Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#04- la Ronde des Géants
#04- LA RONDE DES GÉANTS
Scénariste(s) : Jean-Luc ISTIN, Thierry JIGOUREL
Dessinateur(s) : Jacques LAMONTAGNE
Éditions : Soleil
Collection : Soleil Celtic
Série : Druides
Année : 2008     Nb. pages : 46
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (4/6)
Genre(s) : Fantastique médiéval, Historique, Thriller fantastique
Appréciation : 5 / 6
D'un lieu mythique à un autre : prochain arrêt, Stonehenge!
Écrit le dimanche 23 décembre 2012 par PG Luneau

La fabuleuse cité d’Is, construite pour secrètement cacher et protéger la lance de Lug, est finalement ensevelie, et toute sa population a péri noyée. Très rares  sont ceux qui ont pu échapper au raz-de-marée cataclysmique qui s’est jeté sur cette ville païenne, qui avait le «défaut» d’être dirigée par des sympathisants de l’Ancien Culte.

 

Heureusement, plusieurs des personnages récurrents des trois premiers tomes ont pu s’en tirer sans trop de dommages. C’est le cas du frère Gwénolé, retrouvé à moitié mort et complètement paniqué sur la plage… Mais aussi, et surtout, de Gwenc’hlan et de Taran, nos deux druides-enquêteurs, qui ont pu trouver le salut… grâce à un tunnel sous-marin aussi salutaire qu’improbable!!?!

 

Sur le plan du scénario, les voiles tombent un peu et on commence à percevoir certaines ficelles : une petite bande de moines ultra-catholiques a fait traduire de très anciens textes celtiques par des moines-traducteurs qu’elle avait recrutés… pour ensuite leur trancher la tête et mettre ça sur le compte des druides! Leur but? Placer les adeptes de l’Ancienne Religion dans l’embarras, question de leur asséner le coup de grâce… mais aussi connaître leurs artefacts divins, dignes symboles de leur puissance, pour s’en emparer et détruire à jamais toute possibilité de renaissance!

 

La lance de Lug ayant disparue sous les flots, avec la belle Dahud, toute l’intrigue se tourne maintenant vers le chaudron de Dagda, deuxième objet mythique que les Celtes ont reçu autrefois de la part de leurs dieux. Un nouveau parchemin entraîne nos héros vers un impressionnant cercle de pierres levées (la Ronde des Géants du titre), grand ensemble monolithique qui a toutes les apparences du célèbre Stonehenge. La légende stipule qu’un puissant mage, du nom de Moridunon (aussi appelé Myrdhin… ou Merlin!!), aurait «transporté» ces immenses blocs de pierre sur la grande île de Bretagne, par ses simples talents de chanteur et de harpiste!?? Le chemin qui mène au chaudron partirait de là!

 

Nous voici donc en Angleterre, à croiser brièvement Arthur, Merlin… mais aussi d’autres créatures aussi intrigantes qu’inquiétantes!! Istin, le scénariste, tricote bien son récit (malgré certaines mailles plus difficiles à accepter, comme le fameux tunnel interminable reliant l’île d’Is au continent!!). Il est savamment épaulé, pour ce qui est des aspects celtiques, par les précieux conseils de Jigourel, grand spécialiste en la matière. Malgré qu’on ne connaisse pas encore l’identité précise de la bande des «Soutanes noires» qui pourchasse Gwenc’hlan et ses compagnons, on en sait au moins un peu plus sur leurs motivations, ce qui est rassurant pour nous, lecteurs : on sent que l’auteur sait où il s’en va et on craint moins une finale à la pouet-pouet, comme c’est souvent le cas dans les récits à teneur fantastique! Avec ses confrontations, ses revirements-surprises et ses mystères, cet album reste d’une grande efficacité… si on oublie le ridicule tunnel (ce qui n’est pas facile!!)

 

Sur le plan graphique, Lamontagne est à son meilleur : le déluge et les combats sont splendides (regardez-moi la dernière case de la p.5!!), les visages sont torturés à souhait, leurs tensions et leurs émotions nous sont rendues à la perfection… Le tout enveloppé dans des couleurs chaudes bien vibrantes, à faire rêver!

 

Franchement, il ne me reste plus que deux tomes avant la conclusion de ce premier cycle… et je suis déjà mal à l’aise à l’idée d’être tiraillé entre la satisfaction d’enfin connaître le pot aux roses et la tristesse de mettre fin à ma lecture! Heureusement qu’on sait d’ores et déjà qu’un second cycle est entamé avec le tome #7, sorti récemment!!  Ainsi, tous les amateurs de fantastique mythique pourront poursuivre leur belle découverte du monde celtique… et des chefs-d’œuvre picturaux que sont chaque vignette de monsieur Lamontagne!  À partir de 14 ou 15 ans, toutefois, quelques scènes plus sulfureuses obligent!! ;^)

 

À lire aussi : mes critiques des tomes #1, #2 et 3.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • ma chouette dédicace du frère Budog (vous ne trouvez pas que son nom ressemble étrangement au mot «bulldog»?!). Réalisée lors du ComiCon 2012, cette aquarelle a été faite alors que l’épouse de monsieur Lamontagne était à ses côtés! Une dame aussi gentille que son mari! :^)

 

  • la conclusion du déluge. Après nous avoir laissés dans une situation impossible, alors qu’un raz-de-marée déferlait sur Is et s’apprêtait à engloutir la ville, les auteurs ont ici l’obligeance de prendre une dizaine de planches pour nous montrer comment cette catastrophe se concrétise. Pfiou!!

 

  • la laideur des laids, encore!! Je croyais qu’on avait atteint le summum, avec entre autres les p.12 (en bas) et 41… mais c’était sans compter l’évêque Verus, un nouveau personnage prometteur qu’on rencontre aux p.18 & 19!! Lui, c’est véritablement le paroxysme de l’horreur, avec sa mitre richement décorée. Comme j’ai hâte de le demander en dédicaces, celui-là!!

 

  • l’intervention, discrète, d’Arthur et de Myrdhin, alias Merlin. Ils ne tiennent qu’un tout petit rôle, au passage, mais en choisissant de les faire intervenir, les auteurs parviennent à encore mieux ancrer ce récit dans notre mémoire collective… comme si le fait d’y retrouver des personnages aussi mondialement connus (même s’ils sont mythiques) renforcissait la légitimité ou la véracité de l’histoire qu’on nous raconte!

 

  • la brillance des couleurs, le vert du cercle de pierres, notamment. Car, exception faite de cet épisode qui se déroule à Stonehenge, tout le reste de l’album tombe beaucoup dans le cuivré et le brun, donc dans le plus sombre.

 

  • le personnage du gardien du cercle de pierres, qu’on retrouve en couverture de l’album. Il fait très étrange avec son air d’horrible hobbit dégingandé et ses tics verbaux, mais son intervention est d’une redoutable efficacité! On reste sur le qui-vive tout au long de la scène, et on est totalement imprégnés des émotions que Gwenc’hlan et de Taran doivent ressentir!

 

  • l’épisode sulfureux de la jolie tentatrice. Il ne rajoute pas grand-chose à l’histoire, sinon du suspense (et du cul… certains aiment bien ça!), mais il nous permet de donner une couleur à la relation entre les deux druides et les moines qui les accompagnent, dont le mystérieux frère Mewné. D’ailleurs, que penser des allégeances de ce dernier?? Il semble profiter de la nuit pour aller informer d’intrigants poursuivants, mais sauve, paradoxalement, la vie de nos deux héros, lorsque nécessaire!?! Voilà un mystère passionnant, qui rajoute à l’intérêt! Vivement des éclaircissements!!

 

  • la détermination frappante de Gwenc’hlan, dans le bas de la p.42. Quelle jolie confrontation, toute en regards! Du non-verbal très expressif et éminemment éloquent! Bravo, monsieur Istin, de faire confiance à votre illustrateur pour un tel dialogue muet!!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la conclusion du déluge pour les deux héros. Alors que le raz-de-marée rafle toute la ville d’Is, Gwenc’hlan et Taran sont dans les profondeurs de la terre et utilisent un passage sous-marin, une espèce d’enchaînement de grottes, pour rejoindre la côte… qui est pourtant à une grande distance. Je trouve cette solution très peu crédible, ne vous déplaise, et assez décevante de la part d’un grand scénariste : mes élèves, de 9 ans, exploitent ce genre de deus ex machina rose bonbon… mais ils ont l’excuse de ne pas être auteurs professionnels!!

 

  • le fait que Lamontagne réexploite encore les yeux de Ian McKellen pour, cette fois, les donner à Merlin!... Qu’il nous ait fait le coup dans l’album précédent, pour donner de la profondeur au personnage du vieux maître de Gwenc’hlan, je veux bien… mais qu’il reprenne exactement le même regard pour un autre personnage dans le tome suivant, ça me semble un peu exagéré!… À moins que ce soit pour nous faire comprendre que ce vieux formateur n’était nul autre que Myrodhin, sous un autre aspect??!! Si tel est le cas, c’est très original… mais un tantinet trop subtil!

 

  • encore une finale impossible!! Qu’est-ce que c’est que cette dernière planche, où Taran sombre, inconscient, dans les profondeurs de la mer?!?! Et les auteurs croient qu’on peut attendre un an l’issu d’un tel évènement, à se morfondre sur le sort réservé au héros en question?? À cela, je crie : Non! Je refuse d’être l’otage d’auteurs et d’éditeurs trop machiavéliques! C’est d’ailleurs pourquoi j’attends souvent, maintenant, avant d’acheter une série qui semble intéressante!! Je m’y décide seulement quand plusieurs tomes sont parus, quelques années plus tard, et je les lis en rafale… Mais il faut être conscient que plus nous serons nombreux à faire ça (et c’est le cas!!), plus le marché (déjà surchargé!) aura de la difficulté à le supporter!! Plusieurs bonnes séries risquent de se voir sabordée parce que les premiers tomes ne seront pas «assez rentables» (et c’est déjà le cas!!)! Il serait temps que les éditeurs le réalisent, et qu’ils favorisent les one shot et les séries courtes. Ou encore, qu’ils débutent la publication de ce genre de séries-fleuves seulement à partir du moment où plusieurs albums sont près à être imprimés, puis qu’ils les publient à quelques mois d’intervalles!!

 

  • l’absence de lexique pour les lieux et les peuples. Contrairement aux trois premiers tomes, celui-ci n’avait pas de lexique sur les pages de garde arrière!! Pourtant, il y a de plus en plus de peuples, de personnages, d’items mythiques et de lieux à connaître pour bien comprendre les fondements de tous ces mystères. Une carte aurait aussi été très appréciée : tant d’endroits sont mentionnés, certains avec plus d’une appellation, que ça aurait été très aidant!!

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Effectivement, Google peut aider... mais ce n'est pas toujours évident, comme quand des auteurs nous parlent de Bretagne, dans un récit celtique! Ils parlent de la Grande insulaire ou de la Petite continentale?? Enfin, j'ai fini par à peu près m'y retrouver.
Joyeux Temps des Fêtes à toi aussi... Vivement que vous mangiez toutes les tonnes de petits biscuits glacés que tu as préparés!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 23 décembre 2012 à 21:14


@ Mathieu Longpré : Effectivement, White Crows, c'est un must. Le tome #2 est enfin sorti et j'ai très hâte de le lire!! Et cette série-là, elle n'est pas que dessinée par Djief : c'est aussi lui qui fait le scénario!! De l'excellent space opera!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 23 décembre 2012 à 21:10


Heureusement qu'on peut "gougouler", de nos jours ! ça permettra de combler l'absence de lexique !! :)

Tu m'allèche, avec cette série ; quand j'en aurais fini avec Radisson, je pourrais bien aller voir ça de plus près....hé hé....

Et joyeuses fêtes !
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 23 décembre 2012 à 18:52


Y'a aussi White Crows que tu m'as donné le goût de lire!
Rédigé par Mathieu Longpré le dimanche 23 décembre 2012 à 18:50


@ Mathieu Longpré : Merci bien, monsieur Longpré!! Je suis fort aise que vous ayez trouvé du temps pour venir fouiner dans ma Lucarne!... Et vous avez bien fouillé, car les deux séries que vous avez relevées sont vraiment de très grande qualité... et toutes deux illustrées magnifiquement par des talents bien de chez-nous!! Je suis sûr que tu les apprécieras! Il me fera grand plaisir de te les prêter, mon ami, sitôt le congé des Fêtes terminé!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 23 décembre 2012 à 17:36


Wow! M. Luneau, j'ai maintenant envie de lire deux séries de BD grâce à vous! Le Crépuscule des Dieux et Druides! Vous me donnez envie de me mettre à la BD avec plus de sérieux afin d'être capable d'y déceler tant de subtilités. Chapeau!
Rédigé par Mathieu Longpré le dimanche 23 décembre 2012 à 16:57




Dernièrement, j'ai lu... Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Petite Patrie
la Petite Patrie
23 septembre 2017

Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!
12 octobre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Explorations gustatives par personne interposée!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!

Danielle, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

jean Milette, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin