Preload image Accueil Preload image Questce Preload image Quisuisje Preload image Archives Preload image Contact
Mystère... Accueil Qu'est-ce? Qui suis-je? Archives La Lucarne à Luneau Me joindre Mes liens chouchous Le Passe-mot Art Marsien Marsi Menu
Flux RSS
Abby & Walton
ABBY & WALTON
Scénariste(s) : Anaïs HALARD
Dessinateur(s) : Giorgia CASETTI
Éditions : Delcourt
Collection : X
Série : Abby & Walton
Année : 2021     Nb. pages : 72
Style(s) narratif(s) : Récit complet (one shot)
Genre(s) : Fantastique mythique, Historique ésotérique, Fantastique humoristique, Thriller ésotérique
Appréciation : 4 / 6
Quand Jane Austen rencontre... Lovecraft !?
Écrit le lundi 30 janvier 2023 par PG Luneau

C'est quoi?

Abby se retrouve seule avec sa mère dépressive dans une auberge au bord de la mer, dans un coin perdu de l'Angleterre. Misère! Puisque nous sommes au 19e siècle, les distractions sont rares, et ce n'est certainement pas avec Nate, l'ennuyeux garçon d'étage de l'auberge, que la jeune fille d'une douzaine d'années va s'accoquiner!

Aussi Abby s'emballe-t-elle très vite lorsqu'elle apprend, de la bouche du garçon, que la chambre 21 est condamnée depuis qu'une jeune fille de son âge y est morte!? Rapidement, elle parvient à s'y engouffrer et y découvre maints objets abandonnés par les proches de la morte : chapeaux, livres, bijoux, journaux intimes, tableaux... Jouant à s'amouracher d'un joli jeune homme qui pose sur l'un des tableaux, ne voilà-t-y pas qu'il apparaît devant elle!!?! Ce dénommé Walton s'avère être un fantôme fantasque, agaçant et très imbu de sa personne. Il finit par lui expliquer qu'il était l'amoureux de la morte et qu'il recherche un médaillon spécial, très important pour lui... médaillon qu'Abby porte à son cou depuis qu'elle l'a découvert, quelques minutes auparavant!? Lui redonnera-t-elle, sachant qu'il est le seul moyen qu'elle a de faire disparaître l'agaçant personnage? Chose certaine, ce duo devra affronter la Mort... au sens littéral du terme!

C'est comment?

Quelle étrange histoire... Alors qu'elle débute comme un récit romantique à saveur mystique, genre de croisement entre Jane Eyre, les 4 filles du docteur March et Orgueil et préjugés version jeunesse, elle prend tout à coup, à mi-album, un tournant psychotronique aux airs de Kirikou et la sorcière... mais à la sauce à la menthe (à saveur british, quoi!). C'est fort inattendu et, ma foi, assez déstabilisant! Madame la Mort, avec son costume de crocodile poilu et ses sbires arachnoïdes sortis tout droit d'Alice au Pays des Merveilles, sont tout ce qu'il y a de moins traditionnels : on est loin de la Grande Faucheuse!! J'avoue que ça m'a laissé pantois, et je ne peux pas dire si j'ai apprécié ou non...

Reste le dessin de Giorgia Casetti, splendide. Elle y déploie un style semi-caricatural bien personnel, très différent des standards du moment tout en restant très abordable. Les silhouettes particulièrement fines et élancées de ses personnages font ressortir les rondeurs de leur tête et de leurs robes d'époque. Et malgré la fadeur des couleurs (le bourgogne, le vert olive, le rose fané et le bleu acier dominent, dans cet auberge, époque oblige!), elle parvient à rendre ses ambiances vivantes à souhait grâce à la très grande variété de tons qui colorent les centaines de petits détails qui nourrissent ses décors, lourdement chargés... comme il se doit!

Bref, un très bel album, détonnant et original, d'un duo de créatrices au fort potentiel que je prendrai très certainement plaisir à suivre. À lire à partir de 10 ans.

 

Mes bémols

 

  • la cassure de ton. Quand le personnage de Walton sort de son cadre et commence ses facéties, c'est chouette: on passe de la chronique historique à un récit ésotérique qui sonne british... Mais quand on se tourne vers le monde de la Mort, avec ses airs de gipsy queen vaudoue tout droit sortie des mangroves louisianais, j'ai été désarçonné. Ce n'est pas inintéressant en soi, c'est juste... très étrange?! Dubitatif, je suis...

 

  • une certaine complexité dans la trame. À deux ou trois reprises, j'ai dû revenir sur ma lecture pour valider si je n'avais pas manqué une information, un détail... Certains gestes importants sont si subtilement illustrés qu'on peut facilement ne pas les voir. De plus, les non-dits et les demi-mots sont parfois difficiles à saisir (encore plus pour les jeunes lecteurs, j'imagine!) et les combats des p.52 à 60, avec beaucoup de gros plans (un peu comme dans les mangas!?) sont d'une lisibilité qui manque de fluidité. Ajoutez à cela un dénouement un peu expéditif, qui aurait bénéficié de quelques vignettes supplémentaires pour l'installer de manière plus réaliste, et vous aurez un juste portrait des quelques petits accrocs au récit.

 

  • les deux principaux sbires de la Mort. Mais qu'est-ce que c'est que ces deux araignées, avec bottes, gants et chapeaux de Merlin sur la tête?!? Elles sont aussi grotesques visuellement que caricaturales dans leur imbécilité! Je crois la Mort bien trop intelligente et importante pour se contenter de deux clowns pareils comme acolytes! Elles détonnent beaucoup trop de tout le reste de l'album. C'est non!

 

Les plus grandes forces de cette BD

 

  • la superbe couverture. Non seulement les deux protagonistes y sont-ils à leur meilleur, mais les subtiles dorures du cadre et du médaillon rajoutent une touche de classe, tout à fait de bon aloi! Chic et de bon goût: j'adore!

 

  • la splendeur des dessins, gentiment caricaturaux, et des couleurs. J'en ai parlé abondamment plus haut. Je réitère: c'est de la qualité pure! Et c'est d'autant plus agréable que ce soit loin des dessins un peu normalisés qu'on retrouve trop souvent en littérature jeunesse, ces temps-ci. Bravo, Mme Casetti!

 

  • l'époque où se déroule l'aventure. Ça permet de confronter les jeunes en leur faisant découvrir les mentalités qui avaient cours à cette époque lointaine: le respect parental, le sens du déshonneur, le veuvage et même (certainement un choc pour plusieurs jeunes) la correction physique! La gifle maternelle de la fin risque, en effet, de choquer plusieurs de nos contemporains (et même chez les adultes!), alors qu'on n'arrête pas de prôner la non-violence et la résolution pacifique des différends. Mais je trouve important d'admettre que chaque époque avait ses valeurs, même si on n'est plus d'accord et qu'elles ont changé. À mon sens, c'est même une bonne chose d'y exposer les jeunes, de manière à ce qu'ils comprennent l'importance de l'évolution de ces mentalités archaïques!

 

  • L'humour, délicieux, amené très majoritairement par le personnage de Walton. La forte personnalité de ce spectre assaisonne tout le récit d'une salutaire touche d'humour, parfois même jubilatoire! Il est tellement prétentieux, imbuvable et fendant qu'on ne peut que le trouver... irrésistible! Les moments qui m'ont fait le plus rire sont lorsqu'il nous raconte de quelle (peu!) glorieuse façon il est mort et quand il tente de secourir Abby de sa chute dans le précipice, à la p.55: c'est une scène anthologique du récit d'aventure, indéniablement! À hurler de rire! ;^D Autre bon flash: le zozotement de la Mort, qui fait que personne ne comprend trop ce qu'elle dit à chaque fois qu'elle s'exprime... pas même ses sombres acolytes!

 

  • la longueur du récit. 70 pages, un luxe merveilleux! Quelle joie de voir que certains éditeurs laissent à leurs poulains l'espace nécessaire pour qu'ils (ou elles, dans ce cas-ci !!) puissent raconter leurs histoires sans trop se soucier de formatage quelconque!

 

Vos impressions?
Votre nom * :
Votre courriel :
Votre courriel ne sera visible que pour l'administrateur du site.
Votre site :
Attention! Si vous voyez ce champ, n'y inscrivez rien!
Rappel éthique : vous êtes seul responsable du contenu des impressions publiées.
Se souvenir de mes informations personnelles


@ Anne des Ocreries : La couverture est effectivement exceptionnelle! Et, encore, on ne peut pas voir, sur la photo, l'effet de dorure en surbrillance qui parsème tout le cadre du tableau et le petit médaillon qu'Abby porte au cou!
Rédigé par pgluneau le mardi 31 janvier 2023 à 15:30


ça me tente malgré tes bémols ! La couverture donne envie, et on doit passer là un bon moment.
Rédigé par anne des ocreries le lundi 30 janvier 2023 à 11:05


Dernièrement, j'ai lu... MacGuffin et Alan Smithee
#04- Paloma mi amor
05 janvier 2023

Iroquois
Iroquois
23 décembre 2022

4life
#01- Crépuscule
05 novembre 2022

Mandarine, une semaine sur deux
#01- Une semaine sur deux
05 septembre 2022

Schtroumpfs et le Village des filles
#01- la Forêt interdite
22 août 2022

Ma dernière chronique 13e année, une maigrichonne année post-Covid, toute en jeunesse...
06 juillet 2022

Mes genres favoris Aventure policière Drame familial Fantastique médiéval Héros animalier Historique Hommage Humour Humour tendre Quotidien Récit psychologique S.F. humoristique Thriller fantastique Vous avez pris la parole! Reggie, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

Darwin, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

Chase, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

Keith, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

Bill, sur L'Art... de brillamment intégrer humour et informations!

Vos articles préférés Chronique
J'ai 5 ans, je suis grand! (air connu de tous les profs de maternelle!)
01 juillet 2014

Bécassine
#03- Bécassine pendant la Grande Guerre
10 août 2009

Chronique
les Pigeons partis, le bédéphile danse!!!
03 septembre 2012

Chronique
Mon automne superhéroïque
14 décembre 2013

Bécassine
#05- Bécassine mobilisée
04 août 2011

Design du site - Marsi
Création du site - Maxime Jobin