Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Retour aux archives
Automne rouge
AUTOMNE ROUGE
Scénariste(s) : André-Philippe CÔTÉ
Dessinateur(s) : Richard VALLERAND
Éditions : la Pastèque
Collection : X
Série : Automne rouge
Année : 2016     Nb. pages : 104
Style(s) narratif(s) : Roman graphique
Genre(s) : Quotidien, Drame familial, Récit psychologique, Historique
Appréciation : 4 / 6
Quand les bouleversements sociétaux résonnent jusque dans la vie des gens ordinaires...
Écrit le dimanche 28 janvier 2018 par PG Luneau

Supposons que votre prof vous demande d'imaginer un héros québécois, avec un passé, des qualités, des défauts... Inspirant, comme travail, non?? C'est ce qui arrive à Laurent Lessard, un jeune ado de Québec. Orphelin de père, il trouve là un projet qui le stimule tout en le confrontant à l'absence de figure paternelle dans sa vie. Coincé entre sa mère, toujours absente (parce que très impliquée syndicalement auprès des grévistes de l'hôtel Champlain), et sa jeune tante Marie, une hippie un brin libertaire, Laurent n'aura pas trop de difficultés à trouver ses idées... mais c'est sans compter que le fils Picard, un comparse de classe qui lui fait des misères, fera tout pour se les approprier! :^(

Mais ce n'est pas qu'à une petite chronique familiale qu'Automne rouge, scénarisé par le célèbre André-Philippe Côté et illustré par Richard Vallerand (je vous ai parlé d'eux dans une récente chronique), nous convie. Non monsieur! Ce récit se déroule en effet à l'automne 1970... un automne qui, on le sait maintenant, s'avérera chaud!

À travers les déboires scolaires et familiaux de Laurent et de ses proches, c'est donc à un intéressant portrait social et une belle représentation de toute l'effervescence causée par les grands bouleversements sociétaux de l'époque que l'on est conviés. On y traite d'intimidation (car, oui, bien que ce mot n'était pas encore à la mode, c'était un phénomène bien présent, déjà, à l'époque - j'en sais quelque chose!!) de syndicalisme, de militantisme, d'indépendance, de séparation... Beaucoup de revendications, donc, tout à fait à l'image de ce peuple québécois qui, depuis trop longtemps à la botte des dirigeants anglais, a profité de cette époque de renouveau pour faire une prise de conscience et tenter de se sortir de la tutelle informelle où il se trouvait. Mais certains ont opté pour des moyens radicaux, causant bien des pleurs et des grincements de dents!

Ainsi, alors que la loi des mesures de guerre imposée par le fédéral amènera bientôt les tanks et les soldats dans nos rues (une première au Québec!), la vie de Laurent et de ses proches est tout aussi chamboulée, mais à une autre échelle : découverte de ses origines pour Laurent, débats moraux déchirants pour sa mère (aller en grève ou céder?), hésitations amoureuses pour Marie, frustrations confuses pour Picard... Et comme ce fut le cas pour notre province, il y aura débordement et ce sera la tragédie...

Au final, que vous soyez nostalgique de cette époque ou que vous souhaitiez vous faire une idée de ce que la jeunesse québécoise des années 70 pouvait vivre ou ce à quoi elle pouvait ressembler, plongez-vous dans Automne rouge : vous en aurez une assez bonne idée! ;^) Dès 14 ans...

 

Plus grandes forces de cette BD :

 

  • ma double dédicace. Je vous en ai déjà parlé il y a quelques semaines dans une chronique. Si vous souhaitez voir ces deux dessins que messieurs Côté et Vallerand m'ont faits, allez y jeter un coup d'œil! ;^)

 

  • le dessin de Vallerand. J'aime beaucoup son style d'un semi-réalisme assez standard agrémenté de petites touches caricaturales, comme les nez de certains de ses personnages. Les visages me rappellent un peu ceux des personnages de Louca ou, mieux encore, ceux de Lincoln, des frères Jouvray. Je trouve l'ensemble agréablement efficace.

 

  • l'idée d'exploiter le motif d'une feuille de cahier Canada (quand ce n'est pas le cahier en entier, comme sur la 4e de couverture!) à chaque fois qu'on passe dans l'univers fantasmé des superhéros créés par Laurent. C'est très original comme approche, et une fois qu'on comprend le code, ça devient très clair: chaque fois qu'un personnage a le visage ligné de traits bleu pâle (avec les petites lignes-trottoir pointillées juste en-dessous!!), on en déduit qu'il s'agit d'un gribouillis du cahier de Laurent qui prend vie... dans son imagination! ;^)

 

  • plusieurs beaux personnages. Les principaux protagonistes sont d'une belle richesse: Laurent et son histoire familiale (on sent parfaitement qu'Hydroman, le héros qu'il se crée, s'inscrit en droite ligne dans sa recherche de père!); M. Lebrun, le pathétique voisin qui devient sa figure masculine la plus constante; sa tante Marie la hippie et son chum violent; Picard, le petit tof de service, dont la descendance amérindienne inspire aussi ses aspirations... Tous sont très attachants, la petite société qu'ils constituent est très réaliste et me rappelle plusieurs éléments de ma propre cellule familiale élargie: on s'y croirait!

 

  • quelques messages hyper coup de poing! L'explication du lecteur de journal à la dame fédéraliste qui se plaint des Felquistes (p.9) frappe dans le dash, comme on dit chez-nous! Et elle me semble si juste!!:^0 De même, la féroce diatribe que Laurent écrit rageusement dans son cahier, à propos des héros québécois (p.94), est très solide et peut nous faire réfléchir et discuter longuement! Bravo, monsieur Côté!

 

  • la représentation de la culture de l'époque. Outre les incontournables (les enlèvements de Cross et de Laporte, la lecture du manifeste du FLQ par Gaétan Montreuil...), c'était amusant de retrouver Symphorien et Ephrem ou d'entendre Lindberg... Ça me replongeait dans ma prime jeunesse! René Lévesque y fait même un petit caméo! ;^)

 

  • l'espèce d'épilogue. J'aime bien les trois dernières planches, qui nous propulsent 10 ans plus tard. Elles nous permettent de savoir ce qui est advenu de certains personnages auxquels on s'était attachés durant le récit.

 

Ce qui m'a le plus agacé :

 

  • les dessins des paysages et des véhicules. Bien que très satisfaisants, il n'en reste pas moins qu'on y sent un peu plus le travail de Vallerand: les traits y sont plus rigides, les perspectives pas toujours parfaitement respectées. Le pire exemple est probablement l'enchaînement des 4 premières vignettes de la p. 70. La 4e est particulièrement bancale sur le plan des distances et de l'angle de vue... mais ça reste mineur!

 

  • le caractère très syncopé du récit. En soit, le fait que les très courtes scènes d'une ou deux planches à peine s'enchaînent très rapidement ne m'a pas trop dérangé, au contraire : ça nous oblige à être alerte et à combler les vides qui les séparent à l'aide de notre imagination... Ça fait peut-être même en sorte qu'on est encore plus surpris par le punch du meurtre (car, oui, meurtre il y a !! :^O). Mais, à partir de là, je trouve que les scènes se bousculent un peu trop vite : on n'a pas vraiment le temps d'intérioriser les contrecoups du meurtre et l'enquête qui s'en suit! La résolution finale du mystère (à partir de la p.96) tombe beaucoup trop comme un cheveu sur la soupe : elle est amenée un peu trop subtilement à mon goût. Il me semble qu'elle aurait été plus satisfaisante si on l'avait étoffée sur quelques planches de plus... J'aurais moins eu l'impression qu'elle sortait de nulle part, comme c'est le cas maintenant... :^S

 

 


Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Venise : Ça me fera très plaisir que tu en profites lors du prochain transfert de lots!! ;^)

Et dire que j'ai essayé d'en dire le moins possible sur le meurtre... mais tu m'as déjoué! Quelle fin limier tu fais!! ;^)

À TRÈS bientôt (2 semaines, jour pour jour!)!
Rédigé par pgluneau le samedi 03 février 2018 à 9:30


Heureusement, j'ai lu les commentaires ci-dessous, j'ai déjà une réponse à ma question : pourrais-je le lire !!!

L'automne rouge, les carrés rouges, on se tient dans le rouge quand il y a révolte en la demeure.

Ces histoires où il y a du personnel bien encadré par un contexte social m'intéressent facilement. Tu as trouvé tous les personnages sympathiques, même les Picard de ce monde, ce qui m'intrigue. Je suis d'accord avec toi : quelle bonne idée que cet imaginaire de Laurent couché sur des pages de cahier Canada !

Je me suis demandé si le meurtre se déroulait au niveau du cadre social mais comme je suis revenue à ta fiche pour encore mieux me situer, j'y ai découvert "drame familial". J'ai fait mes déductions !

J'en reviens pas combien la qualité des critiques ne démord pas ici dedans. On voit loin par ta lucarne.
Rédigé par Venise le dimanche 28 janvier 2018 à 16:47


@ Danielle : Ça pourra très certainement faire partie d'un futur envoi... mais pas le prochain! Celui-là, il est déjà prêt (depuis des mois, déjà!! :^0) et il n'attend qu'un passage chez des amis communs!! ;^) Tu devrais le recevoir d'ici le début février... si je ne l'oublie pas!! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 28 janvier 2018 à 10:51


@ Anne des Ocreries : Il y a, en effet, plein de choses intéressantes à apprendre sur notre fameuse Crise d'octobre 1970!! Puisque c'est édité chez La Pastèque, ce sera sûrement un peu diffusé en Europe... Je te le souhaite! ;^)
Rédigé par pgluneau le dimanche 28 janvier 2018 à 10:48


Pas du tout nostalgique de cette période qui m'avait fait grand peur lorsque j'étais enfant, mais diablement intéressée par les interprétations qu'on a pu en faire!
Rédigé par Danielle le dimanche 28 janvier 2018 à 9:58


Oh bon sang ! Y ME L'FAUT !!!! Tu m'as trop donné envie là, ce sujet m'intéresse !
Rédigé par anne des ocreries le dimanche 28 janvier 2018 à 9:42




Dernièrement, j'ai lu... Autres
#01- les Autres
19 juillet 2018

Fables
#15- l'Âge des ténèbres
30 juin 2018

Tessa, agent intergalactique
#05- Là où il y a de la gemme...
10 juin 2018

Nombrils
#07- Un bonheur presque parfait
08 avril 2018

1642
#01- Ville-Marie
02 avril 2018

Ma dernière chronique Du neuf dans le 9e? - Yohann et Ian au Parc La Fontaine!
15 juillet 2018

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique Fantastique médiéval Héros animalier Historique Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! anne des ocreries, sur Enfin, la parole à (jeune) Monsieur et à (jeune) Madame Tout-le-Monde!

Arsenul, sur Du neuf dans le 9e? - Yohann et Ian au Parc La Fontaine!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Yohann et Ian au Parc La Fontaine!

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Pascal Jousselin au Parc La Fontaine

anne des ocreries, sur Du neuf dans le 9e? - Boum (et d'autres!) au Parc La Fontaine!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin