perceptions, elles-mêmes fortement biaisées par notre affect ou nos croyances?? Et n’est-ce pas là (mais d’une façon bien plus agréable et subtile, heureusement!) le propos de l’ouvrage??

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill est donc un album bonbon que  tous apprécieront… et je défie quiconque de ne pas développer d’empathie à l’égard du jeune héros! Une lecture sympathique et maternelle… sur l’absence de la mère : il fallait le faire, quand même!!? ;^)

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le format. C’est assez inusité, pour ne pas dire incongru, de présenter aux jeunes un format roman graphique d’autant de pages! On est loin de l’album grand format de 48 planches auquel ils sont habitués! Bravo à Gallimard d’oser sortir des normes!

 

  • les dessins de mon dessinateur chouchou. Sous leurs airs enfantins, on peut aisément reconnaître les petits nez ronds et les points noirs des yeux qui ont fait la renommée du grand Hergé! C’est qu’Émile Bravo est un des héritiers de la fameuse ligne claire! Mais contrairement à ceux du créateur de Tintin, ses dessins sont toujours pleins de charme, de fantaisie. J’adore!!

 

  • l’humour. Il est latent, tout au long de l’album. Le ton y est toujours léger, amusant, l’humour tranquille et mignon… Rien à se taper sur les cuisses, mais de quoi sourire béatement tout au long de notre lecture. et ce, malgré certains propos très durs, comme la violence familiale qui sévit chez Michèle, la petite voisine! J’ai particulièrement aimé quand la maîtresse se présente, au début de l’album, et que le héros, qui débute sa première année sans savoir lire, croit qu’elle vient d’écrire son nom au tableau… alors qu’il s’agit en fait de la date!

 

  • les nombreux phylactères ne contenant que des dessins ou des idéogrammes. Ils nous obligent à porter attention aux détails (car ces dessins reviennent souvent, et font référence à certains éléments du récit) afin de décortiquer le message… mais même les non-lecteurs pourront comprendre, s’ils restent bien vigilants.

 

  • la mise en page très aérée. En fait, elle est très originale, tablant sur de nombreuses pleines pages ou sur la juxtaposition de vignettes sans cadre, sur des fonds aux à-plats monochromes, une couleur pastel par chapitre! Les décors, très simples ou absents, et les vignettes souvent très grandes, d’une très grande lisibilité, forment un environnement très stylé qui nous force à nous centrer sur les expressions et la gestuelle des personnages, sur les émotions…

 

  • le découpage en chapitres, intercalés d’interludes d’une planche qui viennent renchérir ou compléter le contenu du chapitre qui vient de se terminer. Cette structure répétitive ponctue notre lecture et lui donne un rythme intéressant.

 

  • la construction intelligente du récit, avec le mystère sur ce qui est advenu de la mère qui s’étiole peu à peu, mais toujours en subtilité, en laissant toujours planer un petit doute…

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la couverture, qui ne rend pas assez justice, à mon sens, au talent de Bravo. Vous le savez maintenant, j’en ai parlé à maintes reprises (dont ici), je n’aime pas trop les colorations aux effets de pastellisation, aux couleurs vaporeuses…

 

  • quelques référents moins évidents. Les Séss, par exemple (qui me semblent être l’équivalent de nos services sociaux), n’évoqueront malheureusement rien aux jeunes lecteurs d’ici... Ni même aux moins jeunes, d’ailleurs!!... (P.S. : Vérifications faites, il s’agit des Sections d’Éducation Spécialisée, service qui chapeautait, à l’époque, les classes spéciales pour jeunes déficients!)

 

  • certaines allusions plus obscures. Qui sont les Ossard, finalement? J’ai cru, un temps, qu’ils étaient les grands-parents maternels, mais on avait déjà vu ces derniers dans un chapitre antérieur!! Je ne comprends pas trop, finalement, leur lien avec la famille de Jean… Il y a tant de non-dits!

 

  • la longueur. Malgré ses 122 pages, ce livre se lit beaucoup trop rapidement : on en veut encore et encore et encore!! Et encore!!... ;^)

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Caro : C'est vrai que cet album possède, d'un certain point de vue, quelques affinités avec le Viandier de Polpette (format un peu plus petit, nombre de pages élevé, couleurs franches et dessin un peu plus juvénile, donc plus accessible...). J'ose espérer que nos élèves s'y intéresseront bientôt!
Pour ce qui est de C'était la guerre mondiale, il faut garder en tête qu'il s'agit bien d'un roman : les pages en sont un peu plus larges que celles des romans standards, et elles sont très richement illustrées par Bravo, mais ça reste un livre que je réserverais aux jeunes de onze ans ou plus, pas avant! Mais si vous aimez autant m.Bravo que moi, c'est véritablement un incontournable!!
Merci, et au plaisir de vous relire en ma Lucarne!!
Rédigé par PG Luneau le samedi 16 mars 2013 à 23:49


Tout comme toi, j'ai dévoré cet album, vraiment trop court. Je l'ai fait acheté pour le collège, les élèves ne se sont pas jetés dessus, mais je ne désespère pas d'y arriver (en ce moment, ils aiment beaucoup "le viandier de Polpette" de Julien Neel, qui est un petit pavé dans son genre, alors peut-être un jour, regarderont-ils du côté d'Emile Bravo...) !
J'avais aussi beaucoup aimé le Spirou, journal d'un ingénu, avec toutes ses références. Je note pour l'album sur la 2nde guerre mondiale, que j'ai repéré dans un endroit où je travaille, mais dans mon souvenir il m'a l'air sacrément peu épais tout de même... Grrr, encore un album de plus dans ma liste ! ^^
Rédigé par Caro le vendredi 15 mars 2013 à 18:46


@ Monsieur Dany : Bienvenue dans le club des «Acheteurs de livres à la liste plus longue que le budget»! Je crois que mes listes d'achats actuelles me serviront pour les trois prochaines années!! C'en est presque ridicule! Et ce n'est pas parce qu'on n'a pas beaucoup de budget!! On est même pas mal choyés... mais il y a tant de choix!!
P.S. : J'adore ton subtil jeu de mots... Merci de l'avoir souligné : je ne l'aurais peut-être pas remarqué!! ;^) Et merci aussi pour les compliments : ça fait toujours plaisir!!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 13 mars 2013 à 22:45


@ Geneviève : C'est vrai que ce n'est pas évident, à première vue, qu'on est en présence d'une BD : le format, l'épaisseur, l'illustration de la couverture et le titre n'engagent pas à cela!! Mais, tu peux te fier sur moi : c'est non seulement une BD, mais une très bonne, qui mérite les nombreux prix qu'elle a remportés!!
(J'ai hâte de lire le dernier des 4 de Baker street... et j'essayerai sûrement les Elinor Jones, même si ça semble très girly : il faut bien que je puisse jaser BD avec les filles de ma classe, aussi!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le mercredi 13 mars 2013 à 22:39


Tu m'as encore une fois convaincu! Le budget bibliothèque est vide pour cette année, mais je le garde en mémoire. Il faudrait d'ailleurs qu'un jour ma banque de "à acheter pour l'École lorsque nous aurons du budget" se vide pour que je puisse vivre une année dans le présent!
J'aime ta comparaison avec Hergé et le dernier paragraphe avec les points forts.
Toutes mes félicitions et Mille bravos! Ce n'est pas un jeu de mots! ha ha ha!
Rédigé par Arsenul le mercredi 13 mars 2013 à 12:28


Ah oui, tu fais ça toi aussi, "emprunter" les albums bd avant tout le monde? ;) Moi aussi! J'ai lu dernièrement Elinor Jones et le dernier des Quatre de Baker Street en partant en douce avec les albums avant qu'ils soient prêts pour la bibliothèque ;)

Cette bd là, j'avais hâte de lire ton billet parce qu'elle est sur ma liste depuis tellement longtemps! Même qu'au début, je pensais que c'était un album pour enfant, pas une bd! Comme quoi les couvertures (et les titres) peuvent être trompeuses!
Rédigé par Genevieve le mardi 12 mars 2013 à 10:55


@ Jérôme : Je constate que, cette fois encore, on est du même avis!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le lundi 11 mars 2013 à 16:05


Superbe album. Tout en finesse et en intelligence. Et puis les illustrations d'Emile Bravo c'est un plus non négligeable^^
Rédigé par jerome le lundi 11 mars 2013 à 11:00


@ Kikine : J'aime quand on aime que je parle jeunesse, car j'aime aussi parler jeunesse!! ;^) Et en ce qui te concerne, j'espère que tu ne te contenteras pas de noter : il faut lire, aussi!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 10 mars 2013 à 13:05


@ Anne des Ocreries : Mais lèche, lèche : c'est du bonbon (comme tout ce qu'Émile Bravo illustre, d'ailleurs!!)!!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 10 mars 2013 à 13:04


@ Yaneck : Heureux que ma variété des derniers jours te plaise! Je te souhaite de revenir à ce charmant petit bouquin quand tu seras dans de meilleures dispositions : il en vaut quand même la peine! D'ailleurs, ça m'étonne qu'il n'apparaisse pas dans ton Top BD des blogueurs!?
Rédigé par PG Luneau le dimanche 10 mars 2013 à 13:03


J'aime quand tu parles jeunesse aussi :)
J'ai bien noté, évidemment !!
Rédigé par kikine le dimanche 10 mars 2013 à 8:42


Bon sang, tu m'allèches !
Rédigé par anne des ocreries le samedi 09 mars 2013 à 16:35


Ah... Comme ça fait plaisir de te lire sur des choses variées, mon pg. Tu vois, je suis à nouveau là, pour te soutenir dans ce bel élan.
Cet album là, je l'ai lu, j'entends parfaitement tes louanges qui sont méritées, mais étonnamment, je ne suis pas rentré dedans. Rien d'imputable à l'album, comme toi, j'apprécie plutôt le dessin de Bravo, mais je ne sais pourquoi... Sans doute une disponibilité d'esprit qui n'était pas là. Je finirai par y revenir, je me le garde sous le coude.

Mais tu as très bien fait de le mettre en avant.
Rédigé par Yaneck le samedi 09 mars 2013 à 12:47




Dernièrement, j'ai lu... Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Petite Patrie
la Petite Patrie
23 septembre 2017

Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!
12 octobre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Explorations gustatives par personne interposée!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!

Danielle, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

jean Milette, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin