Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- la Boîte de Pandore
#01- LA BOÎTE DE PANDORE
Scénariste(s) : Brigitte LUCIANI
Dessinateur(s) : COLONEL MOUTARDE
Éditions : Dargaud
Collection : X
Série : Maïa
Année : 2010     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre
Genre(s) : Fantastique mythique, Humour fantaisiste, Héros animalier, Drame familial
Appréciation : 4.5 / 6
la Jeune Pandore du XXIe siècle
Écrit le mardi 03 mars 2015 par PG Luneau

Tomes lus : #01 - la Boîte de Pandore

            #02 - Un secret bien gardé (2011, 4/6)

            #03 - le Cadeau des dieux (2011, 3,5/6)

Le mythe de la boîte de Pandore, ça vous dit quelque chose?? J'imagine que, comme moi, vous en connaissez les grandes lignes : les dieux de l'Olympe ont remis à la dénommée Pandore une boîte contenant tous les maux de l'univers, avec l'ordre formel de ne jamais l'ouvrir. Mais, la Femme étant faible (remarquez que, dans la Bible aussi, c'est la Femme qui succombe à la tentation de goûter au Fruit défendu!! C'est dire à quel point la femme n'avait pas bonne réputation, dans les sociétés d'antan... Est-ce que cela a changé?? ;^), la belle Pandore n'a pas su résister!! En ouvrant la boîte, «simplement pour y jeter un petit coup d'œil rapide», tous les vices, les défauts, les tares et les épreuves de l'humanité se sont enfuis et se sont propagés sur la planète : jalousie, guerre, envie, famine, misère, vieillesse, maladie, folie...Évidemment, tout cela se passait il y a belle lurette, dans la Grèce antique!!

Maïa, une jeune adolescente tout ce qu'il y a de plus XXIe siècle, vit maintenant chez son oncle et sa tante, avec sa cousine Camille, depuis la mort de ses parents. Première de classe un peu timide, la belle connaît elle aussi cette histoire, bien sûr, pour l'avoir lue dans divers bouquins! Mais comment aurait-elle pu s'imaginer être la descendante de la dite Pandore?? Ou savoir qu'elle était, d'office, de par sa filiation, la nouvelle gardienne de la dite boîte??!! C'est ce qu'elle apprend, un jour où elle fouine dans le grenier parmi les boîtes de carton contenant les souvenirs de ses parents : quatre petites créatures, et pas des moindres, se présentent à elle pour l'instruire de ses nouvelles fonctions : nuls autres que Mars, Saturne, Vénus et Diane, les célèbres dieux antiques!! :^O

Sous l'aspect de petits personnages (tout mignons!! ;^) qu'elle est la seule à entendre et à voir, ces quatre puissantes divinités au caractère bien typé l'informeront que la fameuse boîte, enfouie depuis des siècles sous des tonnes de terre, en Turquie, s'apprête à refaire surface, suite à des travaux d'excavation majeurs!! Maïa se doit d'intervenir et de s'emparer de la précieuse cassette, parce qu'il y reste encore de graves horreurs qui ne doivent pas en sortir, sans quoi l'humanité toute entière pourrait périr!!?!

Voici donc la jeune Maïa qui surmonte sa réserve naturelle pour entraîner ses tuteurs en voyage à Istanbul, puis partir à la recherche du dangereux coffret... Pas évident avec une cousine hyperactive constamment à ses côtés!! ;^D

Si le premier tome dresse la table de belle façon, en mettant tous ces personnages en contexte de manière vivante et dynamique, les tomes #2 et 3 ne s'avèrent toutefois pas tout à fait à la hauteur. :^(  L'entrée en scène d'un nouveau voisin, beau et ténébreux à souhait, viendra émoustiller le cœur des deux donzelles, et rajoutera la touche romantique qui manquait à cette série tout de même assez girly, ce qui est bien... C'est plutôt l'arrivée de personnages un peu trop clichés (une prof d'histoire inquisitrice, ancienne amie de la mère archéologue, dans le second tome, et Pandore, carrément, dans le 3e!) et l'excès de deus ex machina qui ont un peu altéré ma flamme.

J'imagine que les gamines de 10 à 13 ans à qui ces albums sont destinés, seront moins intransigeantes que moi face à ces aventures somme toute rondement menées! D'autant plus que le dessin raffiné et si délicatement graphique de Colonel Moutarde saura, sans contredit, charmer toutes les lectrices, autant les mordus de mangas que celles n'étant pas particulièrement attirées par le 9e art. Pour ma part, j'ai encore envie de découvrir le prochain tome... mais j'avoue espérer y retrouver l'originalité du premier! ;^S

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le superbe graphisme de cette fameuse Colonel Moutarde. Qu'est-ce que j'aime le mélange de charme suranné et de modernisme graphique qui transcende des dessins de cette illustratrice au nom de plume si amusant!! ;^) Tout en souplesse et en rondeur, ses personnages rappellent les illustrations des magazines de jeunes filles des années 60! J'adore!!

 

  • les pages de garde, tant celles du devant que celles du derrière. Elles sont agrémentées des portraits des différents protagonistes... mais ceux-ci sont entourés de graffitis écrits par les autres personnages, graffitis qui nous révèlent leurs principales caractéristiques psychologiques! Ainsi, en un coup d'œil, on a tout de suite une bonne idée des forces et faiblesses de chacun... Mais ce n'est pas tout : ces graffitis ayant tous été écrits par des pinceaux différents, on peut ainsi comprendre encore plus le caractère de chacun des graffiteurs selon la teneur de leurs opinions sur les autres!! C'est donc doublement instructif!! ;^)

 

  • la thématique mythologique, avec les dieux de l'Olympe qui s'immiscent dans la vie d'une jeune adolescente contemporaine. En plein dans mes cordes, ce genre de mélange bien sympathique! ;^)

 

  • la très touchante mise en place de l'héroïne. Le fait qu'elle ait perdu ses parents deux ans plus tôt, dans un tragique accident d'automobile, est très joliment abordé, avec beaucoup de délicatesse.

 

  • beaucoup de mises en pages originales, avec des inserts de vignettes très audacieux. La p.11 du tome #1 en est un bel exemple... Toutefois, il est à noter que certains de ces inserts nuisent à la lisibilité, en ce sens qu'on ne sait plus trop dans quel ordre lire les phylactères, comme c'est le cas à la p.8 du premier tome!! ;^S

 

  • la belle évolution de l'héroïne. J'aime beaucoup la façon dont les attitudes des quatre mini-divinités deviennent celles qu'emprunte Maïa pour s'affirmer, prendre sa place et s'émanciper! Ces petites créatures deviennent donc, pour elle, de véritables modèles, qui l'aident à sortir de sa coquille de jeune fille douce et timorée. Cette modélisation, proche du mimétisme, est bien illustrée aux p.14 et 39 du premier tome, par exemple! ;^)

 

  • la charmante gouaille de Camille, la cousine de Maïa. Comme c'est rafraîchissant de comparer ces deux personnages antagonistes!! Autant Maïa est réservée et timide, autant l'autre est délurée, dégourdie, fonceuse et provocatrice!! Un très beau personnage, aux réactions imprévisibles! Très sympa...surtout avec ses cheveux qui changent de couleur d'un album à l'autre : de roux au premier, ils deviennent bleus dans le second, puis blancs dans le troisième!! ;^)

 

  • un texte et un dessin très aéré. Ces albums se lisent en un rien de temps... ce qui est autant un atout qu'un défaut, tant on voudrait que le plaisir dure plus longtemps!! ;^)

 

  • la coloration des vêtements. Très souvent (voir aux p.14, 28, 44 et 45 du tome #1, mais c'est la même chose dans tous les autres tomes!), Colonel Moutarde choisit de télécharger des photos de véritables textiles pour colorer les vêtements de ses personnages!!? Donc, au lieu d'étaler de la couleur ou de ligner/quadriller/picoter/etc. elle-même les jupes ou chemises de ses persos, elle y insère des tartans, des tissus fleuris ou carrelés... sur lesquels on peut remarquer la trame des fils et leurs faux plis naturels!!? C'est surprenant de remarquer ces «photos» d'un parfait réalisme parmi des dessins si cartoonesques!! ;^)

 

  • des péripéties bien enlevantes, avec un grand nombre de revirements. Bien qu'on soit en présence d'une BD très girly, vers laquelle les gars ne se précipiteront très certainement pas d'emblée, l'action y demeure très présente! Oui, il y aura des petites histoires de cœur qui débuteront avec le tome #2 (et l'arrivée d'Hugo, le beau brunel!!), mais Maïa demeure un personnage investit d'une mission qui la place au cœur de l'action!

 

  • l'humour. Les petits dieux de l'Olympe («version peluche», pour emprunter une expression de Maïa!) sont souvent amusants, mais ça reste la désinvolture et la spontanéité de la belle Camille qui est le principal moteur humoristique de la série. J'ai adoré l'enchaînement rapide des répliques, à la p.37 du premier tome, quand Emre s'exclame : «C'est mon quad!» alors que Camille réplique, toute fière : «C'est ma cousine!» ;^D Le petit moment de faiblesse de Mars, à la p.28 du 3e tome, est aussi très sympathique! ;^)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • le nom romain de ces divinités grecques!!! Quelle incohérence!! Tout le récit de Pandore est d'origine grecque. La boîte est retrouvée sur un site archéologique grec... mais madame Luciani a préféré utiliser les appellations romaines de Saturne, Vénus, Mars et Diane plutôt que leurs équivalents grecs (qui étaient, pourtant, leurs noms originaux!!) de Chronos, Aphrodite, Arès et Artémis. Je sais bien que les noms latinisés sont un peu plus familiers aux communs des mortels, because les planètes de notre système solaire, notamment. Mais de là à les présenter comme des dieux grecs, sans aucune précision, je ne suis pas du tout d'accord : ça ne fait, selon moi, que renchérir la confusion déjà importante en la matière. On mentionne même le nom de Zeus, bien grec, celui-là, à la p.16 du tome initial!! C'est presque du n'importe quoi!! :^P

 

  • le look de Saturne!! Alors que les trois autres divinités sont toutes mignonnes, très typées, le sage et pragmatique Saturne ne ressemble absolument à rien!!?... Qu'est-il supposé représenter? Un genre de hamster (bleu!!?) avec des ailes?? Affublé d'une mèche à la Titeuf?? Il est si étrange qu'il détonne des trois autres! :^(

 

  • le lettrage utilisé. Colonel Moutarde utilise une typographie très fantaisiste, qui mélange majuscules et minuscules sans aucune logique... çA pEuT PaRfOis ReNdrE lA lECtUrE VeRtiGiNEusE, si vous voyez ce que je veux dire!? ;^)

 

  • des tomes #2 et 3 un peu moins solides. D'abord, le pseudo-accident du début du tome #2 n'est pas présenté de manière très habile : sa composition faut en sorte qu'il est difficile à visualiser. Puis, le récapitulatif du premier tome, dans la scène suivante (p.6), est très expéditif et fait très plaqué : vous êtes beaucoup mieux d'avoir lu le dit album que de vous fier à cet exposé!! Le personnage de l'ancienne collègue de la mère de Maïa est un peu trop typé, de même que celui de l'imbuvable Pandore, qu'on rencontre dans le 3e tome. Si l'intrigue amoureuse avec Hugo-le-ténébreux ajoute une touche de romantisme, elle demeure assez convenue, tout comme l'entièreté de l'épisode chez le collectionneur, soit les 16 dernières planches du tome #3 : la jeune Loulou qui arrive juste au bon moment, la fête qui bat son plein et qui servira de couverture à la fuite de nos amis... qui finalement ne fuiront pas!!??!! C'est assez ordinaire, comme un épisode à la James Bond... mais de série B. Même le long dialogue entre Maïa et son illustre ancêtre, sur quatre planches à fond jaune chamarré (p.18, 22, 23 et 24), est d'un statisme décevant. J'espère que les tomes à venir se ré-énergiseront un peu!! :^(

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Oceries : C'est intéressant, mais peut-être pas indispensable... Et je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul que la nomenclature romaine fasse tiquer!! ;^)
Rédigé par pgluneau le vendredi 06 mars 2015 à 13:40


Bon, faut voir...un peu trop jeune pour moi, peut-être. Et puis, des dieux grecs au nom romain, je tique.
Rédigé par anne des ocreries le vendredi 06 mars 2015 à 12:42




Dernièrement, j'ai lu... Petits Mythos
#04- Poséïdon d'avril
08 décembre 2017

Collège invisible
#01- Cancrus Supremus
16 novembre 2017

Poulet grain-grain
Poulet grain-grain
03 novembre 2017

Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!
05 décembre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Larbier philippe, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

anne des ocreries, sur Des mythes qui s'étoffent... mais dans l'assez convenu...

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Goulet et Lamontagne au Salon!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin