Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Radiant
#01- RADIANT
Scénariste(s) : Tony VALENTE
Dessinateur(s) : Tony VALENTE
Éditions : Ankama
Collection : X
Série : Radiant
Année : 2013     Nb. pages : 184
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (manga)
Genre(s) : Aventure, Fantastique humoristique, Humour grivois
Appréciation : 4.5 / 6
Voici LE manfra qui cartonne au Japon!
Écrit le dimanche 07 février 2021 par PG Luneau

Tomes lus : #1, 2 (2014, 5/6), 3 (2015, 5/6) et 4 (2015)

C'est quoi?

Radiant, c'est un manfra (un MANga FRAnçais) d'aventures fantastiques conçu par le très talentueux Tony Valente, celui-là même qui a illustré la chouette série les Quatre princes de Ganahan, de Raphaël Drommelschlager, il y a quelques années. Depuis, M. Valente s'est risqué à pondre une première série manga en solo : c'était Hana Attori, c'était génial, c'était en format BD européenne classique (chez Soleil) et, fouillez-moi pourquoi, ça a floppé!?! :^(

Aussi s'est-il décidé à abandonner sa Hana et à faire une nouvelle série, mais de l'éditer cette fois chez des spécialistes du manga : Ankama. C'est comme ça que Radiant a vu le jour... et quel décollage!? Non seulement M. Valente a-t-il pondu 14 tomes en sept ans (!?!? :^O), mais sa série fait un tabac en Asie... Il remporte prix d'excellence par-dessus prix d'excellence. Et les Japonais ont décidé d'en faire une série de dessin animé : le premier animé tiré d'une série non-japonaise!! :^0 Ce n'est pas rien, quand même! C'est donc une véritable apothéose pour ce Français d'origine portugaise qui a vécu un bon moment à Montréal (mais y est-il toujours? Je n'en suis pas sûr...).

Mais ça raconte quoi, au juste? Dans un monde où d'énormes créatures magiques (les Némésis) tombent du ciel pour attaquer les gens dans les villes, les rares survivants à ces attaques se voient alors dotés de pouvoirs magiques qui pourront les aider à contrer les futures attaques. Malheureusement, les ragots et les superstitions crasses aidant, ces survivants, qu'on nomme des Sorciers, sont aussi suspectés d'être de mèche avec les Némésis, ou de les attirer : ils deviennent donc des parias, malgré qu'ils soient les seuls à pouvoir protéger la population!

C'est dans ce climat d'amour-haine qu'on suivra un de ces Sorciers, Seth, un jeune ado qui apprend tranquillement à contrôler ses pouvoirs, exceptionnellement puissants. Troublé par toute la rancœur et la suspicion qu'il suscite chez les gens, ce jeune idéaliste a une idée brillante : s'attaquer à ce qui serait à la source même des Némésis : le Radiant!!

Et voilà notre jeune héros qui part en chasse pour comprendre ce qu'est le Radiant (un lieu mythique? Une source d'énergie?) et pour trouver une façon de l'anéantir, de manière à ce qu'il ne génère plus de monstruosités. Une quête véritablement mangaesque, et qui sera parsemée d'embuches, d'imprévus, de rencontres (bonnes et mauvaises), de trahisons, de combats, d'humour, de découvertes et de revirements incroyables. Une quête qui devrait pouvoir s'étirer sur des centaines de tomes, il va sans dire!! ;^D

C'est comment?

J'aurais tendance à dire que le récit est... digne d'un manga qui cartonne! L'univers en est très riche et original, l'action est au rendez-vous à chaque page, l'humour se pointe régulièrement et les personnages sont variés et très agréables. Bref, dans le genre, pour le peu que j'en ai lu  (One piece,  Fairy tail, Hunter X hunter, Dragonball, Naruto...), on est dans le bon créneau, et la qualité est là, tant graphique que scénaristique. Bien sûr, comme pour tous les shonen, il faut aimer les longs combats complexes (et, souvent même, difficiles suivre)! Mais, si ça vous branche, vous serez comblés par cette saga en devenir.

Pour ma part, je continuerai très certainement à lire les tomes suivants : les mystères entourant l'origine de Seth et la riche psychologie de ses acolytes me donnent totalement envie de voir ce que ce sympathique auteur (que j'ai déjà eu la chance de rencontrer) nous réserve pour la suite. Je suis sûr que tous les aficionados des Légendaires, par exemple, penseront comme moi!

À partir de 10 ans.

 

Mes bémols

 

  • les combats. Ceux-ci oscillent sur toute la gamme de lisibilité, allant de Pas toujours clair à Impossible à comprendre, avec une moyenne au créneau Difficile à suivre... Le tout étant dû, comme toujours, à la surabondance de variations dans les plans, les angles de vue et les sillages de mouvement. Ça tourne en tous sens, ça nous montre des gros plans d'on ne sait pas trop quoi qui frappe on ne sait trop où... Généralement, c'est lors d'une discussion, quelques pages plus loin, quand Seth réalisait que «C'est pour ça qu'il a épargné mon bras, à cet instant précis!», que je comprenais que l'autre avait épargné son bras, à cet instant-là!?... C'est vous dire combien le tout est plutôt embrouillé! Heureusement, dans la grande majorité des cas, l'important, c'est de comprendre qui s'en sort, ce qui reste assez simple à déterminer...

 

  • le vocabulaire résolument franchouillard. Je suis surpris de la quantité d'argot qu'on y retrouve: une rouste, des teubés, des mollards, je vous rétame, avoir les foies, partir en sucette, faire le cake, farcir les cassos, mettre un boxon, clamser, caillasser, tataner... Et ce ne sont là que quelques-unes de ces expressions. Nos lecteurs québécois risquent d'en perdre des bouts...

 

  • quelques petites coquilles. Un «si il», un mot manquant (tome 2, p.109: «...je lui apposé...)... et ce malencontreux «cet accessoirement sa maison» (tome #3, dans l'envoi d'un fan, en fin d'album).

 

Les plus grandes forces de cette BD

 

  • l'indéniable talent graphique de Tony Valente. Tant sur le plan des dessins que de leur coloration, tout est impeccable, notamment les décors. Les villes sur colonnades (comme les Météores ou le Mont St-Michel), ont toujours été, à l'instar des fameuses îles flottantes dans les nuages, très inspirantes! L'auteur a choisi ce type d'univers et nous offre des décors fabuleux, souvent montrés dans des angles audacieux... De plus, il sait les magnifier de couleurs éclatantes dans les premières pages de chaque tome. Ça nous laisse, à chaque fois, 2 ou 3 planches, plus une belle illustration double page... En fait, ces pages couleur nous font un peu regretter que le reste soit en noir et blanc... mais j'imagine toute la somme de travail que ce serait de tout coloriser!! Autant se contenter des couvertures, qui sont, elles aussi, superbement léchées et très class, avec leur fond blanc. Mention spéciale à la page-titre du chapitre #15, que M.Valente a conçu en y intégrant un crâne, comme en illusion d'optique.

 

  • des personnages forts, aux interactions souvent judicieusement complexes... Tant chez les gentils que chez les vilains, on est bien servi: la très peu maternelle, mais pourtant si aimante, Alma; le désopilant Doc, qui fait office de clown de service avec son vocabulaire inventif... et sa stupéfiante habileté spéciale, qu'il découvre enfin! L'horripilant Master Lord Majesty, qu'on écartèlerait tous... Et, bien sûr, notre Seth chéri, qui est aussi héroïquement droit que... gentiment maladroit! ;^) Et le fait qu'on nous les présente tous à l'aide d'une illustration pleine page, lors de leur première apparition (comme c'est souvent le cas dans les shonen), est très sympathique.

 

  • un humour bien solide, tant dans certains passages du scénario que dans les textes. Certains gags récurrents m'ont bien fait rire (comme les déformations de mots de Doc ou du chef du Bravery quartet), de même que certains troisièmes rôles (la gamine braillarde du tome #1, le barjot aux amis de carton ou la serveuse et son père-marionnette dans le #2...). Valente se permet même de petites touches de double sens grivois qui plairont aux plus vieux sans pour autant choquer les oreilles des plus jeunes. C'est assez finement amené!

 

  • une belle richesse scénaristique. En plus d'un univers merveilleusement bien campé, M. Valente a su établir, entre plusieurs de ses personnages, des relations d'une impressionnante intensité. Ainsi, le pauvre Seth traversera toute une foule d'émotions lors de scènes bien touchantes: sa séparation d'avec Alma, la découverte de Piodon, le débat philosophique qui s'en suit, puis son «entente» avec Hameline... C'est très bien construit: on sent une cohérence... Mais on sent aussi qu'on nous en cache encore énormément, qu'il nous en reste beaucoup à découvrir: jeux d'alliances, secrets latents... C'est très intrigant autant qu'attirant!

 

  • l'habileté de l'auteur à expliciter ses intrigues. En effet, le grand nombre de forces en présence, leurs interrelations complexes et parfois volontairement ambigües et les agendas cachés de certains des personnages pourraient rendre la compréhension un peu ardue. Mais c'est sans compter sur le grand talent de M. Valente pour intégrer, de temps à autre, et fort habilement, un résumé explicatif de ce qui est en train de se passer. Dans le chapitre #11, par exemple, il nous expose, très clairement et avec beaucoup d'émotions, le développement de la haine à l'égard des Sorciers. De même, au chap. #16, c'est Hameline qui explique comment les autorités se sont mises à «élever» des enfants sorciers (enchaînés!) pour en faire une escouade défensive! Tout ça est intégré sans aucune lourdeur (sous forme de retours en arrière, par exemple), avec de bons supports visuels. C'est très aidant.

 

  • certaines allusions aux contes classiques de notre enfance. C'est principalement notable dans les noms de quelques personnages: Hameline, Hanz et Gretta, Poucet... Jusqu'à Grimm lui-même!? Sympa!

 

  • les pages Bonus, en toute fin d'album. Valente nous y offre d'abord des informations complémentaires sur l'univers si particulier qu'il a créé. Puis, il y va d'un grand concours de personnages ouvert aux fans, et d'une petite série de fan-art (des illustrations de ses personnages... mais dessinées par d'autres artistes, certains très connus, d'autres moins). Finalement, je m'en voudrais de passer sous silence les fameux Toum? Stak! (en référence aux sons qu'on peut tirer d'une caisse claire, en frappant la peau ou la bordure du tambour)! Valente y clarifie, sous forme de courtes questions/réponses, certaines interrogations que ses lecteurs lui ont soumises, dans son volumineux courrier. À ce propos, je tiens à souligner l'INCROYABLE rapport que Valente semble établir avec ses fans! J'ose espérer que ses éditeurs lui apporte un bon coup de main de ce côté. Mais il n'en reste pas moins qu'avec ses participations aux divers salons du livre ou du manga de partout dans le monde, sa contribution au dessin animé (j'imagine qu'il a minimalement son mot à dire, sur certains aspects?), son implication dans les concours et le courrier des lecteurs ET la réalisation de ses tomes courants (à raison de presque 2 par année, je vous le rappelle, scénario ET dessin!), Tony Valente m'apparaît comme un dieu de l'efficacité, de l'énergie, de la compétence... et de la gentillesse! Chose certaine, dans son cas, la chance a bien peu à voir avec le succès qui lui tombe dessus: à la somme de travail qu'il y a mise, c'est plus que grandement mérité.

 

Autres

Les 4 premiers tomes forment un arc relativement complet. À partir du tome #5, Seth et ses complices s'envoleront vers une nouvelle série d'aventures. Donc, ces 4 premiers tomes forment une lecture assez complète pour donner une bonne idée de ce qu'est un shonen à un lecteur ou une lectrice qui hésite à explorer ce genre littéraire parfois si décrié...

 

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Marsi : C'est une super question, cher ami!

Pour ce que j'en sais, pour avoir parfois abordé la question avec des bédéistes, j'ai l'impression que la plupart d'entre eux savent où ils s'en vont dans les grandes lignes. En fait, ils connaissent plus la fin que le milieu! Ils ont en tête leur punch final, le fin mot de leur histoire... mais c'est en s'y rendant qu'il leur arrive de s'épancher un peu plus sur un événement, de rajouter un personnage qui s'impose à eux, qu'ils étiolent une situation... et c'est là que certains étirent la sauce, comme tu dis.

Pour la télé (comme les Star Trek) ou les sagas cinématographiques, j'en suis beaucoup moins sûr... surtout qu'ils sont des armées de scénaristes à se partager le boulot. C'est d'ailleurs pour cela que la série S.F. Babylon 5 se démarque tant : elle est issue de la tête d'un seul gars (et pas du moindre!) : le génial Jo Straczynski. Un ami, complètement fanatique de cette série, nous avait montré à quel point son récit était complètement construit dès le début. En effet, certains petits détails de la première saison étaient déjà destinés à nous pister sur des événements qui n'auraient lieu que 2 ou 3 saisons plus tard! Du grand art.
Straczynski nous a d'ailleurs donné la série BD Rising star, par la suite... que j'ai critiquée ici même! Va voir dans mes archives! C'était excellent!
Rédigé par pgluneau le dimanche 27 juin 2021 à 9:22


En lisant ta toujours complète et excellente critique, Pierre-Greg, je n'ai pu m'empêcher de me poser la question à savoir si l'auteur (et ça pourrait s'appliquer à bien d'autres) connait dès le départ tous les tenants et aboutissants de son histoire. En fait, pour une série qui pourrait s'étirer sur dix ou vingt albums, est-ce qu'il possède un minimum de synopsis de tout son univers? Sait-il comment cela va se terminer? Ou, au contraire, finit-il par improviser quitte à étirer la sauce? Je me pose parfois ces questions lorsque j'aborde des saga comme tous les Star Wars de ce monde. L'auteur est-il vraiment Dieu?
Rédigé par Marsi le jeudi 10 juin 2021 à 13:21


@ Solange : Eh bien, je suis bien content que tu aies pu l'apprendre ici, dans ma Lucarne!! ;^) Bonne journée, mon amie!
Rédigé par pgluneau le samedi 13 février 2021 à 9:18


@ Anne des Ocreries : Effectivement, ça m'a bien donné envie de regarder la série. Je ne sais pas trop sur quel canal elle est diffusée, ni si c'est accessible ici, au Québec, ou sur le Web... C'est à suivre!
Rédigé par pgluneau le samedi 13 février 2021 à 9:17


@ Arsenul : J'imagine que cette appellation est surtout là pour guider les vrais pros, ceux qui voient une quelconque distinction entre les deux ou qui trouvent que l'un est meilleur que l'autre... mais je t'avouerais qu'en ce qui me concerne, c'est pas mal schtroumpf vert et vert schtroumpf! ;^) À bientôt!
Rédigé par pgluneau le samedi 13 février 2021 à 9:15


On en apprend tous les jours!
Rédigé par Solange le lundi 08 février 2021 à 7:44


Ah oui, j'en ai entendu parler ! Si je le croise, je le lis ! En attendant de regarder la série !
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 07 février 2021 à 14:02


J’avais entendu parler de ce phénomène. Mon fils suit la série et je l’achète pour l’école. C’est bon. Mais moi le titre Manfra... je n’achète pas. Ça restera du manga Français pour moi.
Rédigé par Arsenul. le dimanche 07 février 2021 à 11:29




Dernièrement, j'ai lu... Musée des Bozarts
#01- Impressionnants impressionnistes
27 juillet 2021

Un héros «presque» parfait
#01- Ne coupez pas la poire en deux!
16 juillet 2021

Ordre de Cicéron
#01- le Procès
26 juin 2021

Enfants de la Résistance
#01- Premières actions
16 mai 2021

Fables
#19- Super Team
11 avril 2021

Ma dernière chronique 12e année, l'année Covid (bah quin!?)
01 juillet 2021

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique médiéval Héros animalier Historique Hommage Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Eric, sur L'Occupation, à hauteur d'enfant

Eric, sur L'Occupation, à hauteur d'enfant

anne des ocreries, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

anne des ocreries, sur Un humour héroïque... qui ne passe qu'à moitié!

Colin, sur Un humour héroïque... qui ne passe qu'à moitié!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin