Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Mon copain est un microbe
#01- MON COPAIN EST UN MICROBE
Scénariste(s) : Guillaume BIANCO
Dessinateur(s) : Antonello DALENA
Éditions : le Lombard
Collection : X
Série : Ernest & Rebecca
Année : 2008     Nb. pages : 46
Style(s) narratif(s) : Gags en une ou quelques planches
Genre(s) : Humour fantaisiste, Quotidien, Drame familial
Appréciation : 3.5 / 6
Un rhume peut-il empêcher un divorce?
Écrit le lundi 28 juin 2010 par PG Luneau

À six ans et demi, c’est très difficile d’entendre ses parents s’engueuler mutuellement et de voir son papa partir dormir chez son frère à tous les soirs. On sent que la séparation approche, que le divorce n’est plus qu’une formalité… et on assiste, impuissant, à tous les déchirements amers qui en découlent… Impuissant? Pourquoi, impuissant?! Pour la petite Rebecca, il y a toujours quelque chose à tenter, surtout depuis qu’elle a attrapé un gros rhume étrange. En effet, non seulement elle constate que ses parents font (temporairement) la trêve quand ils la sentent malade, mais en plus, elle réalise que le microbe qu’elle a attrapé peut devenir un compagnon de jeu fort amusant!

 

Voilà, c’est ça, Ernest et Rebecca. Contrairement à Benoit Brisefer qui fait tout pour éviter les rhumes (de peur de voir sa force herculéenne s’évanouir jusqu’à sa guérison), Rebecca fait tout pour conserver le charmant microbe qu’elle a attrapé par un jour de pluie, alors qu’elle s’adonnait à son activité favorite : la chasse aux grenouilles. Elle ne craint donc pas de sortir dehors en pyjama sous de grosses averses glaciales ou de se faire «bronzer» en maillot en pleine tempête de neige!! Et Ernest, l’espiègle microbe en question, de l’encourager bien bas, évidemment!

 

Les deux nouveaux amis tenteront tout en leur pouvoir pour éviter le pire, mais les alliés se font rares. Ce n’est certes pas Coralie, la grande sœur en plein âge rebelle, toujours enfermée dans sa chambre, qui va réagir! Puis il y a toujours le Dr Fakbert, un petit vieillard qui tente par tous les moyens de neutraliser la maladie de la jeune fille, mais qui est dépassé par les événements. C’est qu’Ernest, qui a des dons de polymorphisme, n’est vraiment pas tendre à son égard!!

 

Un des trucs qui m’a plu dans ce charmant recueil de gags, c’est que la pensée magique n’a pas le dessus. Oui, Rebecca se découvre une espèce d’ami imaginaire, mais l’inexorable réalité suivra son court : non seulement, à la fin de l’album, papa habite toujours en pension chez son frère, mais en plus, un mystérieux Sam commence à téléphoner maman, qui devient aussitôt gaga dès qu’elle lui parle. Nouvelle mission pour Ernest et Rebecca : éradiquer cet intrus!! Comment l’histoire finira-t-elle? Peut-être le saurons-nous dans le prochain tome, qui est déjà paru. 

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les incroyables tronches de la mignonne petite Rebecca et de son microbe polymorphe. Qu’est-ce qu’elle peut être craquante, cette chère Rebecca, avec ses cheveux roses et ses grands yeux tendres!! Quant à Ernest, lui, il joue la carte du comique de service. C’est qu’il peut se transformer à volonté en toutes sortes de formes ou de personnages! Généralement, toutefois, il préfère rester lui-même et ne modifier que l’extrémité de l’appendice qu’il porte sur le dessus de la tête, au grand plaisir de Rebecca… et des lecteurs!

 

  • la douceur des traits tout ronds et des couleurs pastel, ce qui sert bien le côté «ti-nenfant» de la série. Tout n’y est que rose et turquoise!! Assurément, on vise un lectorat féminin. C’est dommage, car si les jeunes garçons ne vont sans doute pas trop s’identifier à la gamine, ils auraient adoré les tours pendables mis en œuvre par ce coquin d’Ernest. De manière générale, j’aime bien ces traits propres aux dessinateurs italiens qui ont travaillé en animation chez Disney ou avec Barbara Canepa ou Alessandro Barbucci. On reconnaît tout de suite leur style, comme dans les séries Monster allergy, W.I.T.C.H., Lys, Sky dolls, etc.

 

  • le thème du couple de parents qui ne s’entendent plus. Voilà une réalité tellement quotidienne, de nos jours! Pourtant, je n’ai pas souvenir qu’on l’ait traitée pour la peine en BD jeunesse. Il était temps! Et quoi de mieux que l’humour et la tendresse pour parvenir à faire comprendre aux jeunes que les difficultés que tout cela engendre ne sont pas insurmontables?

 

  • les petits dessins de bas de page, indiquant la fin des gags. Tout comme Franquin, qui signait chaque gag de Gaston Lagaffe d’une signature différente, en lien avec le gag, Dalena termine son gag en rajoutant un petit Ernest original, dans une attitude à chaque fois différente. C’est sympathique.

 

  • les petits clins d’œil aux autres séries sur lesquelles travaillent les auteurs. Ainsi, sur les amusantes illustrations des pages de garde, un des enfants qui attend pour aller voir le docteur Fakbert joue avec des figurines à l’effigie de Zick et de Bombo, de la série Monster allergy, à laquelle monsieur Dalena a déjà contribué. Plus loin, à la fin du gag de la page 30, en lieu et place d’un petit Ernest original, on nous présente Hot dog, ce chien un peu barjot tiré de la série éponyme de Bianco.

  

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • les petits Ernest de fin de gag oubliés. J’adore quand un dessinateur instaure des codes amusants comme «à la fin de chaque gag, on dessine un petit Ernest». Mais pourquoi l’instaure-t-il si c’est pour ne pas le respecter?!?! Je peux comprendre qu’un illustrateur oublie ce petit détail une ou deux fois… mais est-ce que ce ne serait pas la tâche de l’éditeur, dans ce cas, de s’assurer qu’une certaine rigueur ait été respectée? Dalena a oublié pas moins de quatre fois de respecter son propre code (p. 10, 19, 22 et 43) !! Ça ne fait pas très sérieux! Qui est le chargé de suivi qui dort au gaz, chez Lombard?!?

 

  • la petitesse des vignettes. Les dessins de monsieur Dalena sont si jolis, avec des traits très fins et d’amusants petits détails, qu’ils auraient mérité des pages plus grandes, pour bien mettre en valeur toute leur richesse.

 

  • l’inégalité des gags. En fait, le terme gag est souvent trop fort pour ce qu’on nous présente. Souvent, il s’agit plutôt de tranches de la vie quotidienne, plus mignonnes qu’amusantes… et parfois, ce n’est même pas mignon!… Mais alors, qu’est-ce que c’est?!? Je me le demande encore, après être resté pantois à plusieurs reprises, ne comprenant pas trop si j’avais raté un élément humoristique… Bref, l’intention du scénariste n’est pas toujours nette, et c’est un peu déstabilisant. C’est ce qui explique ma note relativement faible pour un album aux qualités générales indéniables.

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Lydia : :^D
Rédigé par pgluneau le lundi 09 mai 2016 à 22:23


Tu as tout a fait raison quand tu dis que Rebecca est craquante !!:) Cest une petite puce ! oups ! Jes suis sure que si elle mentendait, elle me dirait; JSUIS PAS UNE PUCE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :( hi! hi! hi!



Rédigé par Lydia Hamzaoui le dimanche 08 mai 2016 à 20:05


@ Jérôme: Je suis tout à fait d'accord avec ta deuxième phrase. Mais pour ce qui est de la première, elle me laisse dubitatif: trouves-tu vraiment qu'il y a trop de séries jeunesse intelligentes, ou ne voulais-tu pas plutôt dire «comme on en voit trop PEU.» ??
Rédigé par PG Luneau le vendredi 04 février 2011 à 16:16


Une série jeunesse comme on en voit trop. Certes pas férocement drôle mais tellement intelligente, fine et pleine de tendresse. Un vrai régal pour petits et grands.
Rédigé par jerome le vendredi 04 février 2011 à 5:13


@ Kikine: J'étais sûr que tu allais A-DO-RER! Si ça se trouve, les auteurs n'ont créé cet album QUE pour toi!!! ;-)
Et, je le répète, le tome #2 est déjà sorti! Je l'ai même offert dans le cadre de la promotion «la Lecture en cadeau», en décembre dernier!
Rédigé par PG Luneau le jeudi 01 juillet 2010 à 10:04


Ohhh je sens que je vais aimer ! J'aime la page de couverture... La petite Rebecca a vraiment l'air craquante, en effet :)
Rédigé par kikine le jeudi 01 juillet 2010 à 8:59




Dernièrement, j'ai lu... Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Testament du capitaine Crown
#01- Cinq enfants de putain
02 avril 2017

Boule à zéro
#01- Petit coeur chômeur
26 mars 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Dure, dure, la vie de jeune adolescente?? Pas que!!...

anne des ocreries, sur Candy chez Oliver Twist!

anne des ocreries, sur Rapaces, violents et roublards au cube... des vrais pirates, comme on les aime!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin