Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Salades d'amphibie Marsi Menu
Retour aux archives
#01- Solédango
#01- SOLÉDANGO
Scénariste(s) : Anne-Laure Garcia dite ALGÉSIRAS
Dessinateur(s) : Anne-Laure Garcia dite ALGÉSIRAS
Éditions : Delcourt
Collection : X
Série : Candélabres
Année : 1999     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit à suivre
Genre(s) : Fantastique, Quotidien
Appréciation : 4.5 / 6
Quand la flamme de l'espoir redonne des ailes... ou des jambes!
Écrit le mardi 24 janvier 2012 par PG Luneau

J’avais très hâte de débuter la série Candélabres, car mon ami Philippe m’en avait dit beaucoup de bien. De par ses commentaires, j’avais cru comprendre qu’il s’agissait d’une série atypique, qui m’avait l’air envoûtante… J’avais parfaitement saisi!!

 

Dès les premières planches, on est plongé dans le mystère : un amnésique est retrouvé complètement nu, dans un parc, en pleine nuit d’orage, avec des brûlures au visage et aux mains. Il ne sait ni qui il est, ni comment il est arrivé là, ni ce qui a pu causer ses blessures! Après quelques jours dans l’établissement de santé, force est de constater qu’aucune disparition n’est signalée et que personne ne viendra pour l’identifier ou le réclamer… Seul un jeune homme blond, qui dit s’appeler Paul Klarheit, finit par venir le voir, affirmant le connaître. Faute de pouvoir contester les dires du jeune homme, notre amnésique n’a de choix que d’écouter l’intrigante histoire qu’il veut lui raconter.

 

Étant jeune, Paul était paraplégique : les seuls moments où il se sentait libre, c’était quand il allait se balader sur la jument de son ami David, à l’insu des adultes qui, évidemment, s’y opposaient, étant donné les risques d’accident. De fait, lors d’une de ces balades, Paul s’est vu désarçonner par Juniper, la jument, prise de panique par un début de feu de forêt! Étendu par terre, seul et entouré par les flammes, Paul est sauvé in extremis par l’intervention d’un homme étrange, tout de noir vêtu et portant une grande cape et un haut-de-forme! Cet homme, Julien Solédango, dit être un Candélabre…?! Et juste avant de disparaître tout aussi mystérieusement qu’il était apparu, il force Paul à se lever debout car… ses jambes sont à nouveau fonctionnelles!!

 

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Paul a rapidement pu réapprendre à marcher, puis à danser, suivant ainsi les pas de son ami David. Mais le «don» de Julien Solédango n’est pas sans contrepartie! En effet, régulièrement, le pauvre Paul a besoin d’appeler Solédango à son secours car une fièvre insoutenable l’envahit et il se voit devenir…

 

Mais je crois en avoir assez dit ici pour vous mettre l’eau à la bouche, non?… Du moins, je l’espère car cette histoire hors du commun et relativement peu connue mérite vraiment qu’on s’y attarde… du moins, jusqu’à présent! La créatrice, Algésiras, est née en Afrique, où elle a passé toute sa jeunesse et son adolescence. Elle n’est arrivée en Europe que pour étudier le dessin à Angoulême. Est-ce dû à son statut de femme (ce qui est quand même encore assez rare en BD) ou à sa jeunesse en Afrique si son récit dégage un capiteux mais envoûtant parfum d’étrangeté, une subtile sensualité plus ou moins indéfinissable?... Chose certaine, on est à cent lieues des récits fantastiques classiques, avec duels de magiciens explosifs ou combats mortels entre dragons des neiges et armées de trolls en armure! Ici, l’infiltration du fantastique dans le quotidien se fait tout en douceur, dans une ambiance feutrée : ça donne un surnaturel… d’un naturel désarmant!!

 

Si les traits des visages peuvent sembler un peu carrés, il n’en demeure pas moins que la coloration et l’esthétisme d’ensemble sont très intéressants et cadrent parfaitement aux propos et aux personnages, auxquels on s’attache bien facilement… Surtout la mignonne Aribal, cette petite fille qui, apparemment, est la seule, à part Paul, à pouvoir voir Solédango!

 

Je ne sais pas si les tomes suivants, actuellement au nombre de trois (mais la série est-elle terminée? Je ne saurais dire…), seront à la hauteur et garderont le haut niveau de mystère et d’intrigues captivantes de ce tome d’introduction, mais j’ai plus que le goût d’aller vérifier par moi-même… Ce que je ferai d’ici peu!!

 

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • les couleurs chaudes, qui apportent un caractère très feutré au récit. Beaucoup de jaune (la couverture donne le ton!), d’orangé, de brun clair et de couleurs terreuses, le tout savamment cendré… Ça tombe bien, pour une BD ayant le feu comme thème central!

 

  • le charme du dessin, aux textures un peu graveleuses. Il me semble manquer de souplesse dans les rondeurs, mais demeure très graphique. Il crée un effet des plus intéressants.

 

  • l’ambiance toute particulière que le rythme et le style de récit impose. Elle est emplie de mystères, de non-dits… Une espèce de sensualité semble aussi se dégager de tout ça. C’est peu courant dans le monde du neuvième art… et d’autant plus intéressant!!

 

  • les personnages, tous un peu mystérieux. Le côté magique de Julien Solédango est accentué par la présence de son haut-de-forme et par ses apparitions/disparitions ultrarapides... Et qui sont ces Candélabres? Sont-ils nombreux? Sont-ils réellement dix, comme le laisse supposer le tableau que Paul finit par trouver? Mais alors, qui est la belle Chryseïs? Et comment la petite Aribal parvient-elle à voir Solédango?...

 

  • le fait qu’on ne voit jamais les parents de Paul ou de David, même si on sent qu’ils existent. Cela ajoute à ce côté mystérieux, mais évite surtout un alourdissement inutile du nombre de personnages et nous permet de rester bien centrés sur l’intrigue principale.

 

 

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • l’absence occasionnelle de pupilles. Pourquoi les yeux des deux personnages de la couverture sont-ils tout blancs? Pour qu’ils aient l’air de morts-vivants?? Si c’est le cas, c’est réussi… mais je ne vois pas le lien avec le récit! Surtout que, partout ailleurs, Solédango a ses pupilles bien fonctionnelles… Sauf dans le bas de la p.22!! Pourquoi cette seule et unique vignette?? Que l’auteure décide de dessiner des pupilles ou de ne pas en mettre, ça me va, mais qu’elle reste cohérente! Ou qu’elle explique l’incohérence!!

 

  • peut-être un peu la lenteur relative du développement du récit… mais j’ai l’impression qu’elle est pour beaucoup dans l’installation du climat. Donc, en soi, ce n’est probablement pas une mauvaise chose!...

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Arsenul : Effectivement, c'est vrai que le dessin paraît parfois un peu figé... Mais l'originalité du scénario fait en sorte qu'on peut passer outre ce détail!
Je suis content que tu découvres Mon pépé est un fantôme. Je savais bien que tu l'apprécierais!
Rédigé par PG Luneau le vendredi 27 janvier 2012 à 8:04


Étonnament ce n'est pas mon style de dessin, comme tu le dis, manque de souplesse dans les rondeurs qui donne selon moi un effet trop statiques à certaines expressions. Le contexte est bon par contre.
J'ai une élève qui m'a prêté mon papy fantôme. Étonnant!
Rédigé par Arsenul le jeudi 26 janvier 2012 à 7:07




Dernièrement, j'ai lu... Justice league
#XX- Crise d'identité
15 juillet 2014

Eau des collines
#01 - Jean de Florette
21 juin 2014

Atelier Mastodonte
#01- l'Atelier Mastodonte
10 juin 2014

Royaume
#01- Anne
24 mai 2014

Encre du passé
#XX- l'Encre du passé
17 mai 2014

Ma dernière chronique Mon 12e safari-dédicaces : Coups de coeur d'ici...
21 juillet 2014

Mes genres favoris Aventure policière Fantastique Fantastique humoristique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Mon 12e safari-dédicaces : Coups de coeur d'ici...

anne des ocreries, sur Dure, dure, la vie de superhéros!!

arsenul 73, sur Mon 12e safari-dédicaces : Invités d'Europe et d'Afrique

anne des ocreries, sur Mon 12e safari-dédicaces : Invités d'Europe et d'Afrique

Céleste, sur J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)

Vos articles préférés Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#04- Bécassine chez les Alliés
05 juillet 2010

Chronique
Mon 11e safari-dédicaces : Mon festival, ce n'est pas un festival, c'est l'hiver!! (air connu)
19 avril 2014

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin