Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#34- l'Anniversaire d'Astérix et Obélix, le Livre d'or
#34- L'ANNIVERSAIRE D'ASTÉRIX ET OBÉLIX, LE LIVRE D'OR
Scénariste(s) : Albert UDERZO, René GOSCINNY
Dessinateur(s) : Albert UDERZO
Éditions : Albert René
Collection : X
Série : Astérix
Année : 2009     Nb. pages : 56
Style(s) narratif(s) : Récit en un tome
Genre(s) : Humour, Hommage
Appréciation : 2 / 6
Pour l'amour de Toutatis, faites que ce soit le dernier!
Écrit le lundi 17 mai 2010 par PG Luneau

Pour marquer le tournant de ma centième critique, je tenais à présenter une série culte. Qui de mieux qu’Astérix, mon idole, pour célébrer ma joie de rajouter un chiffre à la numérotation de mes critiques, d’autant plus que le petit blond moustachu a célébré lui aussi, l’an passé (2009), un anniversaire important, soit le cinquantième anniversaire de sa création…

 

Bon, évidemment, ce n’est plus un secret pour personne : cette série bat sérieusement de l’aile depuis le décès de Goscinny, son scénariste, en 1977. Plus de trente années de «battage» d’ailes, ça commence à être périlleux!! Uderzo essaie tant bien que mal (en fait, plutôt mal!) de concevoir des histoires par lui-même, mais sur la dizaine qu’il a pondue, je dirais que sa moyenne au bâton est assez faible, surtout en comparaison avec la vingtaine d’albums précédents. Au bout du compte, tout ce qu’Uderzo est parvenu à rendre, c’est une alternance d’albums à peine passables suivis d’albums carrément moches. Ça, c’était jusqu’au tome #33 : le Ciel lui tombe sur la tête.

 

Avec cet avant dernier album, le pauvre Uderzo a carrément touché le fond du baril! Quelle nullité que ce trente-troisième tome!! J’espérais de tout cœur, comme toute la blogosphère «bédéienne», que ce soit le chant du cygne du dessinateur et qu’il allait en profiter pour se retirer et vivre des redevances de ses œuvres antérieures… Malheureusement non : pour les cinquante ans du héros, il a persisté et a signé…

 

Mais qu’a-t-il signé, au juste? J’ai d’abord cru que ce trente-quatrième album, sous-titré le Livre d’or, allait nous présenter des hommages offerts par d’autres bédéistes, comme ça se voit assez régulièrement… Mais non. Ici, c’est Uderzo qui tente de glorifier lui-même son petit blondinet et son enveloppé rouquin. Mais pas dans une aventure! Non : il nous oblige plutôt à assister à une interminable discussion entre les célèbres villageois et tous les principaux personnages des trente-trois premiers albums de la série, tous «de passage au village à l’occasion de l’Anniversaire d’Astérix et Obélix» !!!?! Ainsi, tout au long des 56 pages de l’album, on ne fait que lire les suggestions de «cadeaux» ou de «festivités» que tout ce beau monde veut offrir aux deux guerriers les plus célèbres de la  Gaule, pendant que ceux-ci sont partis à la chasse aux sangliers.

 

Voici le décor planté pour un gros ramassis de projections dans le temps (tant dans le futur que dans le passé), d’uchronies (et si Astérix s’était marié, que serait-il devenu?), de détournements d’œuvres d’art connues, etc. En soit, plusieurs de ces clins d’œil sont acceptables… Mais pourquoi avoir tenté de les incruster dans un scénario qui ne peut évidemment pas, de par sa nature, rester crédible et fidèle au microcosme qu’est le petit village d’irréductibles Gaulois? Il n’y a pas à dire, si Goscinny excellait pour implanter, dans des doses raisonnables, ce genre d’anachronismes hilarants, d’allusions à double sens ou de jeux de mots impayables, en les intégrant de manière tout à fait naturelle à ses scénarii, Uderzo sèche sur toute la ligne. Son talent à lui, c’était le dessin! Comme il n’a pas le millième du talent de son confrère pour scénariser, pourquoi s’entête-t-il? Qu’il prenne un nouveau scénariste compétent, au pire!! Chose certaine, ce collage de dessins, de vignettes et d’illustrations est tout sauf une histoire : pas d’intrigue, pas de péripéties, pas de conclusion. Rien qu’un gros soufflé qui fait patate quand on le sort du four!

 

Peut-être avez-vous noté que j’ai utilisé l’imparfait, quelques lignes plus haut, pour parler des talents de dessinateur d’Uderzo? Ce n’est pas une erreur. En effet, tout au long de ma (pénible) lecture de cet album, un doute m’a tenaillé : est-ce vraiment Uderzo qui est aux pinceaux? Les traits de plusieurs personnages sont de moins en moins ressemblants : est-ce dû à sa vue qui s’affaiblit grandement, paraît-il, ou serait-ce qu’il aurait déjà passé, anonymement, le flambeau à de jeunes poulains de son atelier?? Ça expliquerait les remerciements de la dernière planche. D’ailleurs, il est clair que plusieurs des cases (dont la couverture!) ont été colorisées ou modifiées à l’ordinateur, et que plusieurs des illustrations sont des repiquages d’albums antérieurs ou de produits promotionnels informatiquement transformés.

 

Bref, qu’elle qu’en soit la cause, avouons-le franchement : non seulement l’histoire est à chier (pardonnez mon langage, mais l’expression n’est malheureusement pas trop forte), mais même le dessin, pourtant si solide à la belle époque, se détériore maintenant à la vitesse grand V. Soyez raisonnable, monsieur Uderzo, et assumez la situation : l’heure de la retraite a sonné !!! Par respect pour monsieur Goscinny et pour l’excellence de votre œuvre commune, rangez dignement votre table à dessin, je vous en conjure!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les couleurs. Elles, au moins, sont restées fidèles aux albums de l’Âge d’or d’Astérix! Les à-plats verdoyants de la forêt et ceux azurés du ciel sont toujours prédominants et rehaussés de rouge et de jaune. Impeccable.

 

  • le fait d’avoir fait venir tous les personnages marquants des albums précédents. C’est toujours agréable de revoir des personnages secondaires qu’on avait adorés : Pneumatix le facteur, les architectes Numérobis (l’Égyptien) et Anglaigus (le Romain), l’armateur Épidemaïs, l’androgyne comédien Éléonoradus, le terrible devin… Mais rappelons qu’ils sont pour la plupart très mal dessinés, comme si Uderzo ne les maîtrisait plus. Rappelons aussi qu’il est à peu près illogique qu’ils se côtoient tous en même temps!!

 

  • voir Astérix en famille, avec femme et enfants. Un clin d’œil sympathique… mais qui rappelle des propos déjà abordés dans le tome le Fils d’Astérix.

 

  • les emprunts aux grands artistes de l’Humanité. Le croisement d’Astérix et Obélix avec Léonard de Vinci, Rodin, Delacroix, Munch ou Arcimboldo donne des résultats amusants… qui auraient été tout à fait agréables de voir dans un album hommage… sans ce semblant d’histoire poche pour les justifier!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la petite scène d’introduction, où on nous présente tout le village tel qu’il serait s’il avait vieilli au rythme des années. Si l’idée est amusante, le résultat est trop bancal pour être intéressant. Et Uderzo qui se caricature lui-même, portant veston/cravate tout ce qu’il y a de plus XXIe siècle, en auteur qui vient se justifier à ses personnages devenus vieux!!?? Mais qu’est-ce que c’est que ce foutoir!!! Saint-Goscinny, priez pour nous!! Chose certaine, on est presque content quand cet alter ego reçoit une torgnole de la part d’Obélix!!!

 

  • la scène des différents looks vestimentaires d’Obélix à travers les époques. Elle aurait été très amusante si elle ne reprenait pas presque intégralement les portraits de l’arbre généalogique de la descendance d’Obélix tels que présentés dans Pilote en 1963 et repris dans l’album la Rentrée gauloise. Quand on est rendu à faire des reprises de reprise, c’est peut-être qu’on est dû pour se retirer à la campagne? Un seul ajout : le look «rappeur-graffiteur». C’est drôle… mais ça n’a rien à voir avec l’univers gaulois!! Et qu’est-ce que c’est que ce Marsupilami à tête d’Astérix?!?! Uderzo délire totalement, ou il en a fumé du bon!!!

 

  • l’absence totale de scénario. Tout l’album est un ramassis de clins d’œil pas vraiment drôles, parfois sympathiques, souvent redondants, mais surtout : qui ne mènent à rien! Le prétexte pour en justifier l’amalgame, soit la recherche d’un cadeau d’anniversaire pour Astérix et Obélix, ne tient pas la route une seconde. On passe du pitoyable au pathétique! Est-ce que je vous ai dit que je souhaite ardemment qu’Uderzo cesse son massacre?

 

  • la reprise du «Guide Coquelus des voyages». Ce document, rédigé par Goscinny, a été publié initialement dans le journal Pilote #347… en 1966!!! Vous l’ai-je dit, ce que j’en pense, du «génie» scénaristique d’Uderzo? Je me répète, mais quand on est rendu à ne pouvoir faire que des reprises, illustrées par des vignettes pigées dans les albums précédents, il est grand temps que ça s’arrête!

 

  • l’accumulation de scènes ennuyantes. Celle, totalement incompréhensible, où Agecanonix déblatère sur l’évolution anatomique des deux héros (?! Mais où veut-il en venir, pour l’amour ?!), celle où les commères du village imaginent quelle serait la femme idéale pour Astérix et Obélix, puis celle où on nous présente un parc thématique à l’image des deux guerriers… Il y a aussi celle où le druide belge Septantesix nous présente les potions que la grandeur épique de nos héros lui inspire… En plus d’être fades, elles ne font que contribuer à la sensation de stagnation du récit… qui n’en est pas un!!

 

  • l’interminable scène où l’artiste Éléonoradus veut écrire… un film? un dessin animé en marbre gravé? une pièce de théâtre?... Ce n’est vraiment pas clair! En fait, cette scène voulait surtout nous présenter des «blooppers». L’idée est géniale et elle aurait pu être très drôle : rappelez-vous le générique final du film Shrek! Malheureusement, les scènes choisies sont tirées de l’album Astérix et la Traviata, elles sont tout à fait anodines, n’ont rien de mémorables, et… je dois avouer n’avoir rien compris de ce qu’elles représentaient! Sont-elles supposées reproduire des erreurs survenues lors du «tournage»? Si c’est le cas, pourquoi avoir montré des «erreurs» aussi insipides  et ambigües? En fait, j’ai l’impression que ces pages n’avaient pour fonction qu’à permettre à Uderzo de repiquer l’équivalent de deux ou trois planches dans des albums précédents… ce qui lui faisait autant de pages de moins à dessiner!

 

  • la surabondance de vignettes très grands formats (pleines planches ou demi-planches). J’aurais pu les apprécier en me disant qu’elles me permettaient de mieux voir les beaux dessins, en plus gros. Malheureusement, je ne suis pas parvenu à m’enlever de la tête que ce n’était là qu’un deuxième stratagème pour épargner du travail au vieux dessinateur et sauvegarder ses yeux de plus en plus faibles!

 

  • les dessins de plus en plus douteux d’Uderzo. Contrairement aux scénarii qui tombaient en chute libre depuis le décès du génialissime Goscinny, les dessins d’Uderzo continuaient, eux, de prendre du mieux de tome en tome… mais là, vraiment, c’est pathétique! On ne parle même pas de légères petites imperfections passagères : chaque planche a son lot de personnages aux proportions douteuses, même nos villageois préférés! Reconnaissez-vous Iélosubmarine dans la dernière planche, vous?!? Que se passe-t-il? En fait, j’ai vraiment l’impression que la majorité de ces vignettes ont été dessinée par des sous-fifres au talent fort inégal! Uderzo aurait-il complètement perdu la main? Si c’est le cas, il me semble que son studio et lui auraient au moins pu avoir la décence de trouver des nègres qui savent reproduire convenablement les icônes que sont nos si chers amis gaulois! Où s’en va-t-on, je vous le demande?! C’est à espérer sincèrement que le ciel nous tombe sur la tête!!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Yaneck: D'abord, bienvenue dans ma Lucarne, mon cher Yaneck. Je suis bien heureux que tu te sois marré en lisant cette critique pour le moins acide, comme tu dis. Pourtant, la situation de ce bon vieil Astérix est surtout triste et affligeante! Mais, comme tu le dis encore si bien, Uderzo est rendu trop haut dans la stratosphère pour qu'on y puisse quoi que ce soit... (C'est d'ailleurs peut-être ça, le problème: peut-être est-il rendu si haut qu'il est en manque d'oxygène??!!)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 02 janvier 2011 à 20:05


Je pensais être acide avec le travail actuel d'Uderzo, je me trouve un maître, chapeau bas. Excellent travail de descente en flamme, j'aime beaucoup. ^^
Pour ma part, je n'ai même pas cherché à me faire du mal, cet album, je ne l'ai même pas entrouvert. Sans intérêt, dès les previews. Mais je te remercie de l'avoir fait, je me suis bien marré.

Comme toi, je pense qu'il est temps depuis longtemps qu'Uderzo passe le flambeau. Mais il est devenu vache sacrée dans le monde de la bd, et malheureusement, ça ne se fait pas de lui dire de telles choses.
Rédigé par Yaneck le jeudi 30 décembre 2010 à 6:42


@ Arsenul: Quand tu avances qu'il doit y avoir eu un ou deux albums d'Astérix de potables depuis la mort de Goscinny, je ne dis pas non, et je le dis dans ma critique: il alternait un moche avec un «correct». Le Fils d'Astérix, notamment, était bien, et la Rose et le Glaive n'était pas inintéressant (outre sa finale ridicule). Mais tu as raison sur un point: c'est vrai que ces parutions, même merdiques, gardent la série en vie auprès des plus jeunes. C'est vrai que Tintin tombe en désuétude (et j'aurais tendance à dire que je comprends un peu pourquoi: c'est tellement gentillet!) et que c'est en grandes parties causé par l'entêtement d'Hergé à ne pas vouloir de successeurs (alors que Bob De Moor aurait tellement voulu lui succéder, et aurait fait un si bon boulot!). J'agrée donc à ta proposition, que je faisais aussi dans ma critique: qu'il trouve un scénariste qui a du bon sens! Et tant qu'à y être, un bon dessinateur-successeur aussi!!
Rédigé par PG Luneau le jeudi 20 mai 2010 à 16:27


Bon sang! C'est ta plus longue liste de "ce qui m'a le plus agacé" depuis que je te lis. Je susi bien d'accord avec toi et tous les chroniqueurs à propos du fait que Astérix en a perdu depuis la mort de goscinny. De là à dire qu'il y en a pas un ou deux de potables... Mon point de vue par contre est diiférent du tien lorsque je pense à Hergé qui a apporté jalousement Tintin dans sa tombe. on peut relire certains Tintin par nostalgie, certains sont bons, d'autres moins, mais la série s'essoufle et les jeunes s'y intéressent moins. Tandis qu'Astérix, pour les enfants les albums sans Goscinny restent bons. Le battage médiatiques des albums merdiques de la fin fait rouler les premières. Oncle le lit et lui dit dans mon temps, j'adorais Chez les belges ou la surprise de César. Là on assiste à uen tentaculaire avancée pour de futur lecteur. Tandis que Tintin. Rien. Uderzo confiait à Casemate qu'il avait trouvé quelqu'un pour dessiner à sa place, l a blagueur ou blogger parlait d'Arleston pour le remplacer. Aurons-nous droit à d'aussi bonnes reprises que Spirou. J'ai préféré plusieurs albums de tome et janry à certains de Franquin (ça y est j'ai blasphèmé!)
Bon cela étant dit, je ne l'ai pas acheté parce qu'effectivement, je savais à quoi m'attendre. Par contre j'ai tout acheté depuis la mort de Morris dans Lucky Luke!
bref toujours intéressants de te lire.
Pour la liste des bédéistes québécois, tu les connais surement, elle est vieille et désuète. Mais sur le site de bdquébec ou du festival de bd de québec, tu trouveras de bons tuyaux
Rédigé par Arsenul le mercredi 19 mai 2010 à 21:18


@ Kikine: Tu fais bien! Trop de bonnes lectures nous attendent dans ce monde pour perdre notre précieux temps avec des inepties pareilles!
Rédigé par PG Luneau le mardi 18 mai 2010 à 17:55


Plusieurs personnes m'ont déjà dit que cet album était vraiment mauvais et tu me le confirmes ... Et comme je fais confiance aveuglément à tes critiques, je vais me passer de livre ce livre là :)
Rédigé par kikine le mardi 18 mai 2010 à 16:48


@ Venise: Pour remédier à cet inconcevable manque de culture, il te faut ABSOLUMENT lire des Astérix. Les meilleurs sont les tomes #7 à #21, du Combat des chefs au Cadeau de César. Évite, évidemment, tous ceux réalisés par Uderzo, les #25 et plus.
Tu y découvriras que cette série, en plus d'être amusante et fichtrement bien conçue, qu'elle regorge de clins d'oeil subtils et de jeux de mots que les enfants ne peuvent pas toujours capter: il y a une part de tout cela qui est réservé aux adultes. Comme tu es une adulte, tu devrais y trouver ton compte!
Mes coups de coeur? Le Combat des chefs, Astérix chez les Bretons, Astérix légionnaire, le Bouclier arverne, Astérix aux jeux olympiques, la Zizanie et Astérix en Corse. De bonnes lectures pour toi en perspective, rattrapage culturel oblige!
Et merci pour tes bons voeux! (Réalises-tu que tu m'as écrit deux jours de suite... à quatre minutes d'intervale?! C'est la preuve que tu es une vraie noctambule! ;-)
Rédigé par PG Luneau le mardi 18 mai 2010 à 7:14


J'y pense là, j'oubliais l'essentiel moi là ... c'est ton 100ième billet ?!?

BONNE CENTIÈME critique ! Continue tes critiques si complètes et précises avec ta verve colorée, tu nous enchantes !
Rédigé par Venise le mardi 18 mai 2010 à 0:01


Mon dieu seigneur ... je suis soufflée ! Finalement, ce que je retiens de ton cri aussi désespéré qu'indigné est que Uderzo aurait premièrement perdu la tête et ensuite la main !

Moi, à cette série, je n'y connais rien. Je sais, c'est avouer une anomalie puisque je ne connais personne à part moi qui n'ait pas lu au moins un Astérix (j'ai vu deux films par contre). Je m'instruis ici puisque tu as la générosité de nous situer dans le temps.

En tout cas, je comprends mieux maintenant pourquoi j'ai vu cet album anniversaire en rabais à 9.99 $ ... dans une pharmacie !

Rédigé par Venise le lundi 17 mai 2010 à 23:57




Dernièrement, j'ai lu... Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Testament du capitaine Crown
#01- Cinq enfants de putain
02 avril 2017

Boule à zéro
#01- Petit coeur chômeur
26 mars 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Dure, dure, la vie de jeune adolescente?? Pas que!!...

anne des ocreries, sur Candy chez Oliver Twist!

anne des ocreries, sur Rapaces, violents et roublards au cube... des vrais pirates, comme on les aime!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin