Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
les Instits n'aiment pas l'école
LES INSTITS N'AIMENT PAS L'ÉCOLE
Scénariste(s) : Martin VIDBERG
Dessinateur(s) : Martin VIDBERG
Éditions : Diantre! éditions
Collection : Blop
Série : Instits n'aiment pas l'école
Année : 2008     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Réflexions en huit ou dix planches
Genre(s) : Quotidien, Humour tendre, Autofiction
Appréciation : 4 / 6
la Vérité sort de la bouche des enseignants!
Écrit le dimanche 20 mars 2011 par PG Luneau

Martin Vidberg est un enseignant. Comme moi. Il travaille auprès des jeunes du primaire. Comme moi. Comme moi, il adore la BD. Sauf que lui, il a le talent pour dessiner de superbes petits personnages patatoïdes, tout simples mais mignons comme tout. Ainsi, il a pu se créer un joli petit blogue et ses petits personnages ont su charmer les éditions Delcourt. C’est pourquoi il a pu publier son premier véritable album, un beau pavé à saveur autobiographique, d’une bonne épaisseur, intitulé le Journal d’un remplaçant, dans l’intéressante collection Shampooing. Dans cet album-là, il racontait ses premières années d’enseignement, avec tout ce que cela comporte : précarité, ballottage d’une école à l’autre, classes difficiles avec cas lourds mais sans avoir le temps d’instaurer sa discipline ni ses projets à soi, sentiment d’impuissance, frustrations causées par la découverte du décalage entre la théorie et la pratique … Bref, la galère que vit tout enseignant qui débute dans le métier. J’ai tellement adoré cet album, j’ai tellement apprécié ses sympathiques petits dessins et j’ai été si subjugué par la similitude entre le vécu des profs débutants en France et ceux du Québec que j’ai commandé cet autre album de monsieur Vidberg presque les yeux fermés, sitôt que j’en ai découvert l’existence sur le Net : son titre, les Instits n’aiment pas l’école, était garant de mon appréciation, c’était évident!

 

Aussi ai-je été complètement déboussolé quand mon libraire préféré m’a tendu cette minuscule plaquette, de la taille d’un paquet de cigarettes… mais deux fois plus mince!!! Je n’avais pas pensé à vérifier le format avant de passer ma commande!! Je veux bien croire que Diantre! éditions n’est qu’une toute petite maison, il y a tout de même des limites!! Avec une moyenne de trois ou quatre vignettes par planche, pas besoin de vous dire que ce volume (j’allais presque écrire «ce feuillet»!!) se lit en quinze minutes, au gros maximum!!

 

Malgré tout, une fois la première surprise passée, j’ai bien aimé retrouver le style totalement épuré mais si gentillet de monsieur Vidberg, ainsi que le regard si juste qu’il jette, avec une malice emplie de tendresse, sur nos conditions d’enseignant. Beaucoup moins pamphlétaire que son Journal d’un remplaçant, cet album-ci est un recueil de petites réflexions qui font sourire. Il nous y dresse le portrait de certains types d’enseignants («d’instits», comme ils disent en France!) et d’autres intervenants qui travaillent autour des jeunes des écoles primaires, et nous y rappelle certaines croyances qui demeurent tenaces auprès de nos chers élèves, comme celle qui veut que les profs vivent en permanence dans leur classe, ou qu’ils sont toujours heureux d’enseigner la grammaire, de punir ou de donner des copies! À l’aide d’une prose des plus agréables et de ses petits bonshommes «haricoïdaux», Vidberg réussit à nous dresser un portrait juste de la normalité de notre travail, et de nos états d’âmes. S’adressant autant aux enseignants (qui s’y reconnaîtront immanquablement!) qu’à tout le monde en général, cette petite plaquette, malgré ses airs insignifiants, mérite de passer de mains en mains!

 

Évidemment, je ne me refais pas : cette chronique est loin d’être proportionnelle à la longueur de l’album qu’il dessert!! Mais tout bien considéré, l’artiste, en qui je me reconnais tant, mérite bien tous ces palabres!!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le thème, qui me rejoint tout particulièrement. Les BD traitant de l’école primaire l’abordent toujours sous l’angle des élèves, et non des enseignants. C’est donc sympa d’entendre le son de cloche des profs, pour une fois.

 

  • le petit prologue, cocasse, qui laisse planer l’ambiguïté sur l’identité du personnage principal, puis l’intro un peu verbeuse (mais néanmoins amusante) où l’auteur expose les mythes que les jeunes élèves entretiennent sur leurs «instits». Le ton ludique de Vidberg est tout de suite mis en place.

 

  • le très bel usage du contre-jour, tant pour la page-titre (qui arrive après le prologue) que tout au long de la plaquette. En fait, de manière générale, le noir et blanc dessert très bien le dessin, très graphique bien que minimaliste, de Vidberg.

 

  • le joli graphisme tout simple. Chaque personnage (toujours un gros ovale courbé comme un haricot, auquel Vidberg ajoute deux bras, deux jambes, des yeux et, parfois, des cheveux) ressemble à un Monsieur Patate ultra de base. Les décors, minimalistes eux aussi, sont très efficaces et démontrent la grande maîtrise de la ligne claire épurée dont monsieur Vidberg fait preuve.

 

  • le gag sur Gregor, celui qui adore les enfants… avec de la mayonnaise!! Ainsi glissé dans la liste des différents types d’enseignants, son apparition est percutante,,, et très drôle!

 

  • la division en courtes sections relativement complètes en soi. Ces différents blocs narratifs s’enchaînent bien et forment un tout cohérent.

 

  • la belle variété des procédés narratifs exploitées. Monsieur Vidberg  utilise habilement les images en gaufrier, le texte en spirale, la vision suggestive… Certains bédéistes professionnels, qui ont étudié dans ce domaine, gagneraient à prendre exemple sur cet autodidactei!!

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la petitesse du format. J’en ai déjà parlé plus haut, mais 10 x 13 cm, c’est vraiment ridicule! D’accord, il y a bien 48 pages… mais à trois ou quatre vignettes par planche, au lieu de 10 ou 12 comme dans un album «régulier», on s’entend pour dire que, mathématiquement parlant, on est très très très perdant! C’est comme si on achetait un tiers d’album!... Et je crois me souvenir qu’on est très très loin du tiers du prix!!! Pauvres petits éditeurs, qui se voient forcés de nous faire payer un prix ridiculement haut pour un produit ridiculement si petit… Et moi, la bonne poire, je paye!! Nous sommes donc en présence d’une lecture qui revient cher de la seconde!! De fait, je vous encouragerais bien à plutôt l’emprunter en bibliothèque, mais rares sont les biblio qui se procurent ce genre de petites plaquettes à couverture souple et aux pages simplement collées : ils se perdraient sur les rayons!!

 

  • l’absence de pagination. En fait, les éditeurs n’ont pas eu le choix : pour qu’on puisse voir les dessins sur des pages si minuscules, il a fallu exploiter chaque millimètre carré de papier disponible. Ainsi, les vignettes rasent les bordures de chaque page et le pli central, sans laisser l’espace pour une quelconque pagination. Ça donne un aspect un peu surchargé à chaque planche, et c’est bien dommage!

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Kikine: Le blog est intéressant: c'est pourquoi je l'ai rajouté à mes liens! Pour ce qui est de ta lecture des Instits n'aiment pas l'école directement en bibliothèque, c'est une bonne idée... Mais encore faut-il que tu parviennes à le dénicher!! C'est grand, une bibliothèque, pour un si petit objet!! ;-)
Rédigé par PG Luneau le mercredi 23 mars 2011 à 23:01


@ Arsenul: En effet, l'épithète «extraterrestre» colle bien à ce minuscule album! Bonne visite sur le blog de Vidberg... Tu me raconteras comment tu seras parvenu à placer mon adjectif «haricoïdal» dans une conversation courante: je suis curieux de voir comment tu t'y seras pris!!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 23 mars 2011 à 22:58


@ Venise: Je suis heureux d'apprendre que tu vas (enfin!) plonger dans l'excellent Journal d'un remplaçant. J'ai hâte d'en connaître ton appréciation et d'en jaser avec toi, autour d'une bonne assiette d'oreilles de crisse et d'oeufs cuits dans le sirop!!
Pour ce qui est du prix de la lecture, je comprends, bien évidemment, les arguments de ton bédéiste d'époux. Une oeuvre littéraire, c'est un peu une petite oeuvre d'art... C'est peut-être encore plus vrai des BD et des albums jeunesse, à cause des illustrations. Mais, s'il est très difficile d'évaluer l'Art, j'en conviens, peut-on convenir qu'il y a parfois des aberration, de la démesure, des horreurs payées à des prix irraisonnables? Aussi sublime soit-elle, une BD pourrait-elle se vendre 75$?... 145$?... 659,99$ ? Ou est la limite?? Il faut rester réaliste et mettre un peu d'eau dans votre encrier d'artiste, monsieur Marsi!!!
P.S.: J'ai bien hâte de lire ta critique sur l'album de Ben que tu as lu... moi, je viens de m'acheter le tome #6!! Yahou!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 23 mars 2011 à 22:54


Je suis son blog depuis un bon bout de temps... avec un si petit format, il y a de fortes chances que je le lise à la bibliothèque, sur place, directement
Rédigé par kikine le mercredi 23 mars 2011 à 18:16


Tu es tombé sur un drôle d'extra terrestre de BD! Ma curiosité est piqué, mais j'opterai davantage pour le blog. Va savoir, sur le babillard des profs pourquoi pas! J'aime le synonyme Haricoïdal que j'essaierai de placer dans une discussion d'ici peu!
Rédigé par Arsenul le mardi 22 mars 2011 à 21:24


Peut-être est-ce que ça m'a pris plus de temps de lire ta critique que ça m'en prendrait de lire la "petite plaquette" ? "Petite plaquette", celle-là, je l'ai souris. Déjà que plaquette, c'est petit, ... petite plaquette, c'est minus !

Quand on jette le premier coup d'oeil, on est certains que c'est un album de format standard, alors moi aussi, j'ai été surprise de ce que tu nous expliques. Et le 48 pages est trompeur en effet.

Le point qui me fait plaisir que tu abordes, cher PG est le prix de lecture à la seconde !!! J'ai déjà parlé de cet aspect de la chose à mon cher bédéiste MARSI et il a tenté de me remettre sur la voie de la raison. La voie de sa raison à lui. C'est un point dont je tiens compte dans mon appréciation d'une bande dessinée tandis que mon bédéiste de mari, pas du tout. Autrement dit, je me prépare à parler de la série BEN au Passe-Mot et un des points que j'apprécie dans cette série est que j'en ai pour plus d'une heure de lecture pour 15.95 $. Et je parle de lecture lente puisque ce sont des stripes. Quand c'est une histoire, je me laisse parfois happer, tandis que pour les stripes, j'ai tendance à les savourer une à une. Pas l'avaler tout rond comme la poutine qu'il ne faut surtout pas mastiquer de peur d'y trop goûter, et surtout sans lui laisser le temps de refroidir, qu'elle montre sa vraie nature de gibelotte blanche et brune.

Je m'égare. Si je veux lire celui-ci, je dois commencer par ton exemplaire de Journal d'un remplaçant que nous avons encore. Je te promets de le lire avant le temps des sucres.
Rédigé par Venise le lundi 21 mars 2011 à 13:58


@ Yaneck: Et bah voilà!! Plonge!! Je te recommande surtout le Journal d'un remplaçant, bien évidemment, mais cette petite plaquette-ci est amusante aussi.
Rédigé par PG Luneau le dimanche 20 mars 2011 à 16:26


Vu que je travaille, dans l'éducation nationale... ^^
Rédigé par Yaneck le dimanche 20 mars 2011 à 16:03


@ Yaneck: Mais tout à fait!! IL FAUT lire Vidberg, c'est trop sympa, ce qu'il fait! Et si tu connais quelqu'un qui travaille dans le monde de l'éducation, c'est encore plus de circonstance, car ses réflexions sur ce secteur d'activités sont aussi amusantes que pertinentes!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 20 mars 2011 à 14:34


J'adore lire son blog. Il est très doué, dans ses dessins d'actu.
Mais je n'ai encore jamais rien lu de lui, faudrait que je change ça...
Rédigé par Yaneck le dimanche 20 mars 2011 à 13:03




Dernièrement, j'ai lu... Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Petite Patrie
la Petite Patrie
23 septembre 2017

Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!
12 octobre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Explorations gustatives par personne interposée!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!

Danielle, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

jean Milette, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin