Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#04- le Totem de l'espace
#04- LE TOTEM DE L'ESPACE
Scénariste(s) : Roland Goossens dit GOS
Dessinateur(s) : Roland Goossens dit GOS
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Khéna et le Scrameustache
Année : 1975     Nb. pages : 46
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Héros animalier, S.F. humoristique
Appréciation : 4 / 6
le Scrameustache dans nos Laurentides!?!?
Écrit le mercredi 01 juin 2011 par PG Luneau

Eh oui, vous avez bien lu!! Gos nous fait l’insigne honneur de situer un de ses récits au Québec!!! C’est tout ému de retrouver nos paysages et nos compatriotes dans une BD grand public à fort tirage que j’ai débuté ma lecture du quatrième tome des aventures de Khéna et le Scrameustache!!

 

Alors que Georges Caillau est invité à participer à un congrès de géologues qui se tient au Québec (chic chic!!), Khéna et le Scrameustache découvrent qu’un mystérieux vaisseau spatial fonce vers la Terre. Après de savants calculs, nos deux amis constatent que ledit vaisseau devrait atterrir… au Québec!!! Quel hasard !! (Ici, vous êtes en droit de percevoir mes toussotements sarcastiques!) Il n’en fallait pas plus pour que le duo bien connu accompagne l’Oncle Georges dans son périple! Une fois chez Martin et Janette Paradis, des amis d’Oncle Georges qui l’ont invité à loger dans leur jolie maison de campagne, tout ce beau monde assiste à l’atterrissage du vaisseau en question. Celui-ci, comme commandé à distance, a tôt fait de planter un étrange totem aux rayons destructeurs et de téléporter des créatures et des machines envahissantes qui semblent vouloir imposer leur présence ou, même, envahir tout bonnement notre planète! Nos héros sauront-ils intervenir à temps afin de contrecarrer les plans de ces envahisseurs??

 

On constatera qu’encore une fois, le récit s’écarte de la trame directrice des tomes 1 et 3, soit l’intrigue sur l’origine de Khéna… Ai-je autant apprécié, ou pas, comme ce fut le cas pour le tome #2 ? Voyez plutôt :

 

D’abord : était-ce vraiment nécessaire que le récit se passe au Québec? Malheureusement pas! En fait, cette histoire n’a absolument rien de spécifique à notre coin de pays, sauf peut-être quelques expressions québécoises plus ou moins judicieuses! Au final, on aurait tout aussi bien pu être en Suisse, en Australie ou au Nicaragua que ça n’aurait absolument rien changé!! Oui, notre belle forêt laurentienne sert de décor, mais de décor parfaitement accessoire ou interchangeable, et ça, ça a un peu «pété ma balloune», comme on dit chez-nous… D’autant plus que le récit est, encore une fois, un peu décevant.

 

Après une mise en place assez efficace, qui intrigue en développant des concepts intéressants (sur les totems de la Côte ouest, sur l’invisibilité temporaire, sur des entités énergétiques à la recherche de créatures à parasiter, etc.), on tombe, à partir du milieu de l’album, dans une suite de captures et de libérations un peu répétitives, avec, en guise d’ennemis, deux dinosaures ridicules jouant les Abbott et Costello! Cet enchevêtrement burlesque m’a paru un peu long et, surtout, assez vain! Les méchants sont plus idiots qu’effrayants, et je n’ai pas cru une seule seconde en la possibilité que les «bons» perdent le match! C’est, à mon sens, une très bonne preuve que le récit n’est pas suffisamment bien ficelé.

 

Je ne lui accorderais qu’un petit 3,5… mais comme nos héros côtoient notre sol québécois, et que j’ai encore foi en l’univers mis en place par Gos depuis le début de sa série, je monte ma note, généreusement et de manière tout à fait chauvine, à 4 ! Mais je commence à grandement espérer que les scénarii se ressaisissent et s’étoffent un peu plus : si rien ne change, ma générosité ne tiendra certainement pas jusqu’au tome #40!!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • une représentation pas trop folklorique du Québec!! Quelle gentillesse de la part de Gos de nous faire cette fleur et de situer son aventure ici!! Et en région campagnarde, en plus! C’est très joli, le petit coin de paradis du couple du même nom!! J’espère juste que Gos savait pertinemment qu’il existait aussi un Québec urbain et très moderne !? Et dommage que l’auteur n’ait pas exploité plus à fond les particularités de nos modes de vie, de notre environnement ou de notre culture! Tout de même, Martin et Janette Paradis sont bien sympathiques, et certaines de leurs expressions sont bien typiques («Fatigue-toi pas!» à la p.7, «Niaiseux!» aux p. 8 et 10, «coincé à mort» à la page 12, l’«endormitoire» de la page 33 ou «la noirceur qui tombe» de la page 45…). En plus, ils boivent du caribou!! On peut difficilement faire plus québécois!!

 

  • quelques jeux de mots. Gos se risque à faire de l’humour à quelques reprises, et dans le lot, certains liens sont bien amusants, comme cet ours (p.16), baptisé Victor Hugo, que Martin Paradis finit par traiter de misérable… Malheureusement, ces jeux de mots n’abondent vraiment pas!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • quelques expressions prétendument québécoises. Disons que ça part mal, avec la citation de la page de titre : «Faut point courir dans les mouillures, c’est ben mauvais pour les jarrets!». Non seulement je n’ai jamais entendu cette expression, mais le terme «mouillures» pour parler de flaques d’eau (ou de quoi que ce soit d’autres, d’ailleurs!) n’a jamais effleuré mes oreilles, ni mes yeux, de toute ma vie! Jamais entendu, non plus, les «nuisances» dans le contexte de la page 7, le «défuntiser» de la page 34 ou le «C’est ben bougrant, tout ça!» de la page 36…

 

  • la grosseur des fils blancs qui tiennent l’histoire en place. Non seulement le «vaisseau» qui approche de la Terre semble se diriger au Québec, endroit que l’Oncle Georges s’apprête «justement» à visiter dans le cadre d’un colloque de géologie, mais, EN PLUS, son site d’atterrissage est à cinq minutes de la maison de campagne de l’ami qui s’est proposé pour l’héberger pendant ledit colloque!! Tu parles d’un hasard!! À la superficie totale du Québec, vous imaginez-vous l’infinitésimal pourcentage qu’une telle coïncidence arrive??? Je ne suis pas sûr que Gos l’ait réalisé!!

 

  • encore une fois, la banalité du design extraterrestre. La fusée ennemie (p.11) est d’un ordinaire à grincer des dents, et la forteresse que les Accusmalas commencent à construire est d’une architecture troglodyte plutôt banale, qui rappelle les champignons des Schtroumpfs, le charme en moins! Comme je le disais dans ma critique du tome #3, Gos manque d’originalité. Il aurait dû demander conseils à Roger Leloup, son comparse de studio qui planchait alors (et encore!) sur Yoko Tsuno !

 

  • un certain manque d’originalité dans le choix des péripéties, qui tournent en rond. Jusqu’à la page 20, ce n’est pas trop mal… puis arrive les robots. Ça passe encore. L’attaque du raton-laveur, possédé par les entités extraterrestres, peut encore aller, à la limite… Tobor sauve le Scram et Khéna, tandis que les adultes sont rapetissés (?!?) et mis en boîte dans les robots. Ouf… ça commence à déraper… Mais avec l’arrivée des Accusmalas, à la page 28, c’est la débandade totale! Le Scram va libérer Georges et Martin, alors que les Stix parviennent à s’immiscer dans l’esprit de Khéna, nouvellement réveillé! On se court après, on s’espionne de loin… Ça s’étire, et, encore une fois, on passe à côté de tout le potentiel mis en place!! Quel dommage!

 

  • les ridicules personnages dinosauriens! Que de puérilité! Et ils jouent le duo de la matrone et du fieffé pleutre!! Pourquoi tant de burlesque?? Non seulement ils sont roses, mais la femelle porte un bonnet de bergère!!? C’est d’un ridicule! On pouvait difficilement faire plus enfantin comme «invasion». Et leur nom : les Accusmalas! C’est désolant de dissonnance!

 

  • certains aspects non expliqués. Qu’arrive-t-il des totems de la Côte ouest canadienne? Ont-ils été, eux aussi, envoyés par les Stix? Les Britanno-Colombiens subissent-ils, eux aussi, une invasion de robots et de bêtes Accusmalas? Le récit reste muet sur ce point, et c’est bien dommage : il y aurait eu là moyen de donner un peu plus de crédibilité à toute cette histoire à dormir debout!

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Kikine : C'est donc que j'ai bien réussi à transmettre comment je me suis senti, car j'ai pas mal enchaîné ces mêmes états d'âme!!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 05 juin 2011 à 8:32


En commençant de lire ta chronique je me suis dit : "chouette, peut-être que je vais commencer par lire celui-ci même si ce n'est pas le premier tome, parce que, justement, ça se passe au Québec" mais en fait, tu m'as carrément refroidie ...
Rédigé par kikine le dimanche 05 juin 2011 à 7:45


@ Arsenul : Merci de souligner la politesse de mon sarcasme: je sais très bien que je traite d'une oeuvre quand même assez populaire des annéès 70!!
Pour ce qui est du mandat que je me suis donné, je devrais tenir jusqu'à la fin, puisque je suis assez discipliné... et que, tant qu'à les avoir achetés, j'aime autant les lire!! Toutefois, il est clair que les notes vont s'en ressentir et que je ne forcerai pas la chose en courant chez mon libraire pour me procurer les quelques uns qui me manquent, vers la fin (je n'en ai que trois, passé le 28)... D'autant plus que les dessins des derniers sont carrément moches, si je me fie aux couvertures de ceux que j'ai!!
Pour ce qui est de ta suggestion d'y aller à petites doses, sois rassuré : je lis deux ou trois autres albums entre chaque Scrameustache! C'est plus digeste... même si ça commence à ressembler au supplice de la goutte d'eau! ;-)
Rédigé par PG Luneau le vendredi 03 juin 2011 à 15:55


Cher PG, quel pari que de tenir jusqu'à 40! Si tu tiens le coup, je te traitai de masochiste! C'est bon et léger le scrameustache, mais à petite dose. Je ne me rappelais plus de celui-ci, à l'époque je n'avais pas remarqué les Laurentides. J'aime ton oeil critique, ta section "ce qui m'a agacé" est succulente, on sent un sarcasme poli tout à fait délicieux.
Rédigé par Arsenul le vendredi 03 juin 2011 à 9:15


@ Venise : Je suis bien d'accord avec toi!!
Rédigé par PG Luneau le jeudi 02 juin 2011 à 23:21


C'est clair que je n'ai jamais entendu nuisance dans ce sens-là au Québec ! Je ne sais pas pourquoi au juste mais ces erreurs me font rire. Parce que ça sonne faux et deuxièmement parce que je suis probablement contente qu'ils se trompent me disant, nous sommes si uniques que impossibles à cerner ! Bah, un soupçon de prétention ne peut pas nuire de temps en temps. Ça épice une confiance en soi.
Rédigé par Venise le jeudi 02 juin 2011 à 23:12


@ Venise : Et bien ma chère, sache que mes parents en buvaient, eux, du caribou lors de leurs randonnées en Ski-Doo, quand j'étais jeune!!
C'est vrai que je me plains peut-être un peu trop des situations «hasardeuses» dans les BD jeunesse... et elles sont légions!! C'est même si fréquent que plusieurs y perçoivent une certaine norme!! «Dans une BD pour enfant, ça prend des hasards exagérés!» «Ah ben! C'est bien trop gros, ce hasard-là... mais c'est pas grave: c'est JUSTE pour les enfants!» Nombre de séries en abusent... Mais heureusement, je crois que la tendance actuelle change, comme si les nouveaux scénaristes ont pris conscience qu'on peut s'adresser aux jeunes sans NÉCESSAIREMENT les considérer comme des billes! Des séries comme Seuls, ou Lou, mes séries chouchouttes de l'heure, parviennent à s'adresser aux jeunes ET à offrir des récits intelligents (réalistes ou non), qui se tiennent et qui ne laissent pas le hasard décider de tout.
Et pour ce qui est du contexte de la page 7, le voici, juste pour toi: Martin Paradis vient de lire un télégramme, avec des passages qu'il trouve douteux. Il s'exclame : «Il y a des nuisances, là-dedans!» Sa femme de lui répondre: «C'est dans ton cerveau qu'il y a des nuisances, Martin Paradis!». Personnellement, je troue que ce dialogue sonne assez fin XIXe siècle, à la Mémère Bouchard, non?
Rédigé par PG Luneau le jeudi 02 juin 2011 à 22:40


@ Allie : Tu me rassures en me disant que ces expressions ne te disent rien non plus!! C'est vrai que l'utilisation d'expressions «typiques» d'une région ou d'un peuple entraîne presque toujours autant de sourires... que d'aberrations! Ce que j'aime dans ce genre de situation, c'est que ça me fait réaliser le décalage entre ce qui est représenté dans l'oeuvre et ce qui est dans la réalité... Et ça me pousse automatiquement à m'interroger sur l'inverse : est-ce que notre compréhension des expressions de France, des divers patois ou de l'argot est aussi fautive ou clichée?? Si oui, aille aille aille!! Si non, pourquoi??!!
Rédigé par PG Luneau le jeudi 02 juin 2011 à 22:24


Eh bien ! Je suis encore une fois coite d'admiration devant ta critique. J'aime quasiment quand tu aimes pas, car tu es prêt à l'attaque et tu as plein de munitions. Tu es très crédible. En être les créateurs, je serai ébranlée c'est certain.

Pour le choix du Québec, j'imagine qu'ils ont reliés vaisseau et grands espaces. Au Québec, il y a de vastes parkings à vaisseau ! Pour l'enchaînement de "hasard", je pensais que ça faisait partie des règles du jeu d'y croire. J'imagine un tas de lecteurs qui ne s'interrogent pas là-dessus. Mais ils ne sont pas des critiques. Voilà ce qu'on vient chercher ici : un sens critique.

Et pour ce qui est des expressions, les "inventés", c'en est comique. Je trouve assez souvent amusante les fabulations des Français à notre égard. Ah oui, j'ai une anecdote, Marsi s'est déniché une critique française de Partie de pêche, c'était probablement une émission de radio, et le critique a relevé une phrase de Marsi en "québécois" et il s'est bidonné, conseillant aux gens l'album pour eux aussi s'amuser !!! Fin de mon anecdote.

"Nuisances", j'ai déjà entendu mais je n'ai pas le contexte de la page 7. Il te faudrait plus d'espace pour l'exposer ;-)

Et boire du caribou, c'est tellement typiquement québécois que de tout mon entourage - assez consistant quand même - je ne connais personne qui en boive !





Rédigé par Venise le jeudi 02 juin 2011 à 21:15


Onn! Ça c'est amusant de découvrir un petit bout de chez nous dans une bd européenne! Par contre, j'ai vraiment du mal avec les livres qui essaient d'inclure du québécois dans leurs expressions, en ne se renseignant pas! Franchement, qui utilise ça au quotidien comme mot "jarrets", à part chez le boucher?! Moi non plus, je n'ai jamais entendu parler de mouillures... Et "C'est ben bougrant" semble une tentative de mélange franco-québécois bizarre... Enfin!
Rédigé par Allie le jeudi 02 juin 2011 à 14:10




Dernièrement, j'ai lu... Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Démons d'Alexia
#07- Chair humaine
07 mai 2017

Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Arsenul 73, sur Duel de génies...

anne des ocreries, sur Duel de génies...

Arsenul, sur Pourquoi j'aime la BD???

Philippe lavigueur, sur Huis clos parmi les furets carnivores

anne des ocreries, sur Huis clos parmi les furets carnivores

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin