Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
les Flammes de l'archange
LES FLAMMES DE L'ARCHANGE
Scénariste(s) : Armand GUÉRIN, Fabien LACAF
Dessinateur(s) : Fabien LACAF
Éditions : Glénat
Collection : X
Série : Flammes de l'archange
Année : 2009     Nb. pages : 98
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Historique ésotérique
Appréciation : 3.5 / 6
Magouilles au mont Saint-Michel
Écrit le mardi 12 avril 2011 par PG Luneau

Si vous avez aimé, comme moi, le Nom de la rose, ce roman d’Umberto Eco devenu best-seller dans les années 80, dont Jean-Jacques Arnaud a fait un excellent film avec Sean Connery, vous apprécierez aussi les Flammes de l’archange, un one shot signé Guérin et Lacaf. En effet, on y retrouve la même atmosphère de suspicion sur fond d’huis-clos monastique mais, cette fois-ci, transposée dans le cadre fabuleux de la fameuse abbaye du Mont-Saint-Michel!

 

Nous sommes en 1508, et les travaux de reconstruction du chœur de l’église stagnent depuis le décès accidentel du principal maître d’œuvre. Hors, le bienveillant Tiburce de Trévezel a eu vent de l’affaire et arrive à l’abbaye pour offrir ses précieux services de grand bâtisseur. Les moines sont ravis de cette arrivée inespérée, qui mettra un peu d’ordre dans le fouillis qu’est devenu le chantier! Bien vite, toutefois, on constatera que ce Tiburce a des agissements étranges : il se montre particulièrement curieux, veut fouiller dans tous les recoins et cherche avec insistance à attraper le Lézard, ce jeune orphelin qui court impunément sur les toits, entre les innombrables tourelles de l’abbaye! Une faction des moines, appelée les Vigiles, commence à craindre ce généreux visiteur et se demande quel peut bien être son agenda caché!

 

Pour notre part, on apprend vite que le moine en question est encore très attaché aux croyances antiques, celles qui vénéraient les dieux celtes Tanaris, Lug, Belenos, Dagda ou Ésus… S’il fouille avec tant d’insistance, c’est qu’il veut retrouver le trésor celte que les soldats et les missionnaires catholiques se sont arrogé lors de l’évangélisation de la région et qu’ils auraient rassemblé au mont Saint-Michel! C’est pourquoi ce Tiburce s’entoure d’une «équipe» polyvalente qui lui sera très utile. Elle sera composée de Josquin, le jeune moine convers qu’on lui a attribué à son arrivée, de Jehan, capitaine de la garde du Mont-Saint-Michel, avec qui il a une bonne relation (et à qui il doit la vie!), et de Guillemine, une énergique capitaine (!!) de navire au caractère bien trempé et à l’esprit aventureux. Assisté de ces précieux alliés, Tiburce de Trévezel parviendra-t-il à éviter tous les pièges que les Vigiles lui tendront? Réussira-t-il à remettre la main sur le trésor des Celtes?

 

Chose certaine, il aura du pain sur la planche, le pauvre bougre! En effet, les auteurs, messieurs Guérin et Lacaf, ne lui épargnent rien, à ce vieillard (qui tient plus du druide que du moine, en fait)! Dans ce long récit de 98 pages, on assiste à maintes et maintes cascades dignes de James Bond lui-même! Mais, tout comme chez 007, on a aussi droit à maintes exagérations! Certaines prouesses athlétiques, au lieu de m’impressionner, m’ont plutôt paru un peu trop abracadabrantes pour être crédibles. Mais qu’à cela ne tienne! On les accepte d’Hollywood, pourquoi ne les prendrait-on pas avec le même grain de sel lorsqu’elles se retrouvent dans un récit d’aventure médiévale, au subtil soupçon d’ésotérisme?

 

Au premier coup d’œil, on voit tout de suite que Fabien Lacaf est un dessinateur spécialisé dans l’illustration historique. On ressent immédiatement le souci du détail dans les architectures, les vêtements, les objets, etc. Et Dieu sait que des détails architecturaux, il y en a un et puis un autre quand on veut dessiner la très justement célèbre abbaye du Mont-Saint-Michel!! Toutefois, Lacaf m’apparaît beaucoup moins doué quand vient le temps de dessiner des personnages ou des visages. C’est gênant à dire, mais il y a plusieurs de ses personnages principaux que je n’arrivais tout simplement pas à identifier et que je prenais pour un nouveau personnage à chacune de leurs apparitions!! C’est le cas, par-exemple, dans le bas de la page 23. Même avec le recul, je n’arrive pas à me convaincre qu’il s’agit là d’une représentation de Jehan!! Mais si ce n’est pas lui, qui est ce mystérieux espion, tapi dans l’ombre?? Non vraiment, ces approximations sont un peu décevantes, visuellement parlant, surtout au milieu de toutes ces splendides fioritures architecturales!!

 

Le récit et le dessin sont honnêtes, donc, mais sans plus. Je crois néanmoins que tous ceux qui, comme moi, sont passionnés par toute la rusticité du Moyen-âge fermeront plus facilement les yeux sur les petites lacunes que j’ai soulevées, et passeront un bon moment de lecture avec ces Flammes de l’archange. Pour les 12 ans et plus.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les fabuleux décors que le mont Saint-Michel permet de mettre en place. L’abbaye et la ville entière offrent tant d’angles de vue hallucinants! Surtout que les travaux de réfection, en hauteur, nous permettent d’avoir une vision en plongée sur les nombreuses terrasses, sur les toits, sur les falaises et sur la mer. Lacaf a au moins le mérite de se débrouiller assez bien avec l’architecture!...

 

  • le contexte médiéval, et le fait que le tout se déroule en un site que je rêve de visiter depuis si longtemps. Les décors me rappellent l’ambiance de certains jeux de rôle historiques auxquels j’ai déjà joués, ou encore les très nombreux monastères que j’ai pris plaisir à visiter, en France, en Espagne ou au Portugal… Rien de mieux, il me semble, qu’un lieu relativement clos comme une abbaye pour instaurer une intrigue : la promiscuité, la réclusion, les innombrables recoins, l’éclairage souvent faible et l’humidité omniprésente entre ces grosses pierres sont propices aux mystères de ce genre, non?

 

  • l’intrigue. Tout au long du récit, j’ai cherché les indices avec Tiburce, j’ai espéré, comme lui, qu’il progressait dans sa recherche… Les pièges dans lesquels il tombe et les revirements de situations ajoutent beaucoup de piquant au récit, et m’ont assez allumé pour me permettre de rester intrigué et mobilisé jusqu’à la fin.

 

  • le personnage du vieux moine fou. Il est hallucinant! Dommage, cependant, que Lacaf n’arrive pas à le dessiner mieux que ça! Heureusement, il est tellement typé, avec son air ahuri et sa tête d’électrocuté, qu’on le reconnaît, bien évidemment… mais ce n’est pas parce qu’il est toujours ressemblant!

 

  • quelques intéressantes mises en pages particulières. Je pense ici aux quelques pleines pages narratives ou aux doubles pages décoratives (les pages 39 à 43, 46 et 47 ou 76 et 77).

 

  • la longueur du récit. Avec ses 98 pages (!!), cette histoire frôle presque le roman graphique! Ça permet aux auteurs de prendre le temps de placer leurs pions, de mettre en place leur intrigue et de laisser aller les choses, ce qui n’est somme toute pas si fréquent en BD!!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • le dessin de Lacaf, pas encore tout à fait maîtrisé pour ce qui est des visages et des  personnages. Il me semble qu’il abuse des lignes, que ce soit pour les cheveux, les rides ou les replis cutanés! C’est vraiment à une orgie de bariolures qu’on a droit, parfois, et l’encrage est à l’avenant, un peu trop prononcé : cela durcit tous les traits.

 

  • les trop nombreuses cascades impossibles. Déjà, un vieillard qui court sur les toits et qui descend les murailles les deux doigts dans le nez avec une corde, ça pousse un peu fort! Mais quand il remonte ces mêmes murailles, tout aussi facilement, à la seule force de ses avant-bras, en se hissant à l’aide de ses deux dagues qu’il utilise comme crampons en les plantant, à chaque «avancée», dans les joints entre les briques… à presque 300 mètres d’altitude!?! Holà, capitaine!! On aime l’aventure, mais on n’est pas dupes pour autant… Évidemment, le cinéma américain nous sert ce genre d’exagérations ad nauseam… mais ce n’est pas une raison pour les cautionner!!

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Allie : Ça me fait plaisir de te permettre d'ainsi élargir ton (déjà très vaste) tour d'horizon littéraire! J'avoue avoir souvent entendu dire qu'Umberto était assez corsé à lire. Moi-même, j'ai abandonné le roman le Nom de la Rose au milieu, parce que trop scolastique... et j'ai sauté sur l'occasion de voir le film, tellement j'avais hâte de connaître le punch final!! Mais sois sans crainte : cet album, lui, est tout à fait abordable!!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 27 avril 2011 à 15:51


Je n'ai jamais lu Le nom de la rose. Je n'ai lu qu'un livre de Eco et même si j'avais été contente de l'avoir lu, j'avais trouvé ma lecture ardue. Par contre, cette bd m'intéresse bien! Une autre découverte grâce à toi!
Rédigé par Allie le mercredi 27 avril 2011 à 10:04


@ Arsenul & Mango : Je suis heureux d'avoir pu vous transmettre le goût de lire cet album malgré les réticences que j'ai soulevées car, somme toute, il m'a permis de passer un bon moment de détente. Ne serait-ce que pour ça, il vaut tout à fait la peine d'être lu!
Rédigé par PG Luneau le jeudi 14 avril 2011 à 15:43


Malgré tes réserves concernant les dessins des personnages, tu m'as donné envie de voir cette BD et peut-être même de m'y plonger. Le Mont-St Michel, j'ai l'impression de le connaître comme ma poche tellement je l'ai visité et surtout fait visiter à tous les amis qui passent dans la région. Je ne m'en lasse pas! Merci de m'avoir signalé cet album!
Rédigé par Mango le jeudi 14 avril 2011 à 1:20


Intéressant! une période historique que je ne connais pas tellement. Tu le vends bien, malgré que ce type de dessin n'est pas mon préféré si en plus, il ne le maîtrise pas pile poil...
Rédigé par Arsenul le mercredi 13 avril 2011 à 21:19




Dernièrement, j'ai lu... Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Démons d'Alexia
#07- Chair humaine
07 mai 2017

Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Arsenul 73, sur Duel de génies...

anne des ocreries, sur Duel de génies...

Arsenul, sur Pourquoi j'aime la BD???

Philippe lavigueur, sur Huis clos parmi les furets carnivores

anne des ocreries, sur Huis clos parmi les furets carnivores

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin