Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#06- Cruelles saisons
#06- CRUELLES SAISONS
Scénariste(s) : Bill WILLINGHAM
Dessinateur(s) : Mark BUCKINGHAM, Tony AKINS
Éditions : Panini comics
Collection : Vertigo
Série : Fables
Année : 2004     Nb. pages : 158
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre et courts récits (Comics)
Genre(s) : Fantastique, Conte réinventé, Héros animalier
Appréciation : 4.5 / 6
Un album de transition... dans tous les sens du terme!
Écrit le lundi 24 mars 2014 par PG Luneau

Je ne peux rien y faire : je n’arrive pas à résister à l’envie de prendre un nouveau tome de la passionnante série Fables, même si j’ai plus de deux mille autres titres qui m’attendent dans ma pile à lire!! C’est d’autant plus difficile que je suis maintenant accro à la télésérie Il était une fois, série qui décline un synopsis de base vraiment très proche de celui créé par Bill Willingham dans sa BD!! Mon intérêt pour celle-ci reste entier… et ce, même si le contenu de ce tome-ci me soit apparu, au final, un peu moins fort que les autres.

Dans ce sixième tome (que mon ami Yaneck vient de critiquer lui aussi, il y a peu!!), on retrouve trois récits distincts. Le premier, qui ne fait qu’un chapitre, s’intitule Cendrillon libertine. On y découvre que cette célèbre ex-princesse cache, sous ses airs désabusés, une personnalité chaude et envoûtante… aux intentions assez troubles merci!! Une belle petite surprise que cette espèce de bulle… qui n’a que peu de lien avec le récit central.

Pour sa part, le second aparté fait deux chapitres. Intitulé Récits de guerre, il raconte certains des exploits que Bigby, le grand méchant loup, a accomplis en Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale… C’est dire que ces créatures sont immortelles, puisque déjà, en 1944, l’homme-loup avait la même tronche qu’aujourd’hui, soixante-dix ans plus tard!! Personnellement, j’ai trouvé cette aventure correcte, mais sans plus.

J’ai donc été très heureux de retrouver le récit central exactement où on l’avait laissé à la fin du tome 5, alors qu’une grande bataille contre les soldats de bois de l’Ennemi venait de se terminer et que le Prince charmant briguait les suffrages des habitants de Fableville, visant à détrôner le Roi Cole de son poste de maire. Les quatre derniers chapitres du livre nous présentent donc les quatre saisons suivantes, avec les résultats des élections, leurs incidences directes (dont plusieurs transitions!!)… ainsi que l’accouchement tant attendu de Blanche-Neige, qui a donné naissance (pour ne pas dire qu’elle a «mis bas»!!) aux jeunes «enfants» de Bigby… Des «enfants» à l’allure et au potentiel bien surprenants!!??

Au final, et en essayant de ne pas trop vous en dévoiler, je dirais que ce tome en est réellement un de transition, situé entre l’effervescence des combats du tome précédent et un tome #7 qui se déroulera, si je m’en fie au quatrième de couverture, dans les anciens Royaumes eux-mêmes, où l’un de nos amis décide de s’infiltrer en cachette! Ces Cruelles saisons nous offrent donc beaucoup d’événements mineurs, des départs, des arrivées, quelques nouveaux personnages, mais aucune action d’éclat. Willingham a bien essayé d’incorporer à tout ça une mystérieuse histoire de meurtres en série, mais sans parvenir à la développer adéquatement : personnellement, je n’y ai pas trouvé  grand intérêt.

Heureusement, mon engouement reste intact et j’ai bien hâte au prochain tome pour constater enfin de ce qui se passe réellement dans les fameux Royaumes, abandonnés il y a si longtemps par nos héros. Vivement le tome #7!! ;^)

À lire aussi : mes critiques des tomes #1, #2, #3 et #4.

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les couvertures des fascicules originaux, qui servent ici à illustrer les débuts de chapitre ou diverses pages, au début ou à la fin de la compilation. Autant auparavant je n’aimais pas leur traitement, très éclectique, n’ayant jamais rien à voir avec le style graphique des dessins des récits, autant maintenant j’aime me prêter au jeu du Avant/Après : j’observe ces couvertures avant ma lecture afin d’essayer de deviner ce que me réserve les pages à venir, puis je les redécouvre une fois le chapitre terminé, pour découvrir à quel point tout ce qui m’avait mystifié lors de ma première observation coulait pourtant de source… mais était traité et disposé avec une ingéniosité fabuleuse (c’est le cas de le dire!! ;^) ! C’est très plaisant! Je n’ai plus qu’à déplorer que certaines de ces illustrations n’apparaissent pas en grand format, et certaines, que très partiellement. Qui aurait cru que j’allais en redemander, après mon commentaire négatif à ce sujet, dans mes premières critiques??!! :^)

 

  • le large ratissage en matière de personnages fictifs. D’Ichabod Crane, issu du récit anglais the Sleepy Hollow, à la créature du Dr Frankenstein, apprêtée à la sauce hitlérienne, il est clair qu’on ne se contente plus que des personnages des contes de fée, comme on aurait pu le penser à la base. Et c’est tant mieux, j’imagine… Tant que Willingham sache où s’arrêter! Car l’exercice n’est pas évident : à partir de quand un personnage appartient-il officiellement à  l’imaginaire collectif?? Aura-t-on bientôt droit aux coups de baguette d’Harry, d’Hermione et de Ron pour venir en aide à Blanche-Neige et Bigsby? Avouez que des personnages aussi contemporains, même magiciens, gâcheraient un peu la… magie!!? ;^)

 

  • la reprise du récit principal. Si les épisodes en aparté ou en flash-back sont intéressants, car ils ajoutent une profondeur aux personnages en nous permettant d’accéder à des informations sur eux auxquelles nous n’aurions jamais eu accès autrement, il n’en demeure pas moins que j’ai un faible pour la trame principale du récit… J’ai été bien content de retrouver Fableville en train de se relever tant bien que mal de la grande bataille du tome précédent!... Et de connaître enfin le résultat des élections!... Et de voir les rejetons de Blanche et Bigby!... 

 

  • l’étrange nature de ces enfants, justement! Sans vous brûler le punch, je vous dirai que nous sommes réellement en présence des enfants d’une humaine et d’un sur-loup… lui-même fils de… non, autant ne rien dire ici, au cas où vous auriez oublié qui est l’étonnant grand-papa de ces poupons!! ;^) (En passant, j’ai un faible particulier pour le petit joufflu!!)

 

  • les icônes indicateurs, dans le haut des pages illustrées par Buckingham. Je l’ai déjà mentionné lors de précédentes critiques, mais je tiens à le répéter : cet artiste a de très bonnes idées conceptuelles dans ses manières de concevoir ses planches! Il trouve toujours des façons très originales de nous faire comprendre les ellipses de lieux, par exemple, à l’aide de frises verticales, de frontons ou de codes variés très facilement compréhensibles. On est situé en un clin d’œil… et ces clins d’yeux sont brillamment intégrés au reste du concept… en plus d’être souvent amusants!! Chapeau, monsieur Buckingham!

 

  • la courte apparition du journaliste Kevin Thorn, le fouineur à l’affût!! Suite à la grande bataille qui a perturbé le quartier de Fableville, les Fables dotés de pouvoirs magiques ont dû travailler très fort pour effacer partiellement la mémoire des humains des alentours, qui avaient bien évidemment entendu ce vacarme incongru. Ils sont tenus de le faire pour assurer la protection de l’anonymat des Fables dans notre monde!! Mais ce journaliste un peu fouille-merde, croisé dans le tome précédent, a apparemment pu réunir quelques informations qui, par recoupements, l’aideront à enclencher une enquête sur la mystérieuse amnésie collective que les Newyorkais du quartier semblent vivre! Willingham met en place des éléments en prévision de futures intrigues… et j’adore ça!! ;^)

 

  • tous les petits secrets révélés et les revirements auxquels on assiste. D’abord, le personnage de Cendrillon et sa mystérieuse occupation : c’est rafraîchissant de découvrir une héroïne féminine à cent lieues des princesses clichées qu’on nous présente trop souvent. (d’autant plus que cet épisode est finement conçu, de manière à nous surprendre plus d’une fois!); puis la présence secrète de Gudrun, qui joue un rôle crucial et méconnu pour les Fables… Les tragiques départs de Blue Boy (snif!!) et de Bigby Wolf sont aussi parmi les moments «forts» de ce tome (quoi que d’une force bien relative, on s’entend!! ;^)…  

 

  • la flamboyance du personnage de North. Quelle entrée remarquée il fait, à la dernière page du chapitre #7 !! On le sent fier, magistral et solide : je vois difficilement comment il pourrait ne pas jouer un grand rôle dans la suite de l’histoire!!? ;^)

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • les dessins de l’épisode Cendrillon libertine. Si l’on en croit la signature sur la base de la statuette de Napoléon, au bas de la p.9, ils seraient l’œuvre du Tony Akins, mentionné dans les crédits, mais je ne suis pas parvenu à en avoir la certitude. Chose certaine, la qualité graphique de ce chapitre est bien en deçà de ce à quoi les autres artistes qui ont travaillé sur la série nous ont habitués : les traits sont malhabiles et approximatifs… C’est bien dommage!...

 

  • le récit de guerre, en deux épisodes. Déjà que je ne suis pas trop emballé par les drames de guerre, la tournure un peu gore que prend celui-ci, quand la créature du docteur Frankenstein se met de la partie, n’a certainement pas aidé à ce que j’apprécie l’ensemble!... Seul élément positif : Bigby est vraiment un personnage auquel on s’attache!

 

  • certaines faiblesses importantes dans les dessins de Buckingham. Le visage de Rose en est le meilleur exemple : elle ne se ressemble jamais d’une fois à l’autre!! Quand je compare la dernière vignette de la p.111 à celle du haut de la p.145, j’ai beaucoup plus l’impression d’être en présence de deux sœurs rouquines que du même personnage!!? Comment un professionnel peut-il avoir si peu de constance?? Autre exemple : le buste de North, dans le haut de la p.143, vous le trouvez naturel, vous?? Sa tête est toute petite, et la toison qui lui sort de la chemise est ridiculement gonflée!!? Comment peut-on imaginer pire que Tom Selleck, en matière de pilosité thoracique ??! ;^)

 

  • le peu de cas que tous semblent faire de l’arrivée impromptue d’un habitant des Royaumes!! Précédemment, quand le prétendu Petit Chaperon rouge est arrivé à Fableville, ça avait été la commotion générale!! Tous voulaient savoir ce qui se passait dans l’autre monde. Ici, le roi North arrive de leur patrie originelle (sans qu’on sache  trop comment il a pu transiter d’un monde à l’autre, d’ailleurs!!), et personne ne semble trouver rien à redire!!?? Personne ne l’interroge, personne ne s’intéresse à cet aspect (crucial, à mon sens!!)… et c’est très peu cohérent avec les réactions suscitées à peine quelques mois plus tôt!! D’autant plus qu’il y a eu une importante bataille mortelle, entre temps!!! ;^(  Il me semblerait naturel que les gens veuillent prendre des nouvelles de leur monde d’origine, non?!

 

  • le mystère principal (quoi qu’assez secondaire!) de ce récit : la série d’étranges meurtres inexplicables. D’abord, cette intrigue est un peu perdue parmi toutes les autres péripéties, elle s’en trouve diluée et n’est pas véritablement parvenue à soutenir mon intérêt de façon suffisamment constante pour que je m’y accroche. De plus, la finale, un brin mystique, m’a laissé plutôt perplexe… Peut-être serai-je plus enthousiasmé lorsqu’on m’en dira plus??! Tout ce que j’ai aimé, c’est de rencontrer les Mary et son little lamb de l’unique comptine anglaise que j’ai apprise, étant enfant!!

 

  • l’absence de pagination. Encore une fois, ça rend mes indications difficile à situer… et difficile à localiser pour vous!! Et dire qu’à presque chaque page, Buckhingham a instauré un emplacement richement décoré pour ces petits numéros!?!? Tout ce qu’on y trouve, présentement, ce sont des cercles ou des écussons vides! ;^(

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Vois-tu, pour ce qui est de la pagination... JE N'Y AVAIS MÊME PAS SONGÉ!! Merci du conseil!! ;^)

Merci aussi pour tes gentils encouragements!! Je suis bien heureux de savoir que je te mets l'eau à la bouche si souvent! Tout ce que je te souhaite, maintenant, c'est de trouver, à la bibliothèque de ton coin de pays, le plus possible de toutes ces suggestions qui te parlent tant!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le mardi 25 mars 2014 à 22:40


Y a qu'à les écrire soi-même, les n° de page ! vu qu'il y a déjà l'emplacement de prévu...à vos plumes !

tentant, tentant !!!! ah, je pleure des larmes de sang !!! tout ce dont tu nous parles, et que je ne verrai pas !!! ( pas le temps, pas le sou, pas chez nous des fois..).

Mais quel plaisir de voir toute cette belle vitalité de publication, toute cette créativité ! ça console : tes chroniques, bien complètes, nous en apprennent au moins l'essentiel.
Rédigé par anne des ocreries le mardi 25 mars 2014 à 18:43




Dernièrement, j'ai lu... Petits Mythos
#04- Poséïdon d'avril
08 décembre 2017

Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!
05 décembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

anne des ocreries, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin