Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#05 - Kriemhilde
#05 - KRIEMHILDE
Scénariste(s) : Nicolas JARRY
Dessinateur(s) : Jean-François Bergeron dit DJIEF
Éditions : Soleil
Collection : Soleil Celtic
Série : Crépuscule des dieux
Année : 2010     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (5/6)
Genre(s) : Fantastique mythique
Appréciation : 5 / 6
Au coeur des combats mortels, au coeur des combats divins
Écrit le mardi 13 novembre 2012 par PG Luneau

Sur Mannheim, la Terre des Hommes, la guerre bat son plein. Les Saxons attaquent les Burgondes, forts de leur arme secrète : des Jotuns, ces espèces de minotaures gigantesques, de la taille de six ou sept hommes!!! Heureusement, les Burgondes de Vienna se prévalent eux aussi, maintenant, d’un atout de taille : le jeune Siegfried, qu’ils ont réussi à convaincre de les suivre à la fin du dernier tome. Lui seul, fils illégitime du Père des dieux et d’une humaine, possède la force et le courage nécessaires (de même que l’indispensable armure naturelle!) pour affronter ces incroyables bêtes de combat que les Saxons lancent dans la mêlée! En effet, il est peut-être bon de rappeler que la peau du jeune Siegfried est inaltérable depuis qu’il s’est baigné dans le sang d’un dragon, à la fin du tome #3!

 

Loin de sa belle Brunhilde, à qui il est dévoué corps et âme, Siegfried combat auprès des Burgondes et se lie d’amitié avec leur roi, Gunther. Mais la sœur de celui-ci, l’envoûtante princesse Kriemhilde, commence à développer un certain intérêt (pour ne pas dire un intérêt certain!) vis-à-vis le beau héros. Parviendra-t-elle à lui faire oublier sa dulcinée, celle qu’il a laissée sur les rives islandaises il y a plusieurs mois, déjà, mais à qui il pense jour et nuit?

 

Pendant ce temps, le climat n’est pas plus doux au Walhalla! La magnifique mais démoniaque Hell s’est lancée à l’assaut de l’enceinte d’Asgard avec ses troupes de l’enfer, et Fricka cherche encore à se trouver des alliés. Njord ayant décliné son offre, elle se tourne maintenant vers les Elfes, qui se montrent peu chauds à l’idée de prendre parti lors de cette bataille. Et Wotan qui ne se décide pas à revenir!! Il erre encore, celui-là, préférant chercher, en désespoir de cause, un ultime moyen de se réapproprier l’anneau maléfique des Nibelungen plutôt que d’aider les siens à préparer la guerre fatidique qui est sur le point d’éclater…

 

Avec ce cinquième tome du Crépuscule des dieux, Jarry et Djief placent non seulement leurs pions, mais aussi leurs rois, leurs reines, leurs fous, leurs cavaliers… ainsi qu’une ou deux créatures maléfiques qu’on retrouve rarement sur un échiquier! On a presque envie de dire : «Les jeux sont faits, rien ne va plus!...» Tout est en place, et si le récit peut paraître complexe (compte tenu du grand nombre de protagonistes), sachez qu’il est si clairement construit qu’on parvient à le suivre avec une belle aisance. Jarry a fait du bon boulot! Seul bémol, tout léger : il me semble que les dessins de Djief manquent légèrement du raffinement auquel il nous avait habitués… Rien de bien grave heureusement : les sens restent comblés et le plaisir de lecture demeure!!

 

Bref, un album qui joue parfaitement son rôle : celui de nous mettre en appétit! La conclusion de cette saga sera épique ou ne sera pas!!!… (mais n’ayez crainte : elle «est»!! Je le sais puisqu’elle trône fièrement sur ma table de chevet!! Je la lirai dans les prochaines semaines et vous reviendrai là-dessus, promis!! ;^)

 

À lire aussi : mes critiques des tomes #1 et 2.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la couverture, aux couleurs chaudes, avec la belle Brunhilde… qui nous affronte pourtant d’un regard des plus glacials! Ça crée un antagonisme fort intéressant!

 

  • l’entrée en scène de Siegfried en tant que défenseur des Burgondes. Ses combats contre les Jotuns, ces monstruosités qu’on a rencontrées sur la couverture du tome #4, notamment, sont véritablement épiques! De quoi inspirer grandement le rôliste que je suis!

 

  • on creuse encore plus les relations entre les personnages. Certains de ceux qui avaient un rôle plutôt secondaire commencent à prendre plus de place, tant chez les humains (comme tous les proches de la cour burgonde, par exemple) que chez les dieux… (les Elfes de Svartheim, la démoniaque Hell ou encore Njord et son mystérieux intérêt pour Sirkiel, la reine elfe…) Ça accroît encore plus la panoplie de personnages qui pourront nous éblouir dans la finale du prochain tome!!

 

  • les effets lumineux créés pour marquer la présence de Hell, la déesse infernale. Ces brumes, d’un bleu turquoise transcendant la nuit, sont sublimes. Même si elles sont annonciatrices de massacres catastrophiques, je leur trouve une beauté perverse. Tout comme Hell elle-même, d’ailleurs!! Vivement que je la demande en dédicace, celle-là!

 

  • le bon suspense mis en place par la mission que Wotan donne à un horrible sbire, au bas de la p.27. Une épée de Damoclès plane maintenant au-dessus de la tête de… mais je m’en voudrais de ne pas vous en réserver la surprise!!

 

  • le fait qu’on passe beaucoup de temps chez les humains. Encore une fois, comme je l’expliquais dans ma critique du premier tome, cette approche nous permet de comprendre l’importance du lien entre le divin et le physique, la place prépondérante du mythique dans le quotidien de ces peuples. J’ai aussi aimé le passage où on assiste à un houleux conseil chez les chefs elfes (p.32 à 34) : il nous permet d’aborder encore une autre facette de ce foisonnant univers qu’est la mythologie scandinave!

 

  • les nombreux moments forts des dernières pages : le vol de dragon de Fricka, lors de son expédition chez un personnage qu’on n’avait pas revu depuis très longtemps; la perfide traîtrise de Loge, qui me brise un peu le cœur; ou les entourloupes amoureuses de la belle Kriemhilde, pour mettre le grappin sur son héros très cher. Le tout, de même que la mise en page de la dernière planche, est magnifiquement dicté par la narration de la fascinante Erda, pythie annonciatrice du chaos à venir. Cela dresse la table de belle façon, comme si les auteurs nous invitaient à un final hors pair. Ça y est : l’ultime hallali cataclysmique est à nos portes, le ragnarök est pour… maintenant!!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • l’incongruité de l’association titre/couverture. Comme l’album s’intitule Kriemhilde, j’ai longtemps cru que c’était elle qui était assise sur ce beau trône rougeâtre… et je me demandais pourquoi Djief l’avait dessinée si semblable à la belle Brunhilde, la walkyrie déchue qu’on suit depuis trois tomes!! Ce n’est qu’à la toute dernière planche que j’ai eu confirmation de ce que je subodorais : c’est belle et bien Brunhilde, sur le trône… mais quel étrange choix éditorial, pour un tome qui introduit et met l’emphase sur la forte et intrigante Kriemhilde!?

 

  • un léger manque de fini, dans le dessin. C’est très subtil, mais j’ai l’impression que Djief est moins précis dans ce tome-ci que dans les trois premiers, comme s’il avait eu moins de temps pour le fignoler!? C’est particulièrement notable lors de la scène à la cour de Fricka (p.19 à 21) , scène qui ne me semble pas aussi ciselée que la scène similaire du tome précédent, aux p.11 et 12. Certains visages, par exemple, me semblent moins peaufinés, comme celui de la p.20, 6e vignette, ou celui du beau Loge, dans la dernière case de la p.21… Mais ne serait-ce pas à cause de l’encrage, qui semble plus présent? Les traits plus larges alourdissent l’allure globale des planches et atténuent la perfection des détails. Mais je chipote, comme dirait mon ami Yaneck : ça reste exceptionnellement beau… C’est juste qu’il me semble que Djief nous a déjà offert mieux… et qu’une fois qu’on a tâté à la perfection, on y prend goût et nos attentes deviennent encore plus grandes!! ;^)

 

  • une erreur dans les phylactères, à la 4e vignette de la p.35. Les appendices n’ont manifestement pas été attribués avec soin, puisque Gunther interpelle… Gunther!!?

 

  • l’absence de lexique. Tant pour nous situer sur le plan historico-géographique que pour nous dresser un aide-mémoire des créatures et lieux mythiques, un petit lexique explicatif aurait été très aidant. Par exemple, j’aurais aimé savoir qui étaient les Burgondes et les Saxons, et quels étaient leurs territoires respectifs, sans avoir à sauter sur le Net! De plus, avec un tel extra, il aurait été facile de nous présenter plus officiellement Sirkiel, qui apparaît comme un cheveu sur la soupe, ou pour nous expliquer plus en détails l’origine de la complexe relation qu’entretiennent Loge et Wotan… Bref, on a raté ici une belle occasion de parfaire nos connaissances et notre lecture! Dommage…

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Arsenul : Mon conseil : emprunte les trois premiers «Druides», puis ensuite tu lis un roman. Puis, tu empruntes les trois premiers «Crépuscule des dieux», puis tu t'enfiles un autre roman. Ensuite, tu recommences, mais avec les tomes #4 à 6. En paquets de trois, ça paraît moins lourd, et dans un court intervalle, on n'a pas le temps d'oublier les personnages ou les bases des intrigues.
Merci pour tes commentaires... Je suis content que tu soulignes mon allusion aux pièces d'échecs car j'en suis assez fier!!
Et si les bulletins sont effectivement terminés et remis, le rush n'est pas fini pour autant : c'est notre première théâtrale ce jeudi, on jouera huit fois en deux semaines... et j'ai les rencontres de bulletin à caser un peu partout en plus de ça!!! Dans deux semaines, je devrais revenir à un rythme de travail (et de lecture... et de critiques publiées!!!) plus normal!!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 18 novembre 2012 à 14:55


Bonne critique encore une fois. Dois-je en déduire que les bulletins sont remis? J'aime ton allusions au pions placés. Personnellement, je n'ai pas ces livres et lorsque j'emprunte la série au complet, soit pour ça ou pour Druides, je trouve que c'est trop d'un coup. Malheureusement, je n'ai pas la discipline pour les lire volontairement espacées. Alors c'est l'impasse...
Rédigé par Arsenul le dimanche 18 novembre 2012 à 9:06


@ Kikine : Si tu t'intéresses aux mythes celtiques autant que tu l'affirmes, tu adoreras ces récits scandinaves, pour sûr!!! D'autant plus si tu as déjà un préjugé favorable pour Siegfried!! Vas-y, plonge!!! N'hésite pas : tu es en congé, en plus, tu n'as plus d'excuse!!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le mercredi 14 novembre 2012 à 17:06


@ Anne des Ocreries : Je vous jure, Anne : les auteurs réussissent vraiment bien à nous démêler les grandes lignes de ce récit mythique! Mon idée de lexique aurait surtout servi à approfondir certaines notions parallèles... mais le fond de l'histoire est très clairement expliqué! Moi-même, j'étais totalement ignare en matière de mythologie scandinave! Mais Jarry et Djief parviennent à bien nous faire avaler tout ça, sans aucun dégât!!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 14 novembre 2012 à 17:02


Tu aimes ça me faire des piqûres de rappel, n'est-ce pas ? Il faudra vraiment que je profite de mon congé maternité pour commencer cette série qui m'a l'air excellente. En plus, j'adore les histoires des légendes Celtiques et Siegfried est l'un de mes personnages préférés :)
Rédigé par kikine le mercredi 14 novembre 2012 à 8:40


faudra que je relise tes critiques des tomes précédents....parce que je me mélange un peu dans tout ça ! c'est drôlement complexe ! et puis, ça m'est très peu familier, toute cette cosmogonie nordique !
Rédigé par anne des ocreries le mercredi 14 novembre 2012 à 0:54




Dernièrement, j'ai lu... Petits Mythos
#04- Poséïdon d'avril
08 décembre 2017

Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!
05 décembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

anne des ocreries, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin