Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Natacha hôtesse de l'air
#01- NATACHA HÔTESSE DE L'AIR
Scénariste(s) : Roland Goossens dit GOS, Étienne BORGERS, Marc WASTERLAIN, Maurice TILLIEUX
Dessinateur(s) : François WALTHÉRY
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Natacha
Année : 1968     Nb. pages : 46
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Aventure, Aventure policière, Aventure humoristique
Appréciation : 4.5 / 6
Une des pionnières en matière d'héroïnes franco-belges
Écrit le samedi 25 avril 2015 par PG Luneau

Titres lus : #01 - Natacha, hôtesse de l'air

            #02 - Natacha et le maharadjah (1970, 44 p., 4/6)

            #03 - la Mémoire de métal (suivi de Un brin de panique) (1973/1972, sc. Borgers/sc.Marc Wasterlain, 26 p./18 p., Courts récits, 3/6 / 4,5/6)

            #04 - Un trône pour Natacha (sc. Maurice Tillieux, 1974, 47 p., 4,5/6)

 

Avec Yoko Tsuno, Natacha est très certainement l'une des premières femmes à tenir un rôle central dans une série de BD d'aventure. Et quelle femme!!! ;^) Splendide, distinguée, courtoise, impeccable jusqu'au bout des ongles, cette jolie blondinette (elle était pourtant rouquine, dans mon souvenir!! ;^) est le parfait produit de son époque : les premières planches du premier tome datent de 1968!! Nous sommes donc en pleine période de mutation sociale, en France comme ailleurs!! Les femmes, quoiqu'encore moulées par le système patriarcal qui veut en faire de parfaites reines du foyer, commencent à s'affirmer et à prendre un rôle plus actif dans la société.

Natacha en est l'exemple patent. En tant qu'hôtesse de l'air (on ne disait pas encore agent de bord, à l'époque! ;^), elle se devait de transcender l'image même de la femme-modèle, au service du client, digne représentante de la compagnie d'aviation. Quand je l'ai retrouvée, avec son petit chapeau, ses talons hauts (même en plein désert!! ;^), sa taille de guêpe, ses grands yeux parfaitement maquillés et ses gants blancs, toujours immaculés (même en pleine jungle!! ;^D), je n'ai pu que revoir des images de l'excellente série télé (malheureusement avortée) Pan Am, qui a si bien dépeint l'époque et la profession!! Mais croyez-vous que cette belle enfant, aux traits calqués sur ceux de Gina Lollobrigida, se laisse mener par la vie, assistant passivement à tous les bouleversements dont elle est témoin, comme on le souhaitait presque, à l'époque?? Que nenni!! Natacha est une femme de tête tout autant qu'une femme d'action!! Précurseur de Laureline (dans Valérian), de Jeannette Pointu, d'Adèle Blanc-Sec , de Jessica Blandy, de Nävis, de Marlysa... ou de Rubine, bien évidemment, Natacha prend ses aventures à bras le corps, fonce, ose... Courageuse, elle ne se laissera jamais intimider par un grand gaillard qui lui pointe un révolver sous le nez!! Toujours secondée de Walter,  steward, copain et complice (mais jamais plus, bienséance oblige!! ;^),  elle affronte les clients difficiles, les détournements, les atterrissages en catastrophe et les écrasements en territoire hostile avec l'aplomb d'une véritable héroïne, sans jamais faillir!! Même si elle a très peu d'expérience comme pilote de petits appareils, elle n'hésitera pas une seconde avant de tenter une manœuvre très risquée, surtout si c'est pour sauver la vie d'un ami!! Elle est si solide que même les services secrets feront appel à elle, parfois!!?! :^O

J'ai bien aimé me plonger dans les premiers albums de cette série que, ma foi, j'ai très peu lue, étant jeune! Seuls quelques-uns d'entre eux m'étaient passés sous le nez. Une lecture plus systématique s'imposait et, compte-tenu de la qualité que j'y ai découverte, je trouve dommage que je ne m'y sois pas attelé plus tôt!! ;^)

D'abord, soulignons le fait que, en grand homme d'équipe qu'il est, Walthéry semble s'être fait un devoir de toujours changer de scénariste! Pas moins de 12 bonzes de l'écurie Dupuis se succèdent aux génériques des 22 albums actuellement parus, et pas des moindres : Gos (papa de Khéna et le Scrameustache), Wasterlain (papa de Jeannette Pointu), Tillieux (papa de Gil Jourdan), Peyo (papa des Schtroumpfs et de Johan & Pirlouit) ou même Cauvin (papa des Tuniques bleues, de Coup de foudre et d'une vingtaine d'autres séries!)!... On sent vraiment que tous ces vieux de la vieille sont issus d'une époque où le travail collectif était chose courante... avec ce qu'il apporte de bon et de moins bon! Car ce que l'on gagne ainsi en originalité scénaristique, on le perd peut-être un peu en unité de style, chacun y allant de ses préférences. Par exemple, le court récit de Wasterlain, dans le tome #3, est clairement plus lardé de gags de potache que tous les autres!! Le tome #2 frôle pour sa part le fantastique, avec ses fakirs qui parviennent à faire apparaître des cobras à distance!?! Je me rappelle aussi de certains tomes qui se déroulaient dans le passé, carrément (les #11 et 12, je crois), ou d'un autre qui tanguait vers l'absurde, me semble-t-il...

Il n'en demeure pas moins que ces premiers tomes m'ont bien plu... Par nostalgie? Je ne crois pas, bien qu'il soit agréable de revoir à quoi ressemblait le monde du transport aérien avant les bouleversements causés par les terribles événements du 11 septembre 2001. Non, si j'ai particulièrement accroché à ces albums... c'est parce qu'ils sont bons, tout simplement! Alors, ne vous en privez pas!!? ;^)

Dès 10 ans.

À lire aussi : une critique du tome #1, par mon ami Yaneck.

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • Walter, le parfait faire-valoir!! Quel clown celui-là (et souvent malgré lui)!! ;^) Mais pas que! Les scénaristes ont quand même pris le temps d'en faire un grand amateur de jazz et de blues, et sa loyauté envers Natacha lui donne parfois un courage et une audace insoupçonnés! C'est l'exemple parfait du bon gars, du boy next door qu'on aimerait côtoyer!! Il est si naïf qu'il ne remarque même pas lorsqu'une passagère le reluque avec intérêt (tome #3, p.40)!! Petite anecdote à son sujet : Lors du Festival de BD de Québec, il y a quelques jours, Walthéry m'a appris que si Walter s'appelle ainsi, ça n'a rien à voir avec son propre nom. C'est que le scénariste du premier tome, Gos, créateur de Khéna et le Scrameustache, a voulu donner à ce jeune homme le prénom de son fils, Walter (fils qui, nous le savons maintenant, a pris la relève de papa Gos pour poursuivre les Khéna et le Scrameustache... sous le nom de Walt!! ;^)

 

  • l'efficacité des aventures. Évidemment, tout le contexte aérien rend possible des péripéties palpitantes : appels à la bombe, détournements, vols de cargaison, atterrissages à risque, crashs en territoires inexplorés... Tout cela est propice à de fortes émotions!! Les rebondissements sont toujours nombreux, variés et inattendus (comme la mystérieuse prédiction du vieillard (#2, p.20), la répugnante méthode d'exécution des traîtres (#2, p.22) ou l'inespéré torrent de l'oued (#2, p.32), pour ne citer que ceux-là!)... Rajoutons à cela beaucoup d'humour, une pointe d'heureux hasards (mais pas trop, s'il-vous-plait!!), et on se trouve avec des récits vraiment trépidants, d'une qualité que je ne soupçonnais pas!

 

  • le dialecte aborigène du premier tome. Quand on prend la peine de bien observer les dialogues que les coupeurs de têtes s'échangent (à la p. 27, par exemple), on réalise qu'on peut en interpréter de petites parties. Ça ne fait pas très réaliste, mais ça offre un mini-chalenge amusant!

 

  • de bons gags, dont plusieurs jeux de mots («Il a l'air habile... comme un roulement!» ;^) et de petits clins d'œil. J'aime bien la subtile allusion à la petite série Tôôôt et Puit, dans la dernière case du tome #1, et l'hôtel Roba, dans la première vignette du tome #3! Les célèbres Jean-Claude Fournier (qui a repris Spirou et Fantasio après Franquin) et Victor Hubinon (créateur de Barbe-Rouge et de Buck Danny) se retrouvent même dans le 4e tome, pilotant un gros dix-roues à leurs noms (p.39 à 41)!! Par contre, je suis moins sûr de l'absurde qu'on retrouve dans le tome #4, alors que Walter prépare un repas à l'aide d'eau de Javel, de cire à chaussure, de savon et de naphtaline!?!? Ça me semble exagérément grotesque! ;^S

 

  • le commandant Turbo. Que voilà un drôle de personnage secondaire, introduit cette fois par Wasterlain, dans le deuxième court récit du tome #3, Un brin de panique. Ce grand gaillard s'avère un m'as-tu-vu de la pire espèce, toujours à se vanter des expériences les plus invraisemblables. C'est une belle acquisition, riche en potentiel : pas étonnant que les scénaristes suivants aient eu envie de le réexploiter!!

 

  • la coloration particulièrement efficace du tome #4! C'est notable dans le ciel de la p.4, ou à l'atterrissage sous la pluie de la p.6... Le studio de Léonardo Vittorio, en charge de la couleur, semble s'être «éveillé». D'ailleurs, c'est tout le dessin qui semble avoir muri, dans ce tome! Les traits sont plus assumés, les tronches plus expressives... On le remarque dès la toute première vignette, qui m'apparaît plus puissante que toutes celles des tomes précédents!... N'êtes-vous pas de mon avis?? ;^)

 

  • la grande efficacité des accroches de fin de pages. Il est clair que Walthéry et tous ses scénaristes sont des spécialistes du feuilleton, qu'ils travaillaient tous pour des journaux comme Spirou, Tintin ou d'autres : ils sont véritablement passés maîtres dans l'art de nous faire tourner les pages!! ;^) Chaque case de fin de planche nous laisse sur un mini-suspense qui nous force à vouloir tout de suite lire la suite!! Je n'ai pas de difficulté à croire que les lecteurs du magazine Spirou attendaient toujours leur nouvel exemplaire de la semaine avec impatience!! ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • la banalité du titre du premier tome... Mais, bon, c'était le premier... ;^)

 

  • le caractère affriolant des pages de garde! Natacha est sexy, certes... mais ses aventures restent destinées aux lecteurs du magazine Spirou, donc à des jeunes de 10 à 14 ans. Que monsieur Walthéry s'émoustille à dessiner de splendides corps féminins ne me cause pas de problème, mais pourquoi les exposer sur ces premières pages d'albums pour la jeunesse?? Les Natacha qu'on y voit restent à peu près vêtues et présentables, mais elles s'y exhibent dans des poses coquines si langoureuses et suggestives que c'en est un peu gênant! :^0

 

  • une erreur de construction d'image. À la p.38 du premier tome, Natacha et ses «amis» réducteurs de tête tentent d'arraisonner un bateau. Un grand gaillard noir sort de la coursive et tire de la mitraillette, adossé à la cabine... Comment la fléchette de l'autochtone (qui tire de la rive du fleuve) peut-elle se planter dans le fessier du noir (vignette #6)?? C'est totalement impossible!!

 

  • la trop grande ressemblance physique entre deux personnages du tome #2. En effet, Chiboul Nadar (le gentil bras droit du maharadjah) et Thoushadhadha (son cruel chef de la sécurité) ont plusieurs traits communs (visage allongé, long menton barbu, turban...). Le fait qu'ils tiennent des rôles diamétralement opposés dans l'histoire compliquait les choses! Je ne me rappelais jamais si celui qui venait d'intervenir était le bon ou le méchant!! :^S

 

  • quelques faiblesses scénaristiques... D'abord, un procédé très courant dans les récits d'aventures - même dans les (excellents) films d'Indiana Jones - mais que je n'ai jamais pu supporter : la présence de méga-mécanismes hypersophistiqués que d'anciennes peuplades auraient intégrés à leurs temples sacrés, dans les recoins les plus inaccessibles de la planète!! Vous savez : ces portes cachées, ces trappes mortelles et tous ces mécanismes délivreurs de gaz soporifiques ou de fléchettes empoisonnées, toujours insoupçonnablement cachés dans les murs et actionnés par des engrenages ultracomplexes et poussiéreux, ... mais qui fonctionnent encore à merveille, après des siècles d'inactivité!?!? Je n'y ai jamais cru, et c'est encore le cas ici, dans le tome #2! Puis, le gros de l'intrigue du tome #4 repose en grande partie sur une conversation que Walter surprend, alors qu'il profite de la terrasse d'un café, aux p.20 & 21... Un hasard un peu trop gros pour rester crédible... Dommage! :^(

 

  • le court récit intitulé Mémoire de métal, qui ouvre le tome #3. Après un début plutôt confus (qui a au moins le mérite de nous plonger directement dans l'action, avec un maximum de suspense!! ;^), on se retrouve avec une longue course-poursuite bourrée d'invraisemblances. Personnellement, que la carabine «rebondisse» dans la cabine de la voiture de Natacha (alors qu'elle heurte de plein fouet l'homme qui lui tire dessus!), ou que cette même voiture se fasse écrabouiller de la taille d'une boîte de sardines... mais que Natacha s'y trouve non seulement entière, mais très confortablement installée pour tirer du dit fusil, c'est trop pour moi : je décroche!! :^O

 

  • une coquille. Tome #4, p.11, 10e vignette : «Et il a spécifié qui si on touchait à Von Tripp, il ne signerait rien du tout.»

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


wow!
Rédigé par arsenul 73 le dimanche 26 avril 2015 à 6:56


@ Arsenul 73 : Tu seras d'autant plus jaloux que j'ai pu en obtenir deux : une de Natacha (dans mon tome #22), puis une de Walter, dans mon tome #10... l'Île d'outre-monde!!! Un hasard qui te rend doublement jaloux, non??!! ;^)
Rédigé par pgluneau le samedi 25 avril 2015 à 22:44


Moi j'étais vraiment fan de Natacha quand j'étais jeune. je me suis même acheté les intégrales. L'aventure Ile d'outre monde a marqué ma jeunesse. Je l'avais découverte dans un recueil. Très bon billet. Sans l'avoir vu je suis jaloux de ta dédicace!
Rédigé par Arsenul 73 le samedi 25 avril 2015 à 20:27


@ Anne des Ocreries : Bin... Pourquoi???!!! ;^)
Rédigé par pgluneau le samedi 25 avril 2015 à 16:10


@ Yaneck : Ce n'est pas du chipotage : c'est de l'illogisme!! Je n'y peux rien, moi, si, quand je suis plongé dans une histoire, mon cerveau s'arrête pour me faire réaliser de telles impossibilités!! C'est, à mon avis, la preuve que les auteurs ont gaffé, puisque s'ils avaient bien fait leur travail, j'aurais été trop captivé par leur récit pour me laisser déranger par de tels détails! (Tu aurais dû m'entendre éclater de rire à tue-tête dans les moments «prétendument clés» du film Mission Impossible #2, avec Tom Cruise : tous les cinéphiles autour de moi me regardaient avec des gros yeux méchants parce que je me foutais de la gueule du beau Tom qui sautait comme une gazelle entre des trains en flammes, des voitures roulant à 200 à l'heure ou des buildings de cent cinquante étages!! ;^D)
Mais trêve de balivernes : je t'encourage, vraiment, à poursuivre ton exploration des Natacha : la suite de cette série semble pas mal du tout!!
Rédigé par pgluneau le samedi 25 avril 2015 à 16:09


Bin....J'accroche pas.
Rédigé par anne des ocreries le samedi 25 avril 2015 à 11:31


Je vois que ton chipotage est en bonne forme, avec la case de la fléchette, que tu évoques ^^
Sinon, tu me rappelles que je pourrai reprendre la série, et en reproposer des albums pour mes samedi classique.
Rédigé par yaneck le samedi 25 avril 2015 à 11:09




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin