Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#02- Veuillez changer votre mot de passe
#02- VEUILLEZ CHANGER VOTRE MOT DE PASSE
Scénariste(s) : Simon BANVILLE
Dessinateur(s) : Simon BANVILLE
Éditions : les 400 coups
Collection : Coup de griffe
Série : Asymptote
Année : 2012     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Strips
Genre(s) : Héros animalier, Humour social, Humour, Quotidien
Appréciation : 4 / 6
Nos absurdités dans la mire des perruches et de leurs «perruchiots»
Écrit le dimanche 28 octobre 2012 par PG Luneau

Avant même que de débuter ma critique de l’album Veuillez changer votre mot de passe, le deuxième album de la série Asymptote, de Simon Banville, je me dois de rédiger un erratum!! En effet, dans le résumé de ma visite au dernier ComicCon de Montréal, alors que je vous raconte ma rencontre avec ce bédéiste québécois, j’ai commencé à vous parler de sa série en vous disant qu’Asymptote était le nom du personnage principal, c’est-à-dire la grosse perruche jaune qu’on aperçoit depuis quelques années maintenant dans divers journaux et périodiques montréalais. Et bien c’est faux!! En effet, ce gros oiseau jaune (à ne pas confondre avec Big Bird!! ;^) ), qui porte souvent la cravate (surtout quand il passe des entrevues d’embauche!!), il s’appelle Waso (c’est concept!!)!

 

En compagnie des jeunes Pou, Phlip et Mawk, ainsi qu’avec l’ancêtre, simplement baptisé Grand-Père, il observe notre société tout en laissant échapper des remarques toujours surprenantes, souvent très judicieuses ou même carrément délirantes. Chose certaine, la jeune Élorah, la fillette d’une douzaine d’années qui semble héberger toute cette volière, en entend souvent des belles!!!

 

Mais si Asymptote n’est pas le nom d’un personnage… pourquoi avoir choisi ce nom pour  la série??? Ça reste pour moi un mystère que j’ai bien hâte de résoudre : si monsieur Banville ne m’écrit pas pour m’expliquer son choix, vous pouvez être sûrs que je vais l’interroger la prochaine fois que je le croiserai!... Ce qui ne saurait tarder! En effet, il sera au Salon du livre de Montréal, dans deux semaines! D’ailleurs, monsieur Banville est un des auteurs que j’ai le plus souvent croisé lors des différents salons et ComicCon auxquels j’ai participés depuis deux ans, tant à Montréal qu’à Québec…

 

Fidèle au poste, toujours à son stand, isolé et indépendant, Simon Banville me semble être un travailleur acharné, prêt à s’impliquer à fond : dédicaces, laïus sur les qualités de son produit, distribution de poignées de main, P.R. en bonne et due forme… Un gars déterminé, prêt à faire ce qu’il faut pour que son produit perce… Un gars qui m’inspire beaucoup de respect, quoi!... Et un gars à l’humour fort agréable!

 

En effet, ce que j’ai le plus apprécié de son album, c’est l’efficacité générale de ses gags. J’avais déjà lu, bien sûr, quelques uns de ses strips dans les petits journaux gratuits du métro ou, plus récemment, dans le magazine des Débrouillards. Très souvent d’ailleurs, je les trouvais d’une justesse redoutable. Et bien cette efficacité dans le ton et dans la pertinence des propos se retrouve encore plus concentrée dans un tel recueil de gags! Parmi certains strips mignons et plus inoffensifs se camouflent des perles qui démontrent une belle finesse dans l’analyse de nos travers, de nos façons de vivre ou de nos contradictions, par exemple. Souvent, Banville touche juste et parvient à souligner, d’une réplique assassine, les phénomènes de société qui suscitent nos débats! Et le tout en seulement trois ou quatre petites cases!! Le résultat est vraiment intéressant!

 

Sur le plan graphique, j’ai plus de bémols. Oui, monsieur Banville manie bien la construction de ses strips, en les montant de manière classique et efficace. Mais s’il est tout aussi habile à manier les formes, ses coups de crayon sont un peu trop nerveux à mon goût. Ses lignes manquent encore de souplesse, et on sent le travail et les à-coups qui les sous-tendent. Mais je ne suis pas inquiet du potentiel (tant visuel que scénaristique) de cette série! Je sais que la popularité toujours croissante de ces petits oiseaux moqueurs forcera Banville à les dessiner encore et encore… ce qui aura pour conséquence inévitable d’affirmer son trait et d’assurer une plus grande maturité à l’ensemble de son dessin.

 

Donc, je vous conseille fortement de lire le plus récent recueil de strips de la série Asymptote… ou le premier tome, la Fin du monde, sorti en 2011! En effet, si ces gags sont toujours amusants à lire quotidiennement, dans un petit journal, ils le sont encore plus, sans contredit, lorsqu’on les lit en rafale! Qui sait, peut-être sauront-ils susciter d’intéressants débats, tant à l’école qu’autour de la table familiale, pendant le souper?!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • ma petite dédicace! Monsieur Banville m’a dessiné son charmant petit Phlip, un poussinet tout naïf, toujours vêtu d’une paire de bobette blanche à l’ancienne, genre Fruit of the loom! Cet accoutrement ridicule accentue sa vulnérabilité apparente… et le rend encore plus trognon, surtout quand il sort une de ses petites «phrases-coups de poing» qui détonnent totalement d’avec son angélisme chronique!! C’est, est-il bon de le préciser, mon personnage préféré de la série!!

 

  • la présentation des personnages. Banville profite de la page titre pour nous y montrer, en caméo, chacun des six personnages, question de bien les identifier avant de plonger dans notre lecture. Une charmante attention : c’est grâce à elle si j’ai finalement réalisé qu’Asymptote, ce n’est personne!?!?!

 

  • le grand nombre de strips par planche!! Je n’en reviens tout simplement pas!! C’est, je crois, la première fois que je vois une maison d’éditions présenter des pages avec plus de quatre strips par page! Ici, on nous en offre cinq sur chacune des 46 pages de l’album!! Ils font même un peu coincés, ces 230 gags… mais c’est tellement généreux de la part de l’auteur et des éditeurs qu’on ne s’en plaindra pas!

 

  • le mélange et la qualité de l’humour. Comme je le disais plus haut, les gags sont amusants… mais ils sont aussi de teneur très variée! Beaucoup sont à caractère social, mais il y en a aussi quelques uns qui sont plus naïfs ou simplement cocasses, alors que d’autres sont plus absurdes, mordants ou tout simplement mignons! Bref, l’auteur nous offre une belle brochette, bien garnie, qui, parfois,  s’inspire même de sujets d’actualité, comme le réchauffement climatique, la pollution, la rectitude politique… ou, pourquoi pas, les photos-radars!?

 

  • des personnages vraiment sympathiques. Outre mon petit Phlip, le mignon poussinot fleur-bleu en bobette dont je vous parlais plus haut, il faut souligner le caractère très paradoxal de Mawk, ce poussin punket qui, sous ses allures rebelles, cache des valeurs tristement conservatrices (dans le sens péjoratif du terme!!). Puis il y a l’amusant Grand-Père, qui essaie très fort d’être à la page et de se mettre à l’heure de l’électronique… mais avec des succès assez limités, avouons-le!! Soulignons aussi les «grandioses» aventures récurrentes d’Éco-Batman, l’alter ego de Pou lorsqu’il se déguise en superhéros pour tenter de sauver la planète… avec des résultats encore plus pitoyables que ceux de son Grand-Père devant un ordi!! J’adore! ;^)

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • le dessin, qui manque un peu de fini. D’ailleurs, l’agrandissement du dessin de couverture nous le montre bien : même si l’auteur avoue dessiner maintenant à l’ordi, on sent les coups du «feutre à pointe moyenne» toujours de largeur égale… Je crois même que c’est cet aspect qui me gêne : il me semble que si monsieur Banville utilisait une pointe plus fine pour ses petits détails (comme les stries sur les pattes de ses «perruchiots»), ses dessins gagneraient en subtilité, en finesse. Pour ce qui est de la souplesse de ses courbes, elle semble suivre une belle progression qui augure bien pour l’avenir…

 

  • les couleurs, un peu fades. En effet, à part celles de la couverture (que j’aime bien), les couleurs des fonds de case, en à-plat, sont toujours mates. Pourtant, le papier sur lequel l’album est imprimé est un peu glacé… Toujours est-il que les bleu-gris, les vert forêt et les orangés, qui dominent principalement l’album, font tous un peu ternes.

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Arsenul : Merci pour le compliment!! Mais ne sois pas trop modeste : je me souviens de tes commentaires (ceux à tes élèves, notamment!), et j'ai toujours trouvé que tu étais particulièrement doué pour aller chercher la force ultime, même minime, et la mettre merveilleusement en valeur. Tu es un de mes gourous en la matière!!
Rédigé par PG Luneau le mercredi 31 octobre 2012 à 17:49


J'aime le premier commentaire de Venise. J'aime aussi ton habileté à dire les défauts (olala! un gros mot!) de façon aussi polie et constructive. Autrefois, il y a fort longtemps, lorsque je blogais, je trouvais cela difficile, de le voir couler si bien, c'est beau.
Rédigé par Arsenul le dimanche 28 octobre 2012 à 22:16


@ Anne des Ocreries : Oui, je sais qu'il y a, entre autres, «wikiki» explique ce qu'est une asymptote, sous l'angle mathématique de la chose... Mais ce n'est pas le mot que je ne comprends pas (quoi que!!... ce n'est pas ces savantes explications qui m'ont donné le goût de me pencher sérieusement sur la question!!), mais plutôt le lien avec la série. Mais je ferai la lumière là-dessus!
Et pour ce qui est de ton accessibilité à cet album... dis-toi qu'avec le Net, maintenant, tout est accessible... tant qu'on est prêt à y mettre le prix!! Une petite virée shopping au Québec, ça ne te dirait pas?!
Rédigé par PG Luneau le dimanche 28 octobre 2012 à 20:16


Pour l'asymptote, y a wiki qui (hihi ! wikiki !) t'en parle, faut voir si après compréhension de la notion ça pourrait s'appliquer à ce dont il cause ? Vivement que tu en discutes avec lui, qu'on sache le pourquoi du comment ! : http://fr.wikipedia.org/wiki/Asymptote

Sinon, je soupire d'être si loin, c'est pas juste de savoir que tant de choses intéressantes existent, qu'on n'est pas près de lire, ah, zut ! ^^
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 28 octobre 2012 à 18:05


@ Venise : Comme c'est gentil!! Mais c'est sûr que la passion est toujours au rendez-vous : c'est le temps qui l'est moins!! Vivement que vienne décembre : ça voudra dire que ma pièce de théâtre sera jouée et que je n'aurai plus à me taper trois «répètes» par semaine!! Alors je pourrai me replonger à fond dans mes BD!!! J'ai hâte!!! (Mais j'ai aussi hâte de jouer!... C'est dur, avoir trop de passions! ;^)
Rédigé par PG Luneau le dimanche 28 octobre 2012 à 17:45


J'ai franchement eu peur d'être obligée de changer de mot de passe pour entrer ici. Mais non, toujours le même : passion.
Rédigé par Venise le dimanche 28 octobre 2012 à 17:27




Dernièrement, j'ai lu... Oli
#01- la Forêt aux faux rires
04 août 2017

Promise
#01- le Livre des Derniers Jours
28 juillet 2017

Batman - Un deuil dans la famille
Batman - Un deuil dans la famille
15 juillet 2017

Carnets de Cerise
#03- le Dernier des cinq trésors
11 juillet 2017

Death note
#05- Page blanche
24 juin 2017

Ma dernière chronique Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!
15 août 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Capsule-Pif #021- Probablement l'oiseau préhistorique le plus connu du 9e art!...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #022- Son nom n'était pas Daniel Boone... mais c'est tout comme!!

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #018- Pourquoi t'es dans la lune?

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #019- Quand Vaillant veut faire dans le récit d'aviation...

anne des ocreries, sur Capsule-Pif #020- l'Aventurier avec un grand A... Mais que faisait-il là?!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin