Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Ma vie, moi, mes copines
#01- MA VIE, MOI, MES COPINES
Scénariste(s) : Hélène Prince PRINCESSH
Dessinateur(s) : Hélène Prince PRINCESSH
Éditions : Milan
Collection : BD Kids / Julie
Série : Journal de Julie
Année : 2011     Nb. pages : 64
Style(s) narratif(s) : Gags en une planche (Inspiration comics)
Genre(s) : Quotidien, Humour, Humour social
Appréciation : 5 / 6
Simplement charmante!
Écrit le lundi 15 avril 2019 par PG Luneau

Depuis de nombreuses années, maintenant, la tendance en littérature pour jeunes filles, c'est le journal intime. Au Québec, on n'a qu'à penser au très célèbre Journal d'Aurélie Laflamme (d'India Desjardins), à celui d'Alice (de Sylvie Louis) ou à ceux de Dylane ou de Mirabelle (de Marilou Addison). La formule se décline aussi en Europe, notamment dans le 9e art.

Ainsi, je vous ai déjà présenté les fabuleux Carnets de Cerise, et je connaît les quatre tomes du Journal de Carmilla depuis longtemps, bien que je ne les ai jamais lus. Mais en explorant un peu les différents titres de l'excellente collection BD Kids, qui regroupe les BD parues initialement dans les magazines des éditions Milan et Bayard, je suis tombé sur le Journal de Julie, une petite série qui est prépubliée dans le magazine... Julie! J'ai décidé d'en acheter un tome pour la bibliothèque de l'école... mais j'ai préféré le lire avant de le mettre entre les mains de nos élèves chéries! ;^)

Grand bien m'en prit car cette lecture m'a permis de rencontrer un personnage tout à fait charmant! En effet, la Julie en question est une jeune fille bien de son temps, drôle, allumée, remplie d'initiative... et de petits défauts sympathiques! On fait sa connaissance, via, pour chaque planche, une phrase tirée de son journal intime, alors qu'elle rentre au collège. Très vite, elle se fait de nouvelles copines et, ensemble, elles vivront les émois propres au fascinant (mais pas toujours facile!) monde de l'adolescence. Toutes les préoccupations des jeunes de cet âge ingrat y passent : les craintes, les espérances, les déceptions, les premiers béguins, la vedette-mania, les premiers flirts, les petits boulots, les premiers partys... et le premier baiser! «Mais il faut mettre la langue ou pas??» «C'est trop dégueux!» «Moi, je pourrai jamais!» ;^)

Avec beaucoup d'humour, mais aussi quelques petites pointes d'éco-responsabilité, Julie et ses copines Théa (la blondinette timorée) et Kim (la mulâtre rationnelle) devront composer avec des sujets qui jalonneront la vie de tous les jeunes (et de tout temps!), à savoir l'importance de l'image, de la reconnaissance, de l'inclusion, de la norme. Comment se trouver un groupe qui nous ressemble sans avoir à nous dénaturer? Bref, le Journal de Julie, c'est une tranche d'adolescence joyeusement ludique, avec une héroïne énergique et amusante, qui a ses contradictions et les assume pleinement.

Graphiquement, les dessins tout rondouillets de PrincessH sont tout simplement craquants!! Je suis tombé sous le charme de leur simplicité et de leur expressivité! Ils ajoutent, indéniablement, un succulent crémage à cette délicieuse petite série dont le 4e tome date déjà de 2015!! :^0

Tout à fait dans la lignée des Pipelettes, que j'avais aussi beaucoup aimées, voilà une série à laisser traîner dans la chambre de toute jeune adolescente qui se respecte : succès assuré! (dès 11 ans)

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • le format du bouquin et, conséquemment, des planches. Tout y est infiniment TROP PETIT!!! Avec ses pages de 24 x 18 cm, les vignettes, les dessins ET les textes sont tout rabougris... Et compte tenu de la qualité de l'ensemble, tout aurait mérité des pages plus grandes pour nous permettre d'apprécier l'ensemble à sa juste valeur!

 

  • le look du frère de Julie. PrincessH a donné à ce grand dadais une allure de caïd. Il n'est pas toujours très gentil avec sa petite sœur, c'est vrai (comme dans une vraie famille, quoi!! ;^), mais avec sa coupe de cheveux et ses yeux torves, il ressemble vraiment au bras droit d'Al Capone! C'est vraiment un peu trop...:^S

 

  • le grand nombre de pages «perdues». Sur les 64 pages de l'album, seulement 48 sont des planches. Ça fait donc 16 pages sans BD. Il faut bien sûr compter les 4 pages entourant la page de titre, et encore 4 autres pour les quelques publicités, en fin d'album, mais ça laisse 8 pages intercalaires sur le recto desquelles PrincessH a dessiné une illustration amusante (où elle se met en scène via une petite poupée royale, comme on peut l'apercevoir sur la couverture, suspendue à la lampe! ;^). Mais ces 4 dessins, avec rien au verso, auraient pu laisser place à 8 gags de plus!

 

  • la fausse évolution temporelle des personnages. Quand on regarde les thématiques traversées au fil des pages, on constate assez rapidement que la série était publiée dans un mensuel: le premier gag porte donc sur la rentrée des classes de septembre, le second sur l'Halloween, le troisième est plus générique (pour novembre), puis il y a celui de Noël, etc. Seulement voilà: en 48 gags, on traverse donc 4 ans, avec 4 rentrées, 4 Halloween, 4 Noël, etc. Évidemment, l'auteure n'aborde pas systématiquement les 12 mêmes thèmes à chaque année! Il y a moyen de trouver d'autres sujets que la rentrée pour septembre, ou la St-Valentin pour février... mais il reste qu'on voit passer 3 Noëls et un Jour de l'an... et 4 vacances estivales! Pourtant, et c'est là mon point, je n'ai pas l'impression que les personnages aient vieilli de 4 ans pour autant!!:^S Ce genre de petites incongruités pourrait pourtant facilement être évité en reclassant les gags de manière à ce que tous ceux en lien avec une même fête annuelle soient regroupés, non?

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le dessin. Tout à fait désinvolte et plein de charme, il rappelle un peu le Fido Dido qui voulait nous vendre du 7-Up, il y a une trentaine d'années! Chose certaine, PrincessH a un style très personnel qui lui est propre, vivant et dynamique, avec des tronches qui appellent spontanément la sympathie! Bravo, madame PrincessH!

 

  • la jaquette de la collection. Cette douce couverture souple, avec rabats qui nous présente les personnages d'un côté, et l'auteur de l'autre, elle me plait bien, à moi. Et ce vert tendre du premier tome, il m'a fait craquer!

 

  • plusieurs beaux personnages. S'ils sont tous éminemment plein de charme, j'avoue avoir eu un gros coup de cœur pour le petit Hercule, le chien de l'héroïne. De plus, SuperJulie est assez amusante! En effet, dans certaines de ses rêveries, la jeune fille se voit en superhéroïne justicière qui veut sauver la veuve, l'orpheline et la planète. Vive SuperJulie!

 

  • quelques bons clins de yeux. Tout comme dans les Pipelettes, Julie évolue dans un environnement fortement influencé par la culture environnante: musique, film, littérature jouent tous un rôle important dans le façonnage de nos adolescents! Mais, contrairement aux Pipelettes (et c'était là une des critiques que je leur faisais!), l'univers culturel de Julie est fictif. La Cicely Star qu'elle idolâtre a été créée de toutes pièces par l'auteure. Ça fait en sorte que, même si ce tome date déjà de 8 ans (presque toute une vie, aux yeux des jeunes!?), les référents culturels n'ont pas vraiment vieillis! Autre exemple, un peu différent: on retrouve de chouettes références à la série-télé Buffy, très populaire à l'époque. Mais, plutôt que de la nommer, PrincessH glisse simplement certains noms ou expressions en rafales: «Angel maï lov! Jaïls! J't'aurai Drouzila! Spaïk! Axel, à droite!» De cette façon, ceux qui reconnaissent la série trouvent ça très drôle, mais ceux qui ne la connaissent pas peuvent, grâce aux mimiques du personnage, comprendre qu'elle se prend pour un ninja en crise d'épilepsie! Ça reste tout de même sympathique, tout en vieillissant très bien!

 

  • la graphie phonétique des mots anglais! Tant qu'à parler d'«Angel maï lov!», autant parler tout de suite de la très chouette façon dont PrincessH a choisi d'écrire les quelques mots ou expressions en anglais qu'elle a mis dans la bouche de ses personnages! «Ouane, tou, tri!», un magazine «pipole»... Ces graphies, totalement et exagérément francisés, m'ont fait sourire tout du long de l'album! On y perçoit parfaitement le gros accent français qui les transperce, et ça me rappelle complètement combien on utilise les langages à NOTRE sauce, étant ado! Comme lorsqu'on chante des refrains de chansons en langue étrangère en en réinventant la moitié des mots phonétiquement parce qu'on n'a pas la moindre idée de ce que dit le chanteur (du genre: «Footloose, footloose, také nami go footloose!» J'étais un vrai pro en la matière! ;^D

 

  • la belle diversité des gags. Si certains sont très drôles (mes favoris? Celui de la tantine aux cadeaux de Noël hypermoches (p.8), celui du cadeau de Fête des pères (p.30) et celui de la famille reconstituée (p.44)), d'autres sont un peu plus songés, comme celui de la p.53 sur la nécessité d'être soi, de bien définir son identité, ou celui de la p.57, sur le racisme. Ça démontre la belle variété de thématiques traitées par la série!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Marsi : Merci beaucoup! En fait, je pourrais presque en faire une chronique!! ;^)
Rédigé par pgluneau le lundi 06 mai 2019 à 17:36


Ouf ! Bien, là, Pierre-Greg, tu me souffles avec cette réponse plus que complète. Un texte qui pourrait très bien figurer dans un dictionnaire de la BD sous la rubrique "BD-miroir des filles". Merci !
Rédigé par Marsi le dimanche 05 mai 2019 à 15:12


@ Marsi : Hummmmmm... Tu me poses là une bonne question, qui m'a obligé à faire quelques recherches (d'où le long délai de réponse, désolé!!)... Au bout du compte, je ne sais pas si j'ai la bonne réponse... mais j'ai un beau petit historique de la BD destinée un peu plus aux jeunes filles.

D'abord, précisons que je passerai outre Bécassine et les héroïnes d'antan, dans les petits journaux des années 50 et 60. Je ne m'attarderai qu'à celles qui ont été publiées en albums.

Primo, je dirais qu'il y a eu les pionnières connues de tous : Natacha (1971) et Yoko Tsuno (1972). Elles ont été rejointes, en 1983, par Jeannette Pointu. Mais il s'agit ici d'héroïnes qui vivent des aventures assez calquées sur celles de leurs pendants masculins. D'ailleurs, je ne considère pas leurs albums comme étant des "BD pour filles". Parallèlement, en 1975, il y a eu la célèbre adaptation des romans de la Comtesse de Ségur, avec les charmants dessins de Louis-Michel Carpentier, qui s'adressait aux plus jeunes (7-12 ans)... mais on est loin de la BD miroir des filles d'aujourd'hui!! ;^)

Parmi les vraies premières héroïnes «pour filles», il y aurait Julie,Claire et Cécile. Ces 3 amies, on les suivait dans leur quotidien : leurs études, leurs amours, leurs vacances... La série, dans un style très classique (pour ne pas dire vieillot!) a commencé en 1986 et s'adressait plus aux adolescentes de 14 à 17 ans.

Dans un style beaucoup plus moderne, je donnerais le titre officiel de précurseurE à Henriette, de Dupuy et Berberian, parue à partir de 1998 et s'adressant aux 12-15 ans. Cette jeune boulotte intellectuelle tente de rester elle-même dans un monde où l'image et la superficialité sont montées aux nues! Ce serait elle, je crois, qui a ouvert la porte aux autres, 6 ou 7 ans avant le début du raz-de-marée.

Car la déferlante a débuté vers 2005, probablement déclenchée par... les mangas!! En effet, si les shonen mangas (pour garçons) se sont abattus en Occident à la fin des années 90, les shojo mangas (pour jeunes filles) ont suivi peu après (Fruits baskets, par exemple, a débuté en 2002). La popularité de ces shojo a, selon moi, attiré les filles vers le 9e art, et à partir de là, ça a déboulé. Les éditeurs européens se sont mis à la tâche et on voulu profiter de ce nouveau public:

Tamara (2003); les Nombrils, le Journal de Carmilla, Filles, Lys (2006); les Elfées, Lou! et Cutie B. (2008); etc.

Donc, pour répondre à ta question, le «patient moins un» du genre miroir pour fille, ce serait Julie, Claire et Cécile (dans un style yéyé plutôt suranné, qui n'a pas vraiment eu d'héritier spirituel), et le VRAI «patient zéro» serait plus sérieusement Henriette, puis Tamara et les autres...

J'espère que toutes ces infos te donneront le goût d'ouvrir tes horizons et de prendre le beau risque de plonger dans cet univers maintenant si foisonnant (avec Cath et son chat, Cédille, Célimène, Danse!, Studio danse, Emma et Capucine, les Filles en chocolat, les Fées Valentines et tant d'autres!! ;^)

À plus!
Rédigé par pgluneau le dimanche 05 mai 2019 à 10:10


Ouais! Tu as raison. Que je suis nombriliste ! Pas dans le sens d'inconditionnel des Nombrils quoi que je reconnaisse la grande valeur de cette série. D'ailleurs, que serait, selon toi, la série "un" du genre? Celle qui a établi le standard...
Rédigé par Marsi le lundi 22 avril 2019 à 12:31


@ Marsi : Et tu crois que je les ai, moi, l'âge et le genre??! Pourtant, j'ai bien aimé : c'était rafraîchissant et très amusant!
Rédigé par pgluneau le lundi 22 avril 2019 à 11:05


Faudrait que je m'y mette question de connaître un peu le genre même si, de toute évidence, ça ne s'adresse vraiment pas au vieux croûton que je suis. J'ai pas l'âge ni le genre quoi !!!
Rédigé par Marsi le dimanche 21 avril 2019 à 19:29


@ Anne des Ocreries : C'est l'album idéal pour ce faire! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 21 avril 2019 à 11:59


J'aimerais. Juste pour passer un bon moment distrayant sans prise de tête. :)
Rédigé par anne des ocreries le lundi 15 avril 2019 à 18:40




Dernièrement, j'ai lu... Ce n'est pas toi que j'attendais
Ce n'est pas toi que j'attendais
20 mai 2019

À quoi bon?
À quoi bon?
06 mai 2019

Island
#01- Deus ex machina
28 avril 2019

Journal de Julie
#01- Ma vie, moi, mes copines
15 avril 2019

Quête du Graal
#05- Galaad
10 avril 2019

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - VoRo, Fred Antoine... et même Kamiken dans le parc!
22 juin 2019

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - VoRo, Fred Antoine... et même Kamiken dans le parc!

Arsenul 73, sur Du neuf dans le 9e? - VoRo, Fred Antoine... et même Kamiken dans le parc!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Delaf et Dubuc dans le parc!

Marsi, sur Du neuf dans le 9e? - Yoann dans le parc!

Sol, sur Du neuf dans le 9e? - Yoann dans le parc!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin