Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#08- les Naufragés des abysses
#08- LES NAUFRAGÉS DES ABYSSES
Scénariste(s) : Daniel PECQUEUR
Dessinateur(s) : Nicolas MALFIN
Éditions : Delcourt
Collection : Série B
Série : Golden City
Année : 2009     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre
Genre(s) : Anticipation
Appréciation : 5 / 6
Quand le Joyau des mers fait un Titanic de lui-même!
Écrit le samedi 23 avril 2011 par PG Luneau

Si la série Seuls est la meilleure série jeunesse des dernières années, je crois que je peux maintenant déclarer officiellement que la série Golden City est ma plus belle découverte du côté des BD plus adultes! Rares sont les séries qui réussissent à garder une moyenne de 5,5 (sur 6) au fil des tomes, et celle-ci y a réussi sans conteste tout au long du premier cycle, qui était constitué de six volumes.

 

Ces premiers albums nous présentaient toute la richesse de l’univers à peine futuriste créé par Daniel Pecqueur. Ce talentueux scénariste nous y dressait le portrait de Golden City, la toute puissante, une impressionnante ville flottante, vaisseau titanesque où vivent en permanence les plus riches humains de la planète, pendant que cette dernière dépérit et que tout le reste de la population mondiale tente d’y survivre malgré la montée du niveau de la mer, du taux de chômage et de la pauvreté endémique qui sévit partout. On y faisait aussi la connaissance de Harrison Banks, un parfait dandy qui, en plus d’être richissime, charmant, courageux et beau comme un cœur, est d’une moralité à toute épreuve. En plus d’être le principal administrateur et le plus influant actionnaire de Golden City, ce bellâtre deviendra, il va sans dire, le héros de la série!

 

En effet, le petit univers aseptisé de notre Mister Perfect est soudainement bouleversé quand son épouse est portée disparue, suite à un accident d’avion! Lui seul ne croit pas à la thèse de l’écrasement en mer, et c’est ce qui le pousse à quitter le giron de sa citadelle flottante pour se risquer de par le vaste monde… le vrai monde! C’est là qu’il mènera une enquête passionnante, accompagné d’une bande de jeunes adolescents au grand cœur qui vivotent de larcins mais qu’il apprivoise facilement. Une fois sur la terre ferme, le pauvre Banks réalise qu’il vient de mettre le doigt dans un engrenage machiavélique mis en place longtemps auparavant, mais que la disparition de sa femme a enclenché. Six tomes d’enfer, à un train d’enfer! J’ai adoré de A à Z, littéralement!

 

Un second cycle a débuté avec le tome #7… mais j’ai lu ce dernier il y a si longtemps que j’avais oublié qu’il se terminait sur une palpitante fin ouverte, qui appelait une continuation!! En effet, une autre bande de malfrats a réussi à assiéger la ville… et l’a forcée à passer en mode «sous-marin», une fonctionnalité du «bâtiment» qui n’avait été testée qu’à vide, avant l’aménagement des centaines d’habitants qui résident maintenant dessus. Les ballasts feront-ils leur boulot? Les parois externes supporteront-elles toujours la pression des abysses, une dizaine d’années plus tard? Les personnages principaux s’en sortiront-ils vivants?? Que d’angoisse!

 

Et bien il faudra attendre longtemps avant d’avoir les réponses à ces questions, car rien ne va plus! Le tome #8 nous dresse, en parallèle, le récit de l’énorme mission de sauvetage (qui tentera d’atteindre la ville, qui a sombré à trois milles mètres de profondeur) et celui de la jeune Mifa, en surface, qui tente de retrouver le kidnappeur de sa protégée, Loli, une des plus jeunes membres de sa bande. Pendant 40 pages, aucune nouvelle de Banks ni des autres jeunes du groupe, tous prisonniers dans la ville engloutie.

 

Je dois avouer que ça m’a fait étrange de ne plus avoir Banks, ni la joyeuse bande d’Enfants perdus, pendant toutes ces pages. Les auteurs ont bien impliqué la belle Amber, sulfureuse tueuse à gage professionnelle qui avait charmé plus d’un lecteur dans le premier cycle, mais la grande majorité des personnages, comme toute l’équipe envoyée pour le sauvetage, par exemple, étaient nouveaux! Convenez avec moi que c’est un peu déstabilisant, après sept tomes! C’est principalement pour cette raison que je ne donne qu’un «maigre» 5/6 à cet album, au lieu des 5,5 ou des 6 que j’aurais donnés aux sept premiers tomes si j’avais fait leur critique sur ce site… (Et ceux qui me connaissent bien savent que 5/6, pour moi, c’est déjà très excellent!).

 

Sur le plan graphique, ce tome est fidèle à tous les autres : ce sont tous des joyaux!! J’adore la ligne claire, épurée, raffinée et parfaite de Nicolas Malfin. Il est, de loin, un de mes dessinateurs préférés. L’équilibre entre le souci du détail et le dépouillement des traits frôle la perfection. On se croirait dans un catalogue de haute couture ou de design où tout est placé au millimètre près, même les petits accessoires de l’arrière-plan. Certains trouveront cela sûrement trop parfait. Moi, je trouve que ça donne un décalage hollywoodien très intéressant. Et que dire des couleurs ultra-lumineuses de Pierre Schelle?? Les bleu azur, les bleu cobalt, les bleu de Prusse… tous ses bleus sont tout bonnement sublimes.

 

Non, vraiment, cette série est faite pour me charmer. Même si ce tome nous fait un peu trop oublier les personnages auxquels on s’était attachés, je demeure un mordu, et j’ai excessivement hâte à la parution du tome #9, qui devrait nous donner la suite de ce deuxième cycle… et sa fin??

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la finesse de l’anticipation. Depuis le début de la série, j’ai toujours été soufflé par la justesse des extrapolations de Pecqueur pour ce récit d’anticipation. Il est parvenu, avec brio, à synthétiser nos problèmes (sociétaux, écologiques et autres) actuels et à les «gonfler», jusqu’à imaginer ce qu’ils risquent d’être devenus dans une centaine d’années! Fonte des glaces, sectorisation encore plus marquée entre les riches et les pauvres, cités-états, rien n’échappe à son œil sociologique, et il nous le rend bien, dans un tout cohérent et passionnant… bien qu’un peu effrayant ou déprimant, quand on y pense bien!

 

  • la couverture, troublante d’efficacité! Prenez le temps de bien l’observer : elle est poignante! Le fond des abysses est déjà assez spectaculaire en soi, imaginez que vous y arriviez, vous aussi, face à face avec un cadavre! Brrr… J’en ai froid dans le dos!

 

  • le dessin si léché de Nicolas Malfin. J’adore son style pur et raffiné. C’est vraiment un génie de la clarté visuelle! Certains trouveront le tout trop aseptisé, et ils auront raison… mais c’est justement ce que j’adore de sa technique de dessin! Et le pire, c’est que Malfin est un autodidacte, qu’il n’a jamais fait d’école de dessin!! Chapeau, monsieur le dessinateur. Et continuez votre superbe travail!

 

  • les fabuleuses couleurs de Pierre Schelle. Jamais je n’ai trouvé d’autres séries qui puissent se targuer d’être appuyé par une gamme de coloris si franche, si claire, si gaie et si spectaculaire! Je décrète officiellement Pierre Schelle comme étant le coloriste qui rejoint le plus mes préférences en matière de colorisation!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la construction scénaristique de ce tome. On avait laissé Golden City alors qu’elle s’enfonçait sous l’eau en mode sous-marin. Ici, on découvre que la ville gît au fond de l’eau, à moitié détruite. Mais il se passe plus de trente pages avant qu’on en arrive aux explications de ce qui s’est passé depuis l’immersion!!! C’est par un long flash-back qu’on nous raconte le tout… mais ce flash-back s’arrête au moment même où on apprendrait enfin ce qui a causé la destruction du bâtiment!! Bref, ce tome en est un de transition, sans véritable héros, et il est un peu en deçà des tomes précédents, car il nous laisse sur notre faim.

 

  • l’absence quasi-totale de Banks et de ses amis, Apple, Solo, Kumiko… et le sympathique Mikos, leur pélican apprivoisé! Espérons que le prochain tome nous ramènera bien vite nos héros préférés… surtout qu’on apprend (au moins!) que c’est au tour de Solo et de Kumiko de se retrouver aux mains d’horribles hors-la-loi sans scrupules! Vite, vite, la suite!

 

  • une petite incongruité : si le jeune Jim était déjà à la merci de Grigoriev, comme on nous l’explique en fin d’album, quel était la nécessité, pour Mikhalkov, aux pages 6 et 7, de l’amener au cabaret pour qu’il retrouve sa sœur? D’autant plus que celle-ci est justement là en attendant d’être livrée à ce même Grigoriev! J’ai l’impression que cette petite incohérence scénaristique est passée inaperçue aux yeux de Pecqueur!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Allie : Mais oui, mais oui : plonge! Toutefois, je te conseille fortement de débuter par les six premiers tomes, qui forment un tout cohérent et complet. Ensuite, à toi de voir si tu apprécies assez pour poursuivre. Moi, j'ai a-do-ré!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 27 avril 2011 à 15:45


Je ne sais pas si je dois me laisser tenter... Je ne connaissais pas du tout. Est-ce que ça me plairait? Le seul moyen c'est d'essayer je pense!
Rédigé par Allie le mercredi 27 avril 2011 à 10:03


@ Venise: Et pour ce qui est des images de couverture qui apparaîtraient plus grandes quand on les clique, c'est effectivement dans mes projets à court ou moyen terme, advenant un certain réaménagement de cette Lucarne!! ;-)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 24 avril 2011 à 9:09


@ Venise: Ton interprétation de ma note est assez juste. En somme, j'aurais peut-être donné 4 à ce tome bien précis, si je me fiais exclusivement au récit. Mais les dessins sont toujours aussi parfait, donc je monte à 4,5 au moins... et je rajoute un demi point par respect pour les sept premiers tomes et remercier «l'équipe», comme tu dis, pour tout les plaisirs littéraires qu'ils ont su me procurer depuis le début de leur travail sur Golden City!
Maintenant, il se passe quand même beaucoup d'action, dans ce tome, assez pour justifier le 4/6 dont je parlais plus haut! Mifa, quand elle essaie de sauver Loli des mains des gangsters qui ont kidnappé cette enfant de 5 ou 6 ans, elle n'y va pas de mains mortes!! Avec l'aide de la belle Amber, laisse-moi te dire que ça pétarade amplement!!! Ma déception, c'est vraiment plus de ne pas avoir vu tous les enfants ainsi que le beau Harrison!
Et merci, chère amie, de me faire réaliser qu'une vicieuse coquille s'était glissée dans ma critique: bien évidemment que cet album n'a pas 28 pages!!! Il en a 48 (je corrige à l'instant!). D'ailleurs, si tu as bien lu, tu as sans doute remarqué que je disais que le récit tarde pendant trente pages avant de commencer ses explications: c'est bien la preuve de ma bourde!! C'est pour dire que, même avec une double vérification, on peut en laisser passer quelques-unes!!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 24 avril 2011 à 9:06


Une Golden City toute en bleu. J'avoue que différentes teintes de bleu pour un album saurait me plaire.

Je vais te dire comment j'ai compris ta critique, ton 5 sur 6 irait plus pour l'équipe qui y travaille, la qualité supérieure selon tes critères de beauté, que pour cet album précis. Qu'est-ce qui me fait dire ça ? Le fait que dans l'histoire, cet album de seulement 28 pages (c'est tellement peu !) soit une transition, un genre de parenthèse. Quand on aime tout, excepté la construction ... Me semble que la construction dans un tome (partie d'histoire), ça vaut plus que les couleurs par exemple ou les dessins. À moins qu'en bande dessinée, les critères soient tellement différents que je m'y perd. Pour moi, ma satiété devant une histoire restera toujours le point le plus primordial.

C'est que si on pouvait donc cliquer sur la couverture pour la voir de près ! Un jour peut-être ...
Rédigé par Venise le samedi 23 avril 2011 à 18:39




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin