Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#06- Ragnarök
#06- RAGNARÖK
Scénariste(s) : Nicolas JARRY
Dessinateur(s) : Jean-François Bergeron dit DJIEF
Éditions : Soleil
Collection : Soleil Celtic - Légendes nordiques
Série : Crépuscule des dieux
Année : 2012     Nb. pages : 54
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre (6/6)
Genre(s) : Fantastique mythique
Appréciation : 5 / 6
Chronique d'un carnage (divin!) annoncé...
Écrit le dimanche 27 janvier 2013 par PG Luneau

Et ben voilà!! Depuis le temps qu’on nous l’avait annoncé, depuis le temps que tous s’y préparaient, nous y voici donc : c’est le Ragnarök, la grande confrontation finale, le combat titanesque au cours duquel les différentes factions de divinités germaniques vont s’affronter, dans une apocalypse de fureur, de puissance et de bruit!!

Wotan le savait pourtant depuis longtemps (et nous aussi, puisqu’on l’a vu interroger la source de la sagesse sur son avenir, dès le tome #1) : son attitude et celle de ses frères envers le géant Ymir et sa descendance, au commencement du monde (tel que raconté dans le tome #2) ne resteraient pas sans conséquence! Le fourbe Loge prépare la vengeance ancestrale de ses pères et attise sa colère depuis assez longtemps, maintenant : l’heure de l’ultime confrontation a sonné! Mais si guerre il y a, ce n’est pas tant à cause du fameux anneau des Nibelungen, finalement, qu’à cause des anciens conflits entre géants et dieux!! Dans les faits, l’anneau n’aura qu’écarté Wotan des siens pendant un peu trop longtemps, le rendant à moitié inconscient et quasi insensible à ce qui se déroulait en sa demeure!…

Par contre, cet anneau maudit (dont Tolkien s’est très fortement inspiré pour concocter son incomparable trilogie) a fait plus de dégâts chez les mortels, chez qui il a su susciter jalousie et désir, trahisons et perfidie. Chez eux aussi, l’épopée se termine. Avec les jumeaux amoureux (du tome#1), le démon qui élève le fruit de leur inceste  (dans le tome #3), le dépucelage d’une walkyrie par amour du dit fruit (devenu grand, dans le tome #4!) et les trahisons amoureuses de ce jeune homme, à grands coups de philtre d’amour et de casque de polymorphisme (dans les tomes 5 et 6), on en aura vu de belles, tant en Islande qu’en terres burgondes, de l’Allemagne à l’Autriche! En fin de compte, tous devront faire face aux conséquences de leurs mauvaises décisions, aux trahisons qu’ils ont commises… à leur «humanitude», dans le sens le plus péjoratif du terme… car nul n’échappe à son destin!! Mais comment aurait-on pu s’attendre à un peu de sagesse chez les mortels, alors que leurs dieux eux-mêmes n’en font pas preuve!?!

C’est d’ailleurs cette absence de sagesse de la part des dieux antiques qui est la cause de leur anéantissement… Seul un peuple, désigné par Wotan lui-même, à qui il a montré à naviguer et à sculpter des figures de proue en têtes de dragon, saura perpétuer la mémoire glorieuse de Wotan, de Banner et des autres… mais en transformant leurs noms en Odin, en Thor… L’ère des Vikings est arrivée!

J’ai franchement adoré cette incursion dans l’univers de la mythologie nordique, moi qui me suis surtout intéressé à celle des Grecs, des Romains, des Égyptiens et des Celtes. Ce nouveau pan de légendes et de croyances m’ouvre de nouveaux horizons culturels et spirituels, et j’en suis fort satisfait. Je suis content, aussi, d’apprendre (de la bouche même du dessinateur, lors de mes dernières rencontres avec lui!) que monsieur Jarry a décidé, maintenant que la saga est terminé, de poursuivre l’aventure en entraînant ces forts personnages, tant divins que mortels, dans des récits fictifs, moins ancrés dans les mythes d’où ils tirent leur origine. Ces aventures, probablement antérieures au récit qui se clôt ici, sont d’ailleurs bellement entamées, et j’ai eu la chance, grâce à la grande générosité de Djief lors du dernier Salon du livre de Montréal, de voir les encrages des premières planches, en grand format! Je vous l’annonce tout de suite : le résultat est époustouflant!! J’ai déjà hâte de lire ça!

En attendant, toutefois, je pourrai toujours me rabattre sur le tome #0 de cette même série… même s’il n’est malheureusement pas illustré par notre pote québécois ;^( . Jarry et Djief laissent la place à Istin et Lemercier pour qu’ils nous y racontent les prémices de la présente saga et la création de l’anneau. Encore de belles découvertes en perspective!!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • la sublime couverture, où les flammes de l’enfer déferlent sur la plaine maudite, sous les ordres de Hell, leur gardienne, elle-même enflammée de superbes volutes turquoises, très contrastantes! Qui a dit que la coloration à l’ordinateur ne donnait que de piètres résultats?? Celui-là trouve ici une belle preuve qui le force à aller se rhabiller!!  ;^)

 

  • les nombreux gros plans, surtout ceux des regards dévastés ou pleins de furie, tant chez les dieux (p.4, 15, 19…) que chez les humains (p.6, 14, 24 ou 42…)… sauf pour le bas de la p.29, où un problème de «perspective oculaire» transfigure légèrement Brunehilde!! ;^)

 

  • le judicieux contrepoint entre les combats sauvages et ravageurs du Walhalla et les imbroglios amoureux entre Siegfried, Gunther, Brunhilde et Kriemhilde. Les auteurs ont décidé de découper leur récit en séquences rapides d’une à trois pages, alternant les affres des champs de bataille aux histoires d’alcôves de la cour du roi burgonde. Cette stratégie scénaristique contribue efficacement à la montée de l’intensité dramatique. Bravo!

 

  • la fourberie de Wotan, à la p.16, alors qu’il est fier d’annoncer que Njord se rallie enfin à ses côtés suite au décès de sa belle Sirkiel, tuée par un géant… Le ratoureux se retient bien de préciser que c’est lui qui a mandaté le dit géant pour qu’il commette ce meurtre!!

 

  • l’apparition des nixes, ces nymphes aquatiques, gardiennes de l’or du Rhin. Ces séduisantes créatures veulent récupérer l’anneau (p.37-38), et leurs montures (p.50-51), des espèces de dragons d’eau, sont tout simplement fulgurantes!

 

  • la fin de plusieurs grands personnages qu’on suivait depuis longtemps. Contrairement aux récits contemporains, qui laissent souvent la vie sauve aux personnages principaux, ce récit mythique n’hésite pas à trancher les têtes ou à faire exploser ceux que nous suivions et à qui on s’était attachés!! La vraie guerre est cruelle, sans pitié… mais cette cruauté a quelque chose de grandiose, de sacré… de mythique, quoi !! ;^)

 

  • le bilan des combats, aux p.48 et 49. Il offre une belle synthèse de tous ces disparus, tout en nous permettant de refaire mentalement un survol des cinq premiers tomes. Une finale très class, quoi!

 

  • l’impressionnante planche finale, qui nous projette vers l’avant… même si l’avenir annoncé ne semble guère plus rose : on ne peut vraiment pas dire que l’ère des pillages vikings en ait été une d’apaisement pour les peuples européens, hein??!! ;^)

 

  • les intéressantes réflexions que cette série m’a permis de faire sur le monothéisme et le polythéisme. En effet, suite à ma lecture, j’ai réalisé que les religions polythéistes expliquaient souvent les guerres et les dissensions par des conflits d’ordre divin, extérieurs aux humains… il en est d’autant plus facile de s’en déculpabiliser!! Pour leur part, les religions monothéistes laissent généralement leurs croyants prendre leurs décisions seuls, leur inculpant toute responsabilité dans leur «combat contre le Mal»! C’est bigrement plus impliquant… et plus culpabilisant!!! On peut bien parler de la sacro-sainte éducation judéo-chrétienne et de l’éternelle culpabilité qu’elle entretient!! Étrange, finalement, les constats qu’une «simple» BD peut nous amener à faire!! ;^)

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • les plans intermédiaires (rapprochés, moyens et d’ensemble) sont beaucoup plus hachurés, presque de l’ordre de l’esquisse. Ils sont bien moins détaillés que les somptueux dessins que Djief nous offre habituellement! Voyez la p.17 vignette #3, par exemple, ou les p.19 #5 et 21 #2…

 

  • le grand nombre de nouveaux personnages, comme les mages Jaagfer et Skaalin, ou Svurt, ou Jormungan, dont on n’avait jamais entendu parler! Et, surtout, l’absence de références!! Un arbre généalogique ou une section «liste des personnages» auraient été tellement, mais tellement éclairant!!! De même qu’une liste des lieux géographiques, tant terrestres (ça s’entendait sur quelles régions actuelles, exactement, le royaume burgonde??) que mythique. Car, convenez-en avec moi, avec tous ces Siefgaard, Nibelheim, Bifrost, Jotunheim, Hurdgaard, Utgard, Svartalfheim et autre Svartheim… ce n’est pas de la petite bière, pour les insignifiants petits habitants du Mannheim comme nous, que de nous y retrouver!

 

  • mon très cher Loge, qui nous montre enfin son vrai visage… Mais quelle horreur de visage, tant moralement que physiquement!! Tout compte fait, au final, je préfère lui retirer le statut de dieu-chouchou que je lui octroyais!! ;^)

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : Tout à fait, Anne! Une série qui répond aux attentes qu'on se fixe quand on la débute! Tu fais bien de le souligner, car c'est loin d'être toujours le cas en BD!!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 27 janvier 2013 à 17:52


Goûteux ! positivement goûteux ! Voilà une série qui aura soutenu ton intérêt jusqu'à la fin, j'en déduis donc qu'elle tient ses promesses. Bon à savoir.
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 27 janvier 2013 à 15:35




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin