Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#02- l'Or du vice
#02- L'OR DU VICE
Scénariste(s) : Thierry GLORIS
Dessinateur(s) : Jacques LAMONTAGNE
Éditions : Quadrants
Collection : Quadrants Boussole
Série : Aspic, détectives de l'étrange
Année : 2011     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (2/2)
Genre(s) : Aventure policière, Historique esotérique, Humour
Appréciation : 4.5 / 6
Au «diab' el'vert» avec Javert!
Écrit le dimanche 30 octobre 2011 par PG Luneau

Reprenant exactement là où la Naine aux ectoplasmes se terminait, ce deuxième tome de la très belle série Aspic, détectives de l’étrange permet enfin au détective Dupin et à Flora, qui se proclame sa «stagiaire», de poursuivre – et de conclure! – leur enquête respective afin de découvrir qui l’identité du mystérieux responsable de la disparition de la petite spirite et qui celle du voleur de la montre de monsieur Beyle… bien qu’il s’agisse, on s’en doutait bien, finalement, d’une seule et même personne!

 

Ainsi, Dupin avait bien vu juste : le secret de l’étrange Hugo Beyle, le «premier client» de Flora, est maintenant éventé. Mais cela ne met pas fin en aucune façon aux recherches pour retrouver madame Wuthering, la fameuse naine, qu’on a de plus en plus de raisons de croire encore en vie!! De même, les nouveaux ennuis de santé de monsieur Beyle font en sorte de mettre encore plus de pression sur Flora et la poussent à s’informer le plus vite possible au sujet d’une importante pierre qui ne serait pas qu’angulaire, dans toute cette affaire, puisqu’elle serait… philosophale, de surcroit!!

 

Donc, alors que Dupin et l’inspecteur Nimber suivent leurs pistes qui les mènent du côté de la Coterie des Camelots du Crime, association regroupant tous les malfrats du monde interlope parisien, Flora et Hugo se retrouvent à danser au Moulin rouge et à se confronter à un fantôme machiavélique aux pouvoirs de plus en plus inquiétants : nul autre que le spectre ectoplasmique du fameux Javert, maintenu dans notre plan astral grâce à l’Or du vice!! Mais qui donc finance ce dégoutant traqueur d’hommes, et dans quel but??

 

C’est encore à un fort intéressant album que messieurs Gloris et Lamontagne nous convient. Le mélange d’aventure, de fantastique, d’histoire et d’humour est savamment agrémenté de croisements littéraires multiples, des plus originaux. Je suis vraiment sous le charme de cette série, d’une légèreté tout à fait charmante! À un point tel que je préfère ne pas me formaliser de l’important bogue scénaristique qui enclenche le dénouement final (voir plus bas) et qui, en temps normal, m’aurait fait complètement décrocher! C’est dire combien le reste est agréable, tant à l’œil qu’à l’intellect!… À moins que j’aie le pardon plus généreux avec l’âge??!! Chose certaine, il s’agit ici d’un autre bel album québécois (à moitié, quand même!!) que je recommande chaudement, d’un divertissement digne des spectacles de french cancan!! Dès douze ans.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la couverture, aussi grandiose que celle du tome #1. Avez-vous remarqué l’expression faciale de la danseuse à la droite d’Hugo, celle à qui il met la main au popotin?! C’est délicieusement grivois, amusant et, surtout, très subtil, ce gag. J’adore!

 

  • ma dédicace. J’ai en effet eu la chance de discuter un peu avec monsieur Lamontagne, lors du dernier ComicCon montréalais. Il a eu la gentillesse de me faire le portrait de ce cher Hugo, avec son haut-de-forme et sa bonne poire qui lui sert de nez! J’ai beaucoup apprécié cette rencontre… surtout pour l’échange, mais aussi pour ce qui en a résulté!

 

  • le clin d’œil des têtes réduites, sur la page de garde!! Je m’en doutais fort, mais j’en ai eu confirmation de la bouche même du dessinateur (toujours lors de ce même ComicCon) : il s’agit bien de Gloris et de Lamontagne eux-mêmes!! Le dessinateur s’est bien amusé à imaginer de quoi ils auraient l’air, son complice et lui, s’ils croisaient un jour des réducteurs de têtes!! Le résultat est vraiment sympathique!

 

  • le clin d’œil à Gavroche. J’apprécie beaucoup cet effort des créateurs pour intégrer au récit toutes les figures historiques, mythiques, réelles ou fictives, en lien avec cette époque. Ça nous permet d’établir une meilleure «intertextualité», pour utiliser ce terme très à la mode, ces temps-ci, dans le monde de l’éducation, et de consolider la conception que l’on se fait de cette époque!

 

  • les couleurs, très franches et variées. Malgré l’aspect poudreux ou flou qui se dégage de l’album, question de lui donner un air fané de vieille photo sépia, le tout reste néanmoins vivant car Lamontagne sait le rehausser de quelques couleurs vives (les robes de Flora, certains éléments de décor…) mais, surtout, de très intéressants effets spéciaux, comme la fluorescence des spectres ou la luminosité de ses bleu nuit…

 

  • la narration en contrepoint. C’est amusant de voir le parallèle entre les pros (Dupin et Nimber) qui mènent leur enquête dans les règles de l’art, avec l’expérience due à leur ancienneté, et les néophytes (Flora et Hugo), qui s’inspirent surtout de leur fougue, de leur instinct et de leur utopisme! Le contraste est intéressant!

 

  • la double planche au Moulin rouge. Juste au moment où je commençais à me dire que la mise en page était assez proprette et classique, voilà que mon œil tombe sur cette grande page avec petites vignettes encastrées. J’ai pris plaisir à la détailler, et j’ai bien aimé y découvrir la discrète présence de Toulouse-Lautrec, assis dans un coin en train de croquer les danseuses, ainsi que le petit move disco d’Hugo, complètement anachronique! Bien que la salle me semble un peu trop vide à mon goût (l’achalandage du Moulin rouge devait être plus impressionnant que ce que nous montre ici monsieur Lamontagne!), cette grande illustration reste très agréable.

 

  • la légèreté du ton. En effet, bien que le récit se veuille sérieux, un humour bon enfant est toujours bien présent, allégeant les situations parfois périlleuses dans lesquelles les protagonistes se trouvent plongés. Je songe par exemple au commentaire naïf d’Hugo, à la page 13, qui croit que sa méconnaissance des grands philosophes lui nuira dans sa compréhension de ce qu’est la pierre philosophale, ou encore à la bouille impayable de Flora, à la fin de la page 19, alors qu’elle joue avec son nouveau joujou!! D’ailleurs, le dessin de Lamontagne, bien que plus proche du réalisme que du semi-réalisme, contribue néanmoins, lui aussi, à accentuer le caractère amusant d’un récit qui ne se prend pas vraiment au sérieux. En fait, tout au long de ma lecture,  j’ai eu l’impression de retrouver le même humour léger mais omniprésent qui transcendait des épisodes télévisuels d’Arsène Lupin de ma jeunesse! D’ailleurs, avec un spectre à l’allure de ceux qu’on retrouvait dans le film Ghostbusters, il peut difficilement en être autrement!

 

  • la fondation de l’agence Aspic, telle que je l’avais devinée à la lecture du tome #1!! En effet, le logotype du nom de la série, montrant l’ombre de Flora et d’Hugo, laissait bien deviner que Dupin, qu’on semblait présenter comme le personnage principal, n’allait jouer, à long terme, qu’un rôle secondaire! Je suis fier d’avoir fait ces déductions par moi-même!! N’est-ce pas là preuve que je suis maintenant prêt à aller porter mon C.V. à l’agence?!

 

  • la conclusion, avec Flora qui écrit à son cousin. Quel amusant clin d’œil que celui de la véritable identité de Johnny l’Rosbeef… et de celle du cousin!! J’ai trouvé ces révélations pertinentes, subtiles, amusantes et joliment amenées! Ça clôt merveilleusement bien ce premier diptyque!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la trop grande ressemblance visuelle entre M. Jeannot, alias Vautrin, et le fantôme de Javert. Quand on fait sa rencontre, j’ai vraiment cru que ce gros bonhomme qui venait mystérieusement «en aide» aux deux héros était une incarnation de l’ectoplasme de Javert, et je ne comprenais pas que Flora et Hugo ne s’en rendent pas compte!! Les deux ont littéralement la même physionomie : rondouillet, gros pif, favoris, chapeau melon… Seuls leurs yeux les distinguent, ceux de Vautrin n’ayant pas la folie de ceux de Javert! Lamontagne aurait dû, je trouve, leur concevoir des physiques plus distincts… à moins que ça n’ait été voulu, pour semer le doute?? Si tel est le cas, je n’en vois pas l’intérêt!

 

  • une grosse incohérence dans l’énigme, à la page 43. Comment Dupin a-t-il pu laisser, cachée dans le chapeau de Nimber, l’adresse de l’endroit où on allait l’enfermer… alors qu’il n’y avait pas encore été amené??? C’est le genre d’incohérence totalement déplorable qui mine complètement la crédibilité d’un récit policier!! Quel dommage!! Juste à cause de la grossièreté de cette bévue, je donne 4,5 au lieu du 5 que j’aurais voulu lui donner!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Danielle : Ah oui!!! Je comprends, maintenant!! Je croyais que tu utilisais l'expression «numéro 1» dans le sens de chef, ou de leader!! Je cherchais donc les références à Dupin, le «numéro 1 des détectives» ou à Maldoror, le «numéro 1 des criminels»!! Surtout que tu parlais de boulimie!! Je n'ai pas fait le lien avec le «chiffre» 1 qui avait grossi!! Tout s'éclaire!!
Rédigé par PG Luneau le samedi 18 février 2012 à 22:39


C'est dans la critique de ton tome 1, dont voici les termes :
une incongruité inexpliquée. Sur la couverture de son petit journal, la belle Flora inscrit un petit «1» en bleu, à la page 13. Quand elle prend officiellement son premier «client» en charge, on peut constater, à la page 15, que le chiffre est devenu énorme. J’en ai déduis que son enthousiasme l’avait poussée à grossir le chiffre en question… mais ne devrait-on pas encore voir le petit chiffre, qui était bien plus haut que celui qui est inscrit maintenant?? Je me suis demandé s’il fallait y voir une intervention du monde fantastique, et ça m’a déconcentré dans ma lecture pendant plusieurs minutes!!
Rédigé par Danielle le samedi 18 février 2012 à 18:28


@ Danielle : C'est vrai que j'ai l'oeil quand même assez affuté, mais certaines choses m'échappent... dont «la tendance boulimique du numéro 1 dans le tome 1», à laquelle tu fais allusion!!? J'ai eu beau relire mes deux critiques, je ne vois pas du tout de quoi tu parles!!? Rafraîchis-moi la mémoire, je te prie.
Sinon, je te trouve très allumée toi-même!! C'est bien vrai que Dupin, c'est Noiret tout craché!! Je n'avais pas concientisé leur ressemblance pourtant évidente! Et je suis heureux de constater que je ne suis pas le seul à avoir été confondu par la similarité des visages de Vautrin-Javert. Comme tu dis, l'illustrateur démontre pourtant une versatilité si impressionnante, il aurait facilement pu nous éviter cette petite confusion!
Pour ce qui est de ton explication, par rapport au billet avec l'adresse, j'en suis évidemment venu à la même conclusion que toi... mais c'en est une qui ne me satisfait qu'à demi, d'où le fait que j'ai noté mon insatisfaction dans ma liste de petits désagréments... même si, rappelons-le, mon admiration pour cette série reste intacte!! À quand un prochain tome?? À quand une première enquête officielle pour la nouvelle agence Aspic??
Rédigé par PG Luneau le samedi 18 février 2012 à 18:03


Pierre-Greg, tu me jettes par terre! Non, je n’avais pas saisi la raison des yeux ronds de la danseuse côtoyant le libidineux Hugo sur la page couverture (bien que mon chum, lui, l’a vu tout de suite), ni Toulouse esquissant ses danseuses, pas plus que je n’avais remarqué la tendance boulimique du numéro 1 dans le tome 1. Rien ne t’échappe, ma foi!!

Pour mon crédit, j’avais tout de même déduit que Beyle serait appelé à perdurer (c’était immanquable comme l’as de pique (AS-PIC) sur la carte de notre joueur professionnel), mais je vais tout de même regretter Dupin et sa bonne bouille à la Philippe Noiret (d’ailleurs, parlant de vedettes, ne trouves-tu pas que Maldoror a des allures de Spock?).

Toujours côté ressemblance, c’est vrai que j’ai trouvé confondant, moi aussi, que Jeannot allias Vautrin ait exactement la même tronche que Javert, alors que je n’ai pas cessé de m’émerveiller de la diversité et de la dissemblance physique des nombreux autres individus. Bizarre. J’ai bien essayé de considérer qu’un ectoplasme pouvait peut-être s’emparer de l’apparence du premier humain venu, mais ce serait-là lui prêter bien mauvais goût!)

Enfin, pour ce qui est de l’adresse dans le chapeau qui te turlupine tant, on pourrait spéculer que Moriarty a informé ou donné l’ordre à ses comparses d’y conduire Dupin. Ce dernier, sous le couvert de vérifier l’état de santé de George, aurait alors pu griffonner les coordonnées et glisser le tout dans le chapeau avant d’être assommé, puis déporté. Le montage laisse entendre que tout s’est passé très vite, mais en fait, nous ignorons combien de temps Dupin a été détenu dans la cave. Nous savons toutefois que les hommes de Vautrin qui le suivaient ont été retrouvés égorgés (et non pas tués par balles, ce qui démontre que Moriarty était accompagné) et que tous ces événements se sont déroulés avant l’arrivée de Flora. J’sais bien que c’est gros, mais c’est juste ça qui me vient à l’idée. Faudrait mettre nos limiers sur le coup!... ;-)
Rédigé par Danielle le jeudi 16 février 2012 à 10:29


@ Allie : Je suis tout à fait de ton avis!!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 09 novembre 2011 à 22:19


J'ai beaucoup aimé cette bd aussi. Lamontagne a vraiment du talent!
Rédigé par Allie le mardi 08 novembre 2011 à 21:43


@ Arsenul : J'abonde dans ton sens pour ce qui est des qualités humaines et artistiques de monsieur Lamontagne. Pour ce qui est de l'album en soi, j'espère qu'il te permettra d'apprécier encore plus cette série que, moi, je trouve éminemment sympathique!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 06 novembre 2011 à 18:26


Le premier tome ne m'a pas marqué bien que très agréable. J'espère mettre de la chair autour de l'os avec celui ci. Surtout que M. Lamontagne est un chic type et son dessin est très intéressant.
Rédigé par Arsenul le dimanche 06 novembre 2011 à 15:14


@ Anne des Ocreries : Le voyage sera, à n'en point douter, aventureux, surprenant, agréable et, de surcroit, amusant! N'hésite pas!!
Rédigé par PG Luneau le mardi 01 novembre 2011 à 22:11


Me voilà toute émoustillée, et je passerais volontiers un peu de temps dans cette histoire, qui promet un beau voyage aventureux ; en tâchant de fermer les yeux sur les incohérences sus-mentionnées....
Rédigé par anne des ocreries le mardi 01 novembre 2011 à 18:52




Dernièrement, j'ai lu... Petits Mythos
#04- Poséïdon d'avril
08 décembre 2017

Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!
05 décembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

anne des ocreries, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin