Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01 - Hyper Optimal Technique Defense Over Group
#01 - HYPER OPTIMAL TECHNIQUE DEFENSE OVER GROUP
Scénariste(s) : Guillaume BIANCO
Dessinateur(s) : Guillaume BIANCO
Éditions : Soleil
Collection : X
Série : Hot Dog
Année : 2008     Nb. pages : 62
Style(s) narratif(s) : Gags en une planche (+ quelques p. documentaires)
Genre(s) : Héros animalier, Humour social
Appréciation : 4 / 6
Chiens abandonnés de tous les pays, unissez-vous!
Écrit le samedi 20 février 2010 par PG Luneau

Avez-vous déjà entendu parler des centaines de chiens et de chats qui se retrouvent à la rue ou abandonnés en pleine campagne par leurs maîtres lorsque vient le temps des grandes vacances? Guillaume Bianco a manifestement été si choqué par ce phénomène qu’il a décidé d’en faire le sujet de sa série Hot Dog, diffusée originalement dans le Pif gadget «nouvelle mouture».

 

Dans un style souple et très caricatural (les personnages animaliers ont des bouilles impossibles!), monsieur Bianco nous raconte, avec énormément d’humour et de sarcasme, la triste histoire d’Oswald, un chien blanc à l’énorme truffe rouge qui réalise l’impensable : si sa charmante petite maîtresse vient de lui lancer la balle en criant : «Va chercher la baballe, Oswald!!», ce n’était que pour mieux filer en voiture et ne plus jamais revenir! Totalement dévasté, il mettra à peine une page pour transmuter son désespoir en haine farouche à l’égard de la bêtise humaine. Ainsi, dès la troisième planche, il recrute des chiens errants (et même un chat, Bradley, l’idiot de la bande!) qui ont subit le même sort que lui. Avec hargne et détermination, il tentera de mettre sur pied un genre de groupe terroriste animalier : le Hot Dog (pour Hyper Optimal Technique Defense Over Group). Le but de cette association? Pourrir la vie des humains pour se venger de toutes les humiliations qu’ils font subir aux animaux… à commencer par le joug de l’esclavage.

 

Le problème, c’est que Bradley et compagnie ont trouvé un charmant «foyer d’accueil grand luxe» chez une vieille dame qui prend soin des animaux abandonnés. Entourés de télés, lecteurs DVD, Internet… et nourris amoureusement de petits plats préparés, ils comprendront mal la haine viscérale du pauvre Oswald qui, emmuré dans ses principes, refusera ce gite et aura toutes les misères du monde à entraîner ses troupes vers la désobéissance…

 

Guillaume Bianco est un habile scénariste. Il le faut pour parvenir avec tant d’aisance à nous faire rire avec des sujets aussi graves. Car au fil de l’album, Oswald élargira son champ de bataille et découvrira d’autres raisons de nous haïr : pollution, contamination de l’eau, nucléaire, réchauffement de la planète, déforestation… Tout sera passé au crible, même les téléphones cellulaires! D’ailleurs, l’album de 62 pages comporte quelques pages pamphlétaires sur ces sujets chauds, des pages où l’auteur, par l’entremise d’Oswald, présente des capsules de textes informatifs où il exprime ses inquiétudes et tente d’éveiller notre conscience à grands coups de statistiques effrayantes… mais réelles!

 

Saurons-nous comprendre le message? Il serait peut-être temps!?!

  

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • l’hilarant contraste entre la hargne d’Oswald et la bonhomie des autres membres de son club. Melvin, Bradley, Pavlik et Piotr sont désopilants de désinvolture, ce qui détonne beaucoup avec le caractère enragé du pauvre personnage principal. Il s’en dégage un sarcasme des plus tordants qui a su me ravir. Car on a beau faire suivre un entraînement quasi militaire à ces pauvres bougres, la servitude behavioriste à laquelle ils ont été conditionnés depuis leur naissance est fortement ancrée en eux. La belle petite Solène, qui s’occupe parfois d’eux pour le compte de la mémé qui les héberge, en sait quelque chose : un «Au pied!» bien senti est encore ce qu’il y a de plus utile pour rameuter les pauvres soldats… au grand dam d’Oswald!

 

  • les messages écolos. Ils sont un peu trop alarmistes, mais ça prend peut-être ça pour nous faire réaliser que, quand on file à deux cents kilomètres à l’heure, ce n’est pas juste en mettant les freins qu’on évite le mur qui est à cinq mètres devant nous! À quand une réelle prise de conscience planétaire et, surtout, des gestes concrets?

 

  • les «gadgets technologiques» et les différentes techniques d’entraînement mis en place pour l’entraînement des troupes. À hauteur de chien, ils sont ingénieux et amusants : combien de temps pourriez-vous supporter, vous, de rester le nez planté dans la litière de votre chat, sans défaillir? C’est avec ce genre d’épreuves qu’Oswald endurcit ses bêtes… qui sont, justement, assez bêtes, merci!

  

Ce qui m’a le plus agacé :

 

 

  • le  sous-titre en anglais. Qu’est-ce que j’en ai ras-le-bol des œuvres françaises qui veulent se donner un air branché avec des titres en «angliche»… surtout quand on sait avec quelle désastreuse et horripilante prononciation nos cousins du Vieux Continent les disent!!! Dans le cas présent, heureusement, je présume qu’il s’agit de sarcasme. Je pardonne, donc.

 

  • le choix d’avoir placé Basile sur la couverture. Ce personnage est un des moins intéressants de l’album, en ce sens qu’il ne cadre pas avec les autres. Alors que tous sont des animaux, lui est une entité née des déchets humains, qui vit dans une poubelle et qui rappelle beaucoup Oscar le grincheux, la bibitte verdâtre bouffeuse de déchets dans Sesame street.

 

  • le graphisme du gros Stan. Ce chien, qui arrive plus tard dans l’album et dont on ne sait pas trop s’il est un simple copain des membres du Hot Dog ou s’il en fait partie en tant que membre à part entière, ressemble plus à une énorme mascotte en peluche bleue qu’à un chien. D’ailleurs, il dépasse tous les autres personnages d’une tête et semble, lui, avoir un foyer bien à lui. Un autre qui détonne du reste, et même sur le plan graphique.

 

  • les gags avec Ben, le crocodile de toilette. En effet, non seulement Stan est différent des autres, mais monsieur Bianco lui fait vivre une série de gags récurrents où on le voit aux prises avec une bestiole qui sort du bol de toilette de sa demeure. Cette créature, un alligator ou un crocodile, a une ventouse à toilette plantée sur la tête, et semble se prendre pour un extraterrestre en exploration, ce qui crée une confusion sur sa nature réelle. De plus, il y a aussi confusion sur sa couleur : Stan dit à Oswald qu’il est vert, alors qu’il nous est toujours montré comme étant d’un brun pâle douteux. Ce sont les gags qui m’ont le moins intéressé de tout l’album.

 

  • le tome deux, annoncé pour «la fin 2008… si tout va bien». Apparemment, tout n’a pas bien été puisque nous sommes rendus en 2010 et que rien n’est encore paru en ce sens. Il est vrai qu’entretemps, Guillaume Bianco, en plus de tenir un intéressant blogue, a fait publier, toujours chez Soleil, un superbe et très volumineux album anthologique qui a gagné plein de prix et qui semble très intéressant : Billy Brouillard. Mais alors, pourquoi nous faire saliver en nous laissant espérer? Serait-ce une revanche behavioriste qu’Oswald a décidé de nous fait subir ?!?!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Danielle : Ta justesse n'a rien à envier à la mienne, chère amie!! Ton analyse de l'usage du blanc dans cette série est digne d'une coloriste professionnelle. Peut-être Marsi devrait-il faire appel à toi, pour ses prochaines créations!?!
Rédigé par PG Luneau le lundi 06 septembre 2010 à 15:43


Comme toujours, mon cher Pierre-Greg, je suis éblouie par la justesse de tes analyses. Si l'auteur m'apparaît un tantinet moralisateur, il parvient toutefois à cerner de façon touchante le désarroi de ces pauvres abandonnés. L'idée de la truffe-œuf me fait bien marrer. Mais ce qui m'a tout particulièrement frappée dans cette BD, c'est l'usage très judicieux du blanc franc, notamment pour rendre les faisceaux lumineux. Le contraste avec les couleurs vives est du plus bel effet et contribue à calmer l'impression de trop plein issu de cette exubérance parfois quelque peu excessive de traits et de textes.
Rédigé par Danielle le lundi 06 septembre 2010 à 12:03


Cher Arsenul,

Merci pour les bons commentaires. J'espère que tu vas prendre le temps d'aller dans mes archives pour lire quelques unes des critiques qui y sont stoquées: n'hésite pas à y laisser tes avis, de me faire savoir si tu es d'accord ou non avec mes opinions...

C'est vraiment très drôle de te lire ici parce que Venise, la babillarde, vient justement de me courrieler pour me parler de toi et de ton blogue, que j'ai eu à peine le temps de survoler mais qui est déjà dans mes favoris! J'ai l'impression qu'avec nos nombreux points communs (passion BD, profession...), on risque de se fréquenter assez souvent, «internettement parlant», dans les prochains jours!
Rédigé par PG Luneau le lundi 22 février 2010 à 23:02


Bonjour Cher Luneau,
J'aime le format de tes chroniques, c'est intéressant de savoir que tu prends tes lecteurs pour des gens brillants. Souvent les chroniqueurs, par obligation monétaires journalistiques, s'imposent un style trop succint. On dit aussi que les lecteurs trop lâches, ne lisent pas ce qui est trop long... Tandis que toi tu prends ton temps et en plus tu personnalises. J'y reviendrais!
Rédigé par Arsenul le lundi 22 février 2010 à 21:56




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin