Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#02- l'Étreinte du Tigre
#02- L'ÉTREINTE DU TIGRE
Scénariste(s) : Patrick WEBER
Dessinateur(s) : Emanuele TENDERINI
Éditions : les Humanoïdes associés
Collection : Dédales
Série : Oeil de Jade
Année : 2007     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (2/2)
Genre(s) : Aventure policière, Historique
Appréciation : 3 / 6
Que celui qui n'a rien à cacher lance la première pierre!
Écrit le samedi 15 mai 2010 par PG Luneau

C’est un peu ce qu’on aurait envie de crier aux différents personnages de cet imbroglio chinois! Voyez plutôt :

 

Suite au meurtre de l’intendant Lo, l’enquêteur impérial Wang s’est retrouvé avec, sur les bras, le cadavre d’un marchand tibétain de passage dans le gros bourg campagnard de Yantai. Puis, à la fin du tome un, il se ramasse avec la mystérieuse disparition de la digne épouse de Feng-Taï, un riche marchand local. On dit que c’est Tigre blanc, un genre de justicier masqué, qui tient séquestrée la femme ET l’enfant qu’elle porte en elle afin de soutirer une grosse rançon au papa. Comment faire pour retrouver cette disparue avant qu’on ne mette la main sur Tigre blanc? Car, après tout, ce fameux justicier au nom de félin n’est autre… qu’une femme!... Et, qui plus est, la maîtresse de l’enquêteur!! Ce dernier ne veut évidemment pas la voir croupir dans les geôles impériales!!

 

C’est pourquoi Wang mettra tout en œuvre pour éclaircir la situation, qui s’avèrera un véritable nœud d’embrouilles. Il devra de plus concurrencer Shun le Sanglant, un mercenaire sans scrupules que Feng-Taï a engagé parce qu’il trouvait que l’enquête officielle pour retrouver sa femme n’avançait pas assez vite! À travers ses recherches, Wang découvrira qu’il n’est pas le seul à avoir des choses à cacher!

 

On se trouve donc en présence d’une enquête intéressante, avec quelques révélations inattendues, d’autres plus prévisibles, quelques situations un peu tirées par les cheveux (comme quand le jeune fils de Wang se fait passer pour un médecin!), mais pas plus que dans les autres enquêtes du même genre. En fait, le principal attrait de celle-ci, ce n’est  pas l’enquête en tant que telle (qui est correcte mais qui ne bouleverse pas le genre), mais le dépaysement géographique et historique. Il est intéressant de prendre contact avec certaines façons de faire de l’époque, de voir certains objets inusités dans leur cadre réel et non exposés dans un musée. De plus, on apprend (enfin!) pourquoi la série porte le nom d’Œil de jade.

 

Bref, cette histoire en deux tomes saura sûrement plaire aux amateurs d’Agatha Christie et de Chine antique malgré la qualité moyenne de ses dessins.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la couverture est jolie. La forêt de bambou et  la lame de l’épée en très gros plan lui donne un certain raffinement… Dommage que la face de tigre, en reflet sur la lame, rappelle les horribles chandails en coton ouaté avec des loups hurlants à la lune que l’on retrouve malheureusement dans tous les marchés aux puces!

 

  • certains personnages suscitent un peu d’émotion. La jeune Ting est charmante avec ses petites demandes terre à terre qui nous plongent dans le quotidien de Wang. Le perfide Shun le Sanglant est détestable dès son entrée en scène. Le gros Chang, avec son allure porcine qui sied merveilleusement bien à son caractère avide et trouillard, est risible de bêtise.  Si ces personnages secondaires nous font réagir en suscitant charme, dégoût ou mépris, c’est probablement qu’ils sont bien cernés!

 

  • le contexte historique. Comme je m’y connais peu en matière d’Asie médiévale, j’ai pris un certain plaisir à observer l’architecture, les objets, les vêtements et les coiffures de l’époque, ainsi que certains aspects du mode de vie des Chinois d’alors.

 

  • la résolution finale de l’intrigue est agréable. Tant la confrontation du coupable que sa mort, à la dernière planche, tout cela est bien rendu, avec punch et un certain sens du suspense, comme on aime bien que ça le soit à la fin d’un polar : «Et le coupable est… (tambours et trompettes!) : Untel!» «Oh wow! C’est le seul que je ne soupçonnais pas!»

 

  • le graphisme et les couleurs. De manière générale, ils se sont améliorés. Monsieur Tenderini contrôle plus ses coups de crayon, qui commencent à être un peu moins anguleux. Il semble y avoir de l’espoir…

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • tous les combats sont illisibles! Que ce soit celui de la page 14, celui des pages 19 et 20 ou pire encore, le combat final de la page 45, ils sont tellement décousus qu’on n’y comprend absolument rien! Les plans et des angles de vue sont mal choisis, et leur enchaînement semble tout à fait aléatoire, ce qui n’aide en rien!

 

  • l’incongruité de plusieurs personnages. J’ai de la difficulté à donner du crédit au fils de Wang qui s’entête à suivre son père dans ses filatures, malgré les risques. Il ne semble pas avoir le cran qu’il faut pour ce genre de boulot, et il m’apparaît trop jeune pour que son père accepte de le prendre comme son assistant, surtout pour certaines missions plus périlleuses. Mais il y a pire : la psychologie tordue de la femme de Feng-Taï! Que la dame simule son propre enlèvement afin de se soustraire de la morne vie que lui offre  son mari, je veux bien, mais qu’elle aille jusqu’à se couper le doigt, juste pour parfaire l’illusion et le  pousser à payer une rançon, ça me laisse complètement perplexe… C’est tout à fait absurde, en fait! Bien trop fort pour être crédible, non?!

 

  • l’attachement de Wang pour Tigre blanc. Leur relation prétendument amoureuse n’est pas assez étoffée pour être crédible. C’est bien dommage puisque c’est la pierre angulaire de tout le récit! C’est peut-être parce qu’on ne fait que nous dire que la dite relation a débuté antérieurement, dans une autre province, sans qu’on en soit témoin, pas même en «flash-back»… Leurs retrouvailles, en partie fruit du hasard, sont elles aussi assez étonnantes. Je n’ai vraiment pas accroché à cet aspect du récit. Ce n’est pas les petites phrases introspectives de Wang, sur la première planche du tome #2, où il parle de ses «démons intérieurs» en faisant allusion à sa relation avec Tigre Blanc, qui parviennent à donner de la crédibilité ou de la profondeur à cette histoire «d’amour»!

 

  • les décors sont très inégaux. Parfois, ils sont très riches et détaillés…  mais à partir du dernier tiers, ils deviennent vides et monochromes… Est-ce que le dessinateur était à la bourre à cause de sa date de tombée et qu’il s’est mis à tourner les coins ronds!?!


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Venise: C'est vrai, je les avais oubliés, ceux-là. Ma foi, peut-être es-tu rendue au stade de monter ta moyenne à 2 BD par mois!?!?! Wow!! Ce serait fantastique!! Surtout qu'au temps que ça prends pour lire une BD, ça ne t'empêcherait en rien de poursuivre ton beau travail pour le Passe-Mot!! Kikine a bien analysé ce phénomène sur son billet du 17 mai 2010 intitulé «J'aurais adoré être ethnologue» de Margaux Motin! Je t'encourage à le lire et à réfléchir à mon offre!
Rédigé par PG Luneau le mardi 18 mai 2010 à 16:42


Hum Hum ... j'ai sûrement mon quota d'une BD par mois, si tu inclus aussi les Ben, Magasin général et Rémi.
Rédigé par Venise le mardi 18 mai 2010 à 15:32


@ Venise: Que tu ne lises pas toutes mes critiques, ça me convient, mais à une seule condition: que tu respectes ton contrat de lire AU MINIMUM une BD par mois!! (Avec Mamette et Pico Bogue, tu as sûrement respecté ton quota cette année!!).
Pour ce qui est de mon retour à ma Lucarne, il s'effectue lentement: hier soir a été la première soirée où j'ai eu l'énergie de me replonger dans la lecture de BD... après trois semaines de sevrage forcé!! J'en suis bien content. En effet, cette critique-ci et la prochaine (tiens toi bien: c'est la centième et elle va «fesser fort»!) étaient déjà en chantier avant le déménagement, je n'ai eu qu'à les refignoler le week-end dernier pour les mettre en ligne. La critique #101 marquera donc ma première lecture de BD dans ma nouvelle demeure! Et elle sera bonne, ce qui me semble de bon augure!!
Pour ce qui est de la réponse de Kikine sur l'histoire de son prétendu bébé, que je soupçonne d'être une couverture pour cacher ses activités d'espionnage ou de terrorisme, elle n'a toujours pas répliqué: n'est-ce pas là un aveu de culpabilité flagrant??! En effet, ne dit-on pas :«Qui ne dit mot consent»!?!?! C'est une histoire à suivre!!!...
Rédigé par PG Luneau le lundi 17 mai 2010 à 17:37


Mon doux !!!

Je viens juste de lire les commentaires ! J'ai hâte d'entendre Kikine au sujet du faux bébé ;-)). Une pitchounette, paraîtrait-il !

Rédigé par Venise le lundi 17 mai 2010 à 0:18


J'avoue (pardonne-moi, Pierre-Greg !) ne pas avoir lu chaque ligne, chaque ligne. Suis-je à moitié pardonné ... j'ai entendu dire que faute avoué à moitié pardonné ?! Mais en voyant le 3 sur 6, je me suis dit, il y a autant de bons que de mauvais côtés. Et c'est le cas. Moi, je me serais fait prendre par une si jolie couverture.

Par contre, je suis SUPER contente de ton retour ! Ça bouge dans la lucarne, la lumière est allumée et il y a quelqu'un qui lit et écrit et il s'appelle Luneau.
Rédigé par Venise le lundi 17 mai 2010 à 0:15


@ Arsenul: Je dois avouer que j'ai très peu de séries des Humanos dans ma collection. En fait, leur collection Dédales avait trouvé une petite place dans mon coeur... mais ils l'ont sabordée!! Et comme je n'ai jamais accroché aux Technopères et autres séries «hard-fantasy» ou «hard-S.F.» qui ont fait la réputation des Humanos, et bien, ce n'est pas une maison d'éditions que je côtoie souvent! D'ailleurs, leur site n'est pas très convivial, surtout si on le compare à ceux des autres gros éditeurs.
Rédigé par PG Luneau le dimanche 16 mai 2010 à 22:43


Effectivement, une bonne BD d'action où les combats sont embrouillés c'est dommage. Sans vouloir tout mettre dans le même panier, chez les Humanos, les gros canons marchent bien, mais les séries à plus petits tirages sont parfois boiteuses.
Rédigé par Arsenul le dimanche 16 mai 2010 à 20:59


@ Kikine: Tu ne peux pas savoir le plaisir que j'ai de vous retrouver, le Net et toi! J'ai trouvé ça beaucoup plus dur que je ne le pensais, d'être débranché pendant deux semaines!!! Mais malgré la somme colossale de travail que c'est que d'aménager dans une nouvelle demeure, il n'en demeure pas moins que c'est palpitant et très agréable de faire son aire! Depuis hier, entre deux boîtes à défaire, j'ai repris contact avec mes blogues de prédilection: celui d'Arsenul, le Passe-Mot, le Pigeonographe, bien sûr... Pour ce qui est du tien, je me réservais la journée de demain pour tenter de tout lire (et peut-être parfois commenter) les six millions de billets que tu as rédigés au cours des deux dernières semaines. C'est fou comme tu es prolifique!!! Et le pire, c'est que tu trouves en plus le temps de lire!!! Chose certaine, ton histoire de bébé, je commence à croire que c'est de la frime: avec un vrai bébé, tu n'aurais pas le temps de faire tout ça!! ;-)
Rédigé par PG Luneau le samedi 15 mai 2010 à 22:07


Qu'il fait plaisir de te relire PG !
Rédigé par kikine le samedi 15 mai 2010 à 16:02




Dernièrement, j'ai lu... Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Testament du capitaine Crown
#01- Cinq enfants de putain
02 avril 2017

Boule à zéro
#01- Petit coeur chômeur
26 mars 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Dure, dure, la vie de jeune adolescente?? Pas que!!...

anne des ocreries, sur Candy chez Oliver Twist!

anne des ocreries, sur Rapaces, violents et roublards au cube... des vrais pirates, comme on les aime!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin