Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Inversion, tome I
#01- INVERSION, TOME I
Scénariste(s) : Pierre Fournier dit MAKYO
Dessinateur(s) : Jerry Hulard dit JERRY
Éditions : Dupuis
Collection : X
Série : Inversion
Année : 2009     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre
Genre(s) : Fantastique, Récit psychologique
Appréciation : 3.5 / 6
Et si votre jumeau astral bipolaire vous pourrissait la vie?
Écrit le lundi 08 mars 2010 par PG Luneau

Comme tous les écrivains, Jehn Zalko est en manque d’inspiration. Et il est amoureux fou de sa voisine de pallier, qui s’avère être aussi son professeur de littérature (bah voyons!!). Le malheur, ce n’est pas qu’il est totalement épuisé à cause de l’insomnie chronique qui l’assaille… Au contraire, celle-ci lui permet d’accéder à un état second terriblement  fécond pour un auteur!

 

Le problème, c’est n’est pas non plus que cet état végétatif l’entraîne tout à coup dans le monde fabuleux d’Havona, dont il est, apparemment, l’un des princes dirigeants. Si ce n’était que ça, il pourrait encore considérer ces hallucinations comme un long rêve qui se poursuit de somnolence en somnolence.

 

Non, le problème, c’est que ce prince Jalko Zehn, dont il prend l’identité lorsqu’il apparaît au royaume d’Havona, est un être désagréable au plus haut point, détesté de plusieurs… et que ce même prince semble usurper sa propre identité d’écrivain dans notre monde, quand lui-même, Jehn, se retrouve mentalement dans le sien!! Vous me suivez bien? Si oui, vous aurez compris qu’il y a permutations entre les deux hommes mais qu’elles sont très complexes à cause de la personnalité divergente du prince en question.

 

À partir de là, toute la vie de l’écrivain part en vrille, car le goujat princier détruit ses repères, déshonore ses relations avec ses proches et laisse même des cadavres sur son passage!!! Comment Jehn, lors de ses périodes de lucidité dans notre monde,  pourra-t-il réparer les dégâts causés par son double? Comment faire comprendre à tous les nobles d’Havona, aussi exaspérés que lui par les frasques du fanfaron, qu’il est Jehn et non  le prince Jalko? Comment faire comprendre à tous ses amis d’ici qu’il n’est pas responsable des actes de ce godelureau?? Mais surtout, comment se convaincre lui-même qu’il n’est pas en train de devenir fou?!!!

 

Comme trame de départ, ce synopsis est assez inspirant. Malheureusement, le traitement est un peu trop lourd, étouffant. En soit, c’est bien, car ça démontre que Makyo, le scénariste (que je connais surtout pour ses nombreuses séries jeunesse des années 80), a su insuffler l’atmosphère kafkaïenne qui va de pair avec la situation. Seulement voilà : Kafka et ses déboires ne m’ont jamais attiré!! Le traitement graphique de Jerry est pas mal, très soigné, très réaliste… mais encore là, il manque le petit oumpf! qui ferait que j’accrocherais réellement à ces dessins.

 

C’est pourquoi je me contente d’un petit 3,5 pour ce premier tome. Si je trouve la suite en bouquinerie, je me laisserai sûrement tenter, question de donner une deuxième chance à ce duo de créateurs. Mais à plein prix, j’y irai avec d’autres priorités : il y a bien trop d’excellentes séries que j’ai hâte de poursuivre, celle-ci attendra son tour!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la couverture, avec sa belle pureté dans les traits. Elle a d’ailleurs bien fait son travail : en effet, c’est sa belle symétrie et le look somptueux des vêtements dessinés par Jerry, qui ont accroché mon regard et m’ont décidé à m’en saisir pour la feuilleter. 

 

  • le thème du monde parallèle, toujours intéressant. C’est d’ailleurs lui qui a achevé de me convaincre d’acheter l’album : comment un fervent amateur de jeux de rôles comme moi pouvait-il ne pas être titillé par l’idée de partir pour un autre monde dans son sommeil?!

 

  • l’esthétisme du monde parallèle en question (architecture, décoration, mode vestimentaire…). Même s’il rappelle un peu ceux des Naufragés du temps ou du Vagabond des limbes, deux séries qui ne m’ont jamais attiré à cause de leur aspect visuel, justement, je suis néanmoins en mesure de constater l’effort et la recherche qui y ont été mis. Jerry y trafique l’art déco et y fait une belle démonstration d’originalité. De manière générale, son style très réaliste dégage une belle pureté. Dommage qu’il en soit autrement avec les visages de ses personnages!

 

  • le mystérieux double. Sans qu’on ne l’ait vu une seule fois, on comprend très vite, à force de se faire raconter ses peu glorieux exploits par témoins interposés, que c’est un être abject, qui pourrira littéralement la vie du héros, tant ici que dans l’univers fantastique!!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • l’absence de titre au tome. Ce n’est pas un must, mais ça me semble plus sympathique quand un album a un titre spécifique… et ça évite les redites dans mon canevas techniques, en en-tête!!

 

  • la page de garde, vide et morne. Il me semble que ça fait des siècles qu’on ne laisse plus les pages de garde vierges!!! L’écarlate qu’ils ont choisie a beau être très riche, ça reste d’une fadeur inouïe. J’imagine que c’est «la faute à la récession»?!

 

  • la lourdeur psychologique du héros. L’idée de l’écrivain à l’esprit tordu, qui est accro à sa muse (la voisine d’en face) et qui est torturé par une insomnie chronique… Ça a été vu plein de fois en roman, plus rarement en BD. Mais je trouve que ça passe moins bien avec ce médium. L’intériorité psychologique est amenée par de longues séquences d’introspection montrant des vignettes souvent silencieuses et plutôt déprimantes. C’est bien de ressentir l’émotion du héros, mais quand on en vient à plutôt vouloir redéposer l’album pour s’aérer l’esprit, les auteurs n’atteignent pas vraiment leur but!

 

  • la palette de couleurs, beaucoup trop froide et terne à mon goût. Tout est dans des couleurs terre, ocre, olive et brun! Pour le «très coloré» monde de Havona, Irène Häfliger, la coloriste, a opté pour… du rose fané et du turquoise fade! Évidemment, tant qu’à faire dans le Kafka, autant vouloir se pendre pour la peine!!

 

  • les visages et les attitudes plutôt figées des personnages. On croirait parfois que ceux-ci gardent la pose pour le dessinateur, un peu comme dans les dessins de Tito. Et comme chez Patrice Pellerin, dans l’Épervier, les visages sont beaucoup moins précis que le reste. D’ailleurs, ça en devient un peu gênant quand on constate que le dessinateur ne maîtrise pas suffisamment les yeux de son personnage principal pour lui donner toujours le même visage! Il me semble que c’est la base! Je donne cependant 10/10 à l’affriolante toison qui orne son poitrail : très viril, le beau Jehn!

 

  • l’espèce de col montant dont Jehn est affublé lorsqu’il campe la peau de Zehn. Je déteste ce détail vestimentaire qui lui déforme toute la silhouette. On dirait alors qu’il a un cou de girafe qui prend des angles bizarres et peu naturels.

 

  • quelques petites erreurs dans les dessins. Par exemple, un genre de divan art déco qui a cinq sections dans le plan d’ensemble (p.11, vignette #8), puis quatre dans le plan moyen qui suit (p.11 vignette #9) ou encore une étrange cascade d’eau aux perspectives à peu près impossibles (p.39, première vignette)…

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@Venise : C'est vrai que la couverture est belle. Pour ce qui est des couleurs, sache que les couleurs de Miam miam fléau étaient bien plus vives que celles de cet album-ci! C'est tout dire! Tu verras... quand je le ressortirai de la boîte dans laquelle je l'ai soigneusement empaqueté... Une des cinquante boîtes remplies à ce jour... de BD! Et pour ce qui est du fait de lui regarder la toison plutôt que les yeux... personnellement, je n'y vois pas d'objection!! ;-)
Rédigé par PG Luneau le vendredi 12 mars 2010 à 15:21


Il excelle dans le dessin de la toison mais pas des figures ! Non mais ... c'est drôle ! Obligé de lui regarder la toison, au lieu des yeux, comme c'est dommage !

Eh bien, ils auraient donc dû faire se donner la peine de concocter de belles pages de garde, car leur couverture est sensationnelle ! J'te dis, je la reluquais à partir du Passe-Mot et à chaque fois, j'échappais un petit "Oh" époustouflé devant sa force visuelle.

Par contre, c'est le genre d'histoire qui ne m'intéresse pas du tout, tu t'en doutes. Par contre, ça me titille les couleurs, par complète curiosité. Quand tu seras déménagé et ta bibliothèque bien installée, je vais le feuilleter pour les couleurs. C'est que je me souviens que même pour Miam miam, c'était ton petit bémol personnel, tu aurais désiré des couleurs plus vives. Alors ... je relativise :-) !
Rédigé par Venise le jeudi 11 mars 2010 à 22:50


Ton parallèle avec les mauvais raccords entre les séquences d'un film est fort à propos, Carine. J'ai moi aussi tendance à les remarquer assez souvent... et mes amis proches sont habitués de m'entendre les soulever à voix haute!!! Toutefois, ça m'empèche rarement d'apprécier le film en tant que tel.
Rédigé par PG Luneau le lundi 08 mars 2010 à 22:26


Dommage, de prime abord l'histoire avait l'air plutôt intéressante ...
PS : j'aime bien les détails qui t'ennuient (le col, les erreurs de divan...), ça me fait penser lorsque je n'arrive pas à rentrer dans un film parce que la prise de vue de dos montre un mèche de la jeune femme en avant de l'épaule alors que lorsque l'on a la vue de face, cette même mèche est en arrière de l'épaule ou placée derrière l'oreille. J'ai le don d'agacer le monde lorsque je passe mon temps à repérer ce genre de détails :)
Rédigé par Carine le lundi 08 mars 2010 à 20:52




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin