Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
le Manteau
LE MANTEAU
Scénariste(s) : Alexandre Rouillard dit BOLONEY, Nicolas Vassiliévitch GOGOL
Dessinateur(s) : Alexandre Rouillard dit BOLONEY
Éditions : les 400 coups
Collection : Mécanique générale
Série : Manteau
Année : 2012     Nb. pages : 60
Style(s) narratif(s) : Récit complet
Genre(s) : Humour social, Humour mordant, Récit psychologique, Quotidien, Fantastique, Adaptation littéraire, Classique
Appréciation : 4 / 6
Solitude et mépris tuent, à petit feu
Écrit le dimanche 20 janvier 2013 par PG Luneau

Personnellement, j’ai toujours trouvé la littérature russe un peu particulière. Je n’en suis pas particulièrement fan, et encore moins connaisseur, mais j’ai quand même été exposé à quelques pièces de théâtre (plusieurs Tchekhov, un Gorki…), quelques romans (dont le Joueur, de Dostoïevski), quelques nouvelles (dont le fameux Nez, de Gogol)… Et j’ai toujours été troublé par l’omniprésence de la lourdeur à travers tous ces textes : lourdeur des traditions, lourdeur du sens du devoir, lourdeur trouble engendrée par les non-dits… Bref, les grands noms de la littérature russe semblent apparemment se plaire dans les ambiances malsaines, là où le malheur est sourd, le drame, imminent, la tristesse, profonde et la mélancolie, indécrottable… Le youppilaï don don n’est pas trop leur truc, dirait-on.

Mais je n’avais jamais entendu parler du Manteau de ce même Gogol, une autre de ses  nouvelles, toute courte, qui raconte une tranche de vie (ou plutôt de «non-vie»!!) aussi absurde que pathétique! Il s’agit de l’histoire d’Akaki Akakiévitch Bachmatchkine, un employé copiste plus que modeste et effacé, qui passe sa vie à retranscrire des documents administratifs que personne ne lira jamais, et qui occupe ses loisirs à… se pratiquer à recopier d’autres documents inutiles, pour le plaisir de voir son crayon noircir des pages!! Sans enfant, sans compagne, sans cesse rejeté par ses collègues qui se moquent de lui régulièrement, il vit sa vie comme un fantôme, sans âme aucune, sans ami, sans contact, si ce n’est un petit salut quotidien à sa logeuse, avant d’aller travailler. Bref, Akaki Akakiévitch est un looser total, un numéro perdu dans la masse, complètement fade et sans personnalité, le parfait antihéros… comme seuls les Russes peuvent en créer (… mais c’est vrai qu’avec les différents régimes oppresseurs qu’ils ont eu à endurer au fil des siècles, ils ont de l’expérience en la matière!!)

Mais voilà qu’un jour il se voit dans l’obligation de s’acheter un manteau neuf! (Houlà! Quel événement!! Enfin du piquant dans sa vie!! ;^) Il demande à l’un de ses voisins de pallier, couturier, de lui en fabriquer un… et voilà que le dit manteau transforme complètement son quotidien!! En effet, grâce à ce nouveau vêtement, tout son entourage réalise tout à coup qu’il existe, comme si tous ceux qu’il côtoie venaient d’être dotés de lunettes leur permettant d’enfin le voir, et d’apprécier sa présence!! Ce revirement de situation, assez surréaliste (et qui rappelle, d’une certaine façon, Kafka, un autre spécialiste des ambiances lourdes… même s’il n’est pas Russe!!), change radicalement l’image sociale du pauvre Bachmatchkine, de même que sa perception de lui-même… mais qu’en sera-t-il lorsqu’il se fera voler ce fameux manteau, à peine quelques heures plus tard?!?!

C’est un texte fort étrange et, ma foi, pas mal dérangeant, quand on y pense bien, que Boloney, un illustrateur nouvellement venu dans le monde de la BD, a décidé d’adapter ici. Qu’est-ce qui pousse un Québécois du XXIe siècle à donner sa version d’un tel texte? Je ne le sais trop, mais force est de constater que le propos reste on ne peut plus d’actualité! Quelle claque en pleine face je me suis pris en en lisant la conclusion!! Vraiment, le sort d’Akaki Akakiévitch Bachmatchkine m’a fait réfléchir et m’a touché, plus que je ne m’y serais attendu en découvrant, dans les premières pages, cet insipide cloporte qui ânonne des phrases incompréhensibles. Il n’y a pas à dire, cette histoire a, malheureusement, trop bien vieilli.

Sur le plan graphique, ce Boloney, dont je n’avais jamais entendu parler, s’en donne à cœur joie! Il y va de toute sa créativité, mélangeant caricatures, peinture, pastiches, dessins éditoriaux et lignes ultra-claires avec audace et égale maîtrise. Définitivement, un artiste à surveiller.

Je m’en voudrais finalement de terminer sans remercier les éditions des 400 coups pour le très intéressant partenariat qui nous lie depuis déjà quelques années. En espérant que celui-ci puisse durer encore longtemps!

En somme, le Manteau, de Boloney (et Gogol!), c’est une version russe (donc déprimante! ;^) et un peu plus adulte des Habits neufs de l’Empereur. Ce court récit impressionniste et impressionnant, je le recommande à tout le monde, dès quatorze ou quinze ans.

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • l’ambiance très russe, avec son humour très décalé. L’ennui et la bureaucratie sont omniprésents, et empeste l’ambiance de très efficaces façons. Tout le monde semble se foutre de tout le monde… N’est-ce pas que ça reste très d’actualité, finalement?! Il y a même un personnage à tête de crapaud, parmi la foule humaine, à la p.15… mais personne ne semble en faire de cas!!

 

  • l’intéressant mélange de styles graphiques. Boloney explore et nous en met plein la vue. Si ses vignettes semblent majoritairement être de petites toiles, il y intercale très régulièrement des dessins simplement encrés qui rappellent énormément les dessins éditoriaux qu’on retrouve dans certains journaux. Tous ses personnages ont des tronches très caricaturales, toujours pathétiquement drôles. Il lui arrive aussi, parfois, d’ajouter des genres de peintures pleine planche (comme aux p.11 et 49), ou d’utiliser, le temps d’une planche (la p.18!), une amusante ligne claire très épurée et fonctionnelle que je qualifierais, si c’est possible, de postmoderne (?!). Tantôt colorée dans les tons de marron (la couverture nous en donne une bonne idée), tantôt noir et blanc (ou plutôt une pâlotte bichromie de brun et de beige), chaque planche de cet album regorge de surprises graphiques. J’ai cru y reconnaître plusieurs influences, sur un très large spectre, allant des dessins du Mad magazine à ceux du prolifique Gary Larson… et même un peu de Bruegel l’ancien (sur la p.49, qui se veut un pastiche des toiles infernales de cet illustre belge). Tout un talent, le Boloney!!

 

  • une transposition graphique et temporelle ma foi assez hétéroclite! Par exemple, sur le plan architectural, Boloney nous offre une ville qui peut autant paraître russe que québécoise ou européenne du nord! Certaines façades de bâtiments font bien de chez nous, avec leurs escaliers extérieurs qui mènent aux logements supérieurs, d’autres font plus slaves ou newyorkais. Les différents objets qui entourent les personnages semblent parvenir de diverses époques, des années 40 à nos jours… et même du futur, si tient compte de la petite voiture élévatrice qui sert à la manutention, au scriptorium où travaille Akaki Akakaiévitch (à la p.20)! Cela contribue d’autant à universaliser le propos. Ce soucis d’adaptation va même jusqu’aux personnages… Par exemple, je ne suis pas sûr qu’il y ait eu beaucoup de gens de couleur au sein des dirigeants administratifs des bureaux ministériels russes, comme c’est le cas ici!! Boloney «intemporalise» ainsi le récit de Gogol, en lui donnant un décor et des figurants de toutes les origines. En étant partout et nulle part à la fois, on a plus de chance que tous les lecteurs reconnaissent leur environnement… et donc se sentent interpelés… 

 

  • la critique de la bureaucratie! Les pages 42 à 44, ainsi que l’amusante p.16, nous montrent un excellent exemple de l’aliénation qu’on peut constater dans maintes administrations hiérarchisées. Et comme celles-ci sont universelles, tous les peuples de la terre s’y reconnaitront! C’est la maison des fous d’Astérix, mais vue de l’intérieur!

 

  • le propos, fort, qui fait réfléchir tant la situation du personnage est pathétique. En effet, sous ses allures badines, ce récit est d’une gravité sordide, déprimante et comme je le disais plus haut, encore tristement d’actualité…

 

  • les quelques pages d’esquisses, à la toute fin. Elles sont peu nombreuses, mais ont le mérite de nous montrer certains aspects du travail de l’auteur.

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • les noms russes, aux consonances étranges. Déjà, ils sont longs et difficiles à décortiquer… Mais pourquoi faut-il que chaque protagoniste porte trois patronymes!!?… et, surtout, pourquoi tous les auteurs russes insistent-ils tant pour toujours écrire au moins deux, sinon trois de ces particules interminables?? Akaki Akakiévitch Bachmatchkine, Pétrovitch, Ivan Abramovitch, Stepan Varlamovitch… Bien sûr, Boloney n’y est pour rien : il en va de même dans toutes les autres œuvres russes que j’ai lues ou vues, peu importe l’auteur… mais qu’est-ce que ça alourdit les textes!!! ;^)

 

  • le découpage parfois malhabile des planches. Il m’est arrivé, à quelques reprises, de ne pas trop comprendre dans quel ordre lire les vignettes d’une planche parce que leur découpage ne respectait pas les standards de lecture traditionnels (aux p.10 et 17, notamment).

 

  • l’épilogue, que je trouve inutile. La finale était tellement forte que je ne trouve pas que les quatre dernières planches ajoutent quelque chose. Au contraire, cette histoire de fantôme vengeur dénote un côté enfantin qui détonne du reste du récit. C’est dommage, et je ne comprends pas pourquoi Gogol a ajouté ce détail… Boloney aurait-il pu ne pas l’intégrer à son album? Les puristes n’auraient probablement pas apprécié, mais l’œuvre en aurait été plus forte. Peut-être est-ce la raison pour laquelle Boloney l’a laissée en noir et blanc? Bref, je vous conseille d’éviter les quatre dernières pages et d’arrêter votre lecture à la p.50!!

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Danielle : Tu sais que ça fait plus d'un an qu'on vous attend!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le lundi 08 avril 2013 à 17:12


Alors hâtons-nous de nous revoir!! XX
Rédigé par Danielle le lundi 08 avril 2013 à 12:57


@ Danielle : Exposer un certain pathétisme social (et sociétal!), c'est, en effet, ce que semble avoir été le but de Gogol avec ce récit... et c'est assez bien réussi, somme toute! Et pour Parizeau, j'avoue que ça me dit quelque chose : j'ai hâte que tu me redonnes mon album pour vérifier!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 07 avril 2013 à 22:03


Quelle bizarre source d’inspiration comme sujet de BD, en effet?! Que ce petit bonhomme insipide et monotone, qui chaque soir « se mettait au lit, souriant déjà en songeant au lendemain », assuré qu’il était de retrouver son train-train. Non pas que ce soit totalement dénué d’intérêt, mais disons que côté vecteur, c’est plutôt minimaliste, pour ne pas dire pathétique. Ton analyse du mélange des genres est des plus intéressantes. Personnellement, j’ai bien aimé le début avec son délavé et son traitement graphique entourant la naissance, de même que l’humour absurde, notamment dans la recherche du nom et dans le nombre effarant de stylos en guise de cadeaux, qui plus que ses pleurs, laissait pressentir son avenir de conseiller honoraire. Et pis toi qui relevais l’usage de figurants hétéroclites et intemporels, imagine-toi donc que moi j’y ai retrouvé Parizeau, comme voisin de métro de ton crapaud à la page 15!
Rédigé par Danielle le samedi 06 avril 2013 à 12:11


@ Arsenul : J'aime que tu utilises le terme ovni pour décrire ce petit bouquin soyeux!! C'est vrai qu'il est quand même assez spécial, étrange, atypique... et je suis bien content de t'avoir convaincu!! Tu reviendras me dire ce que tu en penses, j'espère!!??
Pour ce qui est du «evitch», non seulement je le savais... mais on nous l'explique aussi, dans les premières pages du livre!
(P.S. : J'ai hâte de t'entendre me parler de ton intrigant roman!!)
Rédigé par PG Luneau le mardi 22 janvier 2013 à 17:56


@ Kikine : Vu tes préjugés favorables pour le genre, c'est sûr que tu vas adorer!! N'hésite pas!!
Rédigé par PG Luneau le mardi 22 janvier 2013 à 17:50


J'aime ta prose dans "sans compagne, sans enfants sans cesse rejeté"
Cet Ovni traine à ma librairie depuis longtemps, mais n'y traînera plus longtemps! Tu m'as convaincu. Ma liste de "à acheter" en cette période pré-Angoulème est pourtant grande! Une très bonne critique, intéressante, intrigante, je me demande ce qu'il y a la fin???
Bref un excellent billet.
En passant no un: le evitch à la fin d'un nom veut dire "fils de". Ton héros portait le même nom que son père. Le manque d'initiative est donc là depuis une génération...
J'ai lu aux élèves un petit bijou de roman intitulé l'enfant écrit par Gutman. Un peu philo, on y demande ça sert à quoi un enfant?
Je te donne des nouvelles de ma lectures!
Rédigé par Arsenul le lundi 21 janvier 2013 à 19:53


J'aime justement la littérature russe pour son ambiance lourde et malsaine que tu décris :)
Un album qui pourrait peut-être me plaire
Rédigé par kikine le lundi 21 janvier 2013 à 18:54


@ Geneviève : Dans ce cas, chère amie, cet album est tout désigné pour vous!! ;^)
Rédigé par PG Luneau le lundi 21 janvier 2013 à 17:23


@ Venise : Coucou Venise! Si ma note te paraît sévère, c'est que tu oublies un détail : je note en fonction de mon intérêt à lire une suite ou un autre album du même genre et du même auteur! Donc, malgré le fait que je considère cet album beau, très conséquent avec son thème, en phase avec notre époque malgré son âge (Gogol l'a écrit en 1843!?!)... je n'en suis pas pour autant rivé devant mon libraire à en attendre une suite! Un 4/6 convient donc tout à fait, en ce sens que j'aimerais bien relire du Boloney... mais sans en être en manque d'ici là!! ;^) Et tu as raison : les teintes de ce petit album carré cadrent merveilleusement bien dans les nouvelles couleurs de ma chère Lucarne!!
Rédigé par PG Luneau le lundi 21 janvier 2013 à 17:22


@ Anne des Ocreries : Je vois qu'on est sur la même longueur d'onde en ce qui concerne notre appréciation de la littérature russe!! Toutefois, je te rassure tout de suite : comme cet album se lit très rapidement, il est un bon palliatif contre notre «résistance naturelle»!! De plus, il est si beau (et si doux!!!) que ça aide non seulement à nous faire passer la pilule, mais aussi à nous faire apprécier un texte qu'on aurait certainement pas lu autrement... C'est donc véritablement un plus!!
Rédigé par PG Luneau le lundi 21 janvier 2013 à 17:10


J'aime d'amour la littérature russe! Et je note doublement cette BD qui me parle beaucoup! À priori le dessin semble bien. Je pense que je vais vraiment aimer! :)
Rédigé par Geneviève le dimanche 20 janvier 2013 à 18:58


Hello Toi !

Pierre-Greg, ta cotation 4 sur 6 pour un tel enthousiasme me laisse coite encore une fois. C'est tout à fait mon genre de bande dessinée, je n'ai pas l'ombre d'un doute là-dessus. Comme je n'avais pas remarqué immédiatement que la maison d'édition était Les 400 coups, j'avais une question qui me brûlait les lèvres : mais comment se fait-il que Pierre-Greg s'est procuré un tel album qui n'est pas vraiment son genre, me semble.

J'ai évidemment compris par la suite et j'en retirerai toujours la même leçon, qu'il est bon parfois de sortir de nos sentiers battus.

Autre chose très frappante et 100% d'ordre visuel, cet album est fait pour se marier à ta Lucarne à Luneau. Elle est née pour être commenter ici, c'est évident.
Rédigé par Venise le dimanche 20 janvier 2013 à 16:56


ah, nous partageons les mêmes réticences en face de la littérature russe....ça me foutrait l'envie de suicide, si j'en lisais plus de 50 pages de suite ! Cette bédé m'intéresse plus pour le plaisir e découvrir un graphisme, que pour le récit qu'elle illustre ! à feuilleter à l'occasion....
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 20 janvier 2013 à 16:54


@ Belzaran : Sois sans crainte : cette façon de faire est si omniprésente dans tous les textes russes que j'ai lus ou vus que je me doutais bien qu'il s'agit là d'une caractéristique typiquement russe! C'est d'ailleurs pourquoi la dernière section de ma critique s'intitule «Ce qui m'a agacé»... Ça me permet d'y parler de tout ce qui me fait sourciller, même si ce n'est pas directement en lien avec le travail des bédéistes. Bien évidemment, j'espère que Boloney, l'auteur, comprendra que cet agacement n'est aucunement un reproche fait à son travail!! C'est la coutume en tant que telle qui me chipote!... D'autant plus que, bien souvent, tous ces personnages ont, en plus de leur trois noms, des surnoms affectueux!! Je ne sais plus si c'est dans Oncle Vania ou dans la Ceriseraie que j'étais complètement confondu et que je ne savais jamais de qui on parlait!! Comme toi, j'avais un mal fou à m'y retrouver!!
P.S.: Bienvenue chez nous, Belzaran! Heureux de voir que tu suis les traces de ton comparse the Tiger et que tu daignes me rendre visite! Au plaisir!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 20 janvier 2013 à 16:05


Tes reproches sur les noms n'ont pas de sens hélas : cela fait partie de la culture russe. Là-bas, tu parles aux gens comme ça... Ca m'avait posé de gros problèmes pour lire des auteurs russes car tu as d'autant de plus du mal à cerner les personnages, car parfois tu ne comprends pas que c'est le même !
Rédigé par Belzaran le dimanche 20 janvier 2013 à 14:19




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin