Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
#05- le Cheval qui murmurait à l'oreille de Sherlock Holmes
#05- LE CHEVAL QUI MURMURAIT À L'OREILLE DE SHERLOCK HOLMES
Scénariste(s) : Pierre VEYS
Dessinateur(s) : Nicolas BARRAL
Éditions : Delcourt
Collection : X
Série : Baker Street
Année : 2008     Nb. pages : 48
Style(s) narratif(s) : Récit complet et mini-récits en quelques planches
Genre(s) : Aventure policière, Humour parodique
Appréciation : 5 / 6
Quand Holmes et Watson prennent des airs de Laurel et Hardy
Écrit le samedi 15 janvier 2011 par PG Luneau

Un album de la série Baker Street, c’est indéniablement une bulle de pur délice! Veys et Barrral ont le chic pour utiliser tous les poncifs entourant l’univers du célébrissime Sherlock Holmes et pour les exploiter à leur sauce loufoque, mais une sauce savamment dosée, qui sait rester respectueusement fidèle à l’intelligence du personnage… tout en le rendant parfaitement insupportable!! En fait, dans cette série, chaque personnage semble taré! Mrs. Hudson, la cuisinière du 221 bis Baker Street, est une alcoolique finie dont la spécialité est la méduse aux câpres (ah! le charme de la fine cuisine britannique!!). L’inspecteur Lestrade, pour sa part, est un crétin fini, juvénile et benêt, qui doit faire la honte de Scotland Yard! Mais les plus jouissifs restent évidemment Holmes et Watson, qui forment ici un duo délirant!

 

En fait, Sherlock reste le génie de la déduction qu’il a toujours été… mais il est de surcroît gâté, puéril, jaloux, caractériel et imbuvable de prétention! Watson, en tant que son médecin, tente de le préserver des réactions du monde extérieur et de contrôler son irascibilité. Il a aussi la délicatesse d’atténuer, dans les mémoires qu’il écrit, ces quelques particularités peu glorieuses de son «maître à penser». Le bon docteur semble donc être le marionnettiste qui manipule l’autre… mais il est lui-même profondément jaloux de l’instinct et du sens logique de son «ami» et patient. Leurs innombrables confrontations donnent lieu à des bijoux de dialogues!!

 

Dans cet excellent tome, notre duo choc, accompagné de l’impayable Lestrade, cherche à élucider de mystérieuses disparitions de documents dans les diverses casernes militaires du pays. Le formidable esprit analytique de Holmes les mènera à rechercher le  voleur dans un cirque, où un cheval savant l’aidera à faire parler le suspect contre son gré. Ce récit de 36 pages est complété par une série de courts récits de deux ou trois pages.

 

De tous les dérivés de l’œuvre de Sir Conan Doyle, et ils sont très nombreux, Baker Street en est un des plus agréables qu’il m’ait été donné de lire. Malgré leur personnage emblématique commun et leur nom presque identique, il ne faut toutefois pas confondre cette série-ci avec une autre excellente série qui a débuté il y a près de deux ans maintenant, les Quatre de Baker Street. Celle-là est toute aussi enlevante, mais dans un registre plus sérieux. Deux bonnes séries, donc, pour des heures de lecture palpitante dans l’Angleterre victorien : que pourrait-on demander de mieux?

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • le titre clin d’œil. Vous y aviez sans doute, vous aussi, reconnu le titre du roman et du film l’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux.

 

  • les couleurs, terreuses mais très appuyées. Les vert foncé, les bruns, les rouilles et les orangés ont rarement été aussi lumineux. Bravo à Barral et à Scarlett Smulkowski pour ce beau travail de coloration, qu’on est à même d’admirer dès la page couverture.

 

  • l’amusante page de garde. Avec cette seule image, où les ombres ne correspondent pas à ce que font les personnages, Barral nous fait comprendre tout le burlesque de la relation entre les deux protagonistes principaux.

 

  • l’importance accordée aux superbes plans d’ensemble et généraux. Mise à part la perspective ratée pour le bâtiment du bas de la page 12, les nombreux paysages urbains montrés dans ce tome sont, ma foi, très beaux.

 

  • quelques jeux de mots jouissifs, souvent faciles à rater tant ils sont subtils. Je suis très fier d’avoir pu profiter du désopilant : «Un pauvre animal sans défense!!» que Watson lance en parlant de son éléphant! En fait, de par ses répliques cinglantes ou ses revirements de situations ingénieusement amenés, cette série est une des très rares qui parviennent, et fréquemment en plus, à me faire rire à voix haute. Un tour de force!

 

  • l’excessive expressivité des visages. Barral a vraiment le chic pour les tronches délirantes. Le Watson du centre de la page 9 et le Holmes du haut de cette même page en sont de bons exemples.

 

  • le très beau graphisme, tout en ligne claire classique. Barral a le don de dessiner son monde avec des lignes très précises, somme toute assez réalistes, tout en y glissant d’hilarantes touches caricaturales qui s’y fondent avec un naturel désarmant.

 

  • la grandeur des vignettes. Belle décision, de la part de Barral, de ne mettre généralement que trois rangées de cases par page. Ça lui permet de dessiner dans des vignettes de grandeur fort respectable, à la hauteur de son talent.

 

  • la relation Sherlock-Watson. Ces deux grands bébés qui se jalousent mutuellement sont vraiment tordants, et quand cet imbécile de Lestrade se joint à eux, comme la troisième roue du vélo, ça devient du délire!

 

  • les cinq mini-récits en fin de tome. En deux ou trois planches, Veys nous dresse des petits portraits qui nous illustrent parfaitement à quel point la relation entre le génial détective et son petit assistant est tordue. Les gags intitulés «le Jour de Watson» et «Rendez-vous à Chelsea Bridge» sont les plus révélateurs en ce sens.

  

Ce qui m’a le plus agacé :

 

  • la totale ressemblance physique entre Lestrade et Holmes. Même si elle a déjà été exploitée, dans les tomes précédents, pour mystifier certains criminels (Holmes se «déguisant» en Lestrade et se faisant passer pour lui), cet air de jumeaux m’a toujours mystifié. J’ai très souvent été distrait dans ma lecture, à force de toujours avoir à vérifier si celui qui parle porte (Lestrade) ou non (Holmes) cette toute fine moustache qui les différencie. En y repensant, je suppose qu’il s’agit là d’un clin d’œil aux fameux Dupondt.

 

  • l’écriture en lettres attachées des encadrés narratifs de Watson. Cette calligraphie est un peu difficile à lire, les créateurs auraient dû en employer une plus claire.

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


Oui, oui, à quand? :)
Rédigé par Allie le mardi 18 janvier 2011 à 21:31


@ Allie et Venise: Mais allez-y, allez-y, très chères! C'est excellent pour la visibilité de ma Lucarne! ;-) Et je suis d'accord avec ta conclusion, Allie: IL FAUT lire ET Baker Street, ET Dieu n'a pas réponse à tout... Et le message est aussi bon pour Venise, qui palabre mais ne met pas sa tête sur le billot!! À quand un engagement ferme à lire ces séries??
Rédigé par PG Luneau le mardi 18 janvier 2011 à 21:18


La conclusion est aussi qu'il FAUT lire la série Baker Street et qu'il FAUT lire la série Dieu n'a pas réponse à tout. ;)

(On discute encore dans ton dos, Monsieur Luneau! J'espère que tu ne nous en veux pas! ;))
Rédigé par Allie le mardi 18 janvier 2011 à 19:25


Oh là là mais que c'est précis. J'ai eu une réponse d'Allie qui était le hors d'oeuvre qui a ouvert mon appétit : merci Allie !

Et puis ensuite les détails précis, qui en mets plus que le client en demande (consciemment) et que j'apprécie pour ma culture. Merci Pierre-Greg.

La conclusion à tout ça est que je suis bien servie :-)
Rédigé par Venise le mardi 18 janvier 2011 à 18:21


hihihi
Et j'approuve totalement pour la série "Dieu n'a pas réponse à tout" qui valait quand même l'attente pour Baker Street!
Rédigé par Allie le mardi 18 janvier 2011 à 17:08


@ Venise et Allie: Bon, ça y est! Une autre discussion qui se fait dans mon dos!!! ;-) Suite aux belles explications d'Allie, je ne ferai que rajouter ceci. Les écarts entre les premiers tomes sont les suivants:
Entre #1 et #2: deux ans
Entre #2 et #3: un an
Entre #3 et #4: un an
Entre #4 et #5: cinq ans... mais pendant lesquels Barral a dessiné deux génialissimes albums dans la série «Dieu n'a pas réponse à tout...» plus un album parodique, «les Aventures de Philip et Francis», un très beau pastiche des aventures de Blake et Mortimer qu'il me tarde de lire!!
Donc, la prédiction est vraiment difficile à faire car Barral, à l'instar de plusieurs autres bédéistes, travaille souvent sur plusieurs séries de front! Mais que ça ne nous empêche pas d'espérer!
Rédigé par PG Luneau le mardi 18 janvier 2011 à 16:15


Je me permets de répondre un peu à Venise. Le tome 4 était paru en 2002. Le tome 5 en 2008... À ce rythme, on pourrait attendre encore un moment! Par contre entre les premiers tomes, il s'est écoulé 1-2 ans environ...
Rédigé par Allie le mardi 18 janvier 2011 à 7:46


J'ai lu attentivement cette critique et bien évidemment que tu donnerais le goût de lire cette série à ... à ... à ... euh, une personne qui pense que les bandes dessinées c'est seulement pour la jeunesse qui sait à peine lire.

Tu as d'ailleurs si peu à lui reprocher, des bagatelles en fait. Assez que je me suis demandé pourquoi pas un 5.5. Peut-être est-ce parce que ce sont des personnages déjà existants, ce qui enlève un soupçon de note pour l'originalité.

J'ai une question puisque Allie et toi semblez si pressés d'avoir entre vos mains le prochain tome. Si j'ai bien compris ce tome 5 est le dernier album, et il daté de 2008. Ma question est : quelle est la distance "temps" entre les premiers albums ? Peut-être qu'ainsi ça donnerait un indice pour une sortie en 2011. Trois ans, c'est assez étiré la patience de ses fans non ?

Je vous le souhaite et peut-être, qui sait, me le souhaiterais-je un jour.
Rédigé par Venise le lundi 17 janvier 2011 à 22:52


@ Allie: En effet, chère consoeur, tu sembles une fan finie du célèbre détective!! Mais dans le cas de cette série, tes arguments sont tous très justes et très valables. Moi aussi, j'adore cette série, et je ressens une réelle jubilation chaque fois que je m'assois devant un nouveau tome pour en entamer la lecture. Espérons que Veys et Barral ne nous feront plus attendre trop longtemps!
Rédigé par PG Luneau le lundi 17 janvier 2011 à 16:53


J'adore cette série! Je les ai tous lus et je ne m'en lasse pas! J'ai tellement hâte que les auteurs en publient encore et encore!
Je trouve que les caricatures des personnages sont très bien faites, que l'humour y est de qualité et que les gags savent quand même se renouveler. Bref pour moi c'est l'une de mes meilleures séries découvertes jusqu'à maintenant!
J'adore Sherlock Holmes, ça paraît non? ;)
Rédigé par Allie le lundi 17 janvier 2011 à 12:24




Dernièrement, j'ai lu... Bestiaire des fruits
le Bestiaire des fruits
14 octobre 2017

Poids du vide
le Poids du vide
30 septembre 2017

Petite Patrie
la Petite Patrie
23 septembre 2017

Facteur de l'espace
#01- le Facteur de l'espace
17 septembre 2017

Comment je ne suis pas devenu moine
Comment je ne suis pas devenu moine
09 septembre 2017

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!
12 octobre 2017

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Explorations gustatives par personne interposée!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mes premières rencontres de mon premier Prévost!!!

Danielle, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

jean Milette, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Mon premier Prévost!!!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin