Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#01- la Malédiction des Nibelungen
#01- LA MALÉDICTION DES NIBELUNGEN
Scénariste(s) : Nicolas JARRY
Dessinateur(s) : Jean-François Bergeron dit DJIEF
Éditions : Soleil
Collection : Soleil Celtic
Série : Crépuscule des dieux
Année : 2007     Nb. pages : 56
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (1/6)
Genre(s) : Fantastique mythique
Appréciation : 5 / 6
le «Premier» anneau, qui les commanda tous...
Écrit le samedi 09 juin 2012 par PG Luneau

Tolkien ne s’en ai jamais caché : il s’est beaucoup inspiré des mythes scandinaves pour «forger» (excusez-la!) sa célèbre (et exceptionnelle!) trilogie du Seigneur des anneaux ainsi que tous les documents dérivés (livres, romans, albums et recueils) qui ont contribué à enrichir ce monde si majestueux qu’est sa Terre du Milieu! Et si ce prolifique auteur britannique s’est abreuvé aux sources des mythes vikings, c’est que ceux-ci étaient déjà passablement riches en drames bien juteux!

Moi qui adore les mythologies, je ne me suis jamais sérieusement tourné vers celle de nos cousins d’Europe du nord! Outre les noms d’Odin, de Thor, des Walkyries, et la promesse d’un grand banquet pour tous les valeureux combattants, ce qu’on appelle le Walhalla, je ne connais pas grand-chose des détails de ces mythes, malgré la grande variété de déclinaisons artistiques qui découlent de leur universalité.

Je n’ai jamais écouté l’opéra de Wagner qui porte sur le sujet, sinon sa célèbre Chevauchée des Walkyries (et son sublime soli de trombones!). Je n’ai jamais lu de livre ou de documentaire sur le sujet, ni vu de film… Aussi étais-je avide d’entamer cette belle série que les éditions Soleil éditent depuis 2007… d’autant plus qu’elle est l’œuvre de deux grands noms : Jarry au scénario et le génialissime Djief, alias Jean-François Bergeron, au dessin. Et comme vous connaissez déjà mon engouement pour le travail de ce dessinateur québécois hors pair (puisque je vous en ai parlé lors de mes critiques de ses séries Saint-Germain et White Crows), vous vous doutez bien que j’étais déjà assez vendu d’avance!!...

C’est donc avec beaucoup de bonheur que j’ai plongé dans ce récit épique mais touffu, auquel on doit bien s’accrocher pour parvenir à retenir tous les noms complexes (Yggdrasil, tu parles d’un nom… pour un arbre, en plus!!) et à démêler tous les tenants et aboutissants!... En effet, à froid, comme ça, il n’est pas évident de tout assimiler (personnages, lieux, motivations, alliances…) du premier coup! Il ne s’agit pas ici d’une lecture de cabinet, ou de celle qu’on fait à demi endormi avant de sombrer dans un sommeil profond : je vous recommande de choisir un moment où vous serez alerte et dispos pour vous y mettre! Après tout, une traversée de l’Asgard, cette espèce d’Olympe nordique, ça se prépare!!

Mais n’ayez crainte! Nicolas Jarry finit par nous démêler tout ça… Et les illustrations de Djief sont si sublimes que si jamais notre esprit est distrait par des questionnements qui le feront diverger, l’œil, lui, ne pourra qu’être captif (et comblé!), jusqu’à un retour de sens!!

Ainsi, j’ai fait la connaissance de Wotan, le dieu suprême, qui est malencontreusement entré en possession d’un puissant anneau forgé par ses ennemis, les Nibelungen. Bien qu’il s’en soit rapidement débarrassé, il était trop tard : la malédiction était sur lui et ses descendants!! Car, en effet, cet anneau maléfique portait en lui le sort du monde et des dieux! C’en était fait, le compte à rebours avant le Ragnarök, la destruction ultime, était enclenché!

Ce tome nous présente donc les premières répercussions de cette malédiction, par l’entremise de splendides planches aux couleurs de feu… Des répercussions qui, par effet domino, joueront un rôle crucial dans la vie d’hommes et de femmes, comme nous, simples mortels, qui se retrouveront bien démunis devant la toute puissance de dieux souvent égoïstes ou insensibles.

La Malédiction des Nibelungen, un tome d’introduction un peu verbeux mais très enrichissant, qui met la table et nous invite à une épopée que je devine épique et fabuleuse! Je le recommande à tous, dès quinze ans.

Plus grandes forces de cette BD :

  • la dédicace du grand Wotan que Djief m’a faite lors de mon passage au Festival de la BD francophone de Québec, il y a quelques semaines! C’est une belle illustration faite au crayon et à l’aquarelle, dans des teintes terreuses. Pour une seconde fois (voir ma critique de White Crows), j’ai été obnubilé par le talent fabuleux de ce charmant créateur.

  • la thématique. J’adore les mythologies gréco-romaine et égyptienne, et pourtant je connais à peine la nordique! La lecture de cette série me renseigne non seulement sur celle-ci, mais me permet en plus de faire des liens entre toutes! Par exemple, je n’en reviens pas du nombre de similarités que je constate entre les mythes grecs et scandinaves : la fraîche Idunn qu’on donne en gage aux Géants me fait beaucoup penser au mythe de Perséphone… Pour leur part, la jalousie de Fricka se reflète dans celle d’Héra et la malice de Loge n’est pas sans rappeler celle d’Hermès! C’est fou de constater à quel point certains archétypes sont universels!

  • l’importante présence des mortels dans tout le récit. Elle m’a d’ailleurs très agréablement surpris, car je ne m’attendais pas à ce que les dieux scandinaves soient si «proches» de leur peuple. Jarry semble porter un souci particulier à bien ancrer les facéties de ses divins personnages dans le quotidien des mortels, question d’humaniser leurs déboires. Incontestablement, on y devient plus sensibles : notre empathie est mise de la partie puisque ça nous touche maintenant directement!

  • Tarnheim, le heaume de métamorphose. Quel item intéressant, hyper cool! J’aurais bien aimé en trouver un, quand je jouais à Donjons et Dragons!! ;-)

  • la somptuosité des décors, surtout les architectures campagnardes. J’adore principalement ceux des p.11, 19, 26 et 38.

  • le dieu Loge. J’adore ce personnage malicieux, plutôt malfaisant, mais qui risque toujours gros en tentant de se jouer de Wotan. Je n’avais pas remarqué, presque jusqu’à la toute fin, que sa cape est perpétuellement en feu! Ses longs cheveux et sa fine barbe lui donne une allure longiligne très intéressante… Et ses mimiques me font toujours penser à celles de… Jughead, un de mes personnages favoris de la franchise Archie!! Malgré ses fourberies malveillantes, il m’est éminemment sympathique! C’est que, sans en avoir l’air, il joue vraiment un rôle prépondérant (bien que par la bande) dans tout cette saga!

  • le tragique destin des jumeaux amoureux, ainsi que celui de la belle Brunehild, qui fait ce que son père attend d’elle, mais contre l’ordre officiel qu’il avait été contraint de donner. Comme toutes les situations tragiques, elles ont quelque chose de beau, de grand, de transcendant!

  • la belle pleine planche de la p.32. Quelle vision fantastique du grand Ragnarök, cette grande bataille finale, l’équivalent de notre fin du monde!

  • les quatre dernières planches, qui sont comme un rajout, un hameçonnage pour nous pousser à nous lancer dans la lecture du tome suivant… Et ça fonctionne!! Qu’arrivera-t-il à la belle Sieglinde?

  • le cahier de croquis, avec présentation des personnages. Ces six pages supplémentaires sont très utiles pour nous aider à démêler qui est qui dans ce vaste monde fantastique où vivent dieux, démons, dragons et monstres divers. Les textes de Jarry précisent bien les choses, et les recherches graphiques que Djief y partage avec nous laissent présager bien d’autres splendeurs!!

Ce qui m’a le plus agacé :

  • une entrée en matière très verbeuse, assez intense compte-tenu de la grande quantité d’informations et de leur complexité relative. Soyez en forme pour vous plonger dans ce récit ou, mieux encore, prenez des notes tout au long de votre lecture!

  • les noms des lieux. On ne sait jamais à quoi ils correspondent exactement : contrée, village, forteresse… C’est assez confondant!

  • quelques confusions. Ainsi, le nom de Midgard représente un territoire à la p.5 et un dieu suprême à la p.56 !?? Puis, la belle Fricka, épouse de Wotan, nous est présentée dans le complément comme étant Frikka. C’est déjà assez complexe comme ça, qu’on conserve au moins la même graphie d’une fois à l’autre, s’il-vous-plait!! D’autres termes ne sont jamais explicités, comme Alfadir (dès la p.3 – est-ce une catégorie de dieux?) ou Utgard (p.5 – mais est-ce une autre façon d’écrire Hurdgard, la forteresse souterraine du roi-forgeron Albéric?)

  • le «rêve» de Wotan, aux p.31 à 33. On y apprend comment il a perdu son œil droit, mais il est difficile de situer cet événement dans le temps. Au début du récit, aux p.5 et 6, il semblait qu’il l’avait déjà perdu, avant même d’avoir combattu Albéric, la première fois… Je suis donc assez mêlé. À moins que ce «rêve» fasse plus référence à un passé fantasmé, onirique, et non à un passé réel?? Plus de précisions aurait été éclairant.

  • les illustrations où l’on retrouve des cours d’eau. Djief démontre moins d’aisance à dessiner les cours d’eau, semble-t-il. Le ruisseau de la p.49 fait moins naturel que le reste, et la vague éclaboussant la falaise, à la p.51, me semble encore un peu figée. J’ai hâte de voir l’évolution de l’artiste sur ce point, dans les albums à venir.


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Djief : Mais c'est un plaisir, monsieur le dessinateur!! D'ailleurs, je vous annonce en primeur que le tome #2 de cette série se trouve maintenant sur le dessus de ma pile à lire! C'est donc le prochain album que je lirai, et sa critique devrait paraître d'ici une ou deux semaines!
Merci infiniment d'avoir pris la peine de laisser un petit commentaire : ma Lucarne et moi en sommes très honorés!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 20 juin 2012 à 16:06


Merci Pierre-Greg pour cet article fort élogieux à propos du Crépuscule des Dieux ! Je suis très heureux de voir que la magie du récit à opéré malgré certaines maladresses narratives.
Rédigé par Djief le mercredi 20 juin 2012 à 9:31




Dernièrement, j'ai lu... Démons d'Alexia
#07- Chair humaine
07 mai 2017

Tueurs de mamans
#01- Tueurs de mamans
23 avril 2017

Pipelettes
#02- ...On se calme!
14 avril 2017

Princesse Sara
#01- Pour une mine de diamants
09 avril 2017

Testament du capitaine Crown
#01- Cinq enfants de putain
02 avril 2017

Ma dernière chronique Petites nouvelles du temps des Fêtes!
27 décembre 2016

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Arsenul, sur Pourquoi j'aime la BD???

Philippe lavigueur, sur Huis clos parmi les furets carnivores

anne des ocreries, sur Huis clos parmi les furets carnivores

Eric the Tiger, sur Une vengeance au goût amer...

anne des ocreries, sur Une vengeance au goût amer...

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin