Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#04- Yakitate Ja-Pan!! Un pain c'est tout
#04- YAKITATE JA-PAN!! UN PAIN C'EST TOUT
Scénariste(s) : Takashi HASHIGUCHI
Dessinateur(s) : Takashi HASHIGUCHI
Éditions : Delcourt
Collection : X
Série : Yakitate Ja-Pan!! Un pain c'est tout
Année : 2002     Nb. pages : 192
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (4, 5 & 6 / 26) (Manga)
Genre(s) : Quotidien, Aventure humoristique, Humour grivois
Appréciation : 5 / 6
Bon comme du bon pain!
Écrit le dimanche 18 août 2013 par PG Luneau

Tomes lus : #4 (2002), #5 (2003) et #6 (2003)

Ça y est!! Après un an d’attente, je n’y tenais plus : il me fallait lire la suite de Yakitate Ja-pan!! Un pain c’est tout!!  D’ailleurs, l’envie de me remettre à la boulange me reprenait d’autant! «Alors, me suis-je dit, pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable!»… Et j’ai lu trois tomes de ce fascinant manga sur l’univers… des boulangers!!?!

Un rappel, pour ceux qui n’auraient pas lu mes critiques des trois premiers tomes (ici, ici et ici) : Kazuma Azuma est un Japonais qui s’est donné comme défi de concevoir le meilleur pain qui soit, un pain tellement bon qu’il deviendrait LE pain national du Japon (un pays où le riz a beaucoup plus la cote que le blé, on en conviendra!). Ce faisant, le jeune homme a raté son examen d’entrée à la maison-mère de Pantasia, la plus grande chaîne de boulangerie du pays… mais il a pu trouver un emploi dans une de ses succursales, au sud de Tokyo.

Mais voilà que Pantasia organise sa compétition annuelle, un concours qui permet à tous les nouveaux employés de démontrer leur savoir-faire. L’heureux gagnant se verra octroyer un poste à la prestigieuse maison-mère! Azuma et son copain Kawachi voient là l’opportunité qu’ils attendaient… mais les compétiteurs sont de haut niveau, et ce ne sera pas de la tarte (c’est sûr : c’est du pain!! ;^)

Mais comme les Japonais ne peuvent pas ne pas tomber dans le pathos (songez à Démétan, à Heïdi, à Candy et tutti quanti!!...), une complication d’ordre majeure s’impose et ajoute au défi une dimension insoupçonnée!

C’est que la propriétaire de la franchise de Tokyo sud (donc la patronne d’Azuma et de Kawachi), la jeune Tsukino Azusagawa, se trouve aussi à être la petite-fille du propriétaire de la chaîne… mais une petite-fille illégitime!?! Ses deux demi-sœurs, les petites-filles légitimes du vieux bonze, mèneront la vie rude à Tsukino… D’abord en lui mettant des bâtons dans les roues dès qu’elles le pourront, mais surtout en s’organisant pour l’embarquer dans une gageure terrible : Tsukino devra leur remettre sa succursale advenant que l’un de ses poulains ne remporte pas la compétition!! Voilà de quoi mettre pas mal de pression sur les épaules de nos deux boulangers en herbe!!

Tout au long de ces trois tomes, c’est le fameux tournoi qui se déroule, tournoi qui avait commencé dans le tome #3… Les quarts de finale, puis les demi-finales, puis la finale… À chaque fois, on suit les déboires d’Azuma, mais aussi ceux de Kawachi! Ça fait donc beaucoup de duels, beaucoup de pains… et ça pourrait facilement devenir TRÈS redondant! Est-ce que ce l’est?? Peut-être, mais je suis personnellement si intéressé par le thème et engagé dans le récit que ma flamme scintille encore! Je ne sais si elle restera bien allumée jusqu’aux tomes #10, 17 ou 22 de la saga, mais je sais que malgré le manque de diversité dans la formule proposée, j’ai encore envie de savoir ce qu’il adviendra de cette chouette équipe de la succursale de Tokyo sud… D’autant plus qu’avec la fin imminente du tournoi, l’auteur n’aura pas le choix de varier un peu sa… recette (!!), qui est déjà plus pimentée que jamais grâce à la présence des deux cruelles demi-sœurs de la pauvre Tsukino!

Chose certaine, je suis à peu près assuré que l’été prochain (ou peut-être même avant!), j’aurai le goût de refaire du pain… et que je m’en servirai comme prétexte pour lire les tomes suivants!! À ce sujet, pour ceux que mes propres expérimentations intéressent, sachez que mes deux pains de cette année étaient encore un peu massifs, mais qu’ils étaient deux fois plus gonflés et deux fois plus dorés que ceux de l’été dernier! Et quoi qu’en pensent ceux qui y ont goûtés, pour moi, ils sont une belle réussite, et j’en suis très fier! Papa et grand-papa, tous deux boulangers, seraient fiers de moi! ;^)

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le bonus du tome #4 qui nous raconte un peu la jeunesse de Ken Matsushiro, le gérant et mentor de nos deux héros, et ses débuts en boulangerie. Il nous permet de mieux connaître ce personnage majeur de la série, tout en implantant des touches de mystère : pourquoi tous ces pseudonymes ridicules?? Je sens qu’on croisera ses amis et rivaux de jeunesse dans un avenir plus ou moins rapproché!!

 

  • Les notes de bas de pages, pour traduire certains symboles japonais ou pour nous clarifier certains concepts. Delcourt fait un très bon travail de traduction, en daignant toujours éclairer nos lanternes quand des détails d’ordre culturel pourraient nuire à notre compréhension!! Bravo, c’est fort apprécié!

 

  • de bonnes accroches de fin de récit, qui nous poussent à toujours vouloir lire la suite! Chacune des étapes de la compétition se clôt avec un nouveau punch, un nouveau défi, un nouveau mystère… C’est super stimulant!

 

  • l’originalité des recettes, qui me font toutes plus saliver les unes que les autres! Comment ne pas développer l’envie de se mettre nous-mêmes les mains à la pâte, à la vue de tels chefs-d’œuvre??!

 

  • les pages couleurs, à la fin du tome #4. Ça fait un peu gadget et ça apporte bien peu de chose au récit, mais c’est quand même agréable d’avoir un aperçu de ce à quoi ressemblerait la série si elle était en couleurs!!

 

  • un beau personnage de méchante. Yukino, l’aînée des demi-sœurs de Tsukino, révèle une personnalité vraiment machiavélique. Tant la hargne haineuse qu’elle déploie pendant ce concours (où elle triche, bien évidemment!) que la cruauté qu’elle a manifestée naguère, lors de l’enterrement de la mère de Tsukino, font d’elle une «méchante» de premier ordre, comme seuls les Japonais peuvent en créer!!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • l’horrible propension de l’auteur à insérer des petites incartades d’ordre sexuel!! Mais qu’est-ce que c’est que ce jeune gamin qui vient reluquer la serveuse aux gros nichons… qui elle-même en rajoute une couche en lui plantant le nez dans son corsage pour le consoler?!?!?!! Moi qui voulais partager cette super série avec mes élèves, c’est raté!! À cause d’un détail aussi insignifiant, qui n’ajoute absolument rien à l’intrigue!! D’ailleurs, elle se trouve dans un récit à part, un bonus parodique intitulé Takitate Go-han, un grain c’est tout, où on fait la connaissance d’un mangaka (qui a l’air d’une fille!!??) qui dessine une parodie de Yakitate…, l’histoire d’un jeune américain qui veut faire goûter du riz à son père. C’est d’une vulgarité toute gratuite!! Vachement décevant de la part d’une série si pleine de promesse!! La couverture du tome #4 nous permet, elle aussi, de nous demander quel est le public recherché : les jeunes ou les vieux pédophiles pervers?!! Et l’auteur, Hashiguchi, qui en rajoute dans tome #5, quand Katsuo Umino, le petit bonhomme qui ressemble à un cochon, nous dévoile qu’il veut gagner le concours dans l’unique but de recevoir les faveurs sexuelles de son épouse!!?! Tous autres personnages sont outrés… mais jamais autant que moi!! Ces allusions sexuelles visaient probablement à s’attirer une clientèle de jeunes ados boutonneux aux hormones exacerbées… Mais était-ce vraiment avec deux ou trois courtes allusions du genre, dans les tomes #4 et 5 d’une série qui, auparavant, n’avait rien de coquin, que l’équipe de création voulait se fidéliser des jeunots en rut?? Ceux-ci ont maintenant tant d’autres séries bien plus explicites (sans compter le Net!!) pour combler leurs fantasmes lubriques, il me semble!! Plutôt que de les émoustiller, eux, j’ai l’impression que ces grivoiseries risquent plus de choquer les bien-pensants (comme moi!) qui en interdiront l’accès à une clientèle un peu plus jeune!! Le but visé est donc à mon sens totalement raté!! Déplorable!!

 

  • le look androgyne de nombreux personnages. Malgré son prénom, j’étais si sûr que le personnage de Dave Hashiguchi était une femme, dans le petit bonus du début du tome #4, que je ne comprenais plus rien, lors de sa véritable apparition dans l’histoire, à la p.182 de ce même tome!! Il en est de même pour la jeune Shigeru Kanmuri, qui fait son entrée en scène à la p.42 du tome #5… Ce n’est probablement qu’une centaine de pages plus loin que j’ai compris qu’il s’agissait d’un gars!! (P.S. : Et ce n’est qu’en écrivant ces lignes que je réalise que ces deux personnages portent le même nom que le mangaka – Hashiguchi - et l’un de ses collaborateurs - Kanmuri, tels qu’on nous les présente sur la jaquette du tome #4!! ;^) Pourquoi tant jouer avec cette ambiguïté des genres qui n’ajoute rien, sinon une totale confusion des lecteurs?? Ce n’est pas comme l’ambiguïté sur les attirances sexuelles, celles du juge Kuroyanagi, pour qui on insinue à de nombreuses reprises une homosexualité latente, ou celle suggérée par l’étonnante posture assez suggestive de Kawachi, à la p.134 du tome #5! Ces soupçons instaurent aussi une confusion, mais elle aura le mérite de paraître amusante pour plusieurs, contrairement à l’androgynie!!

 

  • les réactions de plus en plus ridicules de Kuroyanagi, le juge, à chaque fois qu’il est subjugué par la goût suave d’un pain!! Évidemment, comme c’est un concours avec des huitièmes, des quarts et des demi-finales, et qu’on suit l’évolution de deux concurrents (et leurs adversaires), ça fait beaucoup de dégustations… et plus la compétition progresse, plus les œuvres sont de qualités… Donc, plus les réactions sont exagérées!! Mais là, on tombe dans un burlesque un peu ridicule… Qu’est-ce que ce sera, rendu au tome #23 de la série?? (Quoi que je dois avouer que la fois où le bougre s’enlignait pour se mettre à poil m’a bien fait rigoler!! ;^)

 

  • les noms japonais… bon Dieu, ces noms!!! Je sais pertinemment que je serais le premier à chialer si ces personnages japonais s’appelaient Paul, Tom ou Fernand… Mais laissez-moi exprimer mon paradoxe! J’ai tellement de difficulté avec toutes leurs petites syllabes interchangeables!! Même avec une petite liste, j’ai toutes les misères du monde à retrouver de qui on parle quand on nomme quelqu’un!!... Et c’est sans compter la coutume asiatique de placer le nom de famille en avant du prénom!! Je ne sais jamais si on doit dire Monsieur Azuma ou Monsieur Kazuma, par exemple!!

 

  • une étonnante inversion homophonique, à la p.150 du tome #4 : «même un(e andouille) comme toi c’est ce que sait»!!??

 

  • des personnages trop burlesques ou sur-caricaturaux! Le pire, c’est Dave, le mangaka, devenu gros (pour ne pas dire énorme, ou plutôt gargantuesquement trop obèse!!)! C’est une horreur totale!! Mais le mystérieux Mokoyama, qui arbore les masques de koala, est assez bizarroïde, lui aussi! Pourquoi tant d’étrangetés inutiles??! À moins que le concept de «koala triste» ait une symbolique particulière dans l’imagerie japonaise… auquel cas, on aurait dû nous l’expliquer!!

 

  • un manque de variété dans la structure du récit. Oui, chaque étape du concours est unique et comporte des spécificités et des surprises différentes… mais après trois tomes et demi de défis culinaires incessants, il serait temps d’insérer quelques petites péripéties d’un autre ordre, question de nous changer les idées avant la prochaine compétition (qui ne saurait tarder :^)

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


Merci beaucoup ! lance-toi, ne serait-ce que pour le bonheur de humer la sortie du four....*slurp* !!!
Rédigé par anne des ocreries le samedi 24 août 2013 à 13:40


@ Anne des Ocreries : Ah!!! «sAliver»!!! Je ne l'avais sincèrement pas deviné, celle-là!!! Elle est trop bonne!! Je croyais vraiment à une nouvelle expression trop française pour moi!!! Et bien sache que j'ai amplement «slivé» sur tes photos, et que j'y «sliverai» sûrement encore!! Ta petite recette de pain au lait m'intéresse beaucoup, et j'espère qu'elle me fera «sliver», elle aussi!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le mercredi 21 août 2013 à 8:07


" saliver" ! j'ai la touche du " A " qui bloque sur mon clavier, une fois sur trois cette @%*£@ de touche ne marche pas ! Grrrr.....
Rédigé par anne des ocreries le mercredi 21 août 2013 à 3:51


@ Anne des Ocreries : Ben voilà!! Tu vois!! Tout est possible, avec les mangas : il y en a tant, de tous les genres!! Je savais bien qu'il allait y en avoir un qui tomberait dans ta tale, comme on dit chez nous!!
Je vais voir tes réalisations culinaires de ce pas... tout en cherchant le sens de ce nouveau verbe (français, j'imagine???!!!) : «sliver»!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le lundi 19 août 2013 à 23:09


@ Arsenul : Voilà, tu as tout compris! Yakitate... est un manga génial, qui aurait pu être parfait pour les jeunes à partir de 10 ans, mais qui passe à du 14 ou 15 ans et plus à cause des lubies lubriques de son auteur!! C'est enrageant!! J'aurais tellement aimé pouvoir le faire découvrir à mes élèves!! Grrr!...
Rédigé par PG Luneau le lundi 19 août 2013 à 23:03


@ Kikine : Qu'est-ce que j'ai hâte de lire ce que tu en penses!! Je suis sûr que tu vas adorer... Et je suis aussi presque sûr que tu vas te mettre les mains dans la pâte, toi aussi!! C'est chouette, faire du pain, surtout avec des enfants!! Je t'imagine déjà!... On pourrait échanger nos recettes!?! ;^)
Rédigé par PG Luneau le lundi 19 août 2013 à 22:59


@ Venise : Voilà pour t'aider à voir un peu plus clair en moi : le nombre d'éléments a beaucoup moins à voir que le poids de ces mêmes éléments! De plus, mes notations ne sont pas d'ordre mathématique! C'est beaucoup plus au feeling, en lien avec mon envie de lire une suite éventuelle! Tu serais peut-être due pour relire les explications que j'en fais sous l'onglet «Qu'est-ce?» de ma bannière, chère Venise : je fonctionne encore de la même façon que lorsque j'ai composé ce texte! ;^)
Rédigé par PG Luneau le lundi 19 août 2013 à 22:56


Bon, j'ai une recette quelque part, mais je la retrouve pas là ! en attendant, tu peux sliver sur mes photos de pain dans l'album " ma vie avec mon fourneau" sur FB....

Je serais curieuse de lire ce truc, tiens, je n'aurais jamais eu l'idée d'ouvrir ce genre de bédé !
Rédigé par anne des ocreries le lundi 19 août 2013 à 1:42


Bon billet! Tes agacements m'intéressent... ? Moi aussi je trouve bien dommage que ces détours à caractère sexuel nuisent aux albums, surtout face à un jeune public dont les parents cherchent parfois un peu des poux. Mais bon, il y en a d'autres des mangas! Je ne parle pas de "La paire et le sabre" oui oui ça existe...
Pour lecteurs avertis, l'histoire reste bonne, j'en prends note.
Rédigé par Arsenul 73 le dimanche 18 août 2013 à 22:29


C'est marrant que tu en parles aujourd'hui puisque j'ai récupéré les 3 premiers tomes en pensant à toi, hier, à la bibliothèque.
Je reviendrai donc lire tes articles lorsque je me serai fait une opinion.
A très vite donc !
Rédigé par Kikine le dimanche 18 août 2013 à 21:31


Je remarque que ce que tu as à redire (agacer, exécrer même) est plus long que ce que tu as aimé et pourtant, 5 sur 6. Je pense décidément que je ne comprendrai jamais tes cotes.

Et dommage, en effet, cette démagogie du sexe, se privant ainsi d'une très large clientèle enfantine. On dirait que le courant est de ne plus laisser les jeunes asexués.
Rédigé par Venise le dimanche 18 août 2013 à 21:09




Dernièrement, j'ai lu... Petits Mythos
#04- Poséïdon d'avril
08 décembre 2017

Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!
05 décembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

anne des ocreries, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin