Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
Colis 22
COLIS 22
Scénariste(s) : Marc Simard dit MARSI
Dessinateur(s) : Marc Simard dit MARSI
Éditions : la Pastèque
Collection : X
Série : Colis 22
Année : 2014     Nb. pages : 168
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Aventure policière, Thriller, Quotidien, Hommage
Appréciation : 5 / 6
Thriller du quotidien!!?
Écrit le samedi 07 mars 2015 par PG Luneau

Le voilà enfin, ce Colis 22!!?! Oui, ce nouveau joyau dans l'œuvre naissante mais toujours aussi ciselée de mon ami Marsi! Bon, soyons honnête : ce roman graphique de 168 pages est sorti depuis quelques mois, déjà, et j'attendais d'avoir un temps de qualité pour le lire et le critiquer... mais reste qu'on l'a espéré longtemps!! Le premier album de cet artiste, Miam miam fléau, date déjà de 2009, et sa participation au collectif Partie de pêche, chez Glénat Québec, remonte à 2010! Sans compter que ce Colis 22 a mijoté pendant longtemps dans la tête de son auteur avant qu'il s'y mette!!

Si je suis si heureux d'enfin tenir cette petite perle dans mes mains, c'est que j'ai été de ceux qui ont épaulé Marsi tout au long du processus. J'ai même eu la chance de lire et commenter le synopsis original, il y a cinq ans (c'est d'ailleurs pour cette raison que votre dévoué serviteur se retrouve dans les remerciements, en fin d'album!!? Ce qui me touche beaucoup, bien sûr!)... Laissez-moi vous dire qu'il y en a eu, du travail et des changements, depuis cette version à la finale complètement différente!?

Mais dans l'essence, Marsi est resté fidèle à son idée de base : construire une histoire d'inspiration policière, où un quidam se retrouve coincé dans un imbroglio totalement surréaliste mais positivement dangereux, dans le cadre enchanteur de belle ville de Québec. En somme, on pourrait percevoir dans ce récit une espèce de clin d'œil aux meilleurs films du grand Hitchcock... et, très certainement, un vibrant hommage visuel aux différents quartiers de notre Vieille Capitale, le tout dans ce que j'appellerais un genre de «thriller du quotidien».

En effet, on suivra les déboires de Jocelyn Chicoine alias Pluton, un gars tout ce qu'il y a d'ordinaire, qui travaille comme coursier à vélo pour Système So, une compagnie dont tous les membres s'affublent d'un surnom astronomique!? En fait, le pauvre Pluton voit surtout sa carrière battre de l'aile, depuis quelque temps! Parce qu'elle le juge trop lent et désorganisé, sa patronne lui fait bien sentir qu'il est sur le respirateur, et que la moindre erreur supplémentaire risque de lui être fatale! Pour se racheter et tenter de regagner la confiance de ses supérieurs, Pluton décidera de dépanner sa blonde, Mercure, en la remplaçant pour l'une de ses courses. Grand mal lui en prit!!

En effet, sans le savoir, Pluton met alors le doigt dans un engrenage dont il ne pouvait prévoir les ramifications!! D'abord, une série d'appels à la bombe lui interdit l'accès au destinataire. Puis, c'est l'expéditeur qui semble impossible à rejoindre... Mais quand notre pauvre ami apprendra que le cadavre de cet expéditeur a été retrouvé par la police de Québec, il réalisera, mais un peu tard, qu'il a en sa possession un mystérieux colis qui suscite beaucoup de convoitise!! Voilà comment le quotidien d'un quidam prend des tournures de thriller palpitant!! Pluton et ses proches se verront entraîner dans des péripéties qui leur feront traverser la ville de tous bords, tous côtés, jusqu'à une conclusion insoupçonnée, presque psychotronique (!?!), au cœur du Château Frontenac! Le tout, sous le regard doucereux de Nix, le chien fou qui s'entêtera à suivre Pluton partout où il va, sans raison!

Pour ce récit enlevant, Marsi a opté pour un noir et blanc tramé de diverses teintes de gris... mais il ne s'est pas pour autant départi de son style si particulier, alliant la perfection technique de Chris Van Allsburg (excellent dessinateur de Jumanji, de Zathura et du Boréal-Express) à la simplicité de Philippe Hébert dans Néozoo. Ses dessins, toujours foisonnant de détails, sont encore de cette exactitude qui ont fait dire à plusieurs journalistes, critiquant Miam miam fléau, qu'il dessinait à l'ordinateur, ce qui est théoriquement faux, puisqu'il ne se sert des nouvelles technologies que pour le traçage final! Toujours soucieux de véracité, Marsi a réussi le tour de force de respecter rigoureusement sa grande documentation iconographique, tout en transposant ses vues de Québec avec une ligne claire épurée à la perfection, en digne descendant (et amateur!) d'Hergé qu'il est!!

Personnellement, je suis vendu, c'est clair!! Mais le plus magnifique de la chose... c'est que vous le serez aussi! Que vous ayez 13 ou 73 ans, vous vous laisserez séduire par ce pauvre bougre qui a le malheur de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment... Vous vous laisserez emporter par les embardés tumultueuses dans lesquelles le plongent ses mésaventures... Vous tomberez sous le charme des dessins à la fois si touffus et si purs de Marsi... Vous voudrez savoir le fin fond de toute cette affaire...Et vous vous surprendrez à souhaiter faire appel à une agence de messagerie aux employés si originaux!! ;^) Bref, vous craquerez, vous aussi, pour Colis 22, et deviendrai aussi fan de cet album que Nix l'est maintenant de Pluton, j'en suis convaincu!

Bonne lecture, donc! ;^)

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la sublime couverture. Satinée à souhait, elle réjouit nos doigts tout autant que nos yeux! Son illustration, qui a été merveilleusement colorée par la bédéiste Cathon, nous présente tout le génie graphique de Marsi, homme de précision, de détails et de minutie. J'aime bien les petites surprises qu'il y intègre, comme le «méchant» qu'on peut apercevoir sur la quatrième de couverture, ou ce qui semble être le propriétaire initial du petit Nix!! ;^)

 

  • l'objet-livre. Marsi tient à être édité chez la Pastèque parce qu'elle répond à son désir de concevoir plus que des livres : de véritables petits bijoux! C'est vrai que le format, la reliure, la couverture à rabats,  la qualité du papier et de l'impression, tout cela est de première qualité!! Il a de quoi être bien fier, mon copain! ;^)

 

  • ma dédicace personnalisée!! Je sais bien que vous n'en avez rien à foutre, mais je suis réellement très content de la dédicace que Marsi m'a faite sur la page de titre de cet album! On m'y voit à mon ordi, avec mon chapeau d'explorateur, au côté de ma lucarne, alors que, de celle-ci, on peut apercevoir Pluton qui roule, avec Nix à ses trousses! De plus, preuve supplémentaire de la minutie de l'artiste, si cela était nécessaire : des figurines de Pouette et Coco Météore, personnages de Miam miam fléau, se dressent sur la bordure de la fenêtre!! J'ADORE!! ;^)

 

  • la qualité technique et la richesse des dessins. Bon, je sais, Marsi est mon ami. Je me dois donc d'être extrêmement rigoureux pour ne pas sombrer dans le favoritisme, pour garder une neutralité toute professionnelle... À ceux qui se plaindraient d'un certain parti pris, je n'ai que deux choses à dire : D'abord, la neutralité professionnelle, je n'en ai rien à cirer puisque... ce n'est pas ma profession!! Je critique de la BD en dilettante, dans mes temps libres, pour mon simple plaisir!! Puis, et c'est plus important encore, Marsi ne serait pas mon ami que je serais DE TOUTE FAÇON en amour avec ses dessins, comme je le suis des dessins d'Alexis Nesme (les Enfants du capitaine Grant, de Jules Verne), de Jirô Taniguchi (Un zoo en hiver, ...), de Loïc Jouannigot (la Famille Passiflore)  et de bien d'autres, que je ne connais, eux, ni d'Êve, ni d'Adam! Alors, tant pis pour vous, bande de jaloux!! Bref, je voulais souligner ici l'immense talent graphique de Marsi. Sincèrement, chacune des vignettes des 168 pages de cet album pourrait être encadrée et devenir une œuvre d'art en soit!! Chaque ligne est parfaite, chaque courbe est sinueuse à souhait, chaque rondeur rebondit hors de la page, chaque angle nous impose sa profondeur de champ... Les arrière-plans regorgent de détails à n'en plus finir (là, un écureuil, ici, une camionnette de livraison...) et notre regard peut s'amuser à s'y perdre pendant de longues secondes... Oui, je suis amoureux de la perfection technique de ces vignettes si bien garnies, et je l'assume, ami ou pas, na!! ;^P

 

  • les mises en pages, avec absence de caniveaux. Le fait de juxtaposer les cases les unes sur les autres, avec simplement un trait noir pour les séparer, donne un effet des plus originaux. Personnellement, j'aime beaucoup. Toutefois, compte-tenu du caractère relativement chargé des vignettes, je serais curieux de voir l'effet que donnerait la présence des traditionnels caniveaux (ces bordures blanches qui isolent habituellement chacune des cases de ses voisines)!? Est-ce que ça n'allègerait pas l'ensemble, rassurant par le fait même ceux qui apprécient moins les dessins débordants de détails??! Ce serait à tester!

 

  • une tonne de petits idéogrammes fort originaux! Marsi aime bien illustrer les pensées de ses personnages, mais ce faisant, il innove et dépasse les classiques ampoules électriques quand quelqu'un a une idée ou les ridicules billots de bois qui se font scier quand quelqu'un dort! Avec lui, on peut découvrir (entre autres!) une vraie tête de cochon (p.15), une vraie poule mouillée (p.38) ou l'incarnation visuelle parfaite de l'amusante expression «Mon chat est mort!» (p.135)...  Et ce, même si, parfois, le sens des idéogrammes en question est plus difficile à interpréter, comme pour ceux des p.8 ou 16!?...

 

  • les superbes panoramas de notre si belle capitale nationale! Marsi adore Québec, ça transcende tout cet album!! À un point tel qu'on doit, indéniablement, considérer la ville comme l'un des personnages importants du récit! Sous le pinceau de l'artiste, toute la ville est magnifiée, et pas que les beaux quartiers, bien au contraire!! Marsi n'hésite pas à laisser respirer son récit en nous permettant d'admirer des planches complètes de paysages que ses personnages traversent silencieusement, en vélo ou à pied. De la toute première planche à la toute dernière, en passant par les p.17, 23, 36, 37, 42, 43, 81, 111, 132, 158, Colis 22 se veut un éloge aux mille et un charmes de cette si belle ville... pour ensuite se transformer en hommage non feint à cette merveille architecturale qu'est le Château Frontenac (qu'on voit presque exclusivement de l'intérieur, étonnamment!!??). Mon coup de cœur? La page 110, qui étale, en 3 vignettes longilignes (qui semblent faire écho aux quatre bandes horizontales de la p.43!), 3 paysages originaux de la ville, tous différents, mais toujours avec les 3 cyclistes, comme pour réunir dans l'éternité ces instants fugaces... Si j'étais éditeur, il me semble que je ferais faire trois splendides signets de ces vignettes!... ;^)

 

  • la présence (qui s'avèrera, ma foi, parfaitement futile, finalement, contrairement à une version antérieure du scénario que j'ai eu la chance de lire!?!) de Nix, le chien. À partir de la p.32, ce petit Jack Russel blanc se mettra à suivre sans relâche le vélo de Pluton, qu'il considérera, à partir de ce moment, comme son maître!! Comment ne pas y reconnaître un autre hommage, à Uderzo, celui-là, alors qu'Idéfix avait fait son entrée dans l'univers d'Astérix de la même façon, en suivant le gros... euh, pardon... «l'enveloppé» Obélix pour tout le reste du Tour de Gaule, sans que son scénariste ne l'ait stipulé!! Aussi mignon l'un que l'autre, ils ne font que rajouter des petites séquences à la guimauve aux récits qu'ils desservent... ce qui n'est pas à dédaigner, bien au contraire!! ;^)

 

  • l'infinie variété des faciès proposés. Je suis épaté par la grande variété de physionomies proposées par l'ami Marsi!! Tant chez ses personnages (principaux, secondaires ou tertiaires) que chez ses (très nombreux!) figurants, il nous présente des fronts, des chevelures, des nez, des mentons, des oreilles, des accessoires et des teints aux combinaisons infinies! Ça donne des scènes de foules (lors de l'appel à la bombe, lors du party chez Jupiter ou dans la chambre de Georges, au Château Frontenac, par exemple) peuplées de visages d'une diversité inouïe!

 

  • la cohérence des concepts mis en place par l'auteur. Malgré l'effort intellectuel qu'elle nécessite, tout au long de notre lecture (j'en parle plus bas), l'idée d'utiliser une thématique astronomique pour nommer les employés du système de coursiers est amusante et novatrice! Elle est, de plus, exploitée à son maximum!! J'ai adoré, par exemple, découvrir que Neptune avait un appartement entièrement décoré selon une thématique maritime, avec un aquarium... et des poissons rouges portant les noms des satellites de Neptune!! De même, j'ai non seulement appris que Pluton avait des satellites, mais que l'un d'entre eux s'appelait Nix!! Et puis, avez-vous réalisé que le héros, assez looser merci, porte le nom de Pluton, cette «ancienne» planète déclassée depuis peu au rang de planétoïde??! Je suis sûr que Marsi, grand amateur d'astronomie et passionné de science, a choisi ce nom délibérément!! (Mais pourquoi diable Viviane et Murielle n'ont-elles pas de noms de code?!? ;^)

 

  • l'efficacité du suspense entretenu! D'abord, toute l'idée générale est intrigante et accrocheuse : le paquet, la manière par laquelle Pluton se retrouve coincé avec, son contenu (!!?)... tout cela est réaliste et stimulant. Puis, toute la construction du récit crée un suspense de plus en plus enlevant : l'événement mystérieux et inquiétant survenant à Murielle, à la p.81, juste avant la première «pause-chapitre»... L'autre «pause» de la p.109, juste avant la finale, de plus en plus angoissante, avec ses silences, ses bruits de portes qui claquent, ses temps d'arrêt, ses mille et un détours dans les dédales du Château, toutes ses personnes croisées, qui ont tous l'air plus louche les unes que les autres... C'est définitivement très hitchcockien, et c'est d'ailleurs un très beau clin d'œil que d'avoir mis le portrait de cet important réalisateur, à la p.109!! Connaissant Marsi, je suis d'ailleurs à peu près certain qu'il s'agit d'un portrait réel, qui doit se trouver au Château Frontenac depuis qu'Hitchcock y a tourné son célèbre film I confess! Je demanderai à l'artiste de me confirmer tout ça! En tout cas, bravo et merci à Marsi d'avoir osé explorer un genre littéraire très peu exploité par notre 9e art québécois!! ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • le noir et blanc de l'album. En fait, la coloration de l'album, toute en teintes de divers gris, me semble très satisfaisante... Toutefois, le fait d'avoir un exemple, via la couverture, de ce à quoi pourrait ressembler l'ensemble de l'œuvre si elle était colorisée dans son entier, me laisse à penser que ça aurait été bigrement beau, probablement encore plus (si c'est Dieu possible),  qu'en noir, gris et blanc!! ;^)

 

  • les nombreux éléments qui enrichissent l'univers présenté, mais qui alourdissent un peu la compréhension du lecteur. D'abord, le grand nombre de personnages, tant chez les bons que chez les méchants. Puis, cette idée de la thématique stellaire, qui rebaptise chacun des membres du service de messagerie (ainsi que leurs animaux de compagnie, chien ou poissons!!?) d'un surnom issu de notre système solaire. C'est hyper chouette, ça donne une couleur sympathique à cette compagnie... mais ça rend certains dialogues un peu obscurs, le temps de s'y démêler (ex. toute la p.18). À cela on rajoute les élucubrations philosophico-mystiques de Sergio d'Io, ce pseudo-vieux sage aux théories fumeuses et pas trop compréhensibles du commun des mortels que je suis... Le fait que ces discussions surviennent tôt dans le récit risque malheureusement d'en effrayer quelques-uns!... Et que dire des déroutantes obsessions mystico-bizarres et on ne peut plus ésotériques du vieux Georges, en fin d'album!!?... Bref, chacun de ces éléments est une force en soi, ajoutant un cachet formidable à l'univers composé par l'artiste!! En contrepartie, leur cumul rendra peut-être la lecture un peu trop exigeante pour certains. Si vous voulez en apprécier toutes les subtilités, je vous conseille de décortiquer tout ça quand vous êtes bien éveillés! ;^)

 

  • une faute récurrente. À deux reprises, on peut lire de faux «qui t'as», comme si c'était un logiciel qui avait corrigé mécaniquement le texte!!? «Qui t'as dit ça?» peut-on lire à la p.27, et «Qu'est-ce qui t'as pris?» à la p.50. Ces verbes ne sont pourtant ni l'un ni l'autre à la deuxième personne!!?? :^(

 

  • deux petites coquilles. Une à la p.55 : «J'suis par sur que...», et l'autre à la page suivante : «On entend absolument rien?», où le n' était nécessaire.

 

  • les corps des personnages, toujours très élancés. Manifestement, Marsi ne s'est pas trop soucié d'équilibrer réalistement la physionomie de ses personnages : ils sont tous très élancés, très longilignes. C'est un choix intéressant, qui en vaut d'autres. Toutefois, j'ai l'impression qu'il a tendance à donner plus d'importance au corps au détriment des jambes! Malgré leur taille de type grande échalote, tous sont affublés de courtes jambes, mais d'un tronc démesurément long. Là encore, c'est un choix artistique qui cadre bien avec la ligne très pure de Marsi... mais à certains moments, c'est si prononcé que ça m'a distrait de ma lecture, de mon émotion!! C'est particulièrement flagrant aux p.90 et 91, quand Pluton et Vivi discutent, en marge du party, ou, pire encore, quand Sergio d'Io court dans les corridors du Château Frontenac (p.130) : j'ai eu l'impression qu'il était en train de perdre ses pantalons tellement ceux-ci sont bas!! ;^)

 

  • la jolie illustration de la «pause-chapitre» de la p.84. Ils sont vraiment mignons, ces deux chats... Mais que représente ce grand rectangle autour duquel ils s'amusent? Et qu'est-ce que ce rectangle vient faire dans l'histoire? Doit-on y voir un sens caché? Un second degré? L'illustration de l'autre «pause-chapitre», avec le portrait d'Hitchcock, a un sens assez évident, ce qui me donne à croire que ces chats devraient aussi paraphraser visuellement quelque chose... mais comme cette chose m'échappe complètement, j'angoisse!! ;^S

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Danielle : Oui aux cartes postales et aux affiches en couleurs!! Et oui au tour guidé «Suivons les traces de Pluton et Nix à travers la ville»!! J'imagine déjà tous les touristes (étrangers ou internes) qui se baladeraient avec un audio-guide, leur Colis 22 à la main, et faisant des haltes aux différents lieux-pivots de l'histoire!! Ce serait hyper chouette!! ;^)
Rédigé par pgluneau le samedi 21 mars 2015 à 14:40


Ah! PG, PG, PG... Tu en mets franchement trop là! Tes commentaires sont tellement exhaustifs qu'il faut vraiment se casser la nénette pour ne pas juste sanctifier tes propos, en répétant tout comme un perroquet (bien que ce serait logique, somme toute, puisqu'on sait maintenant que Marsi possède aussi l'art de séduire ces charmantes petites bêtes :D)

Par ailleurs, je crois qu'Arsenul a raison et que l'ensemble de l’œuvre en couleur serait trop chargé. Toutefois, certaines planches pourraient fort bien être colorisées et offertes en cartes postales ou en affiches. Québec n'est-elle pas la ville touristique par excellence? Ce serait chouette de pouvoir rapporter de si jolis souvenirs des rues représentées dans Colis 22. Mais avec des indications sur les emplacements, S.V.P., pour qu'on puisse vraiment goûter le tour guidé, nous qui ne sommes pas familiers de tous ces quartiers.
Rédigé par Danielle le mardi 17 mars 2015 à 9:04


@ Marsi : Merci pour ces précisions touristiques! Tu m'as donné le goût d'aller jeter un coup d'oeil à cet ensemble de sculptures, lors de mon prochain voyage à Québec!! Je me doutais bien qu'il y avait une justification plus que pertinente à ce choix artistique!! Maintenant, grâce à toi, mes lecteurs et moi sommes fixés : Merci, Marsi!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 16 mars 2015 à 23:07


@ Venise & Anne des Ocreries : Voyons, Venise : comment oublier les origines de cette chère Anne!?!? Bien sûr que je me rappelle qu'elle habite sur le Vieux Continent... Mais loin de moi était l'idée de la faire souffrir en la narguant : je ne savais pas que Colis 22 n'était pas encore rendu de ce côté de la Flaque!! Désolé, Anne!! Garde courage!!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 16 mars 2015 à 23:02


@ Arsenul : Tu es fort perspicace, mon ami : c'est vrai que le fait de critiquer l'oeuvre d'un ami ajoute une bonne dose de pression!! Merci pour tes bons mots, dignes des commentaires d'un enseignant bienveillant!! ;^)
Pour ce qui est de ma (chère!) dédicace, je l'ai déjà très joliment décrite, ce me semble... Si ça ne te suffit pas, il faudra que tu reviennes faire un tour par chez-nous : je te la montrerai avec un immense plaisir!! Ça devrait être plus facile, maintenant que tu connais le chemin!? ;^)
Et ton opinion pour ce qui est des couleurs n'est pas bête du tout, tu apportes des arguments fort pertinents qui ébranlent un peu mes loufoques convictions... C'est un pensez-y bien sur lequel je cogiterai!!
Sur ce, porte-toi bien, et bonne chance avec les quelques semaines à -40 qu'il te reste à supporter d'ici le début du printemps gaspésien!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 16 mars 2015 à 22:58


@ Danielle : Ah Danielle, Danielle, Danielle... Tu ne peux pas imaginer à quel point ta prose me chavire!! En la lisant, j'ai tout à la fois l'impression d'être un homme intelligent (de parvenir à comprendre et apprécier ces commentaires, toujours aussi justes que raffinés) ET le plus parfait des idiots (mes propres propos ayant l'air si banals et si platement formulés en comparaison aux tiens!! ;^)
Tu fais bien de parler des angles de vues et des textures! I s'agit là de deux aspects sur lesquels je ne me suis pas prononcé mais qui sont, comme tu l'exprimes si bien, impeccables, dans cet album!
Pour ce qui est de la (ou des!?) finale(s) alternative(s), j'appuie ton idée!! Ce ferait un collector couleurs «15e anniversaire» des plus sublimes, un must incontournable!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 16 mars 2015 à 16:01


Pour ce qui est de la page 83 et des deux chats qui y trônent, il s'agit d'une sculpture qui se trouve dans une petite aire de repos située à l'intersection de la 1ère avenue ainsi que de la 4e et 3e rue juste à l'entrée de Limoilou par le pont Drouin. Elle fait partie d'un ensemble de trois sculptures qui représente l'esprit du quartier. J'ai cherché à connaître, sur le web, le nom de l'artiste qui en est l'auteur mais je n'ai point eu de succès.
Pourquoi l'avoir utilisée ? Disons qu'elle représente, pour moi, l'esprit du petit chapître annoncé. Ces chats semblent bien épier quelque chose, non ? Ils sont aux aguets autour de leur promontoire, en attente...
Rédigé par Marsi le lundi 16 mars 2015 à 13:00


@PG - réf. : d'Anne des Ocreries
Je crois, cher Pierre-Greg que dans ton enthousiasme, tu oublies que Colis 22 n'est pas encore sorti en France et qu'il sortira en avril. Il ne faut pas mettre le fer dans la plaie d'Anne qui attend si sagement cette heure.

À moins que tu aies tout simplement oublié qu'Anne n'est pas une Québécoise tellement elle nous fréquente assidument.

Rédigé par Venise le lundi 16 mars 2015 à 12:27


@ Marsi : Ce fut un plaisir, Marsi, autant de lire l’album que de le commenter! Pour ce qui est des amusantes proportions de tes personnages, je dois t'avouer que je ne trouve pas ça inintéressant : ça donne un genre tout à fait agréable, une fois qu’on s’est habitué à la convention!! ;^)
Et tu nous dis qu’on aura peut-être droit un jour à d’autres aventures de cette bande de cyclistes à l’imagination aussi fleurie?!?! Tu m’en vois ravi! Je l’attendrai un autre 4 ou 5 ans sans faillir, s’il le faut, sachant qu’au final, le résultat sera tout aussi intéressant!! ;^)
(P.S. : Merci pour la précision : mon whisky est redevenu un chien, grâce à ta discrète vigilance!)
Rédigé par pgluneau le dimanche 15 mars 2015 à 23:48


Cher PG, Chroniquer ce livre est un défi de taille puisqu'il est impossible de faire fi de l'aspect émotif qui plane sur ta lecture. tu as su relever le défi avec brio. tu y as trouvé davantage d'agacement que moi.
Tant qu'à nous titiller avec ta dédicace, il aurait été apprécié de nous la montrer, je reste sur ma faim!
finalement, je ne voudrais pas de ce livre en couleur. Je crois que le noir et blanc rend bien justice au trait de l'artiste ( J'aurais pu dire Marsi mais ça n'aurait pas rimé...) Peut-être mon côté lecteur de manga? Mais je crois que tout convient comme ça. Le dessin est très riche en détails et en profondeur de plans, la couleur pourrait gâcher la sauce ou surdoser l'ensemble. Mais c'est mon humble avis.
Rédigé par Arsenul 73 le dimanche 15 mars 2015 à 19:17


Oh! que SI, on peut d'emblée se laisser charmer par la jaquette, car toutes les perspectives et les détails qui y affluent, augurent déjà de l'immense générosité dont recèle l'intérieur. Et quand je parle de générosité, je pense, entre autres, au nombre de pages qui ne nous laisse pas sur notre faim, ainsi qu'au format qui est extrêmement agréable à tenir et propice à la contemplation des 2 hémisphères du livre en même temps.

Foisonnement, aussi, en matière d'angles de vue extrêmement variés et recherchés, qui concourent à donner énormément de rythme au propos. Et que dire des textures!! C'est à se demander si les moquettes et les tapisseries du Château Frontenac sont aussi luxuriantes et exubérantes en réalité!? Mais c'est encore le dénouement, foncièrement disjoncté et parfaitement Howard-Hughien qui remporte la palme de tous les débordements...

Mais tout comme toi, Pierre-Greg, ce sont SURTOUT les rendus des architectures et des panoramas de la ville qui m'ont le plus impressionnée!!! Je pense notamment aux plages 110 et 111 qui sont de vrais petits bijoux. Ainsi que les 36-37, 42-43 et j'en passe...

J'aurais été bien curieuse de suivre les mutations en cours de création. Cette autre finale de Colis 22 m'intrigue. Alors tant qu'à fantasmer sur l’œuvre entièrement colorisée, je lui ajoute une conclusion interactive, où 2 choix (sinon plus? Pourquoi pas, tant qu'à rêver! ;-)) de fins pourraient satisfaire mon avidité indiscrète de lectrice. Mais pour l'instant, nos DEUX exemplaires dédicacés (gnagna!) trônent fièrement au cœur de notre bibliothèque.
Rédigé par Danielle le dimanche 15 mars 2015 à 19:15


@ Venise : Merci, très chère amie, pour cette précision psychanalytique : c'est précieux, parfois, d'avoir des contacts auprès des Zartistes! Ainsi donc, cette propension à la jambe courte serait due à une frustration psychique!!?? Face à un sentiment d'infériorité causé par la courtitude de ses jambes, le Zartiste aurait tenter une compensation en imaginant un monde où tout un chacun serait affublé, comme lui, de mini-guiboles?! Au risque d'en faire perdre les culottes à ses personnages!?!?! Freud aurait trouvé ça TRÈS intéressant!! ;^)
Et pour ce qui est de la version polychromique de ce Colis, elle viendra peut-être lors des célébrations pour souligner les 15 ans de succès de Marsi, tout comme il a été fait avec le premier album des Paul, en 2013!!?? On peut toujours l'espérer!! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 15 mars 2015 à 18:29


@ Anne des Ocreries : Comment?! Tu ne l'as pas déjà?!?! C'est presque une honte!! Va vite te plaindre à ta bibliothèque locale : c'est un must indéniable!! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 15 mars 2015 à 18:19


Oh, que de bons mots ! Merci PG ! Même le poids des «J'aime» versus celui des «J'aime moins» est énorme ! Pour ce qui est des jambes, oui, tu as un peu raison et je crois que cela est du à mes lunettes de presbytie. Non mais, sans blague, je me corrigerai !
D'autre part, je suis certain qu'il y aura, un jour, une autre aventure de Pluton et de ses acolytes. Sois rassuré qu'alors je référerai à ton billet pour revoir mes points à améliorer. Tu analyses le tout avec une telle passion.
En passant, quelque chose m'a fait pouffer de rire... Je t'envoie de ce pas un courriel.
Rédigé par Marsi le dimanche 15 mars 2015 à 16:35


Eh seigneur dieu ! Je vais devoir relire cette critique qui m'a un moment donné arraché un éclat de rire. Dans tes interrogations sur les jambes courtes et troncs longs et les culottes en danger de tomber... j'avoue me rappeler de l'illustration. Hi Hi !

J'ai hâte d'entendre l'artiste face à ce commentaire. J'ai les jambes ultra longues, ce qui le fascine un peu, comparativement aux siennes qui sont courtes. J'ai l'impression que Marsi n'a jamais réalisé cette propension à dessiner les troncs longs. C'est assez comique en soi.

J'ai sorti mon album pour aller voir la paire de chats. M'en souvient plus s'il y a une raison mais l'espèce de colonne a une raison d'être mais m'en souviens pas non plus. Chose certaine le lien ne saute pas aux yeux !

Moi aussi, j'ai rêvé cet album en couleur. Il me semble bien qu'il aurait un effet boeuf. Cela aurait une affaire d'un mois de plus de travail car déjà que colorer en plongeant dans une palette de blanc à noir, c'est du travail. C'est l'impression qui aurait été plus dispendieuse. La question reste entière ; est-ce que les lecteurs auraient été prêts à mettre quelques dollars de plus ? Quoiqu'il en soit, je suis convaincue que ce serait monstrueusement remarquable !

Qui sait si un jour ... On sait jamais. Je dis ça comme ça, mais je ne suis pas dans le secret des dieux que je fréquente pourtant un peu.
Rédigé par Venise le dimanche 15 mars 2015 à 15:55


Celui-là, c'est clair, net et sans appel, il est sur ma liste ! ;-)
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 15 mars 2015 à 15:43




Dernièrement, j'ai lu... Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Petite Patrie
la Petite Patrie
23 septembre 2017

Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!
12 octobre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Explorations gustatives par personne interposée!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!

Danielle, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

jean Milette, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin