Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01 - Magie d'amour...
#01 - MAGIE D'AMOUR...
Scénariste(s) : David GILSON
Dessinateur(s) : David GILSON
Éditions : Glénat
Collection : Tchô! la collec...
Série : Bichon
Année : 2013     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Gags en une ou quelques planches (Inspir. manga)
Genre(s) : Humour tendre, Quotidien, Récit psychologique, Humour social
Appréciation : 4 / 6
Sans contrefaçon, il est un garçon... pour le moins délicat!
Écrit le dimanche 06 mars 2016 par PG Luneau

Tomes lus : #01 - Magie d'amour...

            #02 - Sea, sweet and sun... (2015, Récit complet, 4,5 / 6)

 

Je suis convaincu que tous autant que vous êtes, vous avez déjà entendu des expressions comme : «T'es rien qu'une espèce de tapette, de fif, de fifi, de fifon, de fifure, de tantouze!» et j'en passe, et des meilleures. Soit que ces insultes dégradantes s'adressaient à vous (bienvenue dans ce club tristement célèbre!! :^( , soit qu'elles s'adressaient à certains de vos confrères de classe... à moins que vous ne les ayez vous-même lancées à d'autres??!! >:^o

De tous temps, les différences ont toujours eu bien de la difficulté à se faire accepter : les roux, les gros, les laids, les Noirs, les Asiatiques, les handicapés, les pauvres, les Anglais... Pour l'occasion, attardons-nous aux efféminés! Dès qu'un garçon ne performe pas particulièrement dans les sports, il y a de fortes chances de se voir attribuer l'une des épithètes mentionnées plus haut! La virilité reste encore une valeur primordiale dans notre société occidentale, et les garçons qui en dérogent, peu importe la raison, risquent d'en souffrir.

Mais voilà qu'un bédéiste français s'attaque à la lourde tâche de donner aux jeunes gamins plus délicats un héros à leur image : Bichon vient d'entrer dans le monde du 9e art!! Et par la grande porte, encore : celle de la collection Tchô!, la collection de Titeuf, réputée pour ne pas avoir la langue dans sa poche!!

Bichon, ou plutôt Sacha, de son vrai nom, c'est un jeune garçon de 8 ans qui aime le rose, les princesses, les robes et les poupées. Son héroïne préférée, c'est la Princesse Ploum. Il en regarde religieusement le dessin animé à tous les jours, une émission-guimauve, girly à souhait, où les bisous d'amour viennent à bout de toutes les méchantes créatures. Quand Bichon reçoit pour son anniversaire la «baguette magique» de la Princesse Ploum, il est aux anges et se croit en mesure de surmonter tous les tracas qui se dresseront sur sa route... Mais si la magie de la princesse règne en maîtresse sur son royaume, il en va bien autrement dans le monde réel, et Bichon devra continuer à affronter les moqueries et les insultes des gars de sa classe! Mais un jour, voilà que le grand Jean-Marc, de CM2 (5e année), vient à sa défense!! Il n'en fallait pas plus au petit Bichon pour qu'il considère le charitable défenseur comme son prince charmant, avec tous les chastes fantasmes qui vont de pair!

Car, avouons-le franchement, ce qui provoque le plus de petits papillons dans le ventre de Bichon, c'est encore la présence de beaux grands hommes bien virils! Il le trouve bien impressionnant, son bel oncle bien musclé... Et son petit cœur souffre atrocement lors du départ du superbe suppléant qui avait remplacé son enseignante pendant toute une semaine... De même, dans le 2e tome, notre pauvre ami ne met pas beaucoup de temps à oublier ses souffrances lorsqu'on l'hospitalise, suite à un accident : c'est que tout le personnel masculin de l'hôpital où il est traité semble sortir tout droit d'un magazine GQ!! Bichon en avait des étincelles dans l'œil (l'autre étant rendu temporairement invalide, d'où l'hospitalisation!! ;^)n

Hé oui! Des garçons qui se sentent attirés par des hommes, ça existe!! Si notre société occidentale accepte de plus en plus à cet état de fait, les livres pour les jeunes abordant le sujet restent quand même assez rares, surtout ceux s'adressant à un si jeune public (à partir de 6 ans, je dirais). Monsieur Gilson ose faire de ce thème relativement nouveau, et encore tabou pour plusieurs, son cheval de bataille : vive la BD jeunesse à teneur homosexuelle! Tout en douceur et dans un grand respect des jeunes, il présente le quotidien tout banal (parfois même un peu trop, peut-être! ;^S) d'un gamin attiré par ses semblables.

Deux de mes collègues m'ont fait part de leur réserve, en ce sens qu'elles trouvaient que l'auteur abusait peut-être un peu du stéréotype. Un gay (car j'imagine qu'on peut présumer que Bichon gardera ses préférences, même si je sais très bien que rien n'est coulé dans le béton encore à cet âge, surtout en matière de préférences sexuelles!!), un gay, donc, présenté sous une image si girly (aimant les pouliches, les dinettes et les beaux yeux du prince charmant), c'est très cliché. Chacun sait qu'un homosexuel peut aussi être très viril, tout comme un homme peut être très efféminé tout en étant hétéro! Je n'ai pu faire autrement qu'être d'accord avec elles...

Puis j'ai eu un choc! Des petits garçons comme Bichon, ça existe vraiment : on en croise même assez régulièrement, à l'école où l'on travaille! Ces jeunes devraient-ils donc être condamnés à ne jamais retrouver de héros à leur image sous prétexte que leur personnalité profonde est trop proche des clichés véhiculés dans le monde des adultes??!! Ce n'est pas comme s'ils avaient des tonnes d'autres représentations auxquelles s'identifier!! Avouez que l'on se retrouve face à un dilemme qui mérite réflexion!

Chose certaine, j'opte pour qu'on diffuse et promeut la série Bichon, dans toutes les écoles de la province (et même de la planète!! ;^) avant même que ce débat ne se fasse : il y a trop longtemps que ces jeunes garçons attendent LEUR héros, et il est grand temps que leurs petits camarades réalisent que d'avoir des préférences hors-normes, ça ne fait pas d'eux des extraterrestres pour autant! Bravo, monsieur Gilson, pour cette superbe initiative, et j'ai très hâte de lire le 3e tome annoncé, qui s'intitulera : l'Année des secrets!

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les traits rondouillets des personnages, aux grands yeux en billes! C'est un style très réconfortant et invitant, idéal pour le jeune lectorat! ;^)

 

  • la thématique, délicate mais nécessaire. En l'exploitant dès les premières planches, avec fraîcheur, humour et franchise, l'auteur annonce ses couleurs (principalement dans les teintes de rose!! ;^D). Mais il la traite avec tellement de doigté et de sensibilité qu'on ne peut que vouloir l'accompagner dans cette voie! ;^)

 

  • les codes des mangas, habilement (quoique peut-être un peu trop généreusement) saupoudrés. Qu'on pense aux grosses gouttes de sueur soulignant les malaises ou la gêne, aux vols d'oiseaux ou d'insectes qui marquent les silences gênants ou aux yeux hyperlarmoyants, tout y passe. Même la transformation en «super-prince», à la p.20 du 1er tome, rappelle celles des animés japonais de notre jeunesse!

 

  • la superbe résilience de Bichon. Dès la 2e planche de l'album, l'auteur nous montre qu'un jeune gagne en confiance et en pouvoir en assumant franchement qui il est, en prenant les moqueries des autres à bras le corps et en les transformant en rempart contre l'adversité : ils se moquent du petit surnom affectueux que sa mère lui lance?? Tant pis : l'enfant décidera, consciemment, d'en faire son «surnom officiel»! Les malicieux petits caïds n'auront plus d'emprise sur ce nom puisqu'il devient légitime!! Beau pied de nez aux intimidateurs et superbe attitude de la part de l'intimidé!

 

  • la justesse des relations entre jeunes. Je ne sais si l'auteur a des enfants dans son entourage proche, mais il fait une très judicieuse transposition de leur quotidien : rivalités, amitiés, espérances, fou rire... tout y passe, et c'est très réaliste, tant au niveau de la relation frère-sœur (entre Bichon et Mimine) qu'entre pairs, à l'école.

 

  • les nombreux petits gags, en second plan des vignettes. Souvent, dans le fond ou à l'avant-plan, Gilson glisse un petit élément amusant que ceux qui lisent en diagonal ne remarqueront même pas! Là, un caneton en plastique qui réagit à la situation ; ici, le chat qui lèche le vomi ; ici, deux jeunes filles qui se crêpent le chignon ; là, une copine qui venge son ami... Prenez-le temps de bien observer ces petits détails : vous profiterez de votre lecture à 200% !! ;^)

 

  • les désopilantes réactions des adultes, autour de Bichon, et les non moins désopilants commentaires que leur fait sa mère!! Attention : si maman Bichon est très lucide à l'égard des différences de son fils, qu'elle les accepte et y répond, il n'en va pas de même pour ce qui est des autres adultes qui croisent leur chemin! Ainsi, les autres mères de la classe ou les vendeuses des magasins de jouets réagissent souvent de manière un peu excessive au fait que ce garçon se déguise en princesse ou qu'il veuille s'acheter une poupée! Mais la vaillante mère est toujours là pour défendre le droit de son fils à être comme il est... et ça peut même en venir aux coups, s'il le faut!! J'adore les répliques assassines qu'elle lance en réponse aux questions empreintes de désobligeance que les quidams peuvent poser, parfois! Elles sont drôles et sans appel!! ;^)

 

  • le caractère somme toute assez osé de certains passages! Exception faite de la planche où un petit gamin tente carrément d'agripper les parties intimes du jeune héros (tome #1, p.11) qui, elle, est assez explicite, tous les autres gags comportant des éléments qui pourraient être jugés controversés sont présentés avec une ingénieuse subtilité! Gilson a le don d'adapter ses mises en pages et ses scénarii de manière à ce que ces éléments soient à demi-cachés (l'insulte grossière de la p.16 et les vomissements des p.36 et 46, dans le tome #1, par exemple, ou le passage chez les nudistes, dans le tome #2). De même, les regards concupiscents de Bichon à l'égard de son oncle ou d'un éventuel prof de judo restent très subtils. Je suis convaincu qu'une bonne partie du jeune lectorat ne les remarquera même pas (et, de fait, ne comprendra probablement pas les gags correspondants!). Par contre, il y a fort à parier que les jeunes qui, comme Bichon, ressentent une préférence pour la gent masculine comprendront, eux, la curiosité du jeune héros à l'égard de ces messieurs, et s'identifieront tout à fait à lui. Je tiens donc à souligner le grand talent de l'auteur, qui a su, avec une habileté d'orfèvre, manœuvrer avec succès dans les eaux troubles d'un sujet aussi délicat! Chapeau, monsieur Gilson!

 

  • l'utilisation de l'expression «Boring!». Autant, habituellement, je suis un peu allergique aux expressions anglaises dans les livres jeunesse en français, autant cette expression-ci m'a toujours fait rire! Dans ces albums, elle est utilisée à plusieurs reprises, mais toujours à des moments judicieux! ;^)

 

  • les collègues de classe de Bichon. Tant chez les fillettes que chez les garçons, on sent que chacun a sa personnalité propre. Dommage, toutefois, qu'on ne fasse vraiment la connaissance des garçons que vers le milieu du premier tome (p.25-26). J'espère qu'on les exploitera encore : jusqu'à maintenant, c'est surtout Edouardo la teigne qui joue un rôle plus actif. Parlant de lui, j'ai adoré découvrir sa mère, à la p.39 du premier tome. En une vignette, on comprend déjà un peu plus la psychologie de ce petit caïd!

 

  • la mystérieuse rouquine!! Dans les deux tomes, Bichon bouscule gentiment une belle jeune femme rousse (une fois au Toy n' U - charmante parodie de nos Toys R Us -, la seconde sur la plage). Dès la première fois (p.15 du 1er tome), j'ai trouvé que l'intensité et la bienveillance du regard de cette femme étaient suspectes. J'étais sûr qu'on la retrouverait et qu'elle aurait un rôle à jouer dans l'histoire... Mais non! Puis, j'ai été agréablement surpris de la retrouver sur la plage (p.19 du 2e tome). Encore là, c'est trop louche : on la reverra, j'en suis certain... mais dans quel contexte? Qui est-elle? Que viendra-t-elle faire dans la vie de Bichon? Et quand?? Fera-t-elle de telles apparitions dans les 5 prochains albums avant de réellement se dévoiler?? Tout cela est un mini-mystère tout ce qu'il y a de plus insignifiant... mais il me tarde tant de l'élucider!! :^O

 

  • l'utilisation de l'anglais, pas toujours traduit! Dans le tome #2, le père de Cody, le nouvel ami de Bichon, est anglophone. Ses répliques et certaines de celles de Cody sont exclusivement en anglais. Monsieur Gilson a pris le parti de ne pas les traduire systématiquement (en bas de case, par exemple). Il laisse le contexte s'en chargé, ou il s'organise pour qu'un autre personnage paraphrase ce qui a été dit. Ce faisant, c'est comme dans la vraie vie! En effet, on n'a pas vraiment droit aux sous-titres quand on est en vacances à Old Orchard!! ;^) J'aime bien que l'auteur fasse ainsi appel à l'intelligence de ses lecteurs pour comprendre ce qui s'est dit, malgré l'obstacle linguistique!

 

  • les très nombreuses allusions à des éléments culturels réels. J'ai bien aimé tous les clins d'œil aux nombreux personnages de films ou de BD (Frozen - tordante, la réaction des parents qui n'en peuvent plus de ces chansons!! -, Rayponce, Chi, Calvin & Hobbes, Jack Sparrow, Maléfice, Wolverine...) J'ai surtout été étonné d'y trouver des références très récentes!! La p.32 du tome #2 est un véritable hommage aux dessins animés des dernières années : les Mignons, Dragons, En route!, Sens dessus dessous, les Nouveaux héros, Shaun le mouton ou même Zootopia, un film qui sort ces jours-ci (alors que l'album est paru l'an dernier!)! Mon petit doigt me dit que monsieur Gilson est un grand amateur de dessin animé! ;^)

 

  • l'humour tendre, qui passe par des émotions toujours justes. En fait, les gags qu'on nous présente sont rarement hilarants. J'ai très peu ri en les lisant, peut-être seulement la fois où Edouardo réalise que les lunettes à rayons X qu'il a volées à Bichon étaient bidon : sa réaction et son commentaire à l'égard de son institutrice sont vraiment tordants! Sinon, on est plus de l'ordre du comique de situation gentillet qui fait sourire (comme quand Bichon, gêné d'être dépeigné devant son beau Jean-Marc, se retourne pour se replacer les cheveux... sans réaliser que sa jaquette d'hôpital laisse voir son petit popotin, ce qui est bigrement plus gênant!! ;^). Mais les sentiments sont si vrais, dans des contextes propres aux jeunes de ces âges, qu'on ne peut qu'être attendris!! Comment ne pas craquer pour ses personnages qui traversent tristesse de perdre un ami, regret et culpabilité d'en avoir insulté un autre, colère... tous sentiments qu'on a aussi vécus, au même âge, et qui ont modelé notre personnalité!

 

  • plein de petits détails qui enrichissent la cohérence scénaristique. J'ai bien aimé, par exemple, constater que le ventre de l'enseignante, Mme Véronèze, grossissait tout du long du premier tome, sans qu'on nous stipule vraiment qu'elle est enceinte! De même, j'ai craqué pour le petit défaut de prononciation de Mimine, la petite sœur de Sacha/Bichon (elle l'appelle Chacha!! ;^), ainsi que pour le petit flirt entre Eduardo et Myriam, très discret mais bien présent dans le premier tome (tant dans l'épisode de la St-Valentin - p.28 - que lors du spectacle de fin d'année - p.45)! Évidemment, le gag récurrent qui m'a le plus amusé reste la fâcheuse tendance de la mère à en venir aux poingts avec les vendeuses qui osent critiquer ses méthodes d'éducation et qui commentent les choix de son fils de manières désobligeantes. Des mamans comme ça, il en faudrait plus!! ;^)

 

  • la conclusion du tome #2, qui laisse plein de belles pistes pour le tome suivant! Agnès serait une princesse?! Pourquoi Myriam n'a-t-elle pas écrit à Bichon?? Qu'adviendra-t-il de tous les chatons de Pilipili??? Pourquoi Edouardo a-t-il un bâton de majorette dans son cartable???? Je sens que cette future année scolaire sera TRÈS riche en secrets!! ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • les gags en une planche nous montrant Mimine la tornade. À quatre reprises dans le premier tome (p.18, 23, 35 et 46), le gag consiste simplement à voir cette petite sœur taquine arriver en coup de vent pour faire sursauter son frère et foutre le bordel autour de lui! L'humour de ces planches se situant seulement sur les mimiques des deux protagonistes, j'ai trouvé ça un peu faible. En fait, la plupart des gags sont plus «mignons» que drôles. La série se veut humoristique, mais sachez tout de suite qu'on est très loin du tapage de cuisse à toutes les deux secondes! On est plus dans un humour sympathique, qui nous soutire des petits sourires béats... un humour de photos de petits minous sur Internet, quoi!!? ;^)

 

  • le fait que Jean-Marc ait toujours les yeux clos. Je me suis demandé, tout au long de ma lecture, si ça ne cachait pas quelque chose (un strabisme, par exemple, ce qui entacherait un peu sa beauté raphaélique ;^). J'ai hâte de savoir si mon hypothèse s'avérera... surtout qu'on a finalement pu voir lui apercevoir UN œil, à la toute fin du tome #2!

 

  • la relative facilité, pour Bichon, à se trouver des comparses. Autant j'ai trouvé que les copines du bambin auraient pu avoir des rôles plus importants, autant j'ai trouvé le personnage de Jean-Marc si charmant et attentionné envers lui... que ça m'en est paru utopique! L'ouverture de ce garçon de 10-11 ans à l'égard d'un autre de 8 ans est un véritable baume pour le cœur et elle fait rêver à un monde meilleur... mais est-elle crédible?? J'aurais adhéré à une tolérance passive, une sympathie... mais de là à ce que le plus vieux accepte le valentin du plus jeune avec autant de ferveur et qu'il soit tant aux petits soins avec lui me semble un peu trop irréaliste. À moins qu'il nous reste des choses à apprendre sur ce Jean-Marc?! De même, dans le tome #2, le hasard qui veut que Bichon rencontre un gamin qui trippe sur les vêtements féminins, dès les premiers jours de ses vacances à la plage, ça m'est aussi paru un peu trop plaqué, trop salutaire. J'aurais aimé une entrée en matière plus naturelle...

 

  • le personnage d'Agnès. À cause de sa taille et de sa belle maturité, cette jeune fille me semble être bien plus âgée que Bichon et tous ses autres copains de classe!! Lors de l'épisode du judo, dans le tome #1 (p.24-25), je lui aurais donné 13 ou 14 ans!! Heureusement que monsieur Gilson l'a dessiné avec un trou entre les dents, preuve que la jeune fille n'a plus ses palettes d'en avant. Ça nous aide (un peu!) à comprendre qu'elle a, effectivement, le même âge que les autres, âge auquel les enfants finissent de perdre leurs dents de lait.

 

  • une minuscule bévue graphique. Dans la 5e case de la p.23 (tome #2), la mère est en train de boire un bol de café. Seulement ce bol est dessiné si bas qu'il est clair que, s'il était réellement rempli de café, celui-ci s'écoulerait sur les vêtements de la pauvre maladroite!! C'est comme si la dame manquait de visou et qu'elle n'arrivait pas à atteindre sa bouche!! ;^)

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Lydia : Effectivement, Lydia, tu as bien compris : Non seulement Bichon a des intérêts et des comportements se rapprochant de ceux traditionnellement attribués aux filles, mais Mimine, sa petite soeur, est plus tomboy que la moyenne!! Je suis très heureux que tu aies apprécié ce nouveau tome... et tu seras heureuse d'apprendre que la bibliothèque de l'école possède déjà le tome #2!! ;^)
Rédigé par pgluneau le mercredi 18 mai 2016 à 22:01


le tome 1 est vraiment interessant . jai hate de savoir si Bichon reverra Jean-Marc. :)


mais la petite fille blonde, cest sa petite soeur nest ce pas !

on dirait quil y a eue une inversion de roles; la petite soeur de Bichon se comporte un petit peu comme un garcon et Bichon se comporte comme une petite fille . ;)
Rédigé par Lydia le mardi 17 mai 2016 à 20:19


@ Danielle : Je suis, comme toujours, en parfait accord avec tes propos, très chère amie!! ;^)
Rédigé par pgluneau le jeudi 12 mai 2016 à 16:09


Que voilà une petite BD rafraichissante! L’auteur s’efforce avec finesse de décloisonner certains stéréotypes. Aussi, on sympathise avec Chacha…euh! Sacha…euh! Bichon, plus attiré par le rose et les garçons que ne sauraient le permettre certains esprits bien pensants. Les filles jouent des poings et se prennent des cocards, tandis que les garçons portent le tablier et autres vêtements dits féminins, font le service, manient l’aiguille et offrent sans distinction de sexe, des poupées en cadeau. Jusqu’à ce bon vieux matou de Pili-Pili qui change son fusil d’épaule et nous accouche une portée de petits minous! Âmes sensibles ne surtout pas s’abstenir!
Rédigé par Danielle le mercredi 11 mai 2016 à 20:05


@ Ariane : Ariane, ma grande, tu es très observatrice : sa chambre est, effectivement, bleue!! Mais ses accessoires et ses décorations sont roses, ça revient donc un peu au même!
Rédigé par pgluneau le mercredi 23 mars 2016 à 22:22


Moi, personnellement je préfère les yeux de Chi. La chambre de Bichon est bleu non rose.
Rédigé par Ariane le mercredi 23 mars 2016 à 19:29


@ Yaneck : Bien heureux de t'avoir fait découvrir une nouvelle série! Pour ce qui est de ton scepticisme, je peux t'assurer que tu devrais le remballer!! ;^)
D'abord, le gamin a bien 8 ans, déjà, et non 6, comme tu dis. Et puis, des gamins qui préfèrent le rose et les poupées, c'est quand même assez fréquent! À mon école, je dirais qu'ils représentent 1 cas sur 70, peut-être? Il y en a donc toujours 4 ou 5 chez nous (plus ou moins, selon la taille des établissements, évidemment!;^).
Pour ce qui est de l'attirance physique telle quelle, j'aurais tendance à croire que, généralement, tout cela reste, dans les faits, très inconscient. La seule petite exagération que se permet Gilson, ce serait donc de nous le présenter comme si Bichon en était conscient... et encore, pas tant que ça!
Mais je suis d'accord avec ta conclusion : on peut être fiers de constater que nos sociétés occidentales en arrivent à pouvoir aborder de telles thématiques de manière aussi ouvertes. Bravo à nous!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 07 mars 2016 à 16:42


@ Anne des Ocreries : Merci, Anne! J'essaie d'être créatif!! Et je suis sûr que tu sauras passer outre ton manque d'intérêt pour le dessin! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 07 mars 2016 à 16:27


Au passage...mignon, ton clin d'oeil à Mylène Farmer dans ton titre ! ;-)
Rédigé par anne des ocreries le lundi 07 mars 2016 à 8:46


Tu m'auras fait découvrir ce livre.
Mais je ne suis pas certain d'aller le lire. Un enfant de six ans aussi marqué dans ses préférences sentimentales, franchement, j'ai jamais rencontré. J4ai du mal à trouver ça crédible.

Mais c'est bien que ça existe, c'est signe d'une évolution intéressante de la société française.
Rédigé par yaneck le dimanche 06 mars 2016 à 15:06


J'aime beaucoup l'idée et je lirais volontiers, bien que je n'aime pas du tout le graphisme. Franchement, pas du tout.
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 06 mars 2016 à 11:49




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin