Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#2- Burquette - tome 2
#2- BURQUETTE - TOME 2
Scénariste(s) : Francis DESHARNAIS
Dessinateur(s) : Francis DESHARNAIS
Éditions : les 400 coups
Collection : Strips
Série : Burquette
Année : 2010     Nb. pages : 68
Style(s) narratif(s) : Strips
Genre(s) : Humour social, Humour songé
Appréciation : 4.5 / 6
Sautons par-dessus la couture!!
Écrit le mercredi 26 octobre 2011 par PG Luneau

Enfin!! Alberte a réussi à convaincre son père de mettre fin à sa ridicule expérience sociale qui consistait à l’obliger à porter une burqua (voir tome #1). Mais la pauvre fille n’est pas au bout de ses peines!! En effet, si son père a accepté d’abandonner cette lubie, c’est parce qu’il en a une autre qui vient de l’assaillir : il veut maintenant enchaîner sa fille à une table sur laquelle est boulonnée une machine à coudre en fonte!?!?! Il espère ainsi inculquer de bonnes valeurs socialistes à sa jeune Occidentale engraissée aux hormones et à la surconsommation, et souhaite lui faire mieux comprendre le pauvre sort réservé aux milliers d’enfants-esclaves obligés de travailler, partout à travers le monde!!

 

Cette fois, c’en est trop! Alberte proteste et exige d’aller vivre avec sa mère!! Ça tombe bien : celle-ci quitte son boulot de danseuse nue afin de partir en Balaysie, un pays du Moyen-Orient, où elle désire contrer l’esclavage sexuelle! Décidément, Alberte a intérêt à se conscientiser socialement : elle a des parents assez impliqués merci!! Comment gérera-t-elle cette nouvelle vie auprès de sa mère, et dans un pays si loin de nos valeurs occidentales?!?

 

Après les implications sociales, religieuses, affectives et culturelles du port de la burqua, Francis Desharnais en remet une couche en plongeant sa sympathique petite héroïne face à d’autres problèmes sociaux contemporains. Mais plutôt que de se centrer sur un problème principal, comme celui qui était à la source de notre interminable débat sur les accommodements raisonnables, et d’en presser tout le jus possible, comme il l’avait fait d’admirable façon dans le tome #1, l’auteur a préféré ratisser plus large. En effet, ce nouveau tome des déboires d’Alberte lui permet de toucher à une foule de sujets plus ou moins chauds, plus ou moins profonds : le travail des enfants et l’exploitation sexuelle des jeunes des pays en développement, oui, mais aussi les relations parents-enfants, les mères qui n’ont pas la fibre maternelle, les bidonvilles, les idéaux révolutionnaires, les nunuches-stars du jet set international…

 

Avec un humour tout aussi précis et des dessins encore bien amusants (bien que ses personnages aient toujours des tronches assez étranges!!?), le regard que porte Desharnais sur notre monde capitaliste sauvage alterne encore avec beaucoup de justesse entre critique et tendresse. Grâce à sa charmante héroïne à la verve aguerrie et à l’esprit vif (qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler Mafalda, dans le ton et, d’une certaine façon, dans les préoccupations), monsieur Desharnais nous ouvre encore une fois les yeux sur certaines aberrations ou certaines incohérences de notre façon de vivre, mais toujours avec un sourire en coin, sans jamais vraiment tomber dans la moralisation. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je maintiens encore le 4,5 sur 6 que j’avais donné au premier tome!!

 

Toutefois, je ne sais si c’est le fait qu’il ait décidé de papillonner sur différents thèmes (plutôt que d’en creuser un à fond, comme il l’avait fait au premier album), ou si c’est, déjà, que la fraîcheur de la nouveauté s’est un peu éventée, mais j’ai l’impression que ce deuxième tome, malgré toutes ses qualités, m’a moins emballé que le premier. À vrai dire, je ne trouve pas grand-chose à dire de plus que ce que j’avais dit sur l’autre!!! C’est un brin décevant, non?? Mais comme j’ai plein d’autres lectures qui m’attendent, je ne m’éterniserai pas à chercher des punaises de lit là où il n’y en a pas!!

 

Encore une fois, donc, une bonne BD, propre à soutenir une réflexion intelligente (plusieurs strips pourraient, encore ici, être d’un intérêt non négligeable dans une classe d’Éthique et Culture religieuse, en 6e année ou dans les premières années du secondaire)… Mais si un troisième album se prépare, j’espère qu’il sera plus à l’image du premier, axé sur un thème central décliné sous tous ses aspects, comme ce fut le cas pour la burqua!!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les personnages. Si, déjà, la jeune Alberte est une héroïne de choix avec ses réflexions impayables, ceux qui l’entourent ne sont pas en reste!! Par-exemple, son père est finalement très attachant avec ses rêves de révolution à la petite semaine et son amour viscéral pour le Che. J’ai fini par apprivoiser sa grande tête en forme d’ogive nucléaire, dirait-on! J’ai mis pas mal de temps (honte à moi!!) avant d’identifier la «célèbre» London Sheraton, cette vedette «sans en être vraiment une», et pour comprendre le (finalement peu subtil!!) jeu de mots à l’origine de ce nom grotesque!!!! Mais quel bon flash!! Et comment passer sous silence le désopilant chauffeur de taxi aux statistiques ridiculement précises : il est une espèce de Paul Houde de l’inutilité!! Mais comment se fait-il que ses yeux, très désaxés au départ, se retrouvent égaux et côte à côte au retour??

 

  • les petits dessins griffonnés dans le bas de certaines pages, qui ressemblent à des croquis ou des esquisses, plus brouillon, non encrés. Ces dessins ont un petit air jeté, avec moins de précision… mais c’est ce qui fait tout leur charme! J’ai beaucoup aimé, notamment, le réjouissant clin d’œil au Lotus bleu de Tintin, dans le bas de la page 39.

 

  • l’humour direct, sans artifice… et parfois même assez punché! Francis Desharnais maîtrise franchement bien ce type d’humour, qu’on peut très facilement traiter de politically incorrect. En effet, il n’a pas peur de «brasser» un peu les idées reçues pour nous forcer à ouvrir les yeux ou à regarder dans la direction de ce qu’il veut nous pointer… et c’est finement réussi.

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la couverture. Même si elle rejoint merveilleusement bien la maquette du tome #1, ce que j’apprécie particulièrement, je n’arrive pas à comprendre ce que représente l’ombre noire qui talonne notre gentilleAlberte, et ce que sont ces espèces d’yeux qui l’observent… à moins que… Ah!!! Grand Dieu!!! Serait-ce une burqua géante??!!? Je crains bien que oui, et ça semble être la même que sur la couverture du tome #1!!! Bref, ça fait plus d’un an que j’observe ces deux couvertures… et je ne viens que d’en comprendre le sens… C’est peut-être signe que le concept manque de lisibilité?!?!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Comme dirait Homer Simpson : DO!! Je viens de faire un fou de moi!! Il me semblait bien, aussi...
Rédigé par PG Luneau le mardi 01 novembre 2011 à 22:07


@ Venise : Bah voyons : il n'en tient qu'à toi et tu l'as dans quatre jours!! Juste un petit mot et il te sera livré en main propre, à ta porte! «Vous n'avez qu'à dire : Oui, je le veux!!»
Rédigé par PG Luneau le mardi 01 novembre 2011 à 22:02


hihi ! quand je disais : "votre productivité", je parlais de VOUS, au Québec ! on peut continuer de se tutoyer ! :)))
Rédigé par anne des ocreries le mardi 01 novembre 2011 à 18:55


@ Le tome 1 me parle autant et beaucoup. Mais je ne l'ai pas !
Rédigé par Venise le mardi 01 novembre 2011 à 18:18


@ Arsenul : Tu as tout à fait raison, cher ami! Le tome #1 était tellement géant que les chaussures ne pouvaient qu'être très grandes... Et, malgré tout, il s'en tire effectivement mieux que très bien!!...
Et moi aussi, je l'aime bien, le London «Sheraton», maintenant que je l'ai «catché»!!!!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 30 octobre 2011 à 14:56


@ Anne des Ocreries : Merci infiniment pour tous ces beaux compliments... mais, sincèrement, j'ai bien l'impression que vous devriez limiter vos transports parce que, bien que je ne me pète pas la tête, elle risque bien d'enfler, à cause de tous vos bons mots, au point de m'empêcher l'accès à certains cadres de porte!! ;-)
Merci encore, et... comment ne pas vous inviter à revenir souvent!!?!!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 30 octobre 2011 à 14:52


Bon billet. Moi j'ai trouvé qu'il était assez ambitieux de ré-essayer un album si dur à égaler. Je lui pardonne donc ses petites faiblesses car elles sont assez minimes. Mais j'Aime bien les jeux de mots faciles sur les réalités de notre monde. London "sheraton"... C'est gros mais bon.
Je l'utilise en effet en éthique!
Rédigé par Arsenul le samedi 29 octobre 2011 à 21:03


je parlais de votre productivité, et de la belle qualité générale de ce qui est proposé ; ça, je trouve ça extra ! vivant, animé,n effervescent, créatif, vivifiant, varié, et le tout, sans se prendre la tête ni "se la péter" ("faire le fier", quoi) - chapeau !
Rédigé par anne des ocreries le samedi 29 octobre 2011 à 17:29


@ Anne des Ocreries : Cette série est un coup de coeur assuré, vas-y donc de confiance! Et pour ce qui est de la vivacité de «chez-nous», tu m'intrigues!!? Veux-tu parler de l'effervescence de la BD québécoise en général, bien représentée ici-même depuis quelques temps (je suis dans une espèce de «blitz» de productions québécoises, en effet), de la vivacité de ma plume quand j'écris mes critiques ou de mon «haut» taux de roulement, à produire des critiques dans ma Lucarne (auquel cas je ne suis pas vraiment d'accord, d'où mon ton sarcastique, car je trouve que je suis désespérément trop lent dans mes parutions!!)???
Rédigé par PG Luneau le samedi 29 octobre 2011 à 9:59


@ Venise : Ce qui arrive, avec la fameuse ombre de la couverture, c'est que je l'ai toujours perçue comme l'ombre des gens qui regardent, épient, observent Alberte. Les petites taches plus claires, dans le haut, représentaient pour moi les visages informes de ces observateurs anonymes, une représentation imagée de la pression sociale, quoi!?! Et c'était aussi flou sur la première couverture originale, et d'autant plus que les deux couvertures sont d'un format parfaitement carré!! Car je vous le rappelle, et c'est là tout le problème : l'image que je vous montre dans le haut de cette page est étirée pour cadrer dans la zone formatée de ma page. La vraie ombre est bien plus trapue, toute écrasée!! C'est d'ailleurs grâce à ma version étirée de l'ombre que j'ai enfin «vu» ce qu'il fallait voir, que la burqua m'est soudainement sauté aux yeux! J'ai vraiment ressenti l'effet «illusion d'optique qu'on arrive ENFIN à percevoir»! Et je réalise maintenant que c'était évident... même si j'étais à cent millions de kilomètre de percevoir la bonne chose, même deux secondes avant la grande «révélation»!
Sur ce, je te souhaite bonne lecture... même si je ne comprends pas trop pourquoi tu la débuteras par le tome #2 ??!! Le tome #1 ne te dit rien?!?!
Rédigé par PG Luneau le samedi 29 octobre 2011 à 9:51


@ Yaneck : Je chipote, je chipote... Tant mieux pour l'oeuvre si le seul défaut que j'y trouve, c'est une insignifiance, non??! Et, d'un autre côté, si je connais «l'ombre» de cette couverture depuis plus d'un an (puisqu'elle est la même que celle sur la couverture du tome #1), et que je n'ai jamais reconnu la burqua depuis tout ce temps, je crois que la question de la lisibilité se pose. On en vient au débat entre art et communication : quelle est la priorité, faire du beau ou se faire comprendre?... et comment concilier les deux?
Pour ce qui est de cette série, je suis sûr que tu l'apprécieras. N'hésite donc pas à faire des pieds et des mains pour te la procurer!
Rédigé par PG Luneau le samedi 29 octobre 2011 à 9:37


bin....ça ferait bien envie de les lire, moi, ces deux bédés ! c'est drôlement vivant, chez vous, je trouve !!!
Rédigé par anne des ocreries le vendredi 28 octobre 2011 à 14:39


J'ai hâte de découvrir Alberte. Je vais la découvrir par le tome 2 avant le tome 1. À cause de cela, ma perception de cet album-ci sera probablement différente.

Vu que tu couvres abondamment le sujet de la "couverture", je suis allé voir celle du tome 1 et la burka géante saute aux yeux. Je suis curieuse, est-ce que tu avais discerné celle du tome 1 ? Si oui, je me demande bien pourquoi la burka géante de cet album-ci ne t'as pas sauté aux yeux ?

Si c'est la principale chose qui t'a agacé, eh bien l'album est excellent parce que moi, je la vois la burka géante ;-) Faudrait faire un sondage !
Rédigé par Venise le vendredi 28 octobre 2011 à 12:40


Rah l'autre hey! La mauvaise foi! Il reproche à l'auteur ce qu'il n'a pas compris lui. Tu devrais avoir honte de chipoter comme ça. ^^
Sinon, tu me donnes envie de la découvrir, cette petite série. C'est un humour qui a tout pour me plaire je pense.
Rédigé par Yaneck le jeudi 27 octobre 2011 à 10:45




Dernièrement, j'ai lu... Petits Mythos
#04- Poséïdon d'avril
08 décembre 2017

Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!
05 décembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

anne des ocreries, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin