Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Gretchen
#01- GRETCHEN
Scénariste(s) : Arthur DE PINS
Dessinateur(s) : Arthur DE PINS
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Zombillénium
Année : 2009     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre
Genre(s) : Fantastique humoristique
Appréciation : 5 / 6
Y a des jours (et des morts!) où tout va mal!
Écrit le mardi 02 août 2011 par PG Luneau

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas une bonne journée pour Aurélien Zahner! D’abord, il apprend que sa femme le trompe avec son professeur de taï-chi. Puis, alors qu’il décide d’aller braquer un petit bistrot (pour montrer à la face du monde entier à quel point il est désespéré!), le pistolet qu’il tient en main… se transforme en banane!?!?! Finalement, alors qu’il fuit, complètement déboussolé par ce phénomène inexplicable, il se fait frapper. Mortellement.

 

Vous croyez que le bel Aurélien est au bout de ses peines? C’est que vous ne savez pas que l’on n’en est seulement qu’à la onzième page de l’album Zombillénium!! En effet, le pauvre bougre sera en plus mordu par un vampire (puis par un loup-garou, puis encore par le vampire, puis encore par le loup-garou…!?!) et embauché de force dans un parc d’attractions à la thématique bien particulière!!

 

Si cette mise en place vous intrigue et vous attire, indubitablement, c’est que vous êtes mûrs pour venir passer la journée à Zombillénium, le parc à thème le plus morbide de la planète! Fantômes, momies, cyclopes, monstres en tous genres, voici ce que vous trouverez dans ce paradis de la peur à petites doses! Tous les employés, de la personne qui actionne les montagnes russes à celle qui vend la barbe-à-papa, ont l’air attifé comme s’ils allaient à un party d’Halloween au château du comte Vlad, en Transylvanie! Seulement voilà : si les costumes et les effets spéciaux ont l’air si réel… c’est qu’ils le sont!! En effet, ces employés sont réellement des fantômes, des momies, des cyclopes et des monstres en tous genres, aucun costume ni aucun maquillage n’est requis!!

 

Vous pouvez donc imaginer la surprise du pauvre Aurélien, ramené à la «vie»… enfin, non, puisqu’il est mort, mais… «ravivé» ou «réactivé», dirais-je, par la morsure de Francis Von Bloodt, vampire et directeur de ce parc bien particulier, pour lequel on travaille éternellement puisque même la mort ne peut pas nous priver de ce plaisir!! Tout au long de l’album, Aurélien se familiarisera avec son nouveau milieu de travail. Il fera connaissance avec ses nouveaux collègues (dont la mystérieuse Gretchen du titre!) et découvrira, petit à petit, les pouvoirs qui lui ont été impartis en même temps que sa nouvelle condition. Mais qu’est-il, exactement? Un vampire? Un loup-garou? Un vampire-loup-garou? Ça pourrait sembler logique puisqu’il a reçu les deux types de  morsures! Mais Gretchen, jeune sorcière en stage au parc, subodore une situation encore plus complexe… et avec le nez qu’elle a, pas besoin de vous dire que c’est plutôt elle qui a raison!

 

Quelle étrange surprise que cette nouvelle série! Et c’est publié dans Spirou!??! C’est vrai que ce magazine est moins propret que dans les années 60! On l’a remarqué avec des séries récentes plus «corsées» dans leur ton (comme les Nombrils) ou dans leur thématique (comme les Démons d’Alexia)!

 

Si j’étais, au départ, un peu sceptique face au style de dessin, entièrement fait à l’ordinateur, j’ai été surpris de constater que c’est plutôt l’absence de lignes, pour délimiter le contour des formes, qui m’a le plus déstabilisé. Un peu comme je l’expliquais dans ma critique du 4e tome de la série Lou, je suis habitué de voir des lignes noires (l’encrage, en fait!) pour circonscrire les différentes parties des éléments qui composent une image. Ici, pas de ligne entre ces zones, simplement un changement de couleurs! Pire que pire : même les vignettes n’ont pas de cadre officiel, non plus que les phylactères!! Tout s’effectue simplement par juxtaposition de couleurs, le phylactère étant automatiquement circonscrit par la blancheur de la bulle sur le fond coloré de la vignette où il se trouve!

 

Sinon, ce style différent, engendré par une nouvelle technologie appliquée au dessin, n’est pas laid, en soi : il demande simplement à être assimilé, comme tout changement! Je reste donc ouvert au style d’Arthur de Pins, cet artiste que je ne connaissais pas, mais qui fait de plus en plus parler de lui avec Péchés mignons, sa série de gags coquins publiée chez Fluide glacial, et sa Marche des crabes, un album bien coté qu’il a publié chez Noctambule et qui attend sa suite.

 

Il est clair que tous les jeunes ados, fervents amateurs de Twilight, de Buffy contre les vampires et d’autres sagas du même genre seront ravis de lire cette nouvelle série, plein de potentiel! Je la crois adaptée aux jeunes dès 12 ou 13 ans, après avoir lu les Monster allergy, sur un thème semblable mais plus fantaisiste!

 

P.S. : Deux petites curiosités relevées sur le site Placard à BD :

D’abord, l’inscription «Don’t bother me, I’m a Salem Witch», apparaissant sur le t-shirt de Gretchen dans le bas de la dixième planche, disparaîtra dans les planches suivantes.

Puis, la route départementale D40, dans le haut de la treizième planche, ne devient plus qu’une nationale N40, douze pages plus loin! Merci, Placard à BD, de nous souligner ces petites perles!!

 

 

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la sublime page couverture, qui d’ailleurs a été nommée troisième plus belle couverture de l’année 2010 au concours annuel du site BD’gest! Suis-je le seul à trouver une ressemblance évidente entre ce personnage de Gretchen et la comédienne Michelle Trachtenberg, qui incarnait la sœur de Buffy, la chasseuse de vampires ? C’est aussi une belle idée d’aller à l’encontre des standards de beauté et de présenter une jolie fille… avec un nez en patate qui rend, au final, son visage assez ordinaire. Ça sort des stéréotypes et c’est très bien.

 

  • le contexte d’un parc d’attractions. J’ai toujours trouvé que les cirques ambulants, les foires et les fêtes foraines étaient des milieux de vie intrigants et riches, propices à des scénarii intéressants (j’ai d’ailleurs quelques idées en ce sens qu’il me faudrait bien développer, un de ces quatre!).

 

  • plusieurs personnages attachants. D’abord, le pauvre Aurélien, qui subit tout ce qui lui arrive sans avoir vraiment rien à dire. Il est craquant tout plein : j’adore la planche en gaufrier qui nous le montre faisant sa toilette et retrouvant un semblant d’assurance! Puis la mystérieuse Gretchen, spécialiste dans l’art de s’entourer d’une aura de mystère afin de paraître encore plus intrigante! J’ai bien aimé, aussi, les toujours amusantes «entrées en scène» du manager, Yves Belberthel, un homme invisible! Il faut le faire : «dessiner» un homme invisible et le rendre intéressant!!?

 

  • l’audace d’avoir laissé certains gros mots. C’est étonnant, surtout quand on pense que cette série est prépubliée dans le très réglo magazine Spirou! J’ai adoré la gentille traduction que l’auteur a daigné nous soumettre, puisque les gros mots en question sont en anglais! Par sa totale absence de correspondance avec les mots qu’elle est censée traduire, elle ajoute un gag subtil, sympathique et très amusant.

 

  • le mystère introduit par le dialogue final. Gretchen en cache plus qu’elle n’en montre, c’est évident! Et quelles sont les intentions réelles de Behemoth, le grand propriétaire du parc? Qui est-il et quels sont ses liens avec la jeune sorcière? Beaucoup de beaux mystères… et c’est tant mieux, car nous n’en sommes qu’au premier tome!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la fadeur de l’illustration des pages de garde. La grisaille de cette banlieue industrielle est bien trop marquée pour être attirante ou stimulante! Elle ne me donne pas du tout envie de poursuivre ma lecture!

 

  • l’opportunisme du nom de la série… et de sa thématique, d’ailleurs! Bon, les vampires et les zombies ont la cote, grâce à Twilight, à la Confrérie de l’étrange et aux autres Loup-garou du campus qui peuplent l’imaginaire des adolescents. D’accord pour profiter de la manne. Mais pourquoi appeler ça Zombillénium, sinon pour, en plus, profiter de la paronymie avec le succès littéraire de l’heure, Millénium. C’est assez bassement matérialiste!

 

  • les couleurs en général. Le thème génère un côté sombre, c’est bien évident, mais était-il indispensable d’y adjoindre un ciel perpétuellement grisâtre, du bitume gris et des locaux bruns, beiges ou olive délavée? Ce n’est pas parce qu’on a affaire avec des morts qu’il faille que ça manque de vie!

 

  • l’absence d’encrage, de lignes de contour, tant pour les dessins que pour les phylactères ou même les cases! Comme j’ai clairement expliqué cette spécificité de l’album plus haut, je n’en rajoute pas.

 

  • la lenteur relative du récit. On se trouve ici en présence d’un album d’introduction classique, qui présente surtout le contexte et les personnages, mais dans lequel l’action est assez minimale. C’est correct, mais on se souhaite plus de rebondissements dans les prochains tomes.

 

  • l’absence de pagination. Voulez-vous bien me dire ce que ça peut bien apporter de ne pas numéroter les pages d’un bouquin?? Qu’est-ce que ça rajoute à l’œuvre?? RIEN DU TOUT!! Donc, pourquoi ne pas le faire systématiquement?? Pour économiser l’encre d’impression?? C’est absurde!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Yaneck : Mais c'est qu'il en remet une couche!! Pourquoi crois-tu que je ne fais aucune référence??? Parce que, quand j'ai essayé d'en faire une, je me suis retrouvé avec un paragraphe supplémentaire de douze lignes juste pour situer la case dont je voulais parler!! C'est ce qui arrive, quand les éditeurs ne sont pas foutus de paginer!! J'ai donc préféré couper cette observation (qui devait, bien évidemment, être des plus pertinentes!) et rajouter celle sur l'absence idiote de numéros de page!
Et pour ce qui est de ton extrait avec Michel Galabru, tu tentes vraiment de nous impressionner, nous, Québécois, avec un geignard qui se plaid du fait qu'il fasse moins 20, moins 30 ou même (hou lala!) moins 40!! Chez nous, il fait moins 40 à l'année, quand le soleil est à son zénith!! Dans le plus sombre de la nuit, ça descend facilement dans les moins 60 ou moins 75... Alors, ton froid du Nord, il ne m'émeut pas trop! D'ailleurs, ce qui manque à cette BD, ce n'est pas de la chaleur : c'est de la lumière!!
(En fait, j'espère que tu es conscient que je te «niaise d'aplomb», là, quand je te parle de la météo québécoise?!?! Je sais qu'il y a tellement de rumeurs ridicules de ce genre qui circulent en Europe que j'ai un peu honte d'en entretenir une juste pour le plaisir de te faire marcher en faisant semblant d'être offensé!! Sans rancune?! ;-)
(By the way : c'est vrai que Saint-Malo, c'est un coin de Paradis!)
Rédigé par PG Luneau le mercredi 03 août 2011 à 22:41


St Malo, ce n'est pas le nord. C'est la Bretagne Nord, et cette région, c'est le Paradis (une fois qu'on en a enlevé les habitants et leurs fichus revendications identitaires). Ca n'a rien à voir monsieur! Le Nord, il fait froid, en plus de pleuvoir tout le temps. La preuve en image. ^^
http://www.youtube.com/watch?v=8-fTsbNt69g

Pour la page, je te ferai remarquer que tu n'as fait aucune référence dans ton article, c'est dire que ça ne dois pas trop manquer (mode mauvaise foi: on)
Rédigé par Yaneck le mercredi 03 août 2011 à 14:01


@ Yaneck : Bon bon bon! Monsieur trouve à redire? ;-) Merci pour la précision géographique. J'avoue que je n'en avais pas conclu que ça se situait au Nord, «là-haut, dans le brouillard» comme le disait Fugain (moi aussi, j'ai une certaine culture musicale!)... Mais j'en rajouterais une couche en précisant que j'ai visité Amiens, Rennes et St-Malo, et que s'il a plu effectivement à plusieurs reprises, il y a aussi eu plusieurs jours de beau soleil (Ah! La plage de St-Malo au soleil!...)!! À quand le soleil sur Zombillénium?
Pour ce qui est du thème, j'avoue que tu as raison : le fantastique, avec démons, zombies et tutti quanti est assez rare, par chez-vous (quoi qu'il y ait eu Outre-tombe, Private ghost, Scott Zombi...). Je t'accorde donc ce point.
Pour ce qui est de l'absence d'encrage, je persiste et signe : c'est un style nouveau auquel je devrai m'adapter... Ce qui ne veut pas dire que je l'aime pour autant! C'est comme manger du pain de blé entier : je sais que c'est mieux pour moi, et je l'intègre à mon alimentation, mais je n'irais pas jusqu'à dire que c'est «bon»! Pas encore, du moins!
Et pour ce qui est de la pagination, ce n'est pas un problème de lecture : c'est un problème de références! Je te ferais remarquer que lorsqu'on veut attirer l'attention sur une scène ou une case en particulier, ça va bien plus vite de dire : «Voyez la troisième case de la page 22...» que de dire «Voyez la troisième case de la page où l'on voit le gars qui prend l'ascenseur (mais pas la première fois, la deuxième!) et qu'il découvre que ...» C'est une question d'aspect pratique, tout simplement!
Mais, ceci étant dit, je respecte tout à fait ton droit à tes points de vue! ;-)
Rédigé par PG Luneau le mercredi 03 août 2011 à 12:10


Alors, tes questions appellent quelques réponses, dans le désordre.

Sur la couleur du ciel, tout ça, le gris: mon cher amateur de cabanes à sucre et autre poutine (le plat, pas l'autocrate), cela s'appelle une référence culturelle française. Le parc se trouve dans le nord, dans une région déprimante qui, c'est bien connu, ne connaît pas le soleil. Citons Pierre Bachelet ("Au nord, c'était les corons, la neige, c'était le charbon..."), ou Jacques Brel ("Avec la mer du nord, pour dernier terrain vague... avec infiniment, de brumes à venir"). Bref, le Nord, c'est pourrit, c'est pas drôle, quel endroit plus incongru, donc, pour mourir de rire et de peur? je pense que c'est la raison de ces choix de coloris.

Pour le nom, ne pourrait-on pas plutôt voir cela comme une blague, une référence, plutôt que comme une utilisation bassement commerciale?
Pour le thème, oui, c'est assez classique en ce moment, mais n'a-t-on pas ici un traitement différent qui apporte un plus, via l'humour? Je crois que si pour ma part. Qui plus est, cela se passe en France. Or, la France n'est pas très ouverte au fantastique sur son territoire. C'est un grand regret pour ma part, puisque j'aimerai qu'on soit capable de produire un buffy like français, plutôt qu'une énième série policière qu'on sait très bien faire. Donc j'approuve pour ma part le choix de l'auteur. Il navigue sur un thème très utilisé, avec originalité et humour. Moi, ça me va.

L'absence d'encrage, je ne comprends pas pourquoi tu le mets dans les agacements, alors même que tu dis dans tes développements que c'est un style particulier auquel s'adapter, et que tu y es parvenu... Il faut choisir son camp mon ami. ^^

La pagination... ah, le pinaillage de rigueur... ^^
Parce que tu lis le numéro des pages toi? Tu en fais quelque chose? Comme disait Dany Boon dans son sketch sur Arlequi Champion de l'Amour, je crois, il faut pas le lire le numéro, tu sais? ;op

Bon, tout ça c'est dit. nananère, quand on chipote, on attire le chipotage ^^
Rédigé par Yaneck le mercredi 03 août 2011 à 3:35




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin