Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
Georges et Tchang - Une histoire d'amour au 20e siècle
GEORGES ET TCHANG - UNE HISTOIRE D'AMOUR AU 20E SIÈCLE
Scénariste(s) : Laurent COLONNIER
Dessinateur(s) : Laurent COLLONIER
Éditions : 12 bis
Collection : X
Série : Georges et Tchang
Année : 2012     Nb. pages : 72
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Récit psychologique, Quotidien, Hommage, Biographie
Appréciation : 4.5 / 6
Quel est le vrai du faux... du vrai?!
Écrit le samedi 10 octobre 2020 par PG Luneau

La vie de Georges Remi, alias Hergé, a été racontée des centaines de fois. Il est probablement l'un des bédéistes dont la vie et l'œuvre ont été les plus scrutées à la loupe. Des tonnes et des tonnes de biographies, d'essais, d'analyses et d'autres monographies ont été publiés sur le célébrissime créateur de Tintin. Les tintinophiles (et ils sont nombreux!!) ont donc l'embarras du choix pour approfondir leurs connaissances sur leur héros préféré... et sur son créateur!

Ainsi, nombreux sont les gens qui savent que le personnage de Tchang, que Tintin rencontre dans le Lotus bleu puis qu'il va secourir dans le très touchant Tintin au Tibet, est inspiré d'un vrai Chinois avec qui Hergé s'est lié d'amitié, Tchang Tchong Jen. Un jeune Chinois qui l'a incité à sortir des clichés culturels, à l'époque même où le bédéiste travaillait sur le Lotus bleu, justement. En effet, pour les premières aventures de son héros, Hergé se documentait très peu et y allait un peu fort dans les stéréotypes et les lieux communs. On n'a qu'à penser à Tintin au pays des Soviets, Tintin au Congo et Tintin en Amérique, ramassis de clichés et de gags à cinq cents, indignes de ce que la série deviendra.

Dans Georges et Tchang, une histoire d'amour au 20e siècle, Laurent Colonnier nous donne sa vision à lui de la rencontre de ces deux hommes et de l'évolution de cette relation qui se veut déterminante. Ce faisant, monsieur Colonnier se gâte... et nous gâte par le fait même!! En effet, ce bédéiste que je ne connaissais pas s'est amusé à boucher les trous de la petite histoire en imaginant les détails auxquels les grands biographes n'ont jamais eu accès : ce que ces gens se sont dit, la réaction de leurs proches... Il a même eu le culot de pousser l'exercice jusqu'à imaginer ce qu'on appelle de nos jours une bromance, bromance qui aurait même pu aller jusqu'à une relation amoureuse en bonne et due forme! :^O

Compte-tenu du grand nombre de tintinophiles qui perçoivent leur héros et son créateur comme des Intouchables, vous imaginez le pavé dans la mare que ça a dû être?! Surtout quand on connaît la férocité et la totale absence de souplesse des éditions Moulinsart, actuels dépositaires des droits de succession sur l'œuvre d'Hergé! Pourtant, je n'ai pas souvenir d'un tsunami de réactions, à la sortie du bouquin, il y a huit ans...

En ce qui me concerne, ce que je retiens surtout de cet album, c'est l'intelligence de l'hommage qu'il représente. Wow! Quelle ingéniosité! Au détour de chaque page, on retrouve une allusion à une scène marquante, un personnage secondaire (ou même tertiaire!), un objet iconique, une expression... Colonnier maîtrise merveilleusement bien son sujet, c'est indéniable, et il a su amalgamer la vie d'Hergé, son œuvre et une touche de fiction avec brio... Et ce, malgré un graphisme qui dégage une certaine élégance mais qui demeure, somme toute, assez moyen.

Une question demeure : sommes-nous réellement en présence d'une biographie? À mon sens, oui! Une biographie romancée, avec quelques passages inventés, dont il est impossible de séparer le vrai du faux. Bref, une biographie inutilisable. Une étrangeté, quoi! Mais une biographie tout de même, et bigrement bien ficelée, avec ça! ;^) Je la recommande, notamment à tous les fans de Tintin, mais pas de 7 à 77 ans. Je dirais plutôt de 16 ans à 116 ans. Et je dirais même plus : de 116 à 16 ans! ;^)

À lire aussi, pour avoir des points de vue parfois très divergents des miens : les critiques de Yaneck  et de Belzaran.

 

Mes bémols :

 

  • la couverture. Bien que très class, elle reste terne, et pas très attrayante, un peu à l'image de tout l'album, quoi! Toutefois, j'aime l'espèce de petit parallèle qu'on peut faire entre les deux personnages et le duo Tintin & Haddock.

 

  • les pages de garde. On y trouve un très long article de journal qui raconte un incendie survenu sur le site de l'Exposition de Bruxelles. C'est plutôt mal écrit, très redondant et on y trouve au moins 2 coquilles: extrème et ignigugées. Heureusement, l'incendie en question joue un rôle dans l'histoire!

 

  • une certaine complexité politique. En fait, la rivalité sino-japonaise de ces années-là en est une que je ne connais absolument pas. Mon ignorance a donc nuit à ma bonne compréhension (je n'ai jamais trop compris - ni apprécié - l'album Tintin et le lotus bleu pour la même raison, d'ailleurs! ;^)... Mais malgré cela, je demeure convaincu que Georges et Tchang, une histoire d'amour au 20e siècle aurait gagné à être un peu plus explicite sur le sujet.

 

  • la qualité du français de Tchang. On ne sait pas trop depuis combien de temps ce jeune artiste chinois vit en Belgique, pour y poursuivre ses études, mais sa maîtrise des calembours et des jeux de mots me semble un peu trop poussée pour un immigrant de son âge...

 

  • le dessin, un peu trop jeté à mon goût. Autant certaines vignettes ont des décors quand même pas mal fournis, autant les personnages ne se ressemblent pas toujours, et les proportions sont parfois assez approximatives (comme le démontre le corps de Georges, dans la première vignette de la p.57).

 

Les plus grandes forces de cette BD :

 

  • l'exergue. Elle est si intrigante et accrocheuse que je vous la recopie ici: «Tout est vrai. Tout est faux. Tout est vraisemblable. Tout est faux-semblant.» Avouez que c'est, à la fois, mystérieux, amusant et alléchant! ;^)

 

  • la maîtrise du sujet. Bon: je ne suis pas fin connaisseur de la vie d'Hergé. Il m'est donc difficile de savoir à quel point ce que monsieur Colonnier nous raconte est véritablement fidèle à la vie de l'artiste, surtout compte tenu de la teneur de ce bouquin: je serais bien embêté si j'avais à indiquer le pourcentage de vérité vs celui d'invention!! Mais la précision de certaines anecdotes (l'atelier où il travaille, ses collaborateurs, ses proches, sa stérilité, sa vie chez les scouts, le mystère entourant l'identité de son grand-père, etc.) me laisse croire que Colonnier s'est vraiment collé le plus possible à la réalité pour bien y accoler ses affabulations, les rendant ainsi bien difficiles à distinguer! C'est de l'excellent travail! (P.S.: De fait, Colonnier a déjà stipulé, en entrevue, que le vrai prend largement le dessus sur le faux, qu'il s'est presque exclusivement limité à imaginer que ce qu'il fallait pour boucher les trous!:^0) Chose certaine: tout l'album donne bigrement envie d'en savoir plus sur la vie d'Hergé et de lire une de ses innombrables biographies plus... conventionnelles! ;^)

 

  • la richesse historique. Je n'y connais rien, non plus, à la politique internationale des années '30, qui mena à la Seconde Guerre mondiale... Mais Colonnier, lui, semble s'y connaître... Ou, du moins, il a fait ses recherches! La foule de personnalités réelles qui sont présentes ou mentionnéesdans l'album en fait foi : Hans Spemann, Göring, van der Lubbe, Ernst Röhm, de Moffarts... Et il en va de même pour certains événements, comme le Rapport Lytton sur l'incident de Moukden, qui mena à l'invasion de la Mandchourie par les Japonais. Grâce à cet album, j'ai plongé dans le Net pour en apprendre un peu plus sur les partis communiste et nazi et sur leur influence dans divers pays, par exemple...

 

  • les innombrables et génialissimes clins d'œil aux albums et personnages de Tintin... et leur jouissive intégration dans l'album! C'est tout simplement brillant, d'une virtuosité fabuleuse! Tous les personnages iconiques de la série apparaissent, comme figurants ou personnages secondaires: Tintin, les Dupondt, la Castafiore, Tournesol, bien évidemment, mais d'autres aussi, bien moins importants, comme le serveur du restaurant syldave, au début du Sceptre d'Ottokar! Parfois, c'est au détour d'une case qu'on trouve un objet incontournable (la statuette de l'Oreille cassée, la momie de Rascar Capac, des masques africains...). D'autres fois, c'est la vignette entière qui est une reprise, comme le facsimilé d'une case du grand Hergé (ex.: la fermeture du musée, au bas de la p.18 - tirée de l'Oreille cassée, p.1 -, ou la scène du port, à la p.46 - tirée des 7 Boules de cristal, p.59). Puis il y a les emprunts artistiques, comme quand Hergé fait des cauchemars (p.57): on y reconnaît les amalgames incongrus de personnages, d'objets et de situations, très surréalistes (Dali ne les renierait pas!) auxquels Hergé nous a habitués, lors des délires éthyliques du capitaine, par exemple. Bref, Colonnier exploite avec brio sa grande maîtrise de l'œuvre d'Hergé pour l'imbriquer ingénieusement aux propos qu'il voulait raconter: c'est vraiment génial!

 

  • l'audace d'attribuer une relation homoérotique à un artisan iconique du 9e art. Bien sûr, cet aspect demeure très délicatement présenté. On ne dépasse pas les effleurements, l'amitié frémissante, à peine une ou deux douces caresses... mais tout de même! La férocité avec laquelle les entreprises Moulinsart gardent maladivement un contrôle plus qu'absolu sur l'œuvre d'Hergé est connue de tous, et je n'imagine pas les risques qu'ont pris monsieur Colonnier et les éditions 12 bis en osant prêter à l'illustre créateur des intentions si contraires à la bonne morale de l'époque! Nul doute qu'une flopée d'avocats s'est penchée sur la question, tant d'un côté que de l'autre, avant et après la publication!!

 

  • certaines fantaisies graphiques, comme l'illustration pleine page (p.27) et, surtout, l'intéressante organisation de la page 21, avec l'arbre qui la traverse de part en part. C'est très original et poétique...

 

  • le personnage de Tchang. Malgré l'incongruité de sa grande éloquence (comme je le mentionnais plus haut), il reste un personnage très intéressant. Posé, intelligent, sensible, cultivé, il possède de plus un grand talent de communicateur. C'est un pédagogue fort compétent, et il me semble que tout le monde gagnerait à devenir son ami! Vous saviez, vous, qu'Hergé l'a VÉRITABLEMENT dessiné, tel qu'il l'a connu, en tant que figurant dans la scène du cinéma du Lotus bleu ? Si, si, il y est: je suis allé vérifier!! Non, vraiment, cette fausse vraie biographie nous en apprend quand même pas mal!! ;^)

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Dresse-la bien, et rends-toi à la bibliothèque la plus près de chez toi pour en faire la demande!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 12 octobre 2020 à 14:42


@ Danielle : Je confirme : tu prendras GRAND plaisir à revisiter tout ça... lors du prochain arrivage de livres, si ce foutu virus peut nous lâcher un jour!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 12 octobre 2020 à 14:41


Oh ! Même avec des "mais...", c'est à lire quand même, un truc de ce genre. Je dresse l'oreille !
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 11 octobre 2020 à 14:10


Mille millions de mille sabords!! J'ai tellement lu et relu Tintin dans ma jeunesse que je prendrais assurément GRAND plaisir à revisiter ses personnages dans cette réinterprétation de l'oeuvre dans sa globalité. Plus encore en les sachant recadrés dans leurs faits historiques!
Rédigé par Danielle le dimanche 11 octobre 2020 à 11:38




Dernièrement, j'ai lu... Blog de...
#01- le Blog de Nina
31 octobre 2020

Esprit du camp
l'Esprit du camp - tome #1
17 octobre 2020

Georges et Tchang
Georges et Tchang - Une histoire d'amour au 20e siècle
10 octobre 2020

Mégaventures de Maddox
#01- Alerte bigfoot
23 août 2020

4 de Baker Street
#03- le Rossignol de Stepney
18 août 2020

Ma dernière chronique 11 ans!!??
01 juillet 2020

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique médiéval Héros animalier Historique Hommage Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Marsi, sur Du Sherlock Holmes à hauteur de rue

Marsi, sur Du Sherlock Holmes à hauteur de rue

Danielle, sur la Vie au temps de l'Internet...

anne des ocreries, sur la Vie au temps de l'Internet...

Cab, sur la Vie de colo, façon Stanger things

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin