Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- le Gardien de la pierre
#01- LE GARDIEN DE LA PIERRE
Scénariste(s) : Kazu KIBUISHI
Dessinateur(s) : Kazu KIBUISHI
Éditions : Scholastic / Akileos
Collection : X
Série : Amulet
Année : 2008     Nb. pages : 188
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (Comics) (Inspiration manga)
Genre(s) : Heroic fantasy, Thriller fantastique, Drame familial, Héros animalier, Récit psychologique, Superhéros / Justicier masqué
Appréciation : 5 / 6
Un classique en devenir!!
Écrit le jeudi 18 février 2016 par PG Luneau

Tomes lus : #01 - le Gardien de la pierre

            #02 - la Malédiction du gardien de la pierre (2009, 220 p., 5,5 / 6)

            #03 - les Chercheurs de nuages (2010, 204 p., 5,5 / 6)

            #04 - le Dernier conseil (2011, 220 p., 5,5 / 6)

 

Durant le congé des Fêtes, cette année, je me suis fait, sans le savoir, un cadeau!! En effet, j'ai lu les 4 premiers tomes de la série Amulet., de l'Américain Kamu Kibuishi. Wow!!! Quelle fabuleuse série que celle-là! Les aventures d'Emily, de Navin et de leur mère, prisonniers d'un monde fantastique aussi splendide qu'angoissant, ont toutes les qualités requises pour faire de cette épopée un futur classique du genre! De tome en tome, l'univers forgé par monsieur Kibuishi s'étoffe de plus en plus, avec cohérence et structure, et la trame narrative se développe de manière à nous aider à assimiler peu à peu autant la belle complexité de ce monde que la riche évolution psychologique des personnages.

D'entrée de jeu, M. Kibuishi annonce ses couleurs : le prologue nous plonge au cœur d'un accident tragique. C'est établi : ce n'est pas parce que le récit s'adresse aux jeunes ados que les sentiments en seront édulcorés pour autant! Très rares sont les BD qui ont su me faire monter la larme à l'œil après seulement 10 planches comme ça été le cas ici! Et cette justesse des émotions, même intenses, elle perdurera tout au long du récit.

Mais revenons-en à l'action : elle démarre alors qu'Emily et les siens doivent déménager dans la vieille maison délabrée de leur arrière-grand-père, mystérieusement disparu sans laisser de traces, il y a belle lurette. C'est en explorant l'étrange bibliothèque de ce manoir qu'Emily et son frère découvriront la fameuse amulette du titre, et qu'ils déclencheront les engrenages mystiques de leur destin. Suite à l'enlèvement de leur mère par une effroyable créature cthulhuienne, angoissant mélange d'araignée et de pieuvre, ils ouvriront une porte qui les transportera dans le monde fantastique d'Alledia, où tant Emily que Navin auront un rôle à jouer.

Tout en explorant ce nouvel univers surnaturel, à la recherche de leur mère puis de leur destinée, ils croiseront d'horribles bestioles dégoûtantes qui en voudront à leur vie, mais aussi nombre d'alliés de toutes sortes : toute une bande de sympathiques robots d'une loyauté sans faille, fabriqués par leur aïeul ; un renard anthropomorphe qui leur fera office de  guide protecteur ; un vieux sage, ancien copain de leur ancêtre...

Au fil des péripéties, les deux enfants seront confrontés à leurs limites et apprendront à se surpasser. Ils découvriront que ce monde étonnant est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît, et que le peuple des Elfes noirs, qui y fait régner une rude dictature depuis de nombreuses années, n'est peut-être pas la menace la plus redoutable!? :^o

Je vous encourage donc tous à vous plonger dans cette série grandiose, au souffle puissant, une série qui saura satisfaire autant les ados que les adultes jeunes de cœur! Les premiers tomes ont été traduits, il y a quelques années, chez Akileos, en France, mais voilà que les Éditions Scholastic, de notre côté de l'Atlantique, les rééditent!! Donc, soyez bénis, amis lecteurs, car grâce à cette réédition qui ramène cette exceptionnelle série sur la sellette, vous n'aurez pas à courir partout pour vous les procurer : les quatre premiers tomes sont à nouveau disponibles dans toutes les bonnes librairies (et même certaines moins bonnes aussi!! ;^)

À lire sans faute dès 11 ans.

(P.S. : Internet m'a appris que l'auteur prévoyait probablement compléter son récit en 9 tomes. Seuls les sept premiers sont actuellement publiés en anglais. Les tomes #5 et 6 ont déjà été traduits chez Akileos... et Will Smith serait intéressé à transposer le tout en film!! Ça, c'est de la bonne nouvelle!! ;^)

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la maquette des couvertures. Tout y est engageant! Le choix des illustrations, la palette des couleurs, le format, le typogramme embossé et glacé, la texture satinée... Et la quatrième de couverture du premier tome est tellement invitante! Le splendide dessin de la demeure souterraine et le texte de présentation nous donnent immédiatement le ton : Amulet se veut une véritable aventure immersive, où tous nos sens seront mis à partie! L'intrigue et le mystère règleront nos pas, et l'on en aura pour notre argent!! ;^) Bravo aussi pour la très jolie illustration de la page de titre du tome #4 : ces pièces d'échecs, sur fond noir, sont somptueuses et menaçantes. J'adore! ;^)

 

  • l'intensité dramatique du prologue du premier tome. Sans vouloir trop insister, question de ne pas créer d'attente difficile à tenir, j'ai personnellement été soufflé par les 12 premières planches du tome #1. Les émotions y sont intenses, et on est happés immédiatement, même si on ne connaît les personnages que depuis quelques secondes!! Un coup de maître!... Tout comme l'habile parallèle qu'on y fait, à la fin de ce même tome, quand Emily arrive presque à libérer sa mère, puis dans un rêve, dans le tome #3!

 

  • toute l'ambiance mystique qui transcende de la nouvelle demeure de la famille... et de toute la série, en fait!! Tout au long du récit, et ce, dès le premier tome, quand les deux jeunes et leur mère arrivent à leur nouveau chez-eux, le mystère et une certaine tension plutôt angoissante planent. Tant par des éléments de décor dérangeants (les motifs décoratifs autour des fenêtres ou des poignées de porte, les étranges crânes qui «décorent» la bibliothèque...) que par des créatures plus inquiétantes les unes que les autres ou des remarques empreintes de non-dits (comme à la p.18 du 2e tome ou tout au long du tome #4, dans Cielis), on est tenu en haleine! C'est une ambiance qui rappelle beaucoup les Enfants d'ailleurs.

 

  • l'efficacité de l'élément déclencheur. Quand l'action débute, avec l'enlèvement de la mère des deux enfants, le cauchemar débute et tout déboule sur les chapeaux de roue! Les pages 42 à 78 du premier tome s'enfilent en un clin d'œil tellement on trépigne de savoir où cela va nous mener! La créature responsable est atrocement effrayante et tout contribue à nous rendre pantelant : le tunnel qui s'effrite, la poursuite, la capture de Navin, la traque, la chute en champignon... Jusqu'à l'arrivée à la maison Charnon, l'auteur ne nous laisse pas deux secondes de répit! Sans compter l'inquiétant elfe noir qui talonne les héros, accompagné de son étrange sbire plasmatique!! C'est génial! ;^)

 

  • le découpage en feuilleton. Monsieur Kibuishi a su découper son récit de manière à ce que chaque tome couvre une étape assez bien circonscrite de l'épopée d'Emily et Navin. On ne se retrouve donc pas trop frustrés, en fin de tome, si on n'a pas, sous la main, le tome suivant.

 

  • la kyrielle de mignons petits robots qui constitue la maisonnée Charnon! Évidemment, Miskit est le plus trognon, avec ses airs de lapin en peluche! Mais Morrie, Théodore, Ruby et Bottle sont aussi bien intéressants... tout comme Grogsley le grognon, très attachant malgré (ou à cause de ??) son négativisme crasse : ça donne encore plus de relief à son humour caustique, comme quand il déclare au vieux Vigo qu'il «n'est pas non plus un perdreau de l'année!» ;^) Mais le robot le plus impressionnant reste celui qu'on découvre à la toute fin du premier tome!! WOW!! Je n'en dis pas plus, pour ne pas vous gâcher la surprise, mais... WOW!! Quelle splendeur! Ça fait rêver! On sent toute l'influence du grand dessinateur japonais Miyazaki! Bravo et merci de partager votre bel imaginaire, monsieur Kibuishi!

 

  • la non-complaisance émotive! Comme je le disais plus haut, l'auteur ne se laisse pas influencer par le jeune âge de ses lecteurs : quand il a besoin d'une scène effrayante, elle le sera à souhait. Quand il veut nous montrer la violence ou la cruauté d'un personnage, il sera méchamment violent et cruel. On a besoin d'une scène émotive? La scène sera triste et poignante au cube (comme aux p.200 à 208 de tome #2). Et il présente des émotions aussi intenses que variées : rancœur, convoitise, désespoir...Bref, Kibuishi sait jusqu'où pousser ses personnages pour exploiter toutes la gamme de leurs émotions à leur paroxysme... mais sans jamais tomber dans l'outrageant, le mauvais goût ou le déplacé : ça reste quand même très bien adapté aux lecteurs de 11 ans et plus, n'ayez crainte! ;^)

 

  • la variété des univers présentés, tous sublimes! Dans le premier tome, on découvre le monde d'Alledia via les terres arides qui entourent la demeure Charnon et les étonnantes faune et flore qui la peuplent. C'est plutôt sombre et déprimant. Mais par la suite, on a droit à plusieurs belles surprises : la ville de Kanalis et ses habitants animaliers (dans le tome #2), la superbe forêt verdoyante sur laquelle s'ouvre le tome #3, la capitale portuaire de Nautilus (tome #3) ou la tant recherchée cité mythique de Cielis (dans les tomes 3 et 4). Chaque fois, l'illustrateur nous les présente dans d'impressionnantes doubles pages majestueuses, qui nous donnent, à chaque fois, envie d'y être nous-même. C'est vraiment de l'excellent boulot!

 

  • plusieurs personnages secondaires dignes d'intérêt. D'abord, Trellis, le perfide elfe noir, et l'intraitable Luger, celui qui le suppléera en matière d'intransigeance. Tous deux évolueront de manière surprenante... de même que leur interrelation, qui prendra une tournure insoupçonnée! Puis, il y a Leon Redbeard, le renard aux airs de Robin des Bois. Cet allié, venu de nulle part, semble loyal et investi de sa mission de protection... mais il aurait un agenda caché que ça ne m'étonnerait pas! ;^) Puis, si l'entrée en scène du vieux Vigo rassurera les lecteurs, qui seront heureux de voir les rangs de la belle héroïne s'étoffer de membres de qualité, celle du jeune Max, avec ses petits regards malicieux, pas francs  pour 5 cents, ne fera qu'alimenter votre paranoïa! À noter également : mon petit coup de cœur pour l'amusant Dragonnet!

 

  • la belle évolution de l'intrigue générale. Les indices et les informations qui nous permettent de mieux comprendre les mécaniques du monde d'Alledia et le rôle qu'Emily et Narvin auront à y jouer sont saupoudrés à un rythme juste assez soutenu. Cet étalement des renseignements sert bien le côté mystérieux et angoissant de leur présence en ces lieux, tout en y ajoutant un réalisme de bon aloi. Il en va de même pour les phrases mystérieuses qui sont lancées, à gauche et à droite, pour renchérir un mystère ou en instaurer un nouveau (ex. : le dialogue entre les deux arbres, au bas de la p.142 du 2e tome). Ces phrases sibyllines relancent notre suspicion et alimentent notre inconfort... Qu'est-ce qu'on aime ça!! ;^)

 

  • les nombreux effets d'éclairage, tous très efficaces! Il y a, bien sûr, les très belles volutes qui émanent de l'amulette, chaque fois qu'elle s'adresse à Emily ou que la jeune fille l'active... Mais je veux aussi souligner la brillance du soleil lorsqu'il traverse les frondaisons de la forêt, au début du tome #3, l'orage lointain (p.132 de ce même tome), le ciel de Cielis (dans le tome #4) ou les crépuscules de l'île paradisiaque de Vigo (idem). De toute beauté!

 

  • les très nombreuses influences artistiques que l'on retrouve tout au long du récit. Résolument inspiré des mangas pour ce qui est des traits (le vieux Vigo est le portrait tout craché du grand-père de Heidi!! ;^), le travail de Kibuishi nous transporte à de nombreuses reprises dans divers films d'aventure : les poursuites du tome #1 m'ont fait penser à Indiana Jones, Cielis nous ramène bien évidemment à la Cité des Nuages de Star Wars, l'image de Luger, démoli, caché dans une grotte (tome #3, p.3) est un clin d'œil direct au Gollum de Tolkien et les épreuves du tome #4 rappelle immanquablement celles des séries Hunger Games ou Labyrinthe... avec un holodeck à la Star Trek!! ;^) Au final, tout au long des 4 albums, je me suis senti comme replongé dans le fabuleux univers du jeu Myst, un jeu aux ambiances superbement réussies!

 

  • d'excellents punchs dans le tome #3. L'idée de l'extracteur de mémoire est sinistrement morbide, puis le kidnapping de Miskit et Cogsley, d'une rapidité et d'une efficacité exceptionnelles, m'a laissé sans voix : va-t-on les revoir un jour?? J'ai bien aimé, aussi, en apprendre un peu plus sur Trellis et sa «mission». Mais quand on réalise que l'ennemi est secrètement monté à bord, alors là, c'est intenable!!! Wow!! Quelle tension incroyable!

 

  • quelques belles petites leçons de vie. J'ai particulièrement apprécié celle donnée par la mère, au bas de la p.38 du tome #4 : «En grandissant, tu te rendras compte que partout où tu vas, il y a quelque chose qui ne va pas.»

 

  • le très grand nombre de pages (832 en 4 tomes), qui permet à l'auteur de véritablement installer ses ambiances, ses actions et la psychologie de ses personnages. C'est fascinant de constater le nombre de pages silencieuses, toutes en subtilité, avec des vignettes que plusieurs jugeraient inutiles... et qui, pourtant, nous en apprennent beaucoup sur le monde intérieur des personnages! Bravo, monsieur Kibuishi, d'oser prendre de temps de... laisser le temps filer!! ;^)

 

  • toute l'intrigue du 4e tome. Autant le mystère est lourd dans cette ville-état de Cielis, autant les péripéties sont palpitantes, avec, en trame de fond, l'identité des dirigeants réels de la ville. Un tome qui a du souffle, avec une trahison finale fulgurante! Tout simplement génial : que du wow!!! ;^)

 

  • les cartes d'Alledia, de Cielis et de ses catacombes, en annexes. Bien qu'on ne visite pas le quart des endroits qui y sont mentionnés, l'auteur nous fait le cadeau de nous laisser ces cartes... à moins que les prochains tome nous fassent découvrir un peu plus de ce royaume et de cette cité volante?! Ce serait bien possible, après tout! ;^)

 

  • les petites modifications apportées à la traduction lors de la réédition nord-américaine. Je n'ai pas pris le temps de tout relire en comparant chaque phylactère, mais en en comparant quelques-uns, au hasard, j'ai été à même de constater que quelques petits changements mineures mais salutaires ont été effectués. Plusieurs des coquilles ou des formulations qui m'avaient agacé lors de ma lecture de l'édition de chez Akileos (p.116 «...des habitants sous-terrain (sic)», par exemple) ont été corrigées ou simplifiées (p.116 : «...des habitants souterrains»), et je suis assuré que les jeunes Québécois (et même les jeunes Français!!) seront dorénavant mieux servis par la version canadienne française de chez Scholastic! ;^)

 

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • la tête de la mère. Alors que tous les personnages, tant humains qu'animaliers, ont un visage semi-réaliste, il a fallu que l'illustrateur opte de représenter la mère avec une tête toute étirée, aux allures de grosse saucisse!! Le contraste est si radical que j'ai été longtemps convaincu qu'il s'agissait d'un problème d'impression avec mon tome, du genre : image infographique agrandie sans qu'on ait préservé les proportions!! Ça frôle le grotesque! Pourquoi pour elle et pas pour aucun autre?? :^S

 

  • de légères petites maladresses graphiques. En fait, le dessin de Kibuishi manque juste un tantinet de finesse pour être totalement à mon goût! Nul doute que pratique et expérience l'entraîneront vers la perfection! De même, j'ai eu l'impression que certaines perspectives étaient un tout petit peu hésitantes, ou chambranlantes... Ça m'a surtout paru plus flagrant dans la scène de la descente dans le métro, aux p.48 et 49 du tome #2.

 

  • certaines scènes d'action qui manquent de clarté. C'est le cas dans le haut de la p.144 du 2e tome, quand Emily se redresse sur la corniche (c'est la magie qui la fait voler??) et dans tout le combat final de ce même tome, aux p.154 à 171. De même, les p.179 et 180 du tome #4 manquent aussi un peu de lisibilité : je ne comprends absolument pas le sens de la 4e vignette de la p.179??! :^S

 

  • la balafre baladeuse de Trellis. Alors que cet Elfe noir a une estafilade couturée vis-à-vis l'œil gauche, il se trouve qu'au début du tome #3, la cicatrice devient papillonnante!! Ainsi, elle disparaît totalement sur le gros plan de la p.2, pour revenir à la page suivante... mais du mauvais côté!! Heureusement pour elle, la dite balafre reprendra sa position originelle dès le haut de la p.4!! ;^S

 

  • le choix d'illustration pour la couverture du tome #3. Il est un peu trop parlant... et nous vend un élément important de l'histoire! Dommage... :^(

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Danielle : C'est vrai que les couleurs et les lumières sont particulièrement attrayantes, tout au long de cette série!! J'ai hâte que tu puisses lire les tomes suivants!! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 15 janvier 2017 à 22:30


Ce premier tome est un bel équilibre entre le tendre, le fantastique, l'horreur et l'aventure. Couleurs superbes magnifiées par une lumière irradiante et un papier glacé agréable à manipuler. Les enfants sont véritablement attachants, en plus d'être dotés d'une maman courageuse, ce qui est rare, me semble-t-il, dans la plupart des ouvrages. Bien hâte de découvrir les autres univers!
Rédigé par Danielle le mardi 27 décembre 2016 à 13:03


J'espère bien, PG ! ;)

Rédigé par Lydia le mardi 26 avril 2016 à 16:24


Merci!!!; )
Rédigé par Olivier Dumas le samedi 23 avril 2016 à 10:08


@ Olivier : Oli, je suis plus que certain que tu ADORERAS Amulet!! C'est à lire sans faute - mais dans l'ordre des tomes!!! Pour ce qui est du nombre de bouquins, je t'inviterais à lire mon post-scriptum (P.S.), à la toute fin de ma critique (juste avant les boulets indiquant les forces de la série). Tu y trouveras les réponses à tes questions... et même plus!! ;^)
Rédigé par pgluneau le samedi 23 avril 2016 à 9:20


@ Lydia : Continue un peu ta lecture, Lydia, tu le sauras très bientôt!
Rédigé par pgluneau le samedi 23 avril 2016 à 9:15


Bonne... Désoler
Rédigé par Olivier Dumas le samedi 23 avril 2016 à 7:50


Cher P-G
J'aimerais savoir si tu crois que la série Amulet me plairais et combien y a t'il de tomes.
Merci d'avance et boone continuation de ton blog, il est très amusant!!^_^
Rédigé par Olivier Dumas le samedi 23 avril 2016 à 7:47


Jai hate de savoir sil la mere d Emily sera sauvee !
Rédigé par Lydia le vendredi 22 avril 2016 à 22:13


Ariane a raison PG, Amulet, cest vraiment bon !
Rédigé par Lydia le vendredi 22 avril 2016 à 22:13


@ Ariane : J'espère que tu liras les autres, Ariane!
Pour ce qui est de ton commentaire d'ordre syntaxique, il me prouve que tu as bien compris mon cours sur les phrases négatives... mais ta première phrase démontre que tu ne l'appliques pas encore!! ;^)
En effet, tu l'expliques merveilleusement bien toi-même : le N' n'était pas nécessaire!! Tu aurais dû écrire : «J'EN AI lu (un) en classe!» Le son «nai» que tu entends en le disant, il doit provenir de la liaison du N de EN avec le verbe AVOIR, et non pas d'un N' inutile!! ;^)
Rédigé par pgluneau le mercredi 23 mars 2016 à 22:19


C'est vraiment bon Amulet j'en n'ai lu en classe. Pourquoi on mais "n' " si ce n'est pas une phrase négatifs?
Rédigé par Ariane le mercredi 23 mars 2016 à 19:36


@ Eric the tiger : Je t'encourage tout de même à le lire avant de lui offrir : je suis presque sûr que ça te plairait aussi!! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 21 février 2016 à 22:21


Cette série pourrait intéresser mon neveu. Au plaisir de te relire...
Rédigé par Eric the Tiger le dimanche 21 février 2016 à 1:55


@ Anne des Ocreries : Comme disent les Anglos : Enjoy!! ;^)
Rédigé par pgluneau le samedi 20 février 2016 à 16:25


Ah ? bien bien bien bien bien, noté, noté....! Voilà qui m'allume "la" petite lueur dans l'oeil et me fait dresser l'oreille. Je liste.
Rédigé par anne des ocreries le samedi 20 février 2016 à 12:51




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin