Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Cinq enfants de putain
#01- CINQ ENFANTS DE PUTAIN
Scénariste(s) : Tristan ROULOT
Dessinateur(s) : Patrick HÉNAFF
Éditions : Soleil
Collection : X
Série : Testament du capitaine Crown
Année : 2011     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Diptyque
Genre(s) : Aventure de pirates / de cape et d'épée, Drame familial
Appréciation : 5 / 6
Rapaces, violents et roublards au cube... des vrais pirates, comme on les aime!
Écrit le dimanche 02 avril 2017 par PG Luneau

Tomes lus : ##01- Cinq enfants de putain

            #02- l'Or des damnés

 

De nos jours, l'évocation du mot «pirate» suscite des images souvent gentillettes, comme celle du petit pirate Playmobil que l'on place sur le gâteau d'anniversaire de notre petit neveu, pour ses 5 ans... On y rattache l'esprit d'aventure, la liberté du vent du large, la recherche de richesses... sous forme de chasse au trésor! Tout cela est très inspirant et attise l'imagination des enfants! Même Jack Sparrow, le pirate le plus connu des dernières années, se veut un sympathique dude, un peu crotté, certes, un brin magouilleur, c'est sûr, mais éminemment positif, en fin de compte. Pourtant, le monde de la piraterie devait être pas mal plus sombre que ce que les productions Disney veulent bien nous montrer!

Tristan Roulot et Patrick Hénaff, pour leurs parts, ont choisi de nous raconter une histoire de vrais pirates, cruels, sans pitié... et vraiment pas pour les enfants!! ;^) Leur passionnant diptyque le Testament du capitaine Crown est noir, souvent violent... mais il me semble pas mal plus près de ce que devait être la piraterie de l'époque! Et que de plaisir on ressent en découvrant toutes les péripéties et les innombrables revirements imprévisibles qu'il recèle!! ;^)

Le capitaine Crown, pirate émérite, vient de se faire assassiner, mystérieusement, alors que son navire était en rade dans une petite crique secrète : tout l'équipage s'est retrouvé endormi, et une ombre semble être montée sur le bateau pour le tuer! Qui peut bien avoir fomenté ce coup? C'est ce que se demande Red, son fidèle second, tandis qu'il s'échine à retrouver les enfants illégitimes du capitaine, selon les dernières volontés de celui-ci. C'est qu'il vaut toute une fortune, l'Or des damnés que cet animal a été en mesure de se mettre de côté! Et il l'a bien caché, dans un lieu que lui seul connaît! Une fois les enfants réunis et informés, il leur restera à dénicher le fameux trésor... sans se détruire mutuellement ni se faire court-circuiter par l'équipage, ce faisant!! Tout un défi pour ces Cinq enfants de putain!!

Si un voyage dans l'univers sans pitié des véritables pirates du XVIIe siècle ne vous effraie pas trop, si les index arrachés d'un coup de dents ou les têtes tranchées vous laissent de marbre (ou vous font vivre de bons petits frissons!! ;^), si vous aimez les scénarii surprenants et bien ficelés, avec juste ce qu'il faut d'invraisemblances ou de hasards pour leur donner un côté glamour, les deux tomes du Testament du capitaine Crown devraient vous combler!

À partir de 16 ans.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

 

  • de superbes mises en pages. La toute première planche du tome #1, ainsi que la 3e, sont particulièrement intéressantes. Ça commence fort! Idem pour certaines pages où l'on nous montre, en flashbacks, la vie du capitaine... J'ai particulièrement apprécié la course-poursuite des p.31 à 34 du 2e tome, avec le petit insert de la p.33.

 

  • l'utilisation sporadique de vignettes en noir et blanc. En effet, on retrouve, saupoudrées un peu partout, en plein milieu de séquences en couleurs, des cases uniquement en noir et blanc!? Et je n'ai pu y déceler une quelconque signification (sauf pour celles se déroulant lors d'un orage, et qui pourraient s'expliquer par l'effet d'un éclair). C'est intrigant... mais très joli! ;^) D'autant plus que Patrick est très habile pour nous offrir de superbes images en contre-jour! Ses silhouettes, tant de bateaux que des personnages, sont superbes... comme en témoigne la moitié supérieure des couvertures! J'ai d'ailleurs trouvé intéressante l'idée qu'on ne voit jamais le capitaine autrement que par son ombre, même dans les retours en arrière!

 

  • les couleurs de monsieur Le Moal, justement (accompagné de Julie Poupart pour le tome #2). Les bleus et les aqua sont magnifiques, surtout qu'ils sont toujours magnifiés par de superbes éclairages qui apportent une luminosité exceptionnelle. On en a un bel exemple dans le bas de la couverture du tome #2: la lumière qui traverse les frondaisons de cette jungle est capiteuse et ne peut que nous enjôler! Bravo!

 

  • un récit enlevant et très bien ficelé, du début à la fin. Si les premières planches sont un peu déconcertantes, gardez-vous bien d'abandonner votre lecture car, au bout du compte, tout s'éclaire. Tous les éléments étranges, les remarques sibyllines ou les regards en coin sont finalement expliqués, et dénotent bien l'intelligence de la construction du récit. Et quelle aventure!! Non seulement on a droit au récit annoncé, soit celui de la recherche d'un trésor légué par un capitaine à ses 5 bâtards, mais on a aussi droit, dans le premier tome, à une intrigue palpitante visant à nous faire connaître l'identité du meurtrier du capitaine! Je mets d'ailleurs quiconque au défi de voir venir le pot aux roses avant la révélation du tome #1!! Super!

 

  • d'excellents punchs, brillamment répartis tout au long du récit. La révélation de l'identité de l'encagé (tome #1, p.8 et 9) de même, surtout, que celle du frère jumeau de Siltje (t.#1 p.19 et 20) sont excellentes. Toute la chasse à l'homme menée dans le 2e tome par Yaja, peut-être le seul honnête homme de tout le récit, est très excitante... et le punch qui le précède (la découverte de Viktor par l'équipage (t. #2, p.25 et 26) est grandiose! Wow!! ;^)

 

  • la laideur mise de l'avant... tant aux plans physique que moral! Tout y est sale, gangrené, miteux... À commencer par les gênes du capitaine, qui transmettent à tous ses descendants une espèce de lèpre localisée! L'équipage n'est guère mieux avec, entre autres, le Coque qui a le cerveau qui pourrit de l'intérieur et Vries qui se fait arracher un doigt... d'une mordée!!? S'ils ne sont pas déjà affectés, pustuleux ou amputés, c'est via les venins de serpent et autres poisons que la quasi-totalité des personnages seront atteints! Mais toutes ces souffrances, ces déformations et ces horreurs physiques ne sont rien à côté du caractère vicelard de chacun!! Ils sont TOUS plus rapaces et traîtres les uns que les autres!! La folie démentielle qui les tenaille n'en fera que plus de ravages! Et ne vous fiez pas aux apparences: les femmes et les enfants ne font pas exception... ni même le curé, qui est peut-être le plus félon!?! ;^) Un récit entier avec QUE des gros méchants... et on s'y attache tout de même: c'est vraiment particulier!? ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • certaines petites invraisemblances, dont la plus agaçante: la trop improbable chance de Viktor dans SES chuteS extrêmeS (notez le pluriel!). Déjà, qu'il survive sans séquelle à sa chute du tome #1, c'est un peu exagéré. Qu'il survive à son autre chute, dans le tome #2, c'est limite, mais passe encore... mais qu'il ait pu rattraper son médaillon, lancé dans les chutes quelques fractions de seconde avant lui, là, c'est carrément du délire! C'est tellement héroïque et hollywoodien... que ça en amoindri le récit!Dommage! J'ai un peu de difficulté, aussi, à concevoir un navire totalement plaqué d'or... Il me semble qu'à un certain point, ça doit miner fortement son équilibre ou sa flottabilité, non?! :^(

 

  • de petits problèmes de proportions, parfois. Ça m'a particulièrement sauté aux yeux avec la vignette du haut de la p.6 du second tome: tout m'y semble un peu bancal!:^S Mon regard de profane me laisse à penser que les gens sur le pont du bateau sont trop petits par rapport à la largeur de celui-ci, que le gaillard d'arrière semble, pour sa part, trop gros et trop haut et, surtout, que le mat n'est pas du tout centré! Ça se peut, ça, un grand voilier avec un mat décentré??:^S

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : J'en suis fort aise!! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 09 avril 2017 à 11:04


Ah ? voici qui titille ma curiosité ??......
Rédigé par anne des ocreries le jeudi 06 avril 2017 à 18:51




Dernièrement, j'ai lu... Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Démons d'Alexia
#07- Chair humaine
07 mai 2017

Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #017- Avec Poirier, c'est le pied!!
11 juillet 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #017- Avec Poirier, c'est le pied!!

arsenul 73, sur le Retour de l'adorable fouineuse!!

anne des ocreries, sur le Retour de l'adorable fouineuse!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #016- l'Invisibilité, qui n'y a jamais rêvé?!?

Maxime Jobin, sur Un peu ardue, cette 8e!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin