Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Jeux dangereux
#01- JEUX DANGEREUX
Scénariste(s) : Francine GRATON
Dessinateur(s) : Jean GRATON
Éditions : Graton éditeur
Collection : Palmarès inédit (#13)
Série : Labourdet
Année : 1970     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Quotidien, Humour naïf
Appréciation : 4 / 6
Un brin insipides... mais tellement attachants!!
Écrit le jeudi 19 janvier 2017 par PG Luneau

Quel voyage dans le temps que la lecture d'un album des Labourdet! Si j'ai toujours apprécié lire les Bécassine à cause du portrait de la société française des années 20 et 30 qu'ils nous dressent par la bande, je viens de découvrir la série parfaite pour comprendre la classe bon chic bon genre française des années 60!! ;^)

Chez les Labourdet, tout le monde joue son rôle à la perfection : le papa pourvoyeur et généralement absent, la maman aimante et protectrice, Pierrot et Françoise, les deux plus vieux qui vivent maintenant leur vie de jeunes adultes, Marcel, le «gamin» de 13 ans (car le concept de pré-ado n'était vraiment pas dans l'air du temps, en 1960!! ;^) et même Pépé, le bouffon grognon de service!

Grâce à Jean Graton, le créateur du célèbre Michel Vaillant, et son épouse, Francine, qui s'est mise à la scénarisation pour l'occasion, les lectrices du magazine Chez Nous ont pu découvrir, à raison d'une planche par semaine, à partir de 1965, les aventures gentillettes de cette famille proprette.

Soyons honnête, l'ensemble a assez mal vieilli. Le dessin classique, par trop figé, de Graton est suranné, et le scénario concocté par son épouse reste terriblement faible! Et dire qu'on nous présente le tout, dans les notes frontispices, comme l'ancêtre des sitcoms!! :^0 Le rédacteur de cette notice n'a manifestement pas compris le sens de ce terme qui désigne les COMÉDIES de situation!! Ici, le comique n'apparaît qu'à une ou deux occasions, généralement lors des interventions naïves de Marcel ou de Pépé. Et bien qu'on soit pas mal à la même époque, on est loin de l'humour véhiculé dans la chouette télésérie française les Saintes chéries, qui me faisait beaucoup rire... dans mon souvenir de gamin de 7 ou 8 ans!! Non, avec les Labourdet, on est plutôt dans le téléroman tranquille de chez tranquille, à l'image des très américaines séries télé Papa a raison ou la Famille Stone... avec un soupçon d'eau de rose en prime! On ne peut même pas parler de drame familial ni de récit psychologique tant ces termes semblent trop puissants!! :^S Voyez plutôt :

Alors que Papa et Maman s'apprêtent à déménager dans un appartement plus luxueux, au grand mécontentement de Pépé qui ne veut pas s'éloigner de ses vieux camarades, Pierrot déniche un emploi de secrétaire-chauffeur auprès d'une grande starlette du moment. Bien évidemment, le fil des événements fera en sorte qu'il en vienne à remplacer un comédien absent pour un petit rôle à la télé. Sera-ce le début d'une nouvelle carrière pour le bellâtre, qui l'entraînerait loin de sa fiancée délaissée?

Parlant de délaissée, Françoise souffre pour sa part du syndrome du mari fantôme! Non seulement son nouvel époux, le beau Jean-Marc, est-il toujours absent ou accaparé par son travail, mais elle se retrouve à revoir régulièrement Roger, le prétendant qui concourait avec Jean-Marc dans la lutte pour lui ravir son cœur!? La belle se laissera-t-elle tenter par l'interdit!! :^O

Voilà, tout y est. En 10 lignes, vous connaissez tout le contenu des 48 planches de cet album. Un récit assez insipide... mais qui a probablement plu aux dignes lectrices de Chez Nous, en 1970! Et puis, je dois l'avouer humblement... je me suis pris d'affection pour cette famille normale et saine, qui vit simplement les «angoisses et plaisirs de la vie quotidienne», pour emprunter les mots du billet de présentation! Pourquoi se casser la tête pour compliquer la vie de ses héros, alors que le petit train train quotidien apporte déjà son lot d'imprévus? Évidemment que les jeunes femmes de 1965-72 devaient se reconnaître dans ces récits : ils étaient tellement terre à terre! D'ailleurs, si la lecture peut s'avérer source d'évasion, pour oublier son quotidien, elle peut aussi en être le reflet bienveillant et tranquille, dans lequel il fait parfois bon se mirer, non??

Donc, le couple Graton a mis sur papier un portrait sympathique et sans surprise de la classe moyenne-aisée qui préfigurait Mai 68. Relire maintenant leurs «aventures»... heu... je veux dire : les côtoyer dans leur quotidien a un petit quelque chose de touchant et de rassurant... même si ça n'a rien d'exaltant! ;^)

Si vous êtes du genre à jeter un regard nostalgique sur les Trente Glorieuses (1945 à 75),  cette période bénie de notre histoire occidentale (avant l'ère atomique, le sida, les catastrophes écologiques et le terrorisme institutionnalisé!), ou que vous voulez mieux connaître cette époque où les hommes et les femmes se faisaient appeler Père et Mère non seulement par leurs enfants, mais aussi par leurs brus et leurs gendres (?!?!), plongez-vous dans les albums des Labourdet... Sinon, vous pouvez vous permettre de passer votre chemin sans trop vous en faire!... ;^)

P.S. Divulgâcheur : Pour ce qui est du résumé que je vous ai fait, ne vous inquiétez pas : tout se termine pour le mieux pour tout le monde, sans trop de pleurs ni de grincements de dents!! Mais... j'imagine que vous l'aviez déjà deviné!!... ;^D

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la petite mise en contexte et le résumé des épisodes précédents. En effet, la page de titre est suivie d'une page explicative, qui nous dresse un petit portrait de l'époque où ces récits sont parus de même que la manière dont ils ont été publiés (en feuilleton, à raison d'une page par semaine). Puis, on a droit à une autre page avec une très succincte présentation de chacun des membres de la famille, avec un petit résumé des moments-clés de leur récent passé (j'aurais peut-être aimé qu'on y ajoute leur âge et leur occupation respective, mais bon...). Ainsi, même sans avoir lu les 5 premières «aventures» des Labouret, on peut s'immiscer dans leur vie sans trop être dépaysés!!

 

  • le portrait de cette époque où l'American dream semblait facilement accessible... Nostalgie, quand tu nous tiens!... ;^) Les Graton poussent même le réalisme jusqu'à intégrer dans le scénario une très célèbre série-télé policière de l'époque : les Cinq dernières minutes!! C'est dans cette émission que Pierre sera appelé à tourner, et le dessinateur y a croqué certains vrais protagonistes de l'époque, dont le réalisateur Claude Loursais et le comédien qui jouait le rôle principal, Raymond Souplex!!

 

  • la thématique du quidam qui se fait happer par le vedettariat. En notre ère des médias sociaux, où tout un chacun peut espérer à bien plus qu'à son 15 minutes de gloire, You tube aidant, il peut être bon de se faire rappeler les risques de dérape potentielle qu'une popularité soudaine peut entraîner! C'est un thème qui reste actuel, somme toute!

 

  • des personnages attachants! Est-ce parce qu'ils sont surannés que je les trouve si sympathiques? Je les ai tant aimés qu'ils ont su capter mon intérêt... même s'il ne se passe presque rien tout du long de l'histoire!! ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • le dessin au réalisme trop académique. Comme je le disais plus haut, il a très mal vieilli... Bien qu'il soit probable qu'il revienne à la mode, si j'en crois une grande part des productions de la Pastèque des dernières années! :^P

 

  • la quantité de texte. C'est VRAIMENT très verbeux! Les pages sont complètement noyées par les phylactères remplis à ras bord!! Et comme on est presque toujours en mode dialogue et qu'il y a très peu d'action, on ne retrouve presque exclusivement que des gros plans... tous entourés de bulles bien garnies!! Rien pour accrocher l'œil!!

 

  • l'incongruité de certains petits éléments du scénario. Le principal demeure le moment où Pierre, nouvellement engagé par la belle Stella en tant que secrétaire personnel et chauffeur, se voit invité à dîner à la même table que sa starlette de patronne et son metteur en scène, qui ont à parler affaire!? Ça me semble déjà assez improbable en soi... mais le fait que ça survienne lors du premier jour de travail du dit chauffeur, c'est carrément irréaliste!! :^(

 

  • la trop grande ressemblance entre les personnages masculins. Manifestement, monsieur Graton manque un peu de versatilité quand vient le temps de dessiner des visages d'homme! Non seulement Pierre, l'aîné Labouret et personnage central de ce tome, est-il le sosie parfait du célèbre Michel Vaillant (série-culte de... Graton, justement!! ;^), mais son beau-frère Jean-Marc lui ressemble aussi comme deux gouttes d'eau! Si bien que, chaque fois qu'on croise la belle Françoise avec un grand brun, il nous est très difficile de savoir s'il s'agit de son frère ou son époux!! Ce n'est pas très commode!! :^S

 

  • les ellipses, parfois un peu forcées. Il arrive à deux ou trois reprises que la transition d'une séquence à une autre soit étrangement orchestrée, ou qu'elle coupe court à des scènes d'émotion qui auraient demandé plus d'espace... Ça sent donc un peu le format imposé : «Je dois passer à la scène suivante coûte que coûte, sinon je vais déborder de  mon 44 planches!!»  C'est principalement notable dans le dernier quart de l'album (aux p.43 et 44, par exemple!), alors que certains aspects des intrigues se bouclent de manière assez expéditive... Dommage! :^(

 

  • une petite coquille... ou une faute d'orthographe pas encore corrigée. Après toutes ces rééditions, ça me sidère qu'il reste encore des fautes ou des coquilles aussi évidentes que celle-ci dans les bouquins : «Tout les cœurs sont en fêtes» (sur la toute dernière planche, p.48).Que font les correcteurs d'épreuve??

 

  • une quatrième de couverture cent fois trop chargée!!? Plus de 90 titres d'albums y sont listés, en plus d'une présentation des 4 volets de la collection Archives Jean Graton, d'un résumé du présent album ET d'une biographie de l'artiste!! Le tout bien serré en ¾ de page, le reste étant réservé à une illustration de course automobile (bien sûr!). Toute cette surcharge d'informations aurait été très justifiée en fin d'album, répartie sur les pages 49 et 50, par exemple... mais pas en couverture arrière!! :^(

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Tu as tout compris, Anne! ;^)
Rédigé par pgluneau le samedi 28 janvier 2017 à 11:30


Pour l'anecdote, si je les croisais, mais j'irais pas les chercher.
Rédigé par anne des ocreries le samedi 21 janvier 2017 à 11:27




Dernièrement, j'ai lu... Démons d'Alexia
#07- Chair humaine
07 mai 2017

Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Testament du capitaine Crown
#01- Cinq enfants de putain
02 avril 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Arsenul, sur Pourquoi j'aime la BD???

Philippe lavigueur, sur Huis clos parmi les furets carnivores

anne des ocreries, sur Huis clos parmi les furets carnivores

Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Une vengeance au goût amer...

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin