Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Ceci n'est pas un ouvrage pour la jeunesse
#01- CECI N'EST PAS UN OUVRAGE POUR LA JEUNESSE
Scénariste(s) : Augustin Rogeret dit AUGUSTIN
Dessinateur(s) : Augustin Rogeret dit AUGUSTIN
Éditions : Soleil
Collection : MDR:)
Série : Blogustin d'Augustin
Année : 2009     Nb. pages : 56
Style(s) narratif(s) : Réflexions humoristiques en une ou deux planches
Genre(s) : Humour mordant, Humour social, Humour grivois
Appréciation : 5 / 6
Ou l'art de sublimer joliment son besoin viscéral d'expression
Écrit le lundi 21 juin 2010 par PG Luneau

Ah Augustin!!!!! S’il n’était pas là, il faudrait bien l’inventer!! Oui oui, je parle bien DU Augustin, celui qui est scénariste et dessinateur de la série Héroïc’ Pizza. De son vrai nom Augustin Rogeret, il lui arrive maintenant, entre deux pointes de pizza et deux planches d’Héroïc’… , de pondre une double page de réflexions sur un thème donné, souvent absurde. Ces pages, qui paraissent originalement dans le Lanfeust mag, sont souvent très très drôles, et c’est pourquoi j’ai été très heureux d’apprendre qu’elles allaient être compilées dans une série d’albums dont voici le tome #1!

 

Sur un ton grinçant de méchante vérité, Augustin s’amuse à donner son opinion au sujet de divers lieux communs qui courent les rues… et attendez-vous à ce qu’il brasse un peu la cage! Comme il l’explique dans les premières planches d’introduction, Augustin veut parler, il DOIT parler. Il a une opinion sur tout et son désir d’expression est plus fort que tout. Le problème, c’est que son entourage en a marre d’entendre ses inepties sur tout et sur rien. La solution? Tenir un blogue (fictif) en BD!! Enfin, il peut exprimer tout fort le fruit de ses réflexions… Parmi les milliards d’internautes qui sillonnent le Net, il s’en trouvera bien quelques uns pour le lire et, avec un peu de chance, s’intéresser au fruit en question, digeste ou non!!

 

Chose certaine, le bédéblogueur sait comment s’y prendre pour nous interpeler individuellement : en s’adressant personnellement à nous, sans faux fuyant, et en nous regardant droit dans les yeux. En effet, son sympathique personnage aux allures du bon pote d’en face n’est nul autre que son auto-caricature, avec son crâne tout rond et bien rasé et son piercing au sourcil gauche (mais là est l’attrape : dans la vraie vie, c’est son sourcil droit qui est «piercé»! C’est ce que les agréables photos de lui qui circulent dans le Net nous montrent, en tout cas!!). Cet avatar assez fidèle nous interpelle directement dans les premières cases, avec une question d’intérêt générale comme «Pourquoi les filles gagnent-elles toujours quand on s’engueule?»

 

Et ces thèmes, ils sont des plus variés! Augustin tire à boulet rouge sur tout ce qui nous entoure, du sérieux au risible. Ça va du «Faut-il avoir peur de la mort?» au «Peut-on être misogyne sans devenir femmophobe?» en passant par «le Suicide est-il un acte réversible?», les « Dix bonnes raisons pour détester les vieux » ou le judicieux «Si la Terre était notre foie, nous serions des alcooliques obèses»!! Toujours avec une douloureuse franchise, qui nous fait souvent sourciller, Augustin nous lance tout de go ce qu’il veut nous faire passer pour son opinion… mais voilà la question : pense-t-il vraiment tout ce qu’il nous raconte ici?!?! C’est généralement si gros, parfois même si abject, qu’on comprend bien vite que le Augustin-auteur fait souvent dire des imbécilités à son Augustin-personnage dans le seul but de nous faire réagir et de nous interroger sur nos propres valeurs, nos propres opinions sur les sujets traités. En ce sens, il rejoint un peu l’humour social d’Yvon Deschamps, qui incarnait, dans les années 70, un gros macho pour souligner au feutre noir tous les travers machistes du temps, ce qui avait pour effet de prôner le féminisme par le contre-exemple! C’est cette même approche humoristique qu’Augustin utilise… et il y excelle : quel goujat, parfois! On finit par adorer se foutre de sa gueule de gros con!

 

Visuellement parlant, tous les personnages, joyeusement caricaturés, sont à se tordre de rire! Les pitounes siliconées sont hypergonflées, les petits vieux croulants sont si coulants qu’ils se liquéfient littéralement sous nos yeux, les fendants nous éblouissent de leur sourire Pepsodent et les gros ont l’adiposité plus que gélatineuse!! La mise en page très classique, de type gaufrier, facilite l’analyse de chaque vignette, habituellement chargée de petits détails cocasses.

 

Finalement, pour rire au premier degré et réfléchir au second, le Blogustin d’Augustin est le parfait ouvrage!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les couleurs ultra-pétantes. Les personnages et les fonds sont toujours colorés de vive façon, de couleurs rayonnantes : jaune, rose, mauve, vert tendre, turquoise… C’est très gai et festif!

 

  • l’orgie de détails hilarants chez les personnages qui figurent dans les fonds de vignettes. Si Augustin est assez avare de décors (il leur préfère souvent les à-plats unis), il lui arrive souvent de garnir ses seconds plans de figurants aux tronches pas possibles, et d’y incorporer une tonne de petites subtilités des plus comiques. J’adore!

 

  • les thèmes glandouilleurs de ses capsules, souvent très drôles. En fait, même ceux (surtout ceux?!) qui ne sont pas sélectionnés comme «sujet du jour» et qui n’apparaissent que dans la première vignette (comme s’il s’agissait d’une liste des sujets à venir ou déjà traités) sont tordants d’absurdité! Ne seriez-vous pas intéressés à lire la chronique qui traite du sujet suivant : «le Grand complot mondial est-il aux mains des Québécois?»!! Dommage qu’on ne connaîtra pas l’opinion du maître sur le sujet!!

 

  • la corrosivité de l’humour!! Derrière des répliques acerbes et très cinglantes, pour ne pas dire méchantes, souvent, Augustin nous force à réaliser l’ampleur de la bêtise humaine contemporaine. À force de grossièretés abjectes, genre : «les vieux sont tous des tarés qui sentent mauvais» ou «les filles aux gros seins sont cent fois plus intelligentes et intéressantes que les autres», il critique très finement, par le second degré, ces pensées malheureusement répandues chez certains de ses concitoyens. Bref, Augustin est en fait un maître de l’ironie… ce qu’il illustre aussi bien graphiquement que scénaristiquement parlant, en plus ! 

 

  • le foutu petit canard qui apparaît dans la dernière case de chaque gag. C’est sans contredit l’animal fétiche d’Augustin, puisqu’on le retrouve aussi à la fin de chaque gag de son autre série, Héroïc’ pizza! Et jamais, au grand jamais il n’est dessiné avec la même attitude : il est toujours dans le ton de la capsule qu’il clôt! Il me fait un peu penser à la coccinelle des Rubrique-à-brac de Gotlib. D’ailleurs, tout le Blogustin d’Augustin rappelle cette série culte, dans sa façon de traiter l’humour et les réalités qu’il dépeint !

 

  • la totale autodérision dont fait preuve l’auteur! Augustin n’hésite pas une seconde à se montrer dans des situations où il joue le méchant rôle. Un bon exemple? Ce dessin délirant, en quatrième de couverture, où il est avachi devant un téléviseur avec une surabondance de malbouffe et où il demande aux gens qui l’observent (des enfants-soldats, des Africains faméliques, de jeunes culs-de-jatte manchots, des Tibétains et plein d’autres abusés de la planète) de détourner leurs regards car ils le gênent dans son bonheur!!!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • les énormes taches d’encre qui souillent mon exemplaire! Évidemment, il faut bien qu’il y ait parfois certains désavantages à acheter ses albums en bouquinerie!! Je n’avais pas remarqué, à l’achat, que cet album avait un gros défaut d’impression et que neuf de ses planches étaient entièrement recouvertes de poudre d’encre noire les rendant à 80% illisibles!!! Heureusement qu’avec un très bon éclairage et une petite loupe, je suis au moins parvenu à lire les textes cachés… à défaut d’avoir pu savourer tous les détails des illustrations gâchées.

 

  • certains thèmes qui ne volent pas haut. Parfois, Augustin se complait peut-être un peu trop dans le «pipi, caca, poils, vomi». C’est souvent drôle… mais ça peut faire du bien, parfois, de passer à un autre sujet… quitte à mieux revenir au zizi plus tard?! En fait, un livre a rarement aussi bien choisi son titre : ceci n’est (définitivement!) pas un ouvrage pour la jeunesse, quoi que le caractère fantaisiste des dessins puisse laisser croire!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Venise: Merci, chère Blogustine, pour ta toujours précieuse empathie! Ton parallèle avec Jean-François Mercier n'est pas bête. Il y a, en effet, une bonne ressemblance au niveau de l'impertinence... mais je ne suis pas sûr qu'Augustin est cru... Sûrement que ton oeil d'experte pourrait trancher la question! Et comme tu dis que ce tome t'intéresse, je te demanderai donc le service de résoudre le débat («Augustin: cru ou pas?») quand je t'emmènerai l'album. (En passant, j'aurau aussi une dédicace à demander à mon bédéiste favori...)
Mais qu'est-ce que vous êtes privilégiés, vous, les Artistes!! Vous en côtoyez plein d'autres!! J'aimerais ça, moi aussi, rencontrer Delaf et Dubuc!?!?! Mais je crois que j'aimerais mieux lire leurs albums avant... Une autre bonne raison de m'y mettre, non?
Rédigé par PG Luneau le mercredi 23 juin 2010 à 16:37


Bais là, je viens de lire les commentaires moi là. J'espère que c'est un peu grâce à moi aussi pour Les Nombrils ... Couconc, coudonc, coudonc !

Ceci dit nous avons rencontré le couple Dubuc-Delaf au Simmons de Sherbrooke. Marc m'en a alerté une fois dépassé le couple et qu'est-ce que j'ai fait ? J'ai rebroussé chemin et je suis allée les déranger dans un achat d'écharpe pour madame. Nous avons bavardé un bon 10 minutes et Marsi a enfin parlé à Delaf et moi à Dubuc. Je les trouve extrêmement sympathiques. Mais Delaf n'a qu'un seul tout petit défaut bien pardonnable mais quand même : il n'a pas encore eu le temps de lire Miam miam fléau. C'est qu'il ne sait pas ce qu'il manque !!!
Rédigé par Venise le mercredi 23 juin 2010 à 14:06


Tu en avais tant à dire que j'en ai tant à dire moi aussi.

Premièrement, je suis désolée que tu aies dû lire certains passages à la loupe, tu as dû être à la torture, toi le passionné qui ne veut rien manquer.

Ensuite, pour ce genre d'humour que tu as extrêmement décrit par cette phrase : "pour rire au premier degré et réfléchir au second" (ça résume le tout et c'est punché)), il y a maintenant Jean-François Mercier, dit le gros cave, qui a remplacé Yvon Deschamps. JFM est plus cru que l'était Yvon, et ton Augustin semble jouer dans la ligue du cru. Je n'ai rien contre ! Ça fait réagir, c'est sûr. Il ne faut jamais oublier que c'est au second degré, sinon on risque de sauter sur l'album et déchirer les pages !

Si on se fie à la couverture, le dessin percute ! Un 5 sur 6 me confirme que le tout est attirant et m'attire.

Je trouve très comique le Blogustin faisant référence aux blogues, je me sens très Blogustine :-)
Rédigé par Venise le mercredi 23 juin 2010 à 14:02


@ Kikine: Ce n'est quand même pas si pire! De toute façon, comme ce sont des chroniques en deux planches, c'est facile d'en stopper une et de tout de suite reprendre sa lecture à la page suivante... question de voir si le thème est moins puéril!
En passant, chère blogueuse, tu auras peut-être remarqué que je n'ai pas commenté tes critiques des Nombrils ni celle, plus récente, de Magasin général... C'est parce que je ne les ai pas encore lus et que je ne veux pas me laisser influencer en un sens ou dans l'autre!! Par contre, sache que le fait de voir que tu les critiques m'a donné le goût de m'y mettre... J'ai l'impression que les 4 tomes des Nombrils seront parmi mes lectures (et critiques) d'été... grâce à toi!!
Rédigé par PG Luneau le mardi 22 juin 2010 à 20:57


Ah ha ha ... je note, je note ! (en espérant que je ne sois pas trop vite tannée du l'humour "pipi caca")
Rédigé par kikine le mardi 22 juin 2010 à 20:40




Dernièrement, j'ai lu... Petits Mythos
#04- Poséïdon d'avril
08 décembre 2017

Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!
05 décembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

anne des ocreries, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin